Jimmy Connors

Infos
Jimmy Connors (né le 2 septembre 1952 à Belleville, East Saint Louis, Illinois) était un joueur de tennis des États-Unis qui a disputé le circuit international de 1970 à 1996. Il fut numéro un mondial et remporta 8 titres du Grand chelem. Il est actuellement l'entraîneur d'Andy Roddick.Taille 1 mètre 78.Domicilié à Sanibel Harbor . Carrière 1970-1996
Jimmy Connors

Jimmy Connors (né le 2 septembre 1952 à Belleville, East Saint Louis, Illinois) était un joueur de tennis des États-Unis qui a disputé le circuit international de 1970 à 1996. Il fut numéro un mondial et remporta 8 titres du Grand chelem. Il est actuellement l'entraîneur d'Andy Roddick.Taille 1 mètre 78.Domicilié à Sanibel Harbor . Carrière 1970-1996

Style de jeu

Né en 1952 dans l'Illinois, Jimmy Connors est avec l'Australien Rod Laver, le Suédois Björn Borg, l'ex-Tchécoslovaque Ivan Lendl, les Américains John McEnroe, Andre Agassi, Pete Sampras et le Suisse Roger Federer, l'un des plus grands joueurs de l'ère open. Il fut également l'un de ceux qui eurent la plus longue carrière : seuls chronologiquement Bill Tilden, Pancho Gonzales et Ken Rosewall, sa victime quadragénaire en finale de Wimbledon et de l'US Open 1974, firent mieux. En plus d'une forte combativité, le jeu de ce gaucher était construit autour de son revers. Son coup droit en conséquence fut souvent son point faible, flottant et imprécis. Mais pour avoir l'opportunité de viser son coup droit de gaucher, il fallait déjà parvenir à contenir l'immense agressivité de fond de court de son revers à deux mains. Ce geste, aujourd'hui si répandu chez les joueurs professionnels (Ievgueni Kafelnikov, Andre Agassi, Marat Safin entre autres) était dans les années 1970 encore relativement peu fréquent. Et c'est Connors qui le démocratisa en en faisant un usage immodéré. La longueur exceptionnelle de sa carrière en fit un joueur extrêmement populaire aux États-Unis. Cependant, Connors passa par plusieurs phases dans le public américain. Haï dans les années 1970 jusqu’à l'arrivée de John McEnroe qui monopolisera les rancunes du public au tournant des années 1980, Connors gagna du respect en même temps qu'il gagnait en âge. L'arrogance de sa jeunesse devint une combativité respectée puis admirée par les Américains, mais aussi par les Européens : un de ses derniers matches marqua les esprits du public français. En 1/16 de finale de Roland-Garros 1991 face à Michael Chang, Connors lutta durant plus de 3 heures, ne cédant que par abandon au 5 set, non sans avoir remporté la 4 manche et le premier point de la 5 sur une attaque de revers.

Les débuts

Connors débuta sur le circuit en 1970 et en septembre il battit son premier joueur du Top20, Roy Emerson, au premier tour du Pacific Southwest Open Championships de Los Angeles. En septembre 1971 il battit Stan Smith alors meilleur joueur du monde du moment en demifinale du même tournoi de Los Angeles. Il passa professionnel en 1972. Rapidement, il s'imposa comme un des grands espoirs américains avec Solomon et Tanner. Durant deux saisons, il parvint à s'emparer de 17 titres professionnels et en particulier celui de l'U.S. Pro 1973 en battant au premier tour Smith et en finale Arthur Ashe. En 1972, année où il est devenu joueur professionnel, Connors se qualifia pour le Masters du Grand Prix réservé aux professionnels indépendants (par opposition aux professionnels sous contrat avec l'organisation WCT), démontrant ainsi qu'il faisait désormais partie du Top20 voire du Top15 des meilleurs joueurs du monde. En 1973 il atteignit les quarts de finale de l'US Open qui attira le plus beau plateau de l'année devant Roland Garros. Il joua aussi les quarts des Wimbledon dévalués de 1972 (interdit aux pros sous contrat de la WCT) et de 1973 (le tournoi du boycott de l'ATP avec seulement 4 des 20 meilleurs joueurs du monde du moment, Ilie Năstase, Jan Kodeš, Roger Taylor et Connors lui-même). Fin 1973 tous les experts le classèrent entre la 5 et la 9 place mondiale (l'ordinateur de l'ATP le plaça même à une 3 place quelque peu surestimée).

