Gaule romaine

Infos
Sous le terme de Gaule romaine s'entendent en même temps un lieu donné et une époque précise de l'histoire. Géographiquement, la Gaule romaine recouvre la France actuelle - exceptés le midi et la vallée du Rhône qui, regroupés dans la province Narbonnaise, étaient considérés comme faisant partie de la patrie romaine (et non pas de l'Empire romain), c'est-à-dire de l'Italie romaine - et une grande partie des Belgique et Suisse actuelles.
Gaule romaine

Sous le terme de Gaule romaine s'entendent en même temps un lieu donné et une époque précise de l'histoire. Géographiquement, la Gaule romaine recouvre la France actuelle - exceptés le midi et la vallée du Rhône qui, regroupés dans la province Narbonnaise, étaient considérés comme faisant partie de la patrie romaine (et non pas de l'Empire romain), c'est-à-dire de l'Italie romaine - et une grande partie des Belgique et Suisse actuelles.

Divisions de la Gaule romaine

En 21, de nouvelles mesures financières poussent plusieurs peuples gaulois, dont les Andécaves et les Turons à se révolter. Un Éduen nommé Julius Sacrovir prit la tête de paysans insurgés dans le Nivernais et oppose les auxiliaires gaulois qu'il commande aux troupes romaines. Vaincu, il se donne la mort par immolation. Il en est de même pour un Trévire Julius Florus qui subit le même sort. En 69, un Batave Civilis soulève ses troupes en Belgique alors que Vitellius et Vespasien s'affrontent pour l'Empire. Le Lingon Julius Sabinus, officier gaulois aidé par deux officiers trévires vient à bout de trois légions romaines en garnison sur les bords du Rhin. Il brise les tables de Lyon et se fit même proclamer « César », mais est bientôt vaincu par les Séquanes. Pris par les Romains après avoir vécu caché durant neuf années, il finit supplicié avec son épouse. Cet épisode qui oppose des Gaulois entre eux – Sabinus étant lui-même allié à des Germains – relève plus de troubles intérieurs que d'une volonté de mettre fin à une quelconque domination romaine. La paix qui s'instaure ensuite – si elle est une paix « en armes » – dure jusqu'aux troubles du milieu du . L'organisation administrative mise en place par Auguste comprenaitSelon Maurice Bouvier-Ajam, Les empereurs gaulois Ed. allandier -1984:
- La gaule narbonnaise, province romaine directement administrée par un proconsul;
- Les provinces alpestres, propriétés personnelles de l'empereur et gérées par des procurateurs;
- le reste de la Gaule, sous l'autorité générale d'un légat des trois Gaules résidant à Lyon, séparée administrativement en trois provinces - la Gaule belgique, la Gaule aquitaine et la Gaule lyonnaise -, celles-ci subdivisées en cités ou Civitas. L'ensemble faisait partie de l'Empire romain dès sa conquête par Jules César en 51 av. J.-C., jusqu'au IV siècle de l'ère chrétienne, voire jusqu'au début du cinquième. C'est-à-dire jusqu'à la fin de l'Empire romain, à l'époque des invasions barbares, et notamment celle des Francs. La capitale de la Gaule romaine, ou plutôt des Gaules, était Lyon, alors appelée Lugdunum, centre du culte fédéral à Rome et Auguste. Lyon eut le droit de frapper la monnaie romaine, chose unique dans l'Empire romain durant le premier siècle. La Gaule romaine a joué un rôle important dans l'Empire romain, comme province la plus peuplée de l'Empire (population estimée à 8 ou 10 millions d'habitants) et comme plaque tournante du commerce européen, voie d'accès fluviale et terrestre à l'Europe du Nord et à l'Angleterre - alors appelée la Bretagne. La profonde romanisation et la fidélité de la Gaule à Rome se vérifia lorsque les Gallo-Romains ont créé le temporaire Empire romain de Gaule, à l'occasion des premières invasions barbares, afin de résister aux invasions et de sauvegarder l'Empire. Pour ces divers rôles importants, Rome a bien remercié la Gaule, en accordant largement la citoyenneté romaine aux Gaulois à partir du premier siècle.

Transition vers les royaumes francs

Ces événements, ont longtemps été exploitées dans une perspective nationaliste ; il est probable qu'après les horreurs de la guerre, la majorité des Gaulois aspirent à la paix, paix dont les Romains étaient les nouveaux garants. De plus, le régime imposé par Rome est relativement agréable pour les élites gauloises qui profitent très vite des avantages de la romanité (loisirs, culture, art de vivre..) et virent leurs prérogatives confirmées au service de Rome. Michel Reddé (dans L'armée romaine en Gaule, 1996) montre comment la tradition guerrière de l'aristocratie gauloise est mise à profit, d'abord afin d'assurer la paix intérieure (les equites de la célèbre cavalerie gauloise conservent leur équipement et leurs traditions, chaque aile étant recrutée dans un même peuple ; certains obtinrent le privilège de battre monnaie, comme le Séquane Togirix), puis dans l'entreprise de la conquête de la Germanie. Très tôt, en effet, les troupes romaines chargées de pacifier la Gaule sont transférés sur le Limes (le long du Rhin et du Danube) qui protège efficacement la Gaule trois siècles durant et vers -12 l'armée romaine n'est plus guère présente en Gaule. Il semble qu'elle se soit faite facilement et progressivement à compter du , et ce pour plusieurs raisons :
- Déjà, avant les invasions, Romains et "Barbares" avaient été en contact : un certain nombre de francs et Germains servaient comme mercenaires dans l'armée romaine voir : Fédérés francs.. Quelques-uns s'étaient installés à l'intérieur des frontières de l'Empire, Rome leur ayant octroyé des terres et accordé un statut de fédérés. Ces peuples avaient donc eu l'occasion de connaître les us et coutumes des Romains. Certains avaient même appris le latin.
- De plus, bien que les Grandes invasions aient laissé des souvenirs terribles, comme en témoignent les écrits de l'époque, les barbares étaient beaucoup moins nombreux que les Gallo-Romains et il leur fut facile de se fondre dans la population : cette aristocratie dominante subjugua les gaulois romanisés à un point tel que Francs et Gallo-romains ne furent plus distingués une fois les royaumes francs primitifs mués en Royaume de France lors du Haut Moyen Âge.
-Pour les mêmes raisons, la fusion entre Burgondes et Gallo-romains s'opéra rapidement, avec la création de lois communes (Loi Gombette)
- ''Nota bene :' ces remarques s'appliquent aussi aux Gaulois et aux Celtibères devant les Wisigoths dans leur royaume.

Voir ai

Références

===
Sujets connexes
Andécaves   Angleterre   Antiquité tardive   Auguste   Batave   Belgique   Bretagne (province romaine)   Burgondes   Citoyenneté romaine   Cité   Civitas   Danube   Empire romain   Europe du Nord   France   Francs   Fédérés francs   Gaule   Gaule belgique   Gaule lyonnaise   Grandes invasions   IVe siècle   Italie   Jules César   Julius Sabinus   Limes   Lingons   Liste de monuments romains   Lugdunum   Lyon   Monnaie romaine   Peuple fédéré   Peuples gaulois   Province romaine   Rhin   Rome   Royaume de France   Royaume wisigoth   Royaumes francs   Suisse   Séquanes   Trévires   Vespasien   Vitellius  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^