Alexandrie

Infos
Alexandrie (grec :Ἀλεξάνδρεια, Copte : Rakotə, Arabe : , Al-ʼIskandariya) est une ville d’Égypte de près de quatre millions d'habitants d'habitants au recensement de 1986, habitants au recensement de 1996, habitants estimés en 2007., fondée par Alexandre le Grand en -331. Elle devint dans l’Antiquité le premier port d’Égypte et la capitale du pays. Elle sera à son époque l’un des plus grands foyers culturels de la Méditerran
Alexandrie

Alexandrie (grec :Ἀλεξάνδρεια, Copte : Rakotə, Arabe : , Al-ʼIskandariya) est une ville d’Égypte de près de quatre millions d'habitants d'habitants au recensement de 1986, habitants au recensement de 1996, habitants estimés en 2007., fondée par Alexandre le Grand en -331. Elle devint dans l’Antiquité le premier port d’Égypte et la capitale du pays. Elle sera à son époque l’un des plus grands foyers culturels de la Méditerranée, sa fameuse Bibliothèque étant sans conteste l’un des principaux fondements de sa notoriété. La ville d’Alexandrie est située à l'ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Elle est rattachée à cette île par l’Heptastade, qui est une sorte de digue servant aussi d’aqueduc et qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

Histoire

Origine

Plutarque, dans sa Vie d’Alexandre, raconte comment une nuit en -331, alors qu'Alexandre le Grand projette de construire sa ville d'Égypte, il rêve d’Homère qui lui parle de l’île de Pharos. Au réveil, il part voir cette île et commence à tracer les contours de la cité sur la côte qui lui faisait face. Il existe plusieurs hypothèses la concernant. La ville d’Alexandrie aurait été construite sur l’ancienne cité de Rakhotis mais on a peu de documents à son sujet. Il existe trois hypothèses au sujet de Rakhotis :
- Pour certains, Rakhotis était un simple village de pêcheurs ;
- Pour d'autres, le terme rakhotis pourrait être traduit par « le bâtiment » qui se rapporterait aux premiers édifices dignes de ce nom construits par les Grecs, près ou à la place de ce même village de pêcheurs ou d’un poste de garde ;
- D'autres pensent même que rakhotis signifierait « le chantier » et ne serait pas une ville mais le nom donné par les Égyptiens à la ville d’Alexandrie au moment de sa construction. En effet, une grande partie d’Alexandrie a été construite d’un bloc et a du avoir longtemps l’apparence d’un chantier. Ce qu’on sait sur cette zone avant Alexandrie est cité par quelques auteurs grecs et romains qui font mention des populations établies sur les marécages entourant la région. Héliodore nous dit que les Égyptiens l’appelaient « le pays des bergers ». La région avait mauvaise réputation : « C’est là que tous les brigands d’Égypte ont leur cité ». La zone apparaît d’ailleurs dans de nombreuses légendes grecques. Elle ne fut pas la seule ville Alexandrie construite par le Macédonien, en effet, on en a dénombré trente-deux. Celle-ci était connue sous le nom d'Alexandrea ad Aegyptum (« Alexandrie d'Égypte ») et est devenue aujourd'hui Iskanderia. Avant elle, une autre ville du delta avait été occupée par les Grecs mais elle leur avait été offerte par Amasis, il s'agit de Naucratis, un emporion ou "port de commerce". Elle se situe à environ 70 km à l'intérieur des terres et elle n’a eu que peu d’importance en dehors de son rôle commercial. Alexandre le Grand voulu construire Alexandrie sur la côte, malgré la mauvaise qualité du terrain (Lac Maréotis) dans cette zone et la côte particulièrement dangereuse à cet endroit du delta. Le tombeau du conquérant devrait s'y trouver. Lors de son passage en Égypte en -332/-331, Alexandre le Grand charge Dinocratès, un architecte grec, d’élever en ce lieu une ville qui soit conçue sur un plan orthogonal, ou en damier, avec de larges avenues se coupant à angles droits. Dans son tracé, la nouvelle cité englobe le vieux village égyptien de Rhakotis qui constitue alors un quartier indigène. La ville ne commence à prendre de l’importance que lorsque Ptolémée, fils de Lagos, fondateur de la dynastie des Lagides, s’y installe et en fait la capitale de l’Égypte qu’il avait reçue en partage après la mort d’Alexandre en -323. Dès la première moitié du avant notre ère, sous les deux premiers Ptolémées, elle se couvre de magnifiques monuments et prend l’aspect qu’elle va conserver jusqu’à la fin de l’Antiquité, avec ses jardins et ses monuments de conception grecque : palais royal sur la mer, musée et bibliothèque, Sôma (ou Séma, tombeau d’Alexandre le Grand), Sérapéum (temple consacré au dieu gréco-égyptien Sérapis), temple d’Isis, marchés, théâtre et surtout le célèbre phare, tour élevée par Sostrate de Cnide sur l’île de Pharos, qui a donné son nom à ce type de monument. Pendant près d’un millénaire, jusqu’à la conquête arabe en 641, Alexandrie demeure la capitale intellectuelle et spirituelle d’une partie du monde méditerranéen, après avoir été, pendant les trois derniers siècles avant notre ère, la capitale politique de l’Égypte hellénisée. À partir de la fondation d’Alexandrie et de l’occupation grecque, l’Égypte va devenir une province de l’hellénisme, et son administration, même si elle conserve certains aspects de l’ancienne administration pharaonique, est fortement influencée par les conceptions grecques. La langue officielle devient le grec, même si l’ancien égyptien, sous sa forme démotique, est encore parlé dans les milieux ruraux et si les prêtres conservent les antiques conceptions religieuses et couvrent toujours les temples de hiéroglyphes, de plus en plus chargés et enrichis de signes nouveaux. Même les temples, construits selon les modèles traditionnels, subissent des modifications de détail. C’est à cette époque qu’apparaissent les mammisi comme monuments indépendants, que les chapiteaux de colonnes se multiplient à l’infini dans leurs décors et s’alourdissent, que des murets sont construits dans les entre-colonnements.

