Tarascon (Bouches-du-Rhône)

Infos
Château de Tarascon Tarasque par Jean Barnabé Amy Tarascon (Tarascoun en provençal de norme mistralienne) est une commune française, située à l'extrémité Ouest du département des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Tarasconnais.
Tarascon (Bouches-du-Rhône)

Château de Tarascon Tarasque par Jean Barnabé Amy Tarascon (Tarascoun en provençal de norme mistralienne) est une commune française, située à l'extrémité Ouest du département des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont appelés les Tarasconnais.

Géographie

chateau du roi rené chateau du roi rené petite maison tarasconaise

Histoire

Château du Roy René Situé en bordure du Rhône, à la croisée des chemins entre Avignon, la Camargue et le Luberon, Tarascon est encore aujourd'hui associée aux contes et légendes dont elle fut, paraît-il, le théâtre dans les années 48 après JC. La tradition raconte que Marthe, venant de Palestine, débarqua à Tarascon où sévissait alors la Tarasque, un terrible monstre amphibien. La Sainte dompta courageusement et miraculeusement le monstre. Depuis de nombreux pèlerins visitent la Collégiale Royale Sainte Marthe, construite en son honneur non loin du château du roi René. Ce sanctuaire, principal monument de la ville, renferme en effet les reliques et le tombeau de Sainte Marthe, dans la crypte, qui fut bâtie sur l'emplacement exact de sa maison. Notons l'exceptionnelle richesse artistique, architecturale, historique qui contribue à faire de la Collégiale Royale Sainte Marthe une des plus belles églises de Provence. Le château est exceptionnellement bien conservé, c'est l'un des plus beaux châteaux médiévaux de France. Ce palais, commencé en 1400 par Louis II d'Anjou et terminé par son fils le roi René, a de majestueuses allures féodales : vous vous sentirez tout petit à son entrée ! Doté d'un impressionnant système défensif, il abrite également l'intérieur élégant d'une résidence princière. Tarascon inspira d'autres contes, en particulier la célèbre histoire de Tartarin de Tarascon, illustre personnage né sous la plume d'Alphonse Daudet en 1872. Une maison, située dans le centre-ville, lui est dédiée. Visitez-la après avoir découvert les vieilles rues pittoresques et charmantes de la ville, parmi lesquelles la rue des Halles à arcades, la rue Arc de Boqui (entièrement couverte) et la rue des Juifs. Tarascon est également fière d'avoir le musée des célèbres tissus Souleïado, installé dans un hôtel du dans le centre-ville. La manufacture Charles Demery continue à maintenir cette tradition ancestrale et fait rayonner à travers le monde cette mode inspirée du folklore provençal. Pour plus d'informations sur l'histoire de Tarascon veuillez visiter le site de l' La Mairie Image:Cloitre des cordelierphotochop.png|Cloître des Cordeliers Image:Maison de tartarin copie.png|Maison de Tartarin Image:Porte condamine.png|Porte Condamine Image:Place de la mairie.png|Place de la Mairie ---- Le Quartier Au , les villes comme Tarascon qui se trouvaient sur le passage des troupes avaient pour obligation de loger et nourrir les régiments qui se déplaçaient. À la suite de requêtes réitérées sur plusieurs décennies, la ville reçoit, le 20 septembre 1695 de l’intendant de Provence l’autorisation de construire ces casernes. La construction ne commencera qu’en 1718 sur les plans de DESFOUR, architecte Montpelliérain. Appliquant les préceptes de son maître DAVILLER qui construisait des casernes selon un modèle de bâtiments regroupés autour de trois cours spécialisées, il applique à Tarascon le même concept mais avec des variantes et des dimensions plus modeste. La construction du quartier ancien commence par l’Est et s’échelonne jusqu’en 1757. Le grand quartier autour d’une grande cour est réservé à la cavalerie, le petit quartier est divisé en deux cours, l’une pour l’infanterie, l’autre pour les magasins d’étape. Les bâtiments sont sur deux niveaux, flanqués aux angles de pavillons. Le rez-de-chaussée est constitué de pièces voûtées en berceau surbaissé, réservées aux écuries, l’étage est réservé aux chambrées des soldats. L’administration occupe l’aile entre les deux quartiers. Des passages sont aménagés pour accéder aux différentes cours. Au XVIII siècle ces bâtiments avaient la capacité d’héberger jusqu’à 1 275 hommes et 500 chevaux environ.Le quartier prend alors le nom de Kilmaine en hommage à Charles Édouard Saül Jennings de , général de la Révolution française et baron, né à Dublin, le 19 octobre 1751, et mort le 11 décembre 1799 à Paris Le Grand Manège C’est en 1846 qu’est prise la décision de construire le grand manège dans l’enceinte du Quartier Kilmaine. Cet espace de 67 x 27 m est couvert d’une vaste charpente d’assemblage en bois de forme arrondie. Ses plans s’inspirent d’un manège construit à Pont à Mousson par le Capitaine du Génie DESGRANGE. Pour créer un tel ouvrage, il est fait appel à des charpentiers de marine qui avaient l’habitude de construire des coques de bateaux. Il n’existe d’ailleurs plus que trois exemplaires similaires en France, SAUMUR, FONTAINEBLEAU et TARASCON De 1818 jusqu’au début du XX siècle, le quartier fut occupé par les Dragons, puis remplacé par le 11ème Régiment de Hussards jusqu’en 1914. Cour du vieux quartierDès les années 1950, le Quartier Kilmaine est occupé par le Centre Mobilisateur n°27 et le Centre de Sélection n° 9. Le 30 juin 2006, le Quartier Kilmaine ferme définitivement ses portes mettant fin à l’histoire militaire de Tarascon. Se référent à un décret signé par Napoléon en date du 5 août 1810 la ville de Tarascon souhaite se réapproprier le Quartier Kilmaine. Après de nombreuses péripéties administratives, et trois années passées, un véritable projet de reconversion est mis en place. Création de la Cité du Cheval, extension du Lycée Daudet, déplacement de la Cité Judiciaire, création de la Maison des Associations et d’un pôle culturel, réalisation d’une résidence pour étudiants et d’une résidence « grand standing ».

