Les Métamorphoses

Infos
Frontispice de l'édition de George Sandys, Londres, 1632 Les Métamorphoses est un long poème épique latin d'Ovide, dont la composition débute probablement en l'an 1. L'œuvre comprend plus de 15 livres et douze mille vers (hexamètres dactyliques) et décrit la naissance et l'histoire du monde gréco-romain jusqu'à l'époque de l'empereur Auguste.
Les Métamorphoses

Frontispice de l'édition de George Sandys, Londres, 1632 Les Métamorphoses est un long poème épique latin d'Ovide, dont la composition débute probablement en l'an 1. L'œuvre comprend plus de 15 livres et douze mille vers (hexamètres dactyliques) et décrit la naissance et l'histoire du monde gréco-romain jusqu'à l'époque de l'empereur Auguste.

Analyse

Les auteurs dont s'inspire Ovide sont des poètes de l'époque hellénistique qui songèrent à regrouper les légendes grecques présentant les métamorphoses des dieux, ou des hommes, de la mythologie. Parmi ces poètes il faut citer Nicandre de Colophon (-), Antigonos de Carystos et Parthénios de Nicée . Le renouveau du pythagorisme donne aussi une certaine actualité à la doctrine du transformisme. Ovide met en scène des centaines de fables (environ 250) depuis le Chaos originel jusqu'à l'apothéose de Jules César, de façon soit développée soit allusive. Le plus difficile est de donner à cette matière hétérogène une certaine unité. Ovide y parvient, non sans artifices, en s'inspirant des catalogues et des généalogies archaïques (comme le Catalogue des femmes d'Hésiode). Toutes les qualités d'Ovide, verve naturelle, art du développement, effets de surprise, adresse dans les transitions, élégance et légèreté de touche se retrouvent dans les Métamorphoses mais avec un dosage particulier afin de correspondre à la durée du poème. Ainsi Ovide recherche le pittoresque avec bonheur et pousse parfois jusqu'à un réalisme brutal comme dans ce portrait de la Faim (VIII, v. 740-749) : « (...) Elle cherchait la Faim : elle la vit dans un champ pierreux, d'où elle s'efforçait d'arracher, des ongles et des dents, de rares brins d'herbe. Ses cheveux étaient hirsutes, ses yeux caves, sa face livide, ses lèvres grises et gâtées, ses dents rugueuses de tartre. Sa peau sèche aurait laissé voir ses entrailles ; des os décharnés perçaient sous la courbe des reins. Du ventre, rien que la place ; les genoux faisaient une saillie ronde énorme, et les talons s'allongeaient, difformes, sans mesure... » Illustration de Virgil Solis pour une édition de 1562 : la métamorphose des pierres que lancent Deucalion et Pyrrha derrière eux La psychologie des personnages est variée et s'accompagne quand c'est nécessaire des ressources de la rhétorique voire de la déclamation (dispute d'Ajax et d'Ulysse autour des armes d'Achille (XIII)). Quant aux combats, ils ont parfois l'allure épique des grandes épopées. Cependant, Ovide ne renonce pas à sa frivolité ni à la malice du poète qui ne souhaite pas être dupe de son récit, ce qui nuit parfois à l'harmonie d'ensemble de l'œuvre. Enfin Ovide, bien qu'il ait été en contact avec le pythagorisme qui ne cesse à cette époque de faire des progrès dans la haute société romaine, ne le fait intervenir qu'à son dernier chant avec une magnificence de termes mais sans grande profondeur. Les Métamorphoses ne sont pas totalement terminées quand Ovide est exilé à Tomes (l'actuelle Constanţa en Roumanie, au bord de la Mer Noire). C'est dans cet endroit, qui pour lui est un exil infernal, qu'il termine à une date imprécise, sans doute autour de l'an 9 ou 10, son œuvre.

Principaux épisodes

- Livre I : Création, âges de l'humanité, Géants, Daphné, Io ;
- Livre II : Phaéton, Callisto, Jupiter et Europe ;
- Livre III : Cadmus, Actéon, Écho et Penthée ;
- Livre IV : Pyrame et Thisbé, les filles de Minée, Persée et Andromède.
- Livre V : Phinée, Le Rapt de Proserpine ;
- Livre VI : Arachné, Niobé, Philomèle et Procné ;
- Livre VII : Médée, Céphale et Procris ;
- Livre VIII : Nisus et Scylla, Dédale et Icare, Philémon et Baucis ;
- Livre IX : le mythe d'Hercule, Byblis ;
- Livre X : Eurydice, Hyacinthe, Pygmalion, Adonis, Atalante, Cyparissus ;
- Livre XI : Orphée, Midas, Alcyone et Céyx ;
- Livre XII : Iphigénie, les Centaures, Achille ;
- Livre XIII : le siège de Troie, Énée ;
- Livre XIV : Scylla, Énée, Romulus ;
- Livre XV : Pythagore, Hippolyte, Esculape, César.

Source

- Jean Bayet, Littérature latine, Armand Colin-collection U, 1965.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Achille   Actéon   Adonis (mythologie)   Ajax fils de Télamon   Alcyone et Céyx   Andromède (mythologie)   Arachné   Atalante   Auguste   Byblis   Cadmos   Callisto (mythologie)   Catalogue des femmes   Centaure   Chaos (mythologie)   Constanţa   Cyparisse   Céphale et Procris   Daphné (nymphe)   Deucalion fils de Prométhée   Divinités grecques primordiales   Dédale   Esculape   Europe fille d'Agénor   Eurydice (femme d'Orphée)   Fable   Guerre de Troie   Géant (mythologie grecque)   Hexamètre dactylique   Hippolyte fils de Thésée   Hyacinthe   Héraclès   Hésiode   IIIe siècle av. J.-C.   Icare   Io (mythologie)   Iphigénie   Jules César   Jupiter (mythologie)   Latin   Le Rapt de Proserpine   Londres   Mer Noire   Midas   Mythe des races   Mythologie   Mythologie grecque   Médée   Nicandre de Colophon   Niobé fille de Tantale   Nisos (Mégare)   Orphée   Ovide   Parthénios de Nicée   Penthée   Persée   Phaéton   Philomèle et Procné   Philémon et Baucis   Phinée   Pygmalion et Galatée   Pyrame et Thisbé   Pyrrha (mythologie)   Pythagore   Scylla (Mégare)   Scylla (monstre)   Ulysse   Virgil Solis  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^