Le petit chelem de 1974 : Connors sur le toit du monde

Alors qu'il commençait à faire sa place dans le paysage du tennis mondial en 1973, il franchit un cap l'année suivante, triomphant de la génération précédente (dont Ilie Năstase et Stan Smith) en réalisant le petit chelem, exploit rarissime durant l'ère open (réalisé par Mats Wilander en 1988 et Roger Federer en 2004, 2006 et 2007). Il emporta d'abord l'Australian en battant Phil Dent, le père de l'actuel joueur américain Taylor Dent. Il fut privé de Roland-Garros. En effet, à l'époque, les professionnels américains préféraient jouer des exhibitions lucratives (un championnat intervilles américain notamment) peu avant le tournoi et hésitaient parfois à faire le déplacement parisien. En réaction, Philippe Chatrier, alors président de la FFT bannit du tournoi l'ensemble des joueurs de ces intervilles, dont Connors. Pour le joueur, ce fut une cruelle désillusion. Car à l'époque, il était tout simplement irrésistible, même sur terre battue. Il enchaîna sur des victoires à Wimbledon et à l'US Open, écrasant à deux reprises en finale l'Australien Ken Rosewall. L'interdiction de disputer Roland-Garros l'a probablement privé d'un Grand Chelem (réalisé à ce jour, seulement par deux joueurs: Donald Budge en 1938; Rod Laver en 1962 et 1969). Jimmy Connors porta l'affaire devant la justice et attaqua la Fédération française de Tennis. Il prit comme avocat Robert Badinter, mais fut débouté.

