Aton

Infos
Aton est un dieu solaire de l'Égypte antique. Il est surtout connu comme un dieu éphémère de la mythologie égyptienne du Nouvel Empire (v. -1353 à -1337). Cependant son origine est bien plus ancienne en tant que principe visible du dieu Atoum-Rê comme nous le décrivent les Textes des pyramides de la fin de l'Ancien Empire. Amenhotep le bâtisseur, donna à Aton un rôle prédominant durant son règne, mais c'est son fils, Amenhotep , qui fera de la personnification du
Aton

Aton est un dieu solaire de l'Égypte antique. Il est surtout connu comme un dieu éphémère de la mythologie égyptienne du Nouvel Empire (v. -1353 à -1337). Cependant son origine est bien plus ancienne en tant que principe visible du dieu Atoum-Rê comme nous le décrivent les Textes des pyramides de la fin de l'Ancien Empire. Amenhotep le bâtisseur, donna à Aton un rôle prédominant durant son règne, mais c'est son fils, Amenhotep , qui fera de la personnification du disque solaire, Aton, le dieu unique de l'Égypte. Amenhotep prendra alors le nom de Akhénaton, littéralement celui qui est utile à Aton, et transformera le grand temple du dieu Amon-Rê à Karnak en lui adjoignant à son orient tout un complexe cultuel dédié au disque. En l'an de son règne il construira et lui consacrera une nouvelle capitale : Akhetaton, Horizon d'Aton, (Tell el-Amarna en arabe), ce qui ne cesse de marquer les esprits tant on peut percevoir par cette fondation l'orientation décisive que le jeune souverain donne au culte solaire. Akhénaton fait alors du culte d'Aton une véritable révolution ésotérique. Aton, « père et mère de toute création », est un dieu unique (à l'époque, le polythéisme est de rigueur dans tout le monde connu) et universel (il ne limite pas ses bienfaits à l'Égypte). Autrefois représenté sous les traits d'une divinité à tête de faucon surmontée du disque solaire (en tout point semblable aux représentations du dieu Rê), Aton sera, sous le règne d'Akhénaton, représenté sous la forme d'un disque solaire, dont les rayons terminés par des mains, tendent la clef de vie Ânkh aux humains et à toute la création. Symbolisé dans ce soleil dont les rayons transmettent la vie sur terre, Aton n'a pas d'autres formes tangibles que celle visible du disque solaire qui chaque jour rayonne dans le ciel. Il ne pouvait donc être représenté par une image sculptée ou encore une idole. En théorie, les fidèles n'ont pas besoin de prêtres pour faire l'intermédiaire entre eux et le dieu, puisque chacun peut s'adresser à l'astre pour adorer Aton. Néanmoins, le commun des mortels ne peut pas réellement comprendre l'essence d'Aton : le Pharaon devient intermédiaire entre le Dieu et le peuple, et le fidèle prie un autel contenant une image du roi, par deux principales prières, qui sont réputées avoir été inspirées par le roi lui-même, répétant là ce que seuls les grands prêtres officiaient aupravant par délégation directe de Pharaon dans le secret des sanctuaires. que le culte d'Aton est à l'origine du judaïsme qui lui emprunterait beaucoup de ses concepts et qui aurait vu le jour dans la population juive d'Égypte moins d'un siècle plus tard c'est la thèse de Sigmund Freud dans L'homme Moïse et la religion monothéiste. Le disque d'Aton Cependant il faut nuancer cette révolution conceptuelle de la divinité en précisant que le roi n'abolit pas le système théologique basé sur une divinité solaire qui depuis l'Ancien Empire jusqu'à lui rayonnait déjà sur l'ensemble des cultes du pays. En témoignent les nombreux synchrétismes associant Rê à une divinité majeure d'un nome, autant de tentatives précédentes de l'universalité du culte solaire qu'Akhénaton sublimera de manière certes magistrale et pour le coup exclusive. Il est attesté par exemple qu'au début de la fondation d'Akhétaton le roi y fait "transférer" le culte du taureau sacré d'Héliopolis, Mnévis pour le quel une sépulture aurait été aménagée au cœur de la nécropole située à l'est de la nouvelle capitale solaire. Ce culte de l'hypostase vivante du dieu qui était le pendant depuis des générations de la personnification divine à l'instar de Pharaon lui même, ne fut donc pas bannit mais réinclu dans la théologie atonienne dont les principaux rites ne devaient pas être étrangers à ceux pratiqués dans l'antique cité du dieu soleil. L'intercesseur entre Dieu-Aton et le peuple reste le Roi lui même mais Akhénaton s'approprie ce rôle de façon unique et innove en y associant à égalité sa grande épouse royale Néfertiti qui sera représentée également accomplissant les rites quotidiens au grand temple d'Aton à Akhétaton. Seul le couple royal est habilité à procéder aux rites sacré et toutes les représentations de ce culte les associaient systématiquement. Toute prière à « Dieu » doit passer par les enfants du Soleil. Enfin le culte d'Aton loin d'être rendu uniquement dans sa ville consacrée et royale se voit imposé dans les sanctuaires des divinités majeures du pays. Héliopolis en premier lieu où des vestiges d'un monuments dédié au disque ont été retrouvés, Karnak donc, où l'éclat du culte solaire éclipse le dieu caché Amon. Mais on peut également citer Memphis où certains vestiges donnent le nom du temple d'Aton de la cité du dieu Ptah autre démiurge qui par son aspect chtonien était étranger à la théologie solaire. Il fut élevé à l'est du temple de l'antique divinité memphite. Le culte rendu à l'astre était bien trop abstrait dans la mentalité des égyptiens : ils n'étaient pas prêts. Considéré comme le créateur du monde (au même titre que Amon-Rê), il se heurta alors aux puissants clergés traditionalistes dépossédés de leurs prérogatives cultuelles et ne put s'imposer que grâce à l'autorité d'Akhénaton qui interdit le culte des anciens dieux et retira notamment aux prêtres d'Amon le pouvoir et les richesses qu'ils avaient accumulés. À la mort d'Akhénaton (ou sous le règne du jeune Toutânkhamon), le culte d'Aton retourne dans l'oubli et le culte d'Amon est rétabli. La ville d'Akhetaton est abandonnée et la cour retourne à Thèbes. Le premier monothéisme officiel du monde, pour certains il s'agirait plutôt d'un hénothéisme ou d'une monolâtrie, aura duré dix-huit ans ou guère plus, mais il est probable que ce culte ait été transmis de génération en générationidée retenue par Edgar P. Jacobs dans la bande dessinée Le Mystère de la grande pyramide, 1954, bien qu'on n'en ait aucune preuve.