Domination romaine

En -47, les troupes de Jules César incendient la flotte d'Alexandrie ; le feu se propage aux entrepôts et selon différentes interprétations celui-ci détruit une partie de la grande bibliothèque ou l'épargne. Octave Auguste met fin, après la bataille navale d'Actium en -30, non seulement aux guerres civiles romaines (liquidation de Marc Antoine), mais aussi à l'indépendance égyptienne (jusqu'au ). La province est gouvernée par un préfet. Après les premiers temps de l'annexion, la ville semble avoir regagné de la prospérité du fait de la domination directe par le pouvoir impérial car le blé d'Égypte est essentiel pour les distributions à la plèbe romaine. C'est un important port militaire. En 215, Caracalla visite la cité, et suite à des satires, commande à ses troupes de tuer tous les hommes en âge de porter une arme. Cet ordre ne sera pas exécuté ; il aurait été matériellement difficile pour sa garde, certainement moins de 5000 hommes, d'éliminer environ adultes physiquement capables de se défendre. Se place alors une énigme : en 215, l'empereur romain Caracalla, comme beaucoup de gens, visite le tombeau d'Alexandre, l'un des principaux monuments de la cité ; il essaye même sa cuirasse ! Mais en l'an 300, un auteur déclare que plus personne ne sait où est le tombeau d'Alexandre ! Comment une ville de habitants, grand centre culturel, a-t-elle pu ainsi oublier en deux générations où se trouvait son plus célèbre monument ? Il ne semble pourtant pas que de très grands événements aient eu lieu à Alexandrie dans cette période (mais le est mal connu). Le mystère reste entier, archéologues et historiens cherchent toujours aujourd'hui ! En ce même , l'ancienne écriture hiéroglyphique cesse d'être enseignée et comprise. L'usage de la momification disparaît également. Le christianisme semble donc avoir complètement effacé la mémoire égyptienne . À la division de l'Empire romain, la ville fait partie de l'Empire byzantin. Alexandrie reste le centre administratif de la province. Le blé d'Égypte va alors à Constantinople et Rome devra s'approvisionner en Afrique du Nord (Carthage). Avec la christianisation de l'Égypte, Alexandrie devient un centre culturel et religieux important. Arius, prêtre d'Alexandrie et formulateur de l'Arianisme, et Athanase d'Alexandrie, proche du pouvoir de Constantin , s'opposent sur la nature du Christ. De plus en plus, au cours du , la ville se rapproche du reste de l'Égypte et peu à peu, décline en population et en splendeur. Dans toute la province les impôts sont écrasants et bien des contribuables abandonnent leurs biens et se font ermites dans le désert ou entrent dans des monastères pour échapper au percepteur. Au , les persécutions des païens atteignent un nouveau niveau d'intensité. Temples et statues sont détruits dans tout l'Empire, les rites paiens sont interdits et punissables de mort, les bibliothèques sont fermées. En 391, Théodose donne l'ordre de détruire tous les temples. Le patriarche Théophile d'Alexandrie s'attèle à cette tache dans la ville. La grande bibliothèque et le Sérapéum ont été détruits à cette époque. La mathématicienne et philosophe néoplatonicienne Hypatie a aussi été victime des persécutions. Les quartiers Brucheum et juif sont détruits au et leurs monuments centraux, le sépum et le Museion tombe en ruine. La vie s'organise alors autour du Sérapéum et du Césaréum transformés en église. Les quartiers du Pharos et de l'Heptastade regagnent de la population et restent intacts.

