Laon

Infos
Laon (prononcer : « lan ») est une commune française située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Ses habitants sont appelés les Laonnois (prononcer : « lanoi »). Ville fortifiée sur une colline, Laon possède de nombreux monuments médiévaux, des hôtels particuliers et des maisons des XVI, XVII et XVIII siècles en grand nombre, notamment dans les rues Sérurier, Saint-Jean, Saint-Cyr ou Vinchon, véritables musées urbains. Son sous-sol est sillonn
Laon

Laon (prononcer : « lan ») est une commune française située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Ses habitants sont appelés les Laonnois (prononcer : « lanoi »). Ville fortifiée sur une colline, Laon possède de nombreux monuments médiévaux, des hôtels particuliers et des maisons des XVI, XVII et XVIII siècles en grand nombre, notamment dans les rues Sérurier, Saint-Jean, Saint-Cyr ou Vinchon, véritables musées urbains. Son sous-sol est sillonné de souterrains, carrières et puits dont la préservation est l'un des enjeux patrimoniaux actuels. Située à son sommet, sa cathédrale lui a valu le surnom de « Montagne couronnée ».

Toponymie

Le vieux mot gaulois dunos, château, forteresse, a laissé sa trace dans le nom de beaucoup de villes françaises même lorsque ceux-ci ont été latinisés par les Romains. Le plus souvent, il est associé au nom d’un chef gaulois comme à Verdun, Meudon ou Loudun. Ou encore au nom de dieu gaulois le plus vénéré Lug comme c'est le cas à Laon et à Lyon dont les deux noms dérivent de Lugduno. Laon signifie donc "Forteresse de Lug". À Châteaudun, on remarque que le nom de la ville dit donc deux fois la même chose la première fois en latin et la seconde en gaulois/celtique.

Géographie

Avant la création du train à crémaillère puis du Poma, il fallait gravir ces escaliers pour accéder à la ville haute. Ville haute La plaine picarde au nord de Laon La ville de Laon, pour sa partie la plus ancienne (la Ville haute), est édifiée sur une butte-témoin qui domine la plaine environnante d’une centaine de mètres. Cette butte, détachée de la cuesta d’Île-de-France, est essentiellement composée de sables. Les niveaux supérieurs sont constitués d’argile de Laon (Cuisien), de sables grossiers et de calcaires du Lutétien. Les argiles sont à l’origine d’une nappe aquifère qui donne naissance aux sources situées aux pieds des remparts de la ville haute. Celles-ci ont été aménagées en fontaines et abreuvoirs dès le Moyen Âge. Les sables et calcaires furent exploités très tôt, d’abord en carrières à ciel ouvert, puis en carrières souterraines, fournissant la pierre de construction et le sable pour les mortiers. Au nord de la butte s’étend la vaste plaine picarde. Du haut de la colline, par temps clair, le regard porte à plus de vingt kilomètres. À quelques kilomètres au sud, la côte d’Île-de-France marque la limite nord des plateaux du Soissonnais.

Administration

Les maires successifs de la ville :
-Marie Jean François Philibert Lecarlier d'Ardon (1752-1799) ;
-Jean-Charles de Sars (1800-1802) ;
-Pierre-Félix Rossignol (1802-1806) ;
-Alexandre de Flavigny (1806-1808) ;
-Etienne de Theis (1808-1812) ;
-Jean-Charles Le Carlier (1812-1815) ;
-Louis-Antoine de Beffroy (1815) ;
-Philbert Le Carlier (1815) ;
-Eugène-Edmond Dollé (1816-1821) ;
-Pierre-Joseph de Sars (1822 - 1830) ;
-Philbert Le Carlier (1830-1832) ;
-Auguste Oyon (1832-1833) ;
-Ernest Le Carlier (1837-1840) ;
-Edmond Dollé (1842-1847) ;
-Charlemagne Paringault (1847-1848) ;
-Simon Cocu (1848-1850) ;
-Isidore Cordier (1850-1852) ;
-Auguste Marie Charles Charpentier de Beauvillé, (1852-1863) ; caserne Saint-Martin, ville basse, début du .
-Louis Alexandre Vinchon, (1863-1871) ;
-François Glatigny (1871-1887) ;
-Eugène Bonnot (1887 -1892) ;
-Georges Ermant (1892-1919) ;
-Léon Nanquette (1919-1929) ;
-Henry Lenain (1929) ;
-Marcel Levindrey (1935-1940) ;
-Gérandal (1940-1944).

Démographie

Histoire

La vieille ville de Laon depuis les tours de la cathédrale La porte d'Ardon et les remparts Sud Le palais de justice et les remparts nord La topographie de la ville en fait un site défensif exceptionnel qui, toutefois, crée également un hiatus entre le centre urbain – siège des pouvoirs – et ses faubourgs.

