Abolition de l'esclavage

Infos
La première trace d'une abolition de l'esclavage est la série de lois édictées en 958 par Gwangjong, le quatrième roi du royaume de Koryŏ (Corée actuelle), mais les invasions qui ont suivi ont balayé cette réforme. En Europe à la même époque, les marchés aux esclaves sont progressivement interdits, sous l’influence de l’Église (voir sainte Bathilde). À partir du le servage a progressivement remplacé l'esclavage en Europe occidentale. Le servage quant à lui
Abolition de l'esclavage

La première trace d'une abolition de l'esclavage est la série de lois édictées en 958 par Gwangjong, le quatrième roi du royaume de Koryŏ (Corée actuelle), mais les invasions qui ont suivi ont balayé cette réforme. En Europe à la même époque, les marchés aux esclaves sont progressivement interdits, sous l’influence de l’Église (voir sainte Bathilde). À partir du le servage a progressivement remplacé l'esclavage en Europe occidentale. Le servage quant à lui avait presque disparu lors de son abolition sous la Révolution française. L'Empire du Mali aurait tenté d'interdire l'esclavage au , sous Soundiata Keïta. Mais cela fut un échec. L'idée d'esclavage revient sur le devant de la scène avec la découverte du Nouveau Monde par l'Espagne, car en Espagne, la pratique de l'esclavage n'avait jamais cessé car le pays est resté en partie sous domination musulmane jusqu'en 1492, le christianisme n'a donc pas pu y apporter progressivement l'abolition de l'esclavage comme dans le reste de l'Europe. Charles Quint commence par l'autoriser, puis l'interdit en 1526 dans tout son empire sur recommandation de son Conseil des Indes. Peu de temps après, le 2 juin 1537, le pape Paul III' l'interdit à son tour en termes vigoureux dans sa lettre Veritas ipsa, suivie le 29 mai de la bulle officielle Sublimis Deus. La controverse de Valladolid suivra treize ans plus tard. Cela étant, le Nouveau Monde est loin de Rome, les nouvelles qui en parviennent ne sont que celles que des témoins peuvent ou veulent en donner, et il n'est par ailleurs point de droit possible sans force pour le faire appliquer : la bulle du pape sera superbement ignorée, en dépit d'actions de Bartolomé de Las Casas et d'une partie des évêques. Dans les colonies européennes, l'esclavage issu du commerce triangulaire sera cependant progressivement interdit, mais seulement au cours du . Par la suite, la lutte contre l'esclavage sera un des arguments des mouvements colonialistes en Afrique et mènera à la fondation de la colonie américaine du Libéria.

Révoltes d’esclaves

La rébellion des Zandj est une révolte d’esclaves noirs contre le pouvoir des Abbassides entre 869 et 883, dans le sud de l'Irak. La révolution haïtienne eut lieu de 1791 à 1804. Les noirs libres et les esclaves de la colonie française de Saint-Domingue se sont rebellés sous la direction de François Dominique Toussaint Louverture puis de Jean-Jacques Dessalines, tous deux anciens esclaves émancipés. Cette première révolution anti-esclavagiste du continent américain a donné naissance à la première république noire, la République d'Haïti, en 1804. Haïti devient alors le deuxième État indépendant du continent après les États-Unis.

Marronnage

Avant l'abolition, outre la révolte, le marronnage était une autre forme de contestation de l'esclavage par l'esclave. Les Marrons fuyaient de la propriété de leur maître et partaient se réfugier dans des lieux inaccessibles où ils se regroupaient parfois pour former des sociétés organisées capables d'une défense passive contre les chasseurs envoyés à leurs trousses.

Mouvements et associations abolitionnistes

Aux États-Unis

Dès 1770, les sociétés Quakers de Nouvelle-Angleterre s'interdisent toutes pratiques esclavagistes. L'esclavage est aboli en 1777 dans le VermontJacques Binoche, Histoire des États-Unis, p.103. Pourtant, lorsque la Constitution américaine entre en vigueur le 4 mars 1789, elle consacre l'esclavage pratiqué dans un grand nombre d'États, notamment du Sud. L'une de ses dispositions permet aux propriétaires d'esclaves de calculer le nombre de suffrages à partir de l'équation : 1 noir = 3/5 d'un blanc ! Dans les années 1820, la Female Anti-slavery Society dénonce l'esclavage.