Notes

Bibliographie

- Catégorie:Index égyptologique Catégorie:Divinité égyptienne ar:آتون bg:Атон (бог) ca:Aten da:Aton (gud) de:Aton el:Ατέν en:Aten eo:Atono es:Atón et:Aton eu:Aton fi:Aton gl:Atón hi:अतेन hu:Aton it:Aton ja:アテン ka:ატონი lt:Atonas mk:Атон nl:Aton no:Aton oc:Aton pl:Aton pt:Aton ru:Атон scn:Aton simple:Aten sk:Aton sl:Aton sv:Aton tl:Aten tr:Aten uk:Атон zh:阿頓
Sujets connexes
Akhetaton   Akhénaton   Amon   Amon-Rê   Aménophis III   Ancien Empire égyptien   Edgar P. Jacobs   Hiéracocéphale   Hymne à Aton   Héliopolis (Égypte)   Hénothéisme   Idole   Judaïsme   Karnak   Le Mystère de la grande pyramide   Memphis (Égypte)   Mnévis   Monolâtrie   Mythologie égyptienne   Nome   Nouvel Empire égyptien   Néfertiti   Polythéisme   Ptah     Sigmund Freud   Tell el-Amarna   Textes des pyramides   Thèbes (Égypte)   Toutânkhamon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^