Antiquité

La ville haute a probablement connu une petite occupation néolithique vers 3000 avant Jésus-Christ. En revanche, aucune trace de site des âges du Bronze et du Fer n’a été découverte jusqu'à maintenant. L’occupation permanente de la ville haute ne débute que vers le milieu du Nous n’avons, de Laon durant l’Antiquité, qu’une vision très sommaire. Le statut de la ville nous est totalement inconnu pour toute la période antique. Dans la ville basse, plusieurs sites gallo-romains sont attestés. L’époque gallo-romaine est partout présente dans la ville haute, aussi bien pour le Haut Empire que pour le Bas Empire. Au moins pour l’Antiquité tardive, il est certain que le castrum a été fortifié, très probablement avec une muraille en maçonnerie. L’occupation du Bas Empire semble plus dense dans la Cité, à l’intérieur du castrum, que dans le Bourg. Les premières traces de christianisme remontent au , comme en atteste une pierre funéraire paléochrétienne découverte en 1998.

Moyen Âge

Entre 497 et 513, saint RemiSuzanne Martinet, Laon promontoire sacré des druides au IXe siècle, p. 40; janvier 1994, natif de la région laonnoise, élève Laon à la dignité de cité par la création d'un évêché démembré de celui de Reims. Au , au pouvoir épiscopal s’ajoute le pouvoir royal, Laon étant un lieu de résidence fréquent des derniers rois carolingiens. Au , la Cité se confond encore probablement avec le castrum du Bas Empire. En 580, Loup, duc de Champagne, a mis sa femme en sûreté à l'intérieur des murs de la ville de Laon (Grégoire de Tours, Historia Francorum, livre VI). Le tracé des remparts de la Cité, reconstruits ou agrandis à l’époque carolingienne, est totalement inconnu. En dehors des murs de la Cité, à l’ouest, le peuplement se développe dans le secteur de l’église Saint-Julien. Un ou plusieurs noyaux de peuplement semblent également se développer sur le bras sud-ouest de la butte. En ville basse, le faubourg de Vaux existe probablement avant même le haut Moyen Âge et les faubourgs de Saint-Marcel, de Semilly et de Leuilly apparaissent peut-être à cette époque. Le faubourg d’Ardon semble assez tardif et encore quasi inexistant au (le faubourg de La Neuville n'est fondé qu'à la fin du ). La Cité renferme la cathédrale, reconstruite dans le premier tiers du , la résidence de l’évêque et le cloître des chanoines au nord, et, au sud, le palais royal et l’abbaye Notre-Dame (abbaye Saint-Jean), fondée hors les murs en 648 par sainte Salaberge. L’abbaye Saint-Vincent n’apparaît dans les sources historiques qu’à la fin du . La plus ancienne mention de l’existence de cette église date de 886. Jusqu’en 961, elle est qualifiée d’ecclesia. Ce n’est que vers 961 que Saint-Vincent devient une abbaye, lorsque l'évêque de Laon, Roricon, fils bâtard du roi Charles le Simple favorise la venue d'une communauté de moines bénédictins qui remplacent un collège de chanoines. Dès la fin du , Laon connaît un développement très important, et, vers le milieu du , la ville abrite une population d’au moins 10 000 habitants, dont environ les deux tiers occupent la ville haute. La cité reste le centre des pouvoirs, le roi et l’évêque étant co-seigneurs de la ville. Durant tout le plein Moyen Âge, elle est le champ clos de conflits qui opposent ou unissent le roi, l’évêque, le chapitre cathédral, les abbayes et l’institution communale. Cependant, le roi, de plus en plus absent, laisse face à face l’Église et une bourgeoisie naissante issue de l’aristocratie locale. Après la révolte communale de 1112, l’évêque ne joue plus un rôle prépondérant, mais le plus important chapitre cathédral de France — 83 chanoines en 1270 — pèse de tout son poids sur la ville. Au , la ville connaît un essor économique important qui se traduit par une intense activité d’édification et reconstruction. Le chantier le plus important est celui de la cathédrale et du quartier canonial et épiscopal. Après la suppression de l’institution communale, la ville est gouvernée par un prévôt royal. Laon devient le siège du très important bailliage de Vermandois en 1237 et est dotée d'un présidial en 1551. Elle perd sa prééminence au profit de Soissons à l’extrême fin du . La Cité est entièrement ceinte de remparts dès le XI siècle, lesquels sont encore en place aujourd'hui dans un état de conservation remarquable. À l’ouest, le Bourg est fortifié petit à petit, entre le et le . Vers 1350, toute la ville haute est urbanisée et enclose, à l’exception de deux quartiers. Encore aujourd'hui, les remparts sont presque intégralement conservés en élévation et, malgré les remaniements postérieurs, leur tracé est resté très proche de celui du milieu du .