En France

En France, l'article « traite des nègres » de L’Encyclopédie rédigé en 1776 par Louis de Jaucourt condamne l'esclavage et la traite : « Cet achat de nègres, pour les réduire en esclavage, est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles, et tous les droits de la nature humaine. » Brissot créa la Société des amis des Noirs en 1788 ; mais, malgré les efforts de ses membres éminents comme l'abbé Grégoire ou Condorcet, il ne put obtenir l'abolition de l'esclavage auprès de la Constituante. Ce ne fut que le 4 février 1794 que la Convention abolit l'esclavage en avalisant et généralisant la décision unilatérale du commissaire civil à Saint-Domingue, Léger-Félicité Sonthonax, prise le 29 août 1793. L'abolition de l'esclavage (1849) par Auguste François Biard (1798-1882) - Château de Versailles Cette abolition, certes dictée par un humanisme hérité des Lumières, avait aussi comme objet de rallier les esclaves révoltés de Saint-Domingue, face à la double menace royaliste et d'invasion anglaise. Du reste, cette abolition ne sera pas appliquée dans toutes les possessions françaises d'alors, loin s'en faut. Napoléon le rétablira (loi du 30 floréal an X, soit le 20 mai 1802) sous l'influence supposée de la famille de son épouse Joséphine de Beauharnais béké de Martinique, cédant aux supplications des colons blancs qui prétendaient ne plus pouvoir assurer leur survie et celle de leur plantation en ayant recours à une main-d'œuvre non servile. Les mariages mixtes redevinrent interdits par la même occasion. Il faut signaler que Napoléon I, de retour de l'île d'Elbe pour trois mois (Les Cent-Jours), décréta une abolition immédiate de l'esclavage, davantage peut-être par stratégie que par sentiment d'inanité du rétablissement de l'esclavage. En 1802, celui-ci pourtant avait généré une guerre d'indépendance à Saint-Domingue (voir : Toussaint Louverture et Expédition de Saint-Domingue). Sa décision sera confirmée par le traité de Paris le 20 novembre 1815. Néanmoins, à la Restauration, celle-ci restera aussi lettre morte. En 1834, est créée la Société française pour l'abolition de l'esclavage présidée par Victor de Broglie. Victor Schoelcher nommé dans le Gouvernement provisoire de 1848 Sous secrétaire d'État à la Marine et aux colonies par le ministre François Arago, contribue à faire adopter le décret sur l'abolition de l'esclavage dans les Colonies. Le Décret d'abolition du 27 avril, signé par tous les membres du gouvernement paraît au Moniteur, le 5 mars.

Au Royaume-Uni

À la même époque en Angleterre, le mouvement abolitionniste se structure à partir de 1788, dans la Société pour l'abolition de la traite autour du député William Wilberforce avec le soutien du premier ministre William Pitt.

Abolition de l’esclavage

L'abolition officielle de la traite des noirs date de 1807 pour les États-Unis et l'Angleterre et du congrès de Vienne de 1815 pour les autres puissances européennes. Celle ci se poursuivra cependant de façon clandestine et il faudra attendre l'abolition de l'esclavage pour que ce trafic cesse réellement. L'esclavage fut aboli au Portugal en 1869Hugh Thomas, "La traite des Noirs", éd. Robert Laffont, p. 850 et en Angleterre en 1833. L'abolition bill promulgué en 1833 ne marque pas l'émancipation totale des esclaves dans les possessions britanniques. En effet, il convient de préciser que les esclaves doivent rester sous le joug de leurs anciens maîtres pendant une certaine période. Il était prévu que les esclaves non-ruraux restent auprès de leurs maîtres jusqu'en 1838 et les esclaves ruraux jusqu'en 1840. Finalement l'abolition complète de tous les esclaves est décrétée le 1 août 1838. Seule la colonie d'Antigua choisit l'abolition complète et immédiate pour ses esclaves dès 1833. En 1821, l'État du Libéria est fondé en Afrique de l'ouest par une société américaine de colonisation pour y installer des noirs libérés. En 1847, le Libéria est un des premiers pays africains indépendants. L'Empire ottoman à son tour a aboli l'esclavage le 26 décembre 1847. En France, il faudra attendre le décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848 et les interventions de l'abolitionniste Victor Schoelcher pour que l'abolition de l'esclavage soit définitive. En 1854 Le Venezuela, sous la présidence de Jose Gregorio Monagas, inscrit dans sa constitution l'abolition définitive de l'esclavage. En 1865 les États-Unis promulguent le 13 amendement interdisant l'esclavage. La question de l'esclavage, en partie révélée par le livre La Case de l'oncle Tom conduisit Abraham Lincoln à promettre son abolition s'il était élu. Son élection conduisit donc les États du Sud à demander la Sécession. Celle-ci leur fut refusée (elle aurait en effet privé les caisses fédérales de l'essentiel de ses impôts), conduisant à la guerre civile. La Guerre de Sécession qui en suivit sera la plus meurtrière de toute l'histoire de ce pays. Au Brésil l'abolition a eu lieu en 1888. La Mauritanie est le dernier pays à avoir officiellement aboli l'esclavage (en 1980).
- 1926 Convention internationale sur l'esclavage
- Dates d'abolition de l'esclavage La Déclaration universelle des droits de l'homme des Nations unies du 10 décembre 1948 a symboliquement interdit l'esclavage sur toute la Terre. Cela n'empêchera pas cette pratique de perdurer encore. En Mauritanie, la situation ne change que très lentement .