1975-1978 : le duel face à Borg

Désormais numéro un mondial, Connors passerait les prochaines années à lutter contre le suédois Björn Borg, joueur suédois de 18 ans qui l'avait emporté à Roland-Garros 1974. L'année 1975 fut difficile pour Connors qui perdit ses 3 titres du grand chelem en finale, vaincu par John Newcombe en Australie (il ne rejouera plus jamais ce tournoi), par le champion américain Arthur Ashe, 33 ans, en finale de Wimbledon, puis par l'Espagnol Manuel Orantes en finale d'un US Open passé pour 3 éditions (1975, 1976 et 1977) sur hard-tru, nom de la terre battue américaine. Il demeura néanmoins numéro 1 mondial, ne disputant ni l'Australian, ni Roland-Garros l'année suivante. Vaincu en 1/4 de Wimbledon par un compatriote et redoutable serveur, Roscoe Tanner, il battit Borg en finale de l'US Open (6-4/3-6/7-6(11-9)/6-4. Les deux hommes se partageaient les titres : Borg l'emportait à Wimbledon, Connors à l'US Open, s'affrontant souvent en finale de divers "gros" tournois. Ces années, deux personnes le suivaient tennistiquement, l'une l'ayant propulsé dans le tennis avec une volonté titanesque, sa mère, Gloria Connors (décédée en janvier 2007), elle-même ex excellente tenniswoman et enseignant le tennis professionnellement, mais aussi un joueur lui aussi atypique, Pancho Segura. En 1977, toujours numéro 1 mondial, il céda lors de deux finales. Face à Borg lors d'une homérique lutte de 5 sets (6-3/2-6/1-6/7-5/4-6, revenant de 0-4 à 4-4 (15/0) dans le cinquième set, puis fit une double faute et s'effondra multipliant alors les fautes directes face à un Borg imperturbable). Aussi face à l'Argentin Guillermo Vilas récent vainqueur de Roland Garros, dans un match qu'il cru avoir à sa main ayant de multiples occasions de mener deux sets à un, craquant complètement dès lors, face à un Vilas aussi solide imperturbable et impitoyable que l'avait été Borg deux mois plus tôt. À cette occasion, le public assista à un déroulement de fin de match inédit ; sur une balle de match - Connors venait d'en sauver plusieurs - une approche de coup droit de Connors fut jugée ligne, puis faute… Le public envahissant le central rendit impossible toute contestation, portant bientôt l'Argentin en triomphe ; un des spectateurs ayant envahi le terrain allant même provoquer Connors qui le reçu d'un coup de poing. Ces émotions passées, l'Américain emporta son unique Masters en janv 78, à New York, battant Borg en finale (6-4/1-6/6-4), lui-même ayant battu Vilas (6-3/6-3) en demi-finale, adversaire qu'il s'était choisi en déclarant forfait dans son dernier match "de pool", afin d'éviter d'affronter l'Américain à ce stade de la compétition, là où Vilas avait lui battu Connors en poule (6-4/3-6/7-5). Semblant pour la première fois un brin disposé à revenir sur ses bouderies passées et à gratifier Roland Garros de sa venue, il tomba malade au printemps, et une mononucléose le tint éloigné des terrains plus d'un mois. Ce n'est, selon ce qui était devenu une habitude, qu'en Angleterre et sur herbe qu'il retrouva un Borg au maximum de son rayonnement après sa quinzaine parisienne triomphale de 78. Jimmy Connors perdit (6-2/6-2/6-3) sans gloire, trouvant face à lui un joueur métamorphosé qui attaqua sans relâche, montant, volleyant, et servant avec un à propos désarçonnant auquel il ne sut déjà psychologiquement répondre. Passé ce nouveau traumatisme, la finale de Flushing Meadows fut l'occasion pour lui d'une vivifiante revanche. Le nouveau stade où se tenait l'US Open, Flushing Meadows dans le "borough" du Queens, avait choisi le ciment américain ("Déco Turf2"), surface au rebond plus franc, plus haut, parfaitement adapté au jeu de l'Américain, lui fut lieu de renaissance, il triompha 6-4/6-2/6-2, donnant là éclatante démonstration d'agressivité maîtrisée, face à un Borg pourtant très affûté malgré une blessure au pouce. Ce match est, malgré l'apparente sécheresse du score, un des meilleurs qu'ils aient partagés, car même si dès le début du second set les déroulements et dénouements semblèrent inéluctables, le Suédois donna superbe réplique à son bourreau du jour. En demi finale, Connors avait encore écarté son jeune compatriote McEnroe en demi-finale (6-3/6-2/7-5), comme il l'avait fait à Wimbledon un an et demi plus tôt, revenant cette fois de 1-5 à 7-5 dans le dernier set. A la toute fin de l'année 1978, la carrière de Connors ralentit, du fait de l'arrivée au plus haut niveau d'un nouveau rival, son compatriote serveur-volleyeur John McEnroe et surtout du fait qu'un changement radical survint dans sa vie affective. En effet, loin de toute famille, il se maria à Tokyo avec une playmate américaine dont il eut un enfant (Brett) dès les mois suivants (août 1979). L'agressivité de son jeu s'en trouva conséquemment émoussée au moment où Borg devenait de plus en plus fort physiquement et où Mac trouva enfin sa vitesse de croisière et se convainquit pleinement de son aptitude à s'immiscer entre eux.

Le déclin?