Administration

|- | align=right| 1935 - 1940 || Numa Corbessas || - || Maire |- | align=right| 1940 - 1941 || Eugène Barthélémy || - || Maire |- | align=right| 1941 - 1944 || Étienne Philip || - || Maire |- | align=center| 1944 || Commission spéciale || - || - |- | align=right| 1944 - 1947 || Numa Corbessas || - || Maire |- | align=right| 1947 - 1965 || Honoré Valette || - || Maire |- | align=right| 1965 - 1971 || (Colonel) Jean André || - || Maire |- | align=right| 1971 - 1983 || Antonin Saint Michel || PS || Maire |- |- | align=right| 1983 - 2002 || Thérèse Aillaud || RPR || Maire |- | align=right| 2002 - 2005 || Jean Reynaud || UMP || Maire |- | align=right| 2005 - 2008 || Charles Fabre || UMP || Maire

Démographie

Economie

- Centre de formation équestre de la Chambre de commerce et d'industrie du Pays d'Arles.

Culture

Église collégiale Sainte-Marthe

Fêtes de la Tarasque

Chaque année, au cours des fêtes de la Tarasque, l'on voit défiler des processions d'empégadures (femmes avec coiffures et tenues traditionnellement arlésiennes et provençales) et de gardians qui, eux, sont le propre de la culture camarguaise (les gardians étant les gardiens de taureaux).

Tradition provençale et empreinte camarguaise

Au-delà de Tartarin, la culture présente à Tarascon, est un mélange entre culture camarguaise (proximité avec la ville de Beaucaire dans le Gard), et culture provençale, reliée aux villes d'Avignon et de Marseille. La culture provençale/camarguaise est toujours assez présente dans les mentalités, un cours de provençal étant offert au lycée Alphonse Daudet de Tarascon et comptant pour le baccalauréat. D'autre part la culture provençale s'exporte à l'étranger, avec les tissus Souleïado qui sont présents dans plusieurs magasins du monde entier, notamment la boutique Souléïado à New-York ou Tokyo. Image:Statut de la Tarasque.jpg|Sculpture de Pascal Demaumont à l'initiative de Christian Guiot, Chevalier de la Tarasque. Inaugurée le 23 juin 2005 Image:La Tarasque et les Chevaliers de la Tarasque.jpg|La Tarasque et les Chevaliers de la Tarasque (tarascaïres)

Cinéma

- 1968 : Le Lion en hiver (The Lion in Winter), film britannique et historique réalisé par Anthony Harvey avec Katharine Hepburn, Peter O'Toole et Anthony Hopkins. De nombreuses séquences furent tournées à Tarascon avec le cadre médiéval du château et de ses rives servant de toile de fond aux démêlés d'Aliénor d'Aquitaine avec son époux le roi Henri II d'Angleterre et leurs fils.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

- Communes des Bouches-du-Rhône

Galerie d'image

Image:Fontaine julien.png|Fontaine Julien Image:Derriere la poste.png|Derrière la poste Image:Copie de place fraga.png|Place Fraga Image:Arc de boqui.png|Arc de Boqui Image:Hotel de laudun.png|Hôtel de Laudun Image:Creperie du chateau.png|Crêperie du château Image:Jardin duchateau.png|Jardin du château Image:Brasserie de la paix.png|Brasserie de la paix ==
Sujets connexes
Aliénor d'Aquitaine   Alphonse Daudet   Anthony Hopkins   Arrondissement d'Arles   Avignon   Beaucaire   Bouches-du-Rhône   Camargue   Canton de Tarascon   Chambre de commerce et d'industrie du Pays d'Arles   Communauté d'agglomération Arles-Crau-Camargue-Montagnette   Communes des Bouches-du-Rhône   France   Gard   Gentilé   Henri II d'Angleterre   Jean Barnabé Amy   Katharine Hepburn   Le Lion en hiver   Louis II d'Anjou   Marseille   Marthe (Bible)   Massif du Luberon   Norme mistralienne   Palestine   Peter O'Toole   Provence-Alpes-Côte d'Azur   Provençal   René Ier de Naples   Royaume-Uni   Tarasque   Tartarin de Tarascon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^