La conquête arabe

Alexandrie est conquise par les Perses en 616 par Khosro , roi de Perse. La ville est récupérée par l'empire vers 630. En 640, le général arabe 'Amr ibn al-'As entreprend un siège d'une quarantaine de mois. La cité n'obtient aucune aide de Constantinople, l'empereur Heraclius meurt et le nouvel empereur Constantin qui ne règnera que quatre mois, laissent le pouvoir à son fils de onze ans. En 646, Alexandrie, évacuée par les Grecs, est livrée par le patriarche Cyrus aux troupes de ‘Amr. Les Grecs qui partent d’Égypte étant surtout des commerçants, le régime de la propriété du sol n’est pas modifié, et les Arabes reçoivent une solde surtout en nature. Ils assurent une garde par rotation à Alexandrie face à la mer et à Khirbeta face au désert. 'Amr écrit au Calife Omar ibn al-Khattab qu'il a pris une cité contenant :
- 4 000 palais,
- 4 000 bains publics,
- 12 000 vendeurs d'huile fraîche,
- 12 000 jardiniers,
- 40 000 juifs qui paient tribut,
- 400 théâtres ou lieu de divertissement. Avec les Arabes disparaît pratiquement l'ancienne langue égyptienne.

La période médiévale

La période médiévale de la ville d'Alexandrie reste, jusqu'à ce jour, peu étudiée. La ville, décrite par les auteurs contemporains arabes, fut investie par les forces de la croisade, le grand Maïmonide y fit une apparition avant de se rendre au Caire et Saladin y fonda un waqf, une fondation de main morte, au . Le document de fondation, l'un des plus anciens de son genre, fut retrouvé il y a peu de temps dans des archives de la ville qui se trouvent aujourd'hui au Caire.

Histoire moderne

À l'époque moderne, la ville d'Alexandrie connut une expansion importante. En effet, la ville médiévale se trouvait sur la terre ferme, fortifiée par une enceinte.

Histoire contemporaine

La ville moderne a été construite sur les ruines de la ville antique ce qui rend les fouilles difficiles. En juillet 1882, la ville est bombardée par la Royal Navy britannique et occupée.

