Porrentruy

Infos
Porrentruy est une commune suisse du canton du Jura. Elle est le chef-lieu du district de Porrentruy. Elle est la deuxième ville du canton du Jura par sa population. Elle se situe au centre de l'Ajoie, à l'intersection des routes Delémont - Belfort - Bâle - Besançon.
Porrentruy

Porrentruy est une commune suisse du canton du Jura. Elle est le chef-lieu du district de Porrentruy. Elle est la deuxième ville du canton du Jura par sa population. Elle se situe au centre de l'Ajoie, à l'intersection des routes Delémont - Belfort - Bâle - Besançon.

Géographie

La ville est située à 423m d'alt., elle compte 1480 hectares, 6906 habitants en 1987. Elle est traversée par l'Allaine, une rivière affluent du Doubs. Elle reliée par le train: ligne CFF Delle-Delémont-Bâle ou Delle-Delémont-Bienne. Elle est tête de ligne des Chemins de fer du Jura (CJ) Porrentruy-Bonfol.

Organisation politique

Les autorités municipales sont constituées des deux pouvoir : le législatif et l’exécutif. Le législatif s'appelle Conseil de ville. Il se compose de 41 membres, élus tous les quatre ans, selon le système proportionnel. Le Conseil de ville exerce la surveillance de l'ensemble de l'administration communale et prend les mesures nécessaires à cet effet. L'exécutif, appelé Conseil communal, est composé de de huit conseillers et du maire, qui en est le président. Le vice-président (adjoint) est élu par le Conseil communal, pour une durée d'une année, par rotation. Le maire est élu pour quatre ans selon le système majoritaire à deux tours et les membres du Conseil (= conseillers communaux) sont élus selon le système proportionnel pour quatre. L'Exécutif exerce dans l'administration tous les pouvoirs qui ne sont pas attribués à un autre organe par des prescriptions de droit fédéral, cantonal ou communal. Il représente la Commune municipale envers les tiers. Exécutif, répartition des sièges pour la législature 2005-2008: - PDC : 3; PLR : 2; PS : 2; PCSI : 1 Maires : Jean-Georges Quiquerez; Joseph Trouillat, 1848-1860, Paul Billieux (PLR) 1940-1950; Charles Parietti, (PLR) ?-?; Gabriel Theubet (PDC) 1972-1984; Robert Salvadé (PDC) 1985-1988; Jean-Marie Voirol (PLR) 1988-1995; Hubert Theurillat (PDC) 1996-2004; Gérard GUENAT (PDC) 2005-2008; Législatif, répartition proportionnelle pour la législature 2005-2008 : PDC : 14; PLR : 11; PS : 9; PCSI : 6; UDC :1 Président du conseil ville: Manuel Piquerez, PLR (2007);

Economie

Siège de la Banque Cantonale Jurassienne.

Histoire

Le site est habité dès l'époque romaine (en 1983, un fanum (temple gallo-romain), a été mis à jour, près du cimetière actuel "En Solier"), mais les premières mentions historiques se situent entre 968 et 1148. Les documents révèlent l'existence d'une petite bourgade, avec une église paroissiale dédiée à Saint-Germain et, après 1233, avec une chapelle située sur la colline sud, à l'emplacement de l'actuelle église St-Pierre. Après avoir appartenu aux comtes d'Alsace, le noyau urbain devint propriété de l'abbaye de Moutier-Grandval, d'où l'église de Saint-Germain, tandis que la colline sud, qui vit s'ériger l'église de Saint-Pierre, dépendait du couvent de Bellelay. Au Nord, les comtes de Ferrette possédaient la région du Château. En 999, le roi de Bourgogne transjurane, Rodolphe III, donna à l'évêque de Bâle l'abbaye de Moutier-Grandval et toutes les terres de l'institution religieuse. Ce don fit du prélat de la ville rhénane un prince, en plus de l'évêque qu'il était. À partir de cette date et jusqu'en 1270, les princes-évêques de Bâle procédèrent à des achats divers et l'Ajoie devint partie intégrante de leurs terres, dont ils restèrent majoritairement les maîtres jusqu'à la Révolution française. En 1283, Porrentruy reçoit sa charte de franchises de l’Empereur Rodolphe II de Habsbourg. Mais au XIIIe siècle, la situation est compliquée ; engagée sous condition au comte de Montbéliard en 1236, la ville doit faire retour aux Ferrette, mais ceux-ci ont, entre temps, cédé leurs droits à l’évêque de Bâle. Le nouveau comte de Montbéliard, Renaud de Bourgogne (frère d’Othon IV, comte de Bourgogne), ne tient pas à accroître encore la puissance de son voisin. Il entre en guerre ouverte contre l’évêché de Bâle et se saisit du château de Porrentruy. La même année, pour financer sa campagne, Renaud accorde des franchises, immunités et privilèges semblables aux bourgeois de la cité de Montbéliard, moyennant 1.000 Livres estevenantes (monnaie de Besançon). Mais au bout du compte, les princes-évêques de Bâle, soutenus par l’Empereur, auront raison de Renaud de Bourgogne. En 1386, l'évêque Inder de Ramstein dut vendre toute l'Ajoie, Porrentruy et son château, au comte Étienne de Montbéliard (maison de Montfaucon) pour 11.000 florins. À sa mort, en 1397, l’héritage tomba dans la corbeille de sa petite-fille, Henriette d’Orbe, qui maria 10 ans plus tard, Eberhard IV, comte de Wurtemberg. En 1409, Eberhard IV confirma les Franchises de la ville aux bourgeois de Porrentruy (ainsi qu’à ceux de Montbéliard). Devenue veuve, et gouvernant seule le Wurtemberg, la comtesse Henriette régnera sur la cité de Porrentruy ; elle devait encore acquérir de l’évêque de Bâle, pour 3.000 florins d’or, la partie occidentale de l’Ajoie. Les bourgeois de Porrentruy n’ont d’ailleurs eu qu’à se louer de l’administration des Wurtemberg, qui leur avaient octroyé des privilèges et des bienfaits. Les princes wurtembergeois régneront encore sur Porrentruy jusqu’en 1461, date où ils rétrocédèrent toute l’Ajoie à l'évêque Jean de Venningen, moyennant une somme considérable.