Lors des saisons 1979 à 1981, Connors n'atteignit pas une seule finale de tournoi du grand chelem, et remporta de moins en moins de titres professionnels. Dans les tournois du Grand Chelem il fut battu constamment par McEnroe et Borg . Il revint à Roland-Garros en 1979, pour la première fois depuis 1973. C'était le seul grand titre qui lui manquait. Il échoua face au paraguayen Victor Pecci en demi-finales 1979, face à l'américain Vitas Gerulaitis en demi-finales 1980 et face à l'argentin José Luis Clerc en quarts de finale 1981, étant à cette unique occasion à quelques points de la victoire dans le quatrième set. Des regrets il put en avoir cette année, puisque son adversaire suivant aurait dû être Ivan Lendl, joueur qu'il avait implacablement dominé jusque là. De plus le jeu de Connors s'accommodait mal d'une terre battue humide et lourde telle celle qu'il eut à fouler contre Clerc, là où dès le lendemain, le beau temps allait s'installer et les échanges s'accélérer… Il manqua ainsi sa dernière chance de défier Borg sur ses terres parisiennes, dans la finale la plus espérée de l'époque. Il semblait alors décliner, idée accentuée par ses trois défaites successives en demi-finales de Wimbledon en 1979, 1980 et 1981 face à Borg et McEnroe. Descendu à la troisième place mondiale, il échoua également en demi-finales de l'US Open des années-là. Parfois, ses éliminations furent sévères, comme à Wimbledon 1979 (victoire de Borg 6-2, 6-3, 6-2) ou à l'US Open 1981 (Borg 6-2, 7-5, 6-4), partie où il mena toutefois 4-1 au second set, obtenant même plusieurs balles de 5-1, avec service à suivre. Borg servit à cette occasion une pluie d'aces qui semblèrent casser le moral de l'Américain. Il pouvait cependant encore menacer ses rivaux dans ces tournois. En demi-finale de Wimbledon 1981, Borg ne l'emporta que 0-6, 4-6, 6-3, 6-0, 6-4. À l'US Open 1980, il fallut attendre le tie-break du 5 set pour que McEnroe parvienne à l'éliminer 6-4, 5-7, 0-6, 6-3, 7-6. De même aux Masters de janv 80 et 81, il fut deux fois proche d'un succès face à Borg (6-3, 3-6, 6-7 et 4-6, 7-6, 3-6).

Le retour au premier plan

Borg, mentalement fatigué par une douzaine d'années entièrement consacrées au tennis partit en semi-retraite en octobre 1981 et laissa ainsi McEnroe, Lendl et Connors se disputer le leadership du tennis. Connors redevint n°1 mondial en 1982 au dépens de McEnroe à la faveur de victoires à Wimbledon (où il le battit en finale 3-6, 6-3, 6-7, 7-6, 6-4) et à l'US Open (face à Ivan Lendl). L'année suivante, il gagna son dernier titre du grand chelem, à 31 ans à l'US Open face à Lendl. Malgré son âge, il demeura dans les dix meilleurs joueurs du monde jusqu'en 1989. Il ne parvint pas à gagner Roland-Garros (demi-finaliste en 1984 et 1985, quart de finaliste en 1981, 1982, 1983 et 1987). Il ne rejoua pas l'Open d'Australie, même après que celui-ci se fut réinstallé en janvier après une décennie durant laquelle il était disputé à Noël. Il parvint néanmoins à revivre l'excitation d'une finale de Wimbledon en 1984 (perdue 6-1, 6-1, 6-2 face à un Mc Enroe cette année là au sommet de son art, toutefois après une superbe victoire sur Lendl), aussi celle de réussir à presque 35 ans la plus belle remontée de l'histoire de Wimbledon (de 1-6, 1-6, 1-4… face au Suédois Michael Pernfors) ne cédant plus qu'en demi finale face au futur vainqueur (l'Australien Pat Cash), aussi des demi-finales aux US Open 1984 (réalisant au passage un des plus beaux matchs de l'histoire, ferraillant cinq sets avec un McEnroe, cette année là pourtant intouchable sur surface rapide, son rival n'y perdant qu'un seul match de toute la saison...) et 1985 (sombrant pour la première fois face à Lendl en grand chelem sur surface rapide, il est vrai à 33 ans révolus). L'arrivée de joueurs plus jeunes que lui, comme le suédois Stefan Edberg, l'allemand Boris Becker ou son compatriote Andre Agassi provoqua son lent recul de la hiérarchie mondiale. Il continua néanmoins à jouer et à gagner quelques titres professionnels (2 en 1988, 2 en 1989, battant à l'occasion - US Open 89 et à 37 ans - le numéro deux mondial, Stefan Edberg, en ne lui abandonnant que six jeux en trois sets ! ). Encore quart de finaliste face à Agassi aux US Open 1988 (pour la première fois - à 37 ans - dépassé par un joueur plus vif et rapide que lui) et 1989 (faisant cette fois jeu égal avec le Kid de Las Vegas, de 18ans son cadet...), il sembla se retirer en 1990, n'obtenant cette saison d'absence pour seul résultat qu'une défaite au premier tour (face à Agenor qu'il retrouverait victorieusement lors d'un mémorable second tour du Roland Garros de l'année suivante) du tournoi de Toulouse, dont il était le double tenant du titre (88 et 89, titres acquis face à Chesnokov puis… McEnroe). Il sembla perdu pour le jeu. En effet, depuis des mois son poignet gauche le faisait souffrir, quelque temps plus tard, la chirurgie allait le reconstituer, lui laissant néanmoins peu d'espoir d'en refaire l'intensif usage que sa carrière avait nécessité.