Le port antique

Les dimensions de la ville sont bien plus importantes que celles de la plupart des autres villes de l’Antiquité. Selon certains auteurs, l’enceinte entourant la ville était longue d’une quinzaine de kilomètres. Cette enceinte a été modifiée depuis sa construction ce qui pose problème pour les reconstitutions. En effet les remparts d’origine ont été agrandis à l’époque romaine et une autre enceinte aurait été construite au par le sultan Ahmad Ibn Touloun. D’ailleurs plusieurs blocs du mur d’origine ont été réutilisés pour la construction du mur arabe. L’Heptastade (en grec : sept stades, de longueur) qui relie la côte à Pharos a été construit par Dinocratès, le même qui a fait le plan de la ville. Grâce à l’Heptastade, la côte a été agencée de façon à ce qu'elle ait deux ports, l’un à l’est et l’autre à l’ouest. Cela est souvent le cas dans la civilisation grecque, pour faciliter l’arrivée des bateaux à voile, qui sont soumis aux aléas du vent. La côte d’Alexandrie est une zone dangereuse et les bateaux en ont beaucoup souffert. Le port occidental (Port d’Eunostos) est large mais entouré d’une barrière de récifs mentionnée par Strabon et qui suit l’axe de l’île de Pharos. Il enfermait un autre port artificiel, le Kibôtos (grec : boîte, forme rectangulaire). Le port oriental (Grand-Port) est protégé par une presque île et par la pointe de l’île de Pharos où se trouvait le phare mais son approche est dangereuse car son entrée est très étroite. De plus elle est soumise aux vents du Nord-Est et la mer y est complètement ouverte jusqu’à l’entrée du port. On a d’ailleurs découvert de nombreux bateaux grecs et romains ( au ) échoués au large du port.

Monuments

La ville est dessinée par le Rhodien (ou de Macédonien) Dinocratès (ou Deinokratès, Deinocharès, Tinocharès) selon des plans hippodamiens (en damier). Ses monuments les plus importants sont le gymnase, le discatérion (tribunal), le Sôma (ou Séma, tombeau d’Alexandre). Le palais couvre 1/4 de la ville : de construction légère, il forme Néapolis (Musée, Bibliothèque, théâtre). Le port est séparé en deux par une jetée (Heptastade) qui réunit la ville à l’île de Pharos où se dresse le Phare, construit par Sostrate de Cnide. L’eau du Nil est distribuée par un réseau serré de canalisations branchées sur un canal.

La colonne de Dioclétien (colonne de Pompée)

colonne pompée Après sa défaite par Jules César dans la guerre civile, Pompée s'est sauvé en Égypte où il a été assassiné en -48 ; les voyageurs médiévaux ont cru plus tard qu'il devait être enterré ici. En réalité, il s’agit d’une colonne en granit rouge d’Assouan de 25 mètres de haut, d’une circonférence de 9 mètres, construite en l'honneur de l'empereur Dioclétien à la fin du . Diocletius a capturé Alexandrie après l’avoir assiégée. Les Arabes l'ont appelé el-Sawari d'Amoud, colonne des cavaliers. Cette colonne est le monument antique le plus grand à Alexandrie, à l'origine dans le temple du Sérapis qui était par le passé une structure magnifique rivalisant le Soma et le Caesareum. Tout près, il y a des galeries souterraines où des taureaux sacrés Apis ont été enterrés, et trois sphinx.

Les catacombes de Kom-el-Chouqafa

Les catacombes de Kom-el-Chouqafa constituent le plus grand site funéraire romain d'Égypte connu à ce jour. Leur découverte date du et en fait l’un des plus importants sites archéologiques d’Alexandrie. Ce complexe funéraire, construit à la fin du fut utilisé jusqu’au début du . Ces tombeaux furent creusés dans la roche pour une riche famille pratiquant toujours la religion antique. Ils représentent la dernière construction principale existante de l’ancienne religion égyptienne. Bien que les motifs funéraires soient égyptien antique pur, les architectes et les artistes ont été inspirés des modèles gréco-romain. Un escalier d'enroulement descend plusieurs niveaux profondément dans le sol, avec de petites chapelles s'ouvrant sur lui, meublées avec des bancs pour les visiteurs apportant des offrandes. Au centre de la façade, le disque solaire familier surmonte une frise de serpents ; à gauche et à droite deux serpents portent les couronnes de la Basse-Égypte et de la Haute-Égypte. Ce ne sont pas comme les cobras de Saqqarah ou de Thèbes : ils semblent être conçus comme une bande dessinée moderne. Dans la chambre du tombeau, le décor comprend Horus, Thot, Anubis, le prêtre dans sa peau de panthère, et le roi faisant une offrande aux défunts sous forme d'Osiris. Ces figures sont rendues dans le modèle gréco-romain. Aux scènes traditionnelles s’ajoutent les groupes supplémentaires de raisins, de têtes de méduse, et d'une variété de décors grecs et romains.