Monuments

-Le château

Distinctions

-Elle obtient le Prix Wakker en 1988

Personnalités

- Antoine Guillaume de la Coste, dit Delmas, 1766-1813. Général de Napoléon, exilé à Porrentruy de 1802 à 1813.
- Antoine Lumière, 1840-1911. Père des frères Lumière. Exerça comme photographe ambulant à Porrentruy en 1868-69.
- Robert Caze, 1853-1886. Poète et romancier. Refugié de la Commune, il s'exila à Porrentruy où il enseigna au Collège de Porrentruy de 1875 à 1880. Président de la Société jurassienne d'Emulation.
- Auguste Quiquerez, 1801-1882. Historien, archéologue, préfet. L'un des pères fondateurs de l'histoire jurassienne.
- Gustave Amweg, 1874-1944. Maître de français et d'histoire au progymnase de l'École cantonale de Porrentruy, puis président de la Société jurassienne d'Emulation
- Albert Perronne, 1891-1982. Homme de sciences, photographe, collabora notamment avec Frédéric-Edouard Koby.
- Denise Perronne, fille du précédent. Actrice et comédienne. Joua notamment dans "Mon oncle" de Jacques Tati, "Un drôle de paroissien" de Jean-Pierre Mocky, "Le soupirant" de Pierre Etaix, "Les aventures de Rabbi Jacob" de Gérard Oury, "Blanche" de Walerian Borowczyk, etc.
- Jean Cuttat. 1916-1992. Poète. Fondateur des Editions des Portes de France. Auteur des "Chansons du Mal au Coeur" et de "Noël d'Ajoie", notamment.
- Tristan Solier, de son vrai nom Paul-Albert Cuttat. 1918-1998. Poète, peintre, photographe, galeriste et éditeur. Frère du précédent. Fondateur des Editions du Pré-Carré.
- Alexandre Voisard, poète et écrivain. Membre de l'Académie Mallarmé.
- Angi, peintre, architecte, photographe et sculpteur.
- Charles Beuchat, homme de lettres
- François Schaller, économiste et professeur d'université
- Auguste Viatte, écrivain, critique et littérateur à l'Université Laval. Spécialiste de la francophonie.
- Jean-François Comment, 1919-2002. Artiste peintre
- Bernard Comment, écrivain et romancier, fils du précédent. Né en 1969. Aujourd'hui directeur à France-Culture.
- Pierre-Olivier Walzer, écrivain et critique. Professeur d'université. Spécialiste de Lautréamont, Charles Cros et Tristan Corbière - il signe l'édition des oeuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléïade. Fondateur des Editions des Portes de France.
- Christophe Moreau, coureur cycliste français en activité né en 1971 y réside.

Enseignement supérieur et recherche

-Lycée cantonal et école supérieure de commerce
-Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), école d'ingénieurs Arc partagé avec Saint-Imier, Le Locle (microtechniques, génie mécanique, génie électrique et informatique)

Transport

-Ligne ferroviaire CFF Delémont - Porrentruy
-Ligne ferroviaire Porrentruy-Bonfol des Chemins de fer du Jura
-A16, Sortie 5(Porrentruy Est) , ainsi que Porrentruy Ouest

Bibliographie

- Arthur Daucourt, Dictionnaire historique des paroisses de l'ancien Évêché de Bâle. Porrentruy, 1897-1915. 9 vol.
- Louis Vautrey, Histoire du Collège de Porrentruy, Porrentruy, Editions du Faubourg, 1983.
- Gustave Amweg, Bibliographie du Jura bernois, ancien Évêché de Bâle, Porrentruy, 1928. Contient des centaines de références sur PORRENTRUY.
- André Bandelier, Porrentruy, sous-préfecture du Haut-Rhin, Neuchâtel, 1980
- Auguste Quiquerez, Ville et château de Porrentruy, Préface, notes et compléments par Arnaud Bédat. Porrentruy, Editions du Faubourg, 1982 Catégorie:Commune du canton du Jura Catégorie:ville de Suisse Catégorie:Ancienne préfecture de:Porrentruy en:Porrentruy it:Porrentruy nl:Porrentruy (gemeente) tr:Porrentruy vo:Porrentruy
Sujets connexes
Albert Perronne   Alexandre Voisard   Alle (Jura)   Angi   Antoine Lumière   Auguste Viatte   Autoroute suisse A16   Bernard Comment   Bonfol   Bressaucourt   Bure (Jura)   Canton du Jura   Charles Beuchat   Charles Cros   Christophe Moreau   Château de Porrentruy   Coeuve   Communes de Suisse   Courchavon   Courgenay (Jura)   Courtedoux   Delémont   Fontenais   François Schaller   Génie mécanique   Haute école spécialisée de Suisse occidentale   Informatique   Le Locle   Microtechniques   Pierre-Olivier Walzer   Prix Wakker   Robert Caze   Saint-Imier   Suisse   Tristan Corbière   Université Laval  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^