Dernier retour

Il revint cependant en 1991 au plus haut niveau. À 39 ans, alors qu'il était classé au-delà de la 100 place mondiale, il poussa Michael Chang aux cinq sets en 1/16 de finale Roland-Garros et élimina son compatriote Aaron Krickstein à Wimbledon. L'organisation de l'US Open lui accorda une invitation. Il atteignit les demi-finales du tournoi, après quelques matches restés dans la mémoire collective américaine : face à Patrick McEnroe, le frère de John battu 4-6, 6-7, 6-4, 6-2, 6-4, et face à Aaron Krickstein alors 6 joueur mondial et ancien demi-finaliste du tournoi, qui mena pourtant 5-2 dans la dernière manche. Son parcours s'achèva en demi-finales face à Jim Courier, en trois sets. Après cette saison, Connors fit une dernière tournée d'adieux, plus discrète, pauvre cette fois en victoires tonitruantes, en 1992, fêtant tout de même sur le court son quarantième anniversaire et son 22 US Open (record) par une victoire probante (6-1/6-2/6-3) sur le brésilien Jaime Oncins au premier tour. Ce fut son dernier match gagné en grand chelem, Lendl prenant un patient plaisir à l'user jusqu’à la corde au tour suivant, ne lui laissant plus gagner un jeu au quatrième et dernier set, vengeant le 6-0 que lui avait infligé l'Américain lors de la finale de 1983. Il rejoua encore quelques matches sur le circuit les années suivantes. Il atteignit ainsi les quarts de finale du tournoi de Halle en 1995. Il disputa son dernier match à Atlanta en 1996. Il joua ensuite quelques années dans le senior tour, dont il avait été à l'initiative de la création, terminant en tête des six premières éditions, battant à nouveau Borg et Mac bien plus souvent qu'à son tour. Jimmy Connors abandonna définitivement la compétition en l'an 2000. Il est aujourd'hui l'entraîneur de Andy Roddick depuis 2006

Palmarès en Grand Chelem :

Victoires : (8)

Finales : (7)

Détail de ses performances en Grand Chelem et au Masters :

Autres faits marquants dans sa carrière :

1 finale perdue de Coupe Davis en 1984 (la seule édition qu'il ait disputée, hormis sa défaite en 1975 de l'édition 1976 face à Ramirez et ses deux victoires de juillet 81, face à Tomas Smid et Lendl) Il est le joueur qui a disputé le plus d'US Open consécutifs (22), celui qui a enchaîné le plus de saison classées à l'ordinateur (1973-1996), le 3 plus long règne de l'histoire à la première place mondiale (derrière Sampras et Lendl). Il occupa la première place mondiale de l'ATP (voir Records du tennis et ATP Tour) durant 268 semaines, 2 de moins que Lendl, disposait du record du nombre de semaines consécutives à la première place de l'ATP (160) jusqu'au 26 février (record en cours par Federer) et termina 5 saisons consécutives à ce rang (record battu par Pete Sampras en 1998). La plupart des experts du tennis classèrent Connors n°1 mondial en 1974, 1976 et 1982 (voir Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux). En outre il a gagné d'autres grands tournois : Cincinnati en 1972, l'U.S. Pro à Boston en 1973, Los Angeles en 1973, 1974, 1982 et 1984, Wembley pro en 1976 et 1981, le Masters de la WCT à Dallas (organisation concurrente du Grand Prix de l'ITF) en 1977 et 1980, Philadelphie en 1976, 1978, 1979 et 1980, le premier tournoi professionnel disputé en Chine à Canton en 1980, le tournoi de Palm Springs en 1976, le tournoi de La Quinta en 1981 et 1984 (le futur Masters d'Indian Wells) et Boca West (le futur Masters de Miami) en 1984. Avec 138 tournois remportés, il est le deuxième joueur le plus titré de l'ère open derrière l'intouchable Ivan Lendl avec 144 titres. Enfin, il détient toujours le record du nombre de victoires en simple sur le circuit ATP : 1 222 matches gagnés.