Le fort Qaït Bay

Fort Qaytbay L'île de Pharos séparait deux ports énormes. Situé à l’entrée nord du port de l’Est, le fort a été construit dans les années 1480 par le Sultan Qaït Bey, sur l’emplacement du Phare d'Alexandrie. Une des sept merveilles du monde antique, le phare avait 135 mètres de haut avec approximativement trois cents salles. Par le centre était une double montée en spirale. La lanterne au dessus du phare reste un mystère. Certains indiquent qu'il contenait un miroir en acier poli qui réfléchissait la lumière le jour, et le feu la nuit. D'autres indiquent qu'elle a été faite de verre transparent. Le phare a été détruit par un tremblement de terre autour de 1100. À son emplacement une mosquée a été construite, qui a été endommagée par un tremblement de terre au . Construit dans un style médiéval, le fort a été entièrement restauré en 2001/2002 ; il abrite le musée de la Marine qui contient des objets des batailles navales romaines et de Napoléon. L'entrée se fait par un passage en granit rouge d'Assouan. Près de la mosquée, il y a un réservoir qui a été utilisé pour stocker l'eau en cas de siège. Adjacent au fort, l’Institut hydro-biologique contient une grande variété de poissons rares. Plus à l’est du quartier d’Anfouchi, il y a une petite nécropole de cinq tombes datant de l’époque Ptolémaïque.

L’amphithéâtre de Kom-el-Dick

L'amphithéâtre romain de Kom-el-Dick C’est un petit amphithéâtre romain, unique dans le pays. Le site est toujours en fouilles depuis trente ans avec la découverte de restes romains comprenant ce théâtre avec des galeries, des sections de plancher en mosaïque, et des sièges de marbre pour accueillir jusqu'à 800 spectateurs. Au temps des Ptolémées, ce secteur était un jardin de plaisirs. Le théâtre peut avoir été couvert pour servir d'Odéon aux œuvres musicales. Les inscriptions suggèrent qu'il a également été parfois employé pour des concours de lutte. Le théâtre comporte treize rangées semi-circulaires de marbre blanc qui a été importé d'Europe. Ses colonnes sont de marbre vert importé d'Asie mineure, et de granit rouge importé d'Assouan. Chaque côté est décoré d’un pavage géométrique de mosaïque. Hors du théâtre, on peut voir des voûtes et des murs en pierre, les bains romains en briques et les restes de maisons romaines. C'est dans l'enceinte de ce site qu'est installé le tout nouveau musée sous-marin en plein air pour exposer les pièces antiques – des sphinx, des obélisques, des colonnes papyriformes et des fragments de statues colossales - sorties des eaux de la Méditerranée par l'équipe du Centre d'études Alexandrines.

Le musée Gréco-Romain

Créé en 1892, le musée gréco-romain d'Alexandrie a été construit la première fois dans un petit bâtiment situé sur la route de Horreya. En 1895 il a été transféré à l'emplacement actuel près de la route de Gamal Abdul Nasser. Il abrite des milliers de reliques datant du , notamment une magnifique sculpture en granit noir d'Apis, le taureau sacré des égyptiens, des momies, des sarcophages, des tapisseries, objets offrant un panorama aussi fidèle que varié de la civilisation gréco-romaine sous la forme qu’elle a revêtue au contact de l’Égypte.

