Banyamulenge

Infos
Les BanyamulengeSingulier : Munyamulenge, littéralement « ceux qui viennent de Mulenge » (un petit village de l'Itombwe), sont un groupe rwandophone de l'ethnie tutsie vivant dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Ils se retrouvent essentiellement dans la province du Sud-Kivu, dans la zone proche de la frontière avec le Burundi. La tension entre les Banyamulenge et les autres tribus bantoues est l'un des facteurs à l'origine de la première guerre
Banyamulenge

Les BanyamulengeSingulier : Munyamulenge, littéralement « ceux qui viennent de Mulenge » (un petit village de l'Itombwe), sont un groupe rwandophone de l'ethnie tutsie vivant dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC). Ils se retrouvent essentiellement dans la province du Sud-Kivu, dans la zone proche de la frontière avec le Burundi. La tension entre les Banyamulenge et les autres tribus bantoues est l'un des facteurs à l'origine de la première guerre du Congo en 1996, puis de la deuxième guerre du Congo en 1998, et pose toujours un problème majeur pour faire aboutir le processus de paix dans le pays. Selon une des thèses les plus couramment admises, les Banyamulenge se seraient installés au Sud-Kivu à la fin du en provenance du Rwanda, sans doute chassés suite à une révolution de palais manquéeOlivier Lanotte, République démocratique du Congo. Guerres sans frontières, Editions Complexes, 2003, p.32. Cependant, le terme banyamulenge semble totalement inconnu pendant la période coloniale, et ne serait apparu pour la première fois qu'en 1967, à l'initiative des ceux-ci, pour se distinguer des Rwandais (tutsis) réfugiésLa problématique de la population banyamulenge du Sud-Kivu (Zaïre), miméo, s.d., p.2, Archives de l'Institut africain-CEDAF, III-1985, cité par Olivier Lanotte.. Cependant, les différences de langue et de culture perdurèrent avec les autres groupes ethniques résidant dans la région. Ces différences furent cristallisées en 1981 lorsque le gouvernement de Kinshasa dénia la nationalité congolaise aux Banyamulenge. Début 1994, les rebelles burundais des Forces pour la défense de la démocratie (FDD) se dirigèrent vers les hauts-plateaux, semble-t-il pour expulser les Banyamulenge y résidant. Dès lors, en réponse au génocide rwandais de 1994, des milliers de Banyamulenge passèrent au Rwanda pour aider les Tutsis et les aider à chasser les Hutus du gouvernement, et forcèrent de nombreux Hutus à fuir au Congo. La même année, le gouvernement rwandais du Président Paul Kagame utilisa l'argument de la citoyenneté banyamulenge pour revendiquer l'appartenance historique du Kivu au Rwanda, et envahit la République démocratique du Congo. Le génocide rwandais, et la guerre civile burundaise, accentuèrent encore les différences entre les Banyamulenge et leurs voisins, accroissant d'autant les tensions. En réponse à cette hostilité perçue, les Banyamulenge appuyèrent l'Alliance des Forces démocratiques de Libération du Congo (AFDLC), soutenue par le Rwanda et le Burundi, pour renverser le gouvernement de Mobutu Sese Seko. Ils formèrent des milices pour aider l' Armée patriotique rwandaise (APR) et, quand l'hostilité se fit jour contre les occupants rwandais, pour se défendre aux-même contre les groupes Mai-Mai combattant les envahisseurs étrangers et cherchant à expulser les Banyamulenge, les considérant comme des alliés du Rwanda. Les deux groupes Mai-Mai actifs contre les Banyamulenge furent les milices Babembe et Barenga. Les Banyamulenge sont toujours perçus comme des instruments du Rwanda après que l'actuelle guerre civile fut déclenchée par une mutinerie des Banyamulenge de la 10 brigade de Bukavu contre le Président Laurent Désiré Kabila. Au regard de cette perception et des liaisons ethniques, les différentes milices Banyamulenge et le gouvernement rwandais sont clairement distincts. Début 2002, il y eut des combats dans les hauts-plateaux du Sud-Kivu après que le Commandant Patrick Masunzu, un Banyamulenge du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), eut fédéré les Banyamulenge pour se démarquer du commandement du RCD-Goma. Le RPA s'est aussi montré peu enclin à mener des actions pour défendre leurs frères Banyamulenge. En 2000, les Banyamulenge furent refoulés vers les hauts-plateaux par la rébellion Mai-Mai, le FDD burundais, et les Hutu rwandais de l'Armée de Libération du Rwanda (ALiR), ne pouvant désormais plus se livrer à leurs activités journalières sans la protection du RCD-Goma. De nombreuses familles trouvèrent refuge dans la capitale du Burundi, Bujumbura. Les Banyamulenge constituent toujours une part importante de la branche militaire du RCD-Goma, de l'Armée nationale congolaise (ANC), et contrôle toujours les villes de Fizi, Umbura et Malembe.

Sources

==
Sujets connexes
Bujumbura   Bukavu   Burundi   Deuxième guerre du Congo   Ethnie   Fizi   Hutu   Kinshasa   Kinyarwanda   Kivu   Mobutu Sese Seko   Mulenge   Paul Kagame   Première guerre du Congo   Rassemblement congolais pour la démocratie   Rwanda   République démocratique du Congo   Sud-Kivu   Tutsi  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^