Des causes plus économiques qu’idéologiques ?

La fin de l'esclavage est certes une grande victoire de l'idéologie du progrès et des droits de l'homme, mais elle est également (avant tout ?) la conséquence de la Révolution industrielle et du capitalisme libéral triomphant. Si la fin de l'esclavage a eu des causes religieuses et morales indéniables (mouvements abolitionnistes anglo-saxons et philosophes des Lumières), elle a aussi été motivée par la prise de conscience de l'efficacité économique du salariat qui permet de supprimer les charges liées à l'achat, à l'entretien et à la surveillance des esclaves. En effet, l'esclavage avait entretenu l'illusion du travail gratuit. Or de nombreux économistes du et plus tard, comme Smith, Sismodi ou Lapidus ont estimé que les prix de la main-d'œuvre servile était supérieure à celle de la main-d'œuvre salariée. Adam Smith écrivait déjà : « L'expérience de tous les temps et de tous les lieux s'accorde à montrer que l'ouvrage fait par des esclaves est, au bout du compte, le plus cher de tous. Celui qui ne peut rien acquérir en propre ne peut avoir d'autre intérêt que de manger le plus possible et de travailler le moins possible. » Ainsi, les anciens esclaves noirs des colonies (Antilles, Guyanes, îles de l'océan Indien) furent rapidement remplacés par des travailleurs asiatiques surtout indiens et chinois dont la « rentabilité » était plus grande mais la situation guère plus enviable (voir plus bas Traite des jaunes). D'autre part, le progrès technique et le machinisme remplacèrent le travail humain, exigeant en conséquence moins de bras. L'esclavage était donc devenu un anachronisme et un non-sens économique. Pour autant, l'abolition de l'esclavage ne fut pas synonyme de libération et d'égalité pour tous : la condition prolétarienne induite par l'économie libérale s'avère, particulièrement au , porteuse de misère, de paupérisme, de chômage et d'exploitation.

Conséquences de l'abolition

Impacts économiques

Bien souvent les nouveaux affranchis quittent les habitations pour développer leurs propres cultures. L'affranchissement entraîne alors la faillite des économies de plantation. Par exemple la production de sucre est divisée par quatre en Guyane entre 1847 et 1851. Beaucoup de planteurs doivent se reconvertir dans des cultures moins exigeantes en main-d'œuvre ou cesser leur activité. Malgré ces épiphénomènes, l'impact de l'abolition sur l'économie mondiale, alors en pleine révolution industrielle, a été très limité contrairement aux prévisions des anti-abolitionnistes. Le système esclavagiste avait entraîné un grand retard dans le développement technique. Ce retard est particulièrement flagrant aux États-Unis entre les États du Sud et ceux du Nord à la fin de la guerre de Sécession.

La traite des asiatiques et l’engagisme

Pour remplacer les esclaves, les planteurs firent appel à des « engagés volontaires » d'origine asiatique, indienne notamment, voir locale (aux Comores). Cette pratique dégénéra très rapidement en une forme d'exploitation, la clause de retour du contrat des coolies ne fut notamment pas respectée à l'issue de leur période d'engagement et beaucoup durent rester sur place car il n'avaient pas été rémunérés suffisamment pour pouvoir payer le trajet retour.

Colonisation de l'Afrique

Les puissances coloniales présentèrent la lutte contre l'esclavage comme une des justifications de leur pénétration à l'intérieur du continent noir.

Mémoriaux

- Cap 110 (Martinique)
- Mémorial à l'esclavage de Zanzibar City
- La Maison des Esclaves sur l'île de Gorée, au Sénégal.