Le musée des bijoux royaux

Installé dans un ancien palais du roi Farouk, il regroupe l'ensemble des bijoux et objets précieux ayant appartenu à la famille royale depuis le début du . Du jeu d'échec de Mohamed Ali, serti de pierres précieuses aux 1506 diamants de la couronne de la reine Farida, on s’imagine être dans un conte de fées.

Le musée national d'Alexandrie

La façade du musée national Installé dans l'ancien consulat américain, il permet d'observer de nombreux objets issus de différentes époques de l'Égypte, pharaonique, chrétienne, musulmane... L'ancien blockaus du sous-sol est consacré à des antiquités de l'époque pharaonique.

Les jardins de Montaza

Ces jardins sont entourés par de grands murs au sud, à l’est et à l'ouest, et d’une plage au nord. Ce secteur appartenait à la famille de Mohamed Ali, famille régnante du milieu du jusqu'en 1952. La construction a été commencée en 1892 par le roi Abbas , qui a construit un grand palais appelé le Salamlek. En 1932, le roi Fouad a construit un plus grand palais et l'a appelé le Haramlik. Son fils, le roi Farouk, a construit la jetée sur la mer. Le reste de l’espace est constitué de jardins.

La Bibliotheca Alexandrina

Bibliothèque d’Alexandrie La célèbre bibliothèque d'Alexandrie fut construite à l'époque ptolémaïque et fut réputée pour la richesse et le grand nombre d'ouvrages qu'elle renfermait (estimée à volumes). Les causes de sa destruction restent encore obscures et font débat. Rappelons que c'est à la suite d'un immense incendie que le feu avait ravagé les volumes. Dans le cadre d’un projet conduit conjointement entre l'Unesco et l'Égypte, la bibliothèque du monde méditerranéen (Bibliotheca Alexandrina) a été construite sur les ruines de l’ancien édifice antique. Elle devrait pouvoir accueillir environ de volumes. L'architecture de la Bibliothèque avait été minutieusement choisie suite à un concours qui avait été organisé par l'Unesco ; c'est la proposition d'un bureau d'architecture norvégien qui avait été retenue. Le plan a été réalisé par l'ingénieur égyptien Mamdouh Hamza. À côté de la salle de lecture se trouve trois musées, cinq instituts de recherches ainsi que des salles d'expositions. À l'intérieur de la Bibliothèque, les salles de lecture sont sur sept niveaux dont quatre sous le niveau de la mer. De hautes colonnes ornées de fleurs de lotus décorent l'intérieur des salles de lecture qui peuvent recevoir jusqu'à personnes. Un musée est réservé à des milliers d'anciens manuscrits, dont deux copies de la Bible offertes par le Vatican à la Bibliothèque ainsi qu'une copie du livre de la Description de l'Égypte. Il possède une copie identique de la pierre de Rosette et un livre du mémorandum de l'inauguration du Canal de Suez comprenant des tableaux de la cérémonie du voyage des reines et des princes, dessinés par l'artiste du Khédive Ismaïl.

Économie & société

À son apogée, la ville antique sera peuplée de plus d’un million d’habitants : Grecs, Égyptien, Syriens, plus tard Italiens. Les Juifs (cf. -319) forment les deux cinquièmes de la population. Leur rivalité avec les Grecs amène souvent des troubles graves. La ville s’administre en apparence elle même (boulé, ecclésia organisé selon le modèle athénien). Le magistrat le plus important semble le gymnasiarque, qui apparaît comme le représentant des citoyens. Elle est la seule véritable cité (polis) d’Égypte. Centre politique du royaume lagide, elle abrite l’énorme bureaucratie qui administre l’Égypte. Elle est le centre d’une activité économique intense (vases de terre cuite ou de métal, étoffes, papyrus, parfums, articles de luxes). Seul vrai port de l’Égypte sur la Méditerranée, elle importe du bois, des métaux, du marbre, du vin, de l’huile d’olive et exporte du blé, du papyrus, toiles et mousselines de lin, parfums, produits de luxe. Elle réexpédie des marchandises d’Afrique noire (ivoire, or, plumes d’autruche, esclaves, animaux sauvages), d’Arabie et d’Inde (épices, aromates, parfums, soie).