Renaissance

Pendant les guerres de religion, la ville prend le parti des Ligueurs. Sa garnison d’Espagnols commandée par le capitaine Mansfeld capitule devant Henri IV le 22 juillet 1594 p 392. Pendant le siège, les Espagnols tentent de dégager la ville (bataille de Cerny). En 1596, le présidial est transféré à Soissons qui devient siège de la Généralité en 1599. Une citadelle est construite de 1595 à 1598Notice IA00066467 de l’inventaire Inventaire général, 1989. Dossier consultable : service régional de l'inventaire Picardie, en ligne par l’architecte Jean Errard. À la Révolution française, Laon retrouve sa prééminence en devenant chef-lieu du département.

Personnages célèbres

- Saint Gobain
- Bertrade de Laon, mère de Charlemagne
- Anselme de Laon, théologien du Moyen Âge.
- Guillaume d'Ercuis
- Enguerrand Quarton peintre médiéval
- Jean Simon Berthélemy(1743-1811), peintre.
- Les Frères Le Nain : Louis, Antoine et Mathieu Le Nain, nés à Bourguignon-sous-Montbavin, près de Laon.
- Jacques Marquette, découvreur du Mississippi avec Louis Jolliet.
- Jean Mathieu Philibert Sérurier (1742-1819), Général de la Révolution et Maréchal d'Empire.
- Gilbert Lavoine, champion d'Europe poids welter de boxe anglaise en 1953
- Pierre Watier, comte de Saint-Alphonse (1770-1846) général et écuyer de Napoléon Ier
- Jules Champfleury
- Louis IV dit d'Outremer', roi de France (936-954)
- Lothaire, roi de France (954-986)
- Charles de Basse-Lorraine, frère du roi Lothaire
- Adalbéron dit
Ascelin, évêque de Laon sous le roi Lothaire
- Robert Le Coq, evêque de Laon, député aux États généraux de 1356.

Autres personnalités

- Paul Doumer
-: Président de la république française sous la III république (1931-1932), il fut au préalable député de Laon en 1888.
- Victor Suin
- Jean Wallon
- Augustin Melleville
- Antoine Louis de Romance
- Édouard Fleury
- Pierre François André Méchain
- Raoul Duval
- Gaston Ganault
- Alain Brosseau, poète
- Louis Abel Beffroy de Reigny

Monuments et lieux touristiques

Ambiance fleurie du vieux Laon Laon est classée ville d'art et d'histoire. C'est pleinement justifié au regard du nombre de bâtiments et de sites remarquables de la commune, notamment sur la Montagne de Laon. Il faut noter :
- la cathédrale Notre-Dame, de style gothique, domine la colline, la ville et ses remparts. D'une longueur de 110 mètres, elle servit de modèle à la cathédrale Notre-Dame de Chartres et à celle de Paris. Elle a été édifiée entre 1150 et 1180, mais le chœur, trop petit dès 1200, est reconstruit au début du . Elle comprend notamment :
- 4 tours, campaniles ou clochers dont Villard de Honnecourt a dit qu'elles étaient les "plus belles du monde"
- Animaux sculptés grandeur nature : bœufs installés sur les étages des tours. Image:Laon-facade.jpg|Façade ouest de la cathédrale Image:Autel vitraux cathédrale Laon 1.JPG|Autel et vitraux de la cathédrale de Laon
- Le palais épiscopal est situé immédiatement au nord de la cathédrale. Classé monument historique dès 1850, il constitue aujourd'hui le tribunal de grande instance de la ville. La grande salle de l'évéché (aujourd'hui salle de la Cour d'assises) a des châpitaux décorés remarquables, et comprend trois tourelles côté remparts et une galerie d'arcades côté cour.Deux chapelles superposées datent de la deuxième moitié du .
- L'hôtel-Dieu date de la seconde moitié du
- La chapelle des Templiers date également du XIIe siècle. De manière inhabituelle, elle a une nef octogonale et un clocher "peigne". Elle est située dans l'enceinte du musée municipal de Laon, le Musée d'Art et d'Archéologie.
- L'église abbatiale Saint-Martin, de l'ordre des Prémontrés, édifiée à la même époque que la cathédrale. Sa façade date environ de 1270. L'abbaye, fondée en 1124, vit son logis abbatial de 1620 transformé en hôtel-Dieu après la Révolution. Image:Laon Chapelle des Templiers.JPG|La chapelle des Templiers Image:Sint-Martinuskerk3 Laon.jpg|Église Saint-Martin

Economie

Laon possède possède un Centre Consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne au 3, rue des Minimes. Il gère le Centre des formations des apprentis (CFA) de Laon.