Tournois remportés : 138

Titres en simple : 109 (105 recensés par le site Web de l'ATP et
-4 figurants dans l'ATP Player's Guide)

Titres non recensés par le site Web de l'ATP : 18 (Tournoi de 8-Joueurs et plus)

Titres non recensés par le site Web de l'ATP : 11 (Tournoi sur invitation à 4-Joueurs)

Finales Perdues : 55 (50 recensées sur le site web de l'ATP et
-5 figurants dans l'ATP Player's Guide)

-1 Finale annulée.
-² Finale arrêtée à 5-5 et non reprise suite au mauvais temps (pluie).
-³ Finale définitivement arrêtée suite à une alerte à la bombe.

Finales perdues non recensées par le site Web de l'ATP : 14

Titres en double : 19 (15 recensés par le site Web de l'ATP et
-4 figurants dans l'ATP Player's Guide)

Finales perdues : 13 (11 recensées par le site Web de l'ATP et
-2 figurants dans l'ATP Player's Guide)

Sources pour cette section

- John Barrett, éditeur, World of Tennis Yearbooks, London, de 1976 à 1983.
- Michel Sutter, Vainqueurs Winners 1946-2003, Paris, 2003. Sutter a, dans un premier temps, essayé de recenser tous les tournois internationaux de 1946 à l'automne 1991. Pour chaque tournoi il a indiqué la ville, la date de la finale, le vainqueur, le finaliste et le score de la finale. Un tournoi est inclus dans sa liste si : (1) le tableau comprend au moins huit joueurs (à quelques exceptions près comme les tournois Pepsi Grand Slam de la seconde moitié des années 1970; et (2) le niveau du tournoi fut au moins égal à celui des tournois challenger de maintenant. Le livre de Sutter est probablement la source la plus exhaustive de tournois depuis la Seconde Guerre mondiale, même si quelques tournois professionnels de la période précédent l'ère open ne sont pas enregistrés. Par la suite Sutter a publié une deuxième édition, avec pour seules indications les joueurs, leurs victoires et les années correspondantes, sur la période 1946 - 27 avril, 2003.