Bibliographie

Témoignages d'époque sur l'esclavage

- Discours Sur l'abolition de l'esclavage, prononcé par Anaxagoras Chaumette, au nom de la commune de Paris. 1794 (l'an deuxième de la République française).
-Benjamin Sigismond Frossard, "La cause des esclaves nègres et des habitants de la Guinée…ou histoire de la traite et de l’esclavage" (Lyon, Aimé de La Roche 1789).
- Mungo Park, Voyage à l'intérieur de l'Afrique, FM/ La Découverte, Maspero, Paris 1980.
- Jehan Mousnier, Journal de la traite des Noirs, Editions de Paris, Paris, 1957.
- João Mascarenhas, Esclave à Alger, traduit du portugais par Paul Teyssier, Éditions Chandeigne, Paris, 1993.

Historique de l’esclavage

- Jacques Heers, Les Négriers en terre d'islam, Paris, Perrin, 2003. ISBN 2262018502
- Raymond-Marin Lemesle, Le Commerce colonial triangulaire, s, Presses universitaires de France, 1998, Que sais-je ?. ISBN 2130493408
- Salvador de Madariaga, Le Déclin de l'Empire espagnol d'Amérique, Ed. Albin Michel, Paris, 1958.
- Jean Meyer, Esclaves et Négriers, Gallimard, 1986, Découverte Gallimard. ISBN 2070530183
- Olivier Pétré-Grenouilleau, La Traite des noirs, Que sais-je ?, ASIN 2130484158
- Louis Sala-Molins, Le Code noir, PUF, Paris, 1988
- Jean-Claude Deveau, Esclaves noirs en Méditerranée, Cahier de la Méditerranée, vol. 65, Sophia-Antipolis

L'abolition de l’esclavage

- Nelly Schmidt, Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage, Fayard, Paris, 1994
- Nelly Schmidt, Abolitionnistes de l'esclavage et Réformateurs des colonies 1820-1851, Karthala, Paris, 2000, 1196 p.
- Patricia Motylewski, La Société française pour l'abolition de l'esclavage", L'Harmattan, Paris, 1998.
- Philippe Maudrere,
De l’esclave au citoyen'', Gallimard, Paris, 1998
- François Renault, Libération d’esclaves et nouvelles servitudes, Les nouvelles Editions africaines, 1976
- Gaston Martin, L’Abolition de l’esclavage (27 avril 1848), PUF, Paris, 1996
- Célimène, F., & Legris, A., (2002). L’Économie de l’esclavage colonial : enquête et bilan du .
- Mobiclic, Moussa l'itinéraire d'un esclave (2006), Milan presse, Toulouse
- Claude Garrier, "L'abolition de l'esclavage : du mythe de 1848 à la victoire de 1905… 1946", in « Sociétés africaines et diaspora », n° 11, septembre 1998, pp. 165-172

Notes

Voir aussi

- Antiesclavagiste
- Amistad, film de Steven Spielberg, qui raconte les débuts de la cause abolitionniste aux Etats-Unis.
- Navire négrier ==
Sujets connexes
Abraham Lincoln   Adam Smith   Amistad   Antiesclavagiste   Assemblée constituante   Bartolomé de Las Casas   Brésil   Béké   Cap 110   Cent-Jours   Charles Quint   Château de Versailles   Code noir   Colonialisme   Commerce triangulaire   Congrès de Vienne   Conseil des Indes   Controverse de Valladolid   Convention nationale   Corée   Droits de l'homme   Déclaration universelle des droits de l'homme   Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848   Décret d'abolition de l'esclavage du 29 août 1793   Empire du Mali   Empire ottoman   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   Engagisme   Esclavage   Expédition de Saint-Domingue   François Arago   Gouvernement provisoire de 1848   Guerre civile   Guerre de Sécession   Haïti   Irak   Jean-Jacques Dessalines   Joséphine de Beauharnais   Koryŏ   Libéralisme   Libéria   Louis de Jaucourt   Léger-Félicité Sonthonax   Maison des Esclaves   Marronnage   Martinique   Mauritanie   Navire négrier   Nicolas de Condorcet   Nouvelle-Angleterre   Organisation des Nations unies   Paupérisme   Prolétariat   République française   Révolte des Zanj   Révolution haïtienne   Révolution industrielle   Saint-Domingue (histoire)   Salariat   Servage   Siècle des Lumières   Soundiata Keïta   Steven Spielberg   Sublimis Deus   Sénégal   Toussaint Louverture   Traité de Paris (1815)   Veritas ipsa   Vermont   Victor Schoelcher   William Wilberforce   Zanzibar City  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^