Transports

Laon est aisément accessible par l'autoroute A26 et en train par la gare de Laon.

Mini-métro

Le funiculaire de Laon La ville de Laon possède un mini-métro (Poma 2000), en grande partie aérien, qui est exploité par les Transports Urbains Laonnois (TUL). Ce « système funiculaire automatique », d'un dénivelé de 98 m, relie l'hôtel de ville (ville haute) à la gare de Laon (ville basse) sur un trajet de 1, 5 km environ, en passant par la station de Vaux. Le Poma 2000 tire son nom de la société qui l'a conçu : Pomagalski (société créée par Jean Pomagalski, spécialisée dans le transport par câble - notamment les remontées mécaniques des stations de ski). Ce mini-métro a été mis en service le 4 février 1989. Il remplace un ancien tramway à crémaillère datant de la fin du (mis en service le 9 juillet 1899) qui avait été retiré de la circulation le 27 janvier 1971 pour raison de sécurité, après 72 ans de bons et loyaux services. Par ailleurs, les Transports Urbains Laonnois exploitent également un réseau de bus urbain.

Jumelages

-
-

Sport

- Le club de football de Laon (Union sportive laonnoise) s'est signalé en rencontrant, le 20 janvier 2007, le champion de France Lyon en seizième de finale de la Coupe de France. Malgré les quatre divisions d'écart, Laon a ouvert le score avant d'être défait 3 buts à 1.
- Laon possède un champ de course, l'hippodrome d'Ardon.

Voir aussi

Bibliographie

- M. Bur, dir. Histoire de Laon et du Laonnois, 1987.
- J.-P. Jorrand, Laon dans « Archéologie des villes. Démarches et exemples en Picardie ».
-
Revue Archéologique de Picardie'', 1999, n° spécial 16.
- J. Lusse, Naissance d’une cité : Laon et le Laonnois du V au X siècle, 1992.
- D. Montagne Les souterrains de Laon, 1998.
- M. Plouvier Laon. Une Acropole à la française et Laon. Belle île en terre, "Cahier du patrimoine" n° 40, volume 1 et 2.
- A. Saint-Denis, Apogée d’une cité : Laon et le Laonnois aux XII et XIII siècles, 1994. ===
Sujets connexes
Adalbéron de Laon   Aisne (département)   Anselme de Laon   Antiquité   Antoine Lefèvre   Antoine Louis de Romance   Arrondissement de Laon   Augustin Melleville   Autoroute française A26   Bertrade de Laon   Bourgeoisie   Bourguignon-sous-Montbavin   Boxe anglaise   Butte-témoin   Campanile   Carolingiens   Caserne   Cathédrale Notre-Dame de Chartres   Cathédrale Notre-Dame de Laon   Cathédrale Notre-Dame de Paris   Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne   Champagne (province)   Chapitre (religion)   Chef-lieu   Chemin de fer à crémaillère   Châteaudun   Citadelle   Cité   Communauté de communes du Laonnois   Commune (Moyen Âge)   Commune française   Coupe de France de football   Cuesta   Dun (forteresse)   Enguerrand Quarton   France   Frères Le Nain   Gare de Laon   Gaston Ganault   Gentilé   Gilbert Lavoine   Grégoire de Tours   Guerres de religion (France)   Guillaume d'Ercuis   Hippodrome d'Ardon   Hôtel-Dieu   Jacques Marquette   Jean-Claude Lamant   Jean Charles de Sars   Jean Errard   Jean Mathieu Philibert Sérurier   Jean Pomagalski   Jean Simon Berthélemy   Jean Wallon   Jules Champfleury   Latin   Ligue catholique (France)   Liste d'églises françaises à campenard   Liste des monarques de France   Liste des évêques de Laon   Lothaire de France   Loudun   Louis Abel Beffroy de Reigny   Louis Alexandre Vinchon   Louis IV de France   Louis Jolliet   Louis Le Nain   Lug (dieu)   Lyon   Marie Jean François Philibert Lecarlier d'Ardon   Maréchal d'Empire   Meudon   Mississippi (fleuve)   Moyen Âge   Napoléon Ier   Néolithique   Olympique lyonnais   Paul Doumer   Picardie   Poma 2000   Préfecture   Prémontrés   Présidial   Prévôt (Ancien Régime)   Remi de Reims   René Dosière   Robert Le Coq   Rome antique   Révolution française   Saint Gobain   Soissons   Topographie   Tramway   Tribunal de grande instance (France)   Verdun (Meuse)   Vermandois   Victor Suin   Villard de Honnecourt   Villes et Pays d'Art et d'Histoire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^