Liens divers

http://www.youtube.com/watch?v=WPNN_H2XgQ8

Notes

---- Catégorie:Naissance en 1952 Catégorie:Joueur américain de tennis Catégorie:Entraîneur de tennis ar:جيمي كونرز bg:Джими Конърс bn:জিমি কনর্স ca:Jimmy Connors cs:Jimmy Connors de:Jimmy Connors en:Jimmy Connors es:Jimmy Connors fi:Jimmy Connors hu:Jimmy Connors io:Jimmy Connors it:Jimmy Connors ja:ジミー・コナーズ mr:जिमी कॉनर्स nl:Jimmy Connors no:Jimmy Connors pl:Jimmy Connors pt:Jimmy Connors ru:Коннорс, Джеймс Скотт sk:Jimmy Connors sv:Jimmy Connors zh:吉米·康诺尔斯
Sujets connexes
ATP Tour   Aaron Krickstein   Adriano Panatta   Afrique du Sud   Alabama   Alex Metreveli   Allemagne   Andre Agassi   Andrei Chesnokov   Andrew Pattison   Andy Roddick   Angleterre   Argentine   Arthur Ashe   Atlanta   Australie   Bahamas   Baltimore   Beckenham   Belgique   Belleville   Belleville (Illinois)   Bermudes   Bill Scanlon   Bill Tilden   Birmingham (Alabama)   Björn Borg   Bob Hewitt   Boca Raton   Boris Becker   Boston   Bretton Woods   Brian Fairlie   Brian Gottfried   Brian Teacher   Bruxelles   Brésil   Buenos Aires   Byron Bertram   Californie   Canada   Canton (Chine)   Caracas   Caroline du Nord   Charlie Pasarell   Chicago   Clark Graebner   Classic de Washington   Colin Dibley   Cologne   Colorado   Columbus   Columbus (Ohio)   Costa Rica   Coupe Davis   Dallas   Dennis Ralston   Denver   Dick Crealy   Dick Stockton   Eddie Dibbs   Eliot Teltscher   Erik Van Dillen   Floride   Flushing Meadows   Forest Hills   France   Frew McMillan   Fréjus   Fédération française de tennis   Gaucherie   Gene Mayer   Geoff Masters   Guillermo Vilas   Hamilton (Bermudes)   Hampton (Virginie)   Hank Pfister   Hans Pohmann   Harold Solomon   Henri Leconte   Herb Fitzgibbon   Hong Kong   Ian Fletcher   Ievgueni Kafelnikov   Ilie Năstase   Illinois   Indoor de Milan   Ismail El Shafei   Israël   Italie   Ivan Lendl   Ivan Molina   Jacksonville   Jaime Oncins   Japon   Jeff Austin   Jeff Borowiak   Jericho   Jim Courier   Jim McManus   Jim Osborne   Johan Kriek   Johannesburg   John Alexander   John Cooper   John Lloyd   John McEnroe   John Newcombe   José Higueras   José Luis Clerc   Joueurs de tennis numéros 1 mondiaux   Juan Gisbert   Jurgen Fassbender   Karl Meiler   Ken Rosewall   Kevin Curren   Las Vegas   Little Rock   Londres   Los Angeles   Manchester   Manuel Orantes   Mark Edmondson   Marty Riessen   Maryland   Masters d'Hambourg   Masters d'Indian Wells   Masters de Cincinnati   Masters de Miami   Masters de Rome   Mats Wilander   Maui   Mel Purcell   Melbourne   Mexique   Michael Chang   Monaco   Monterrey   Montréal   Munich   Neale Fraser   Nebraska   New Hampshire   New Jersey   New York   Newport Beach (Californie)   Nottingham   Nîmes   Ohio   Omaha   Open d'Australie   Open de Halle   Open de San José   Open de Stockholm   Orlando (Floride)   Pancho Gonzales   Paraguay   Patrick McEnroe   Paul Gerken   Pays-Bas   Pete Sampras   Peter McNamara   Phil Dent   Philadelphie   Philippe Chatrier   Pierre Barthes   Porto Rico   Queens   Québec   Records du tennis   Rio de Janeiro   Roanoke   Robert Badinter   Rod Laver   Roger Federer   Roger Taylor   Roland Garros   Roscoe Tanner   Ross Case   République populaire de Chine   Saint-Louis   Salisbury   Salt Lake City   San Diego   San José   Sandy Mayer   Seconde Guerre mondiale   Stan Smith   Stefan Edberg   Steve Denton   Suisse   Sun City (Afrique du Sud)   Suède   Suédois   Sydney   Taylor Dent   Tempe (Arizona)   Tennis   Tim Gullikson   Tim Mayotte   Tom Gorman   Tom Gullikson   Tom Okker   Toronto   Toulouse   Tournoi d'Indianapolis   Tournoi de Los Angeles   Tournoi de Memphis   Tournoi de Monte-Carlo   Tournoi de Rotterdam   Tournoi de Wimbledon   Tournois majeurs professionnels de tennis de l'ère pré-open   Tulsa   U.S. Pro   US Open de tennis   Venezuela   Vermont   Victor Pecci   Vijay Amritraj   Virginie   Vitas Gerulaitis   Vladimir Zednik   Washington (District de Columbia)   Wembley pro   Wojtek Fibak   World Championship Tennis (WCT)   Yannick Noah  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^