Personnages

- Ératosthène
- Euclide (mathématicien)
- Héron d'Alexandrie
- Hérophile d’Alexandrie
- Hypatie d'Alexandrie
- Philon d'Alexandrie
- Ptolémée
- Abbas II Hilmi

Jumelages


-
-

Galerie photos

Notes

Voir aussi

- École d'Alexandrie

Bibliographie

-
- (ISBN: 1-902699-00-7)

Lien externe

-
-
-
-
- Catégorie:Index égyptologique
- Catégorie:Gouvernorat de l'Égypte Catégorie:Lagides Catégorie:Mégapole Catégorie:Port antique Catégorie:Ville membre de l'AIMF af:Alexandrië ar:الإسكندرية bg:Александрия bn:আলেকজান্দ্রিয়া bo:ཡ་ལི་ཧྲན་ད bpy:আলেক্সান্ড্রিয়া br:Aleksandria (Egipt) bs:Aleksandrija ca:Alexandria cs:Alexandrie cy:Alexandria da:Alexandria de:Alexandria el:Αλεξάνδρεια en:Alexandria eo:Aleksandrio es:Alejandría et:Aleksandria eu:Alexandria fa:اسکندریه fi:Aleksandria gl:Alexandría - الإسكندرية he:אלכסנדריה hr:Aleksandrija hu:Alexandria hy:Ալեքսանդրիա id:Iskandariyah is:Alexandría (Egyptalandi) it:Alessandria d'Egitto ja:アレクサンドリア ka:ალექსანდრია (ეგვიპტე) ko:알렉산드리아 la:Alexandria Magna lt:Aleksandrija lv:Aleksandrija ms:Iskandariah nl:Alexandrië nn:Alexandria no:Alexandria pl:Aleksandria pt:Alexandria ro:Alexandria, Egipt ru:Александрия scn:Alessandria d'Eggittu sh:Aleksandrija simple:Alexandria sk:Alexandria sl:Aleksandrija sr:Александрија sv:Alexandria sw:Aleksandria tr:İskenderiye uk:Александрія vec:Ałesandria d'Egito vi:Alexandria wo:Alegsàndiri zh:亞歷山卓 zh-yue:亞歷山大港
Sujets connexes
Actium   Ahmad Ibn Touloun   Alexandre le Grand   Amasis   Années 1970   Années 630   Antiquité   Anubis   Apis   Aqueduc   Arabe   Arabes   Arianisme   Arius   Athanase d'Alexandrie   Basse-Égypte   Bibliotheca Alexandrina   Bibliothèque d'Alexandrie   Calife   Canope   Caracalla   Chapiteau   Christianisme   Chronologie des grands incendies   Constantin III (empereur byzantin)   Constantin Ier (empereur romain)   Constantinople   Copte   Delta du Nil   Description de l'Égypte   Dioclétien   Division de l'Empire romain   Dynastie des Ptolémées   Démotique   Empire byzantin   Empire romain   Fouad Ier   Grec ancien   Haute-Égypte   Hermès   Hiéroglyphe   Homère   Horus   Hypatie d'Alexandrie   Héliodore   Héron d'Alexandrie   Hérophile   Juifs   Jules César   Khosro II   Lagos (général macédonien)   Mathématicien   Museion   Musée gréco-romain d'Alexandrie   Naucratis   Nil   Néapolis   Néoplatonisme   Omar ibn al-Khattab   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Osiris   Papyrus (papier)   Patriarche d'Alexandrie   Perse   Phare d'Alexandrie   Philon d'Alexandrie   Philosophe   Pierre de Rosette   Plutarque   Port (marine)   Préfet   Ptolémée   Ptolémée III   Ptolémée Ier   Religion égyptienne   Royal Navy   Saqqarah   Sept merveilles du monde   Sostrate de Cnide   Strabon   Sérapéum   Temple de l'Égypte antique   Thot   Thèbes (Égypte)   Théodose Ier   Théophile d'Alexandrie   Trinité (théologie)   Vatican  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^