Carcassonne

Infos
Carcassonne (en occitan Carcassona ) est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon. La ville est la préfecture de l'Aude, elle est connue pour la Cité de Carcassonne, un ensemble architecturale médiéval très bien conservé et inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997. Ses habitants sont les Carcassonnais. Ils nomment familièrement la ville « Carca ». L’Aude, le pont Vieux et la cité médiévale
Carcassonne

Carcassonne (en occitan Carcassona ) est une commune française située dans le département de l'Aude et la région Languedoc-Roussillon. La ville est la préfecture de l'Aude, elle est connue pour la Cité de Carcassonne, un ensemble architecturale médiéval très bien conservé et inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1997. Ses habitants sont les Carcassonnais. Ils nomment familièrement la ville « Carca ». L’Aude, le pont Vieux et la cité médiévale.

Géographie

Situation

Localisation

Plan de situation de Carcassonne Carcassonne est située dans le sud de la France à 80 km à l'est de Toulouse. Son emplacement stratégique sur la route entre la mer méditerranée et l'océan Atlantique est connue depuis le néolithique. La ville se trouve dans un couloir entre la montagne Noire au nord et les Corbières à l'est, la plaine du Lauragais à l'ouest et la vallée de l'Aude au sud. Cette région naturelle est appelée le Carcassès ou le Carcassonnais. La superficie de la commune est de 65 km², ce qui est une grande commune comparée aux nombreuses petites communes de l'Aude. Les communes limitrophes sont : Pennautier, Villemoustaussou, Villalier, Berriac, Villedubert, Trèbes, Montirat, Palaja, Cazilhac, Cavanac, Couffoulens, Lavalette, Roullens, Caux-et-Sauzens et Pezens.

Climat

La station météorologique de Carcassonne-Salvaza mesure quotidiennement plusieurs paramètres météorologiques depuis 1948 par Henri Castel. Mais des mesures régulières sont faites depuis 1849 sous l'initiative de Don de Cépian, un ingénieur du département, qui plaça un pluviomètre à Carcassonne. Théodore Rousseau prend le relais en 1873, puis en 1897, les Ponts et Chaussées et l'école normale de Carcassonne jusqu'en 1914. Ces données permettent de connaître les conditions météorologiques de la fin du . Le climat y est de type méditerranéen. Il se caractérise par des étés secs et chauds, des automnes et des hivers doux sans gel et des printemps peu pluvieux. La neige y est rare, il en tombe en moyenne 7 jours par an entre décembre et mars et fond très rapidement. Les jours de gel sont peu fréquents. Les précipitations y sont les plus fortes en automne au mois d'octobre et au printemps au mois d'avril. Les pluies d'étés sont sous forme d'orage parfois violents se transformant en orage de grêle, fatal aux vignes. Le vent est très présent à Carcassonne, une moyenne de plus de 117 jours par an de vents de plus de 55 km/h y est relevée. Ce sont des vents d'est, vent marin, ou des vents d'ouest appelé Cers. Carcassonne subit plusieurs inondations de l'Aude en 1872 et 1875. Les inondations de l'année 1891 sont parmi les plus importantes avec une montée des eaux de 8 m par Henri Castel, page 153 envahissant tout le quartier bas de la ville. En août 1912, Carcassonne est frappé par une tornade occasionnant de nombreux dégâts : platanes sectionnés, toitures détruites, etc.

Voies de communication et transport

Gare SNCF de Carcassonne Transport en commun Agglobus de Carcassonne Carcassonne est située sur l'axe majeur de communication entre Toulouse et la côte méditerranéenne. Le canal du Midi datant du était autrefois une autoroute fluviale très empruntée. Aujourd'hui, l'autoroute des Deux Mers et plus précisément le tronçon est de l'A61 passe au sud de la ville permettant un accès direct depuis Toulouse ou Montpellier. Deux sorties ( et ) desservent la commune. Sur le réseau secondaire, la route départementale 6113 (ex RN 113 ) traverse Carcassonne et permet de rejoindre Toulouse à l'ouest et Narbonne à l'est. Au sud, la route départementale 118 permet d'emprunter la vallée de l'Aude et de rejoindre Limoux. Au nord, cette même départementale 118 continue vers la Montagne Noire et rejoint Mazamet. Carcassonne est aussi accessible par le train grâce à la liaison Toulouse-Sète en passant par Narbonne. La ville est aussi reliée à Quillan via une portion de l'ancienne ligne Carcassonne-Rivesaltes. La gare de Carcassonne est située au nord du centre-ville près des berges du canal du Midi. Elle a été construite en 1857 par la Compagnie des chemins de fer du Midi. Son architecture est classique avec un corps de bâtiment encadré par deux ailes en retrait et une horloge en fronton sans étage. La construction de cette gare marque le début du tourisme vers la cité de Carcassonne. L'hôtel Terminus inauguré en 1914 par l'architecte Belin est un bâtiment remarquable du quartier de la gare qui a profité de cet afflux touristique pour se développer. L'aéroport de Carcassonne Salvaza, rebaptisé « aéroport de Carcassonne en Pays Cathare, en 2004, est situé au sud-ouest de la ville dans la zone d'activité de Salvaza. Il permet de s'envoler vers la Grande-Bretagne (Londres, Liverpool et Nottingham), vers l'Irlande (Dublin et Shannon) et vers la Belgique (Charleroi) via la compagnie aérienne Ryanair. En 2002, des travaux ont permis d'allonger la piste principale afin de recevoir de plus gros avions. L'aéroport a reçu 339 505 passagers pour l'année 2005 et 426 798 passagers pour l'année 2006 soit une hausse de 55, 9 % entre 2004 et 2006. . En centre-ville, la voiture est le moyen de transport privilégié des carcassonnais. La circulation aux heures de pointe y est pourtant assez difficile surtout en été avec l'afflux de touristes. La route nationale 113 qui débouche directement en ville est très vite saturée. Un premier tronçon routier est construit en 1980 avec la rocade ouest permettant de joindre la sortie d'autoroute 23 et la route nationale 113. La rocade nord-est est en cours de finition pour l'année 2008 et permettra de dévier le trafic de la RN113 grâce à un contournement par le nord. Ces travaux nécessitent la construction d'un viaduc au-dessus de l'Aude . De plus, en centre-ville, deux parkings souterrains (le parking André-Chénier de 340 places et le parking des Jacobins de 211 places) permettent d'accueillir jusqu'à 500 places de voitures. La place Gambetta est en cours d'aménagement avec la construction d'un parking souterrain de 400 places. Du côté des transports en commun, onze lignes de bus sillonnent la ville de Carcassonne et desservent l'ensemble de la ville dont l'aéroport de Carcassonne. La société Agglo'Bus gère l'ensemble du parc des autobus pour la communauté d'agglomération du Carcassonnais. Durant la période estivale, la bastide Saint-Louis est desservie par de petites navettes électriques gratuites dénommées "Les Toucs".

Site

Carcassonne est située sur les bords du fleuve de l'Aude. La commune est traditionnellement divisée en deux, la ville basse qui occupe les berges du fleuve à l'ouest et la ville haute (ou cité) qui occupe la colline surplombant l'Aude. La cité est construite sur un petit plateau constitué par le creusement de l'Aude à environ 150 mètres d'altitude au dessus de la ville basseCarcassonne, histoire et architecture de Jean-Pierre Panouillé, éditions Ouest-France, , page 2. la ville basse se situe au niveau de l'Aude dont l'altitude est de 100 m. L'Aude arrive à Carcassonne après son périple montagneux dans les gorges de la haute vallée de l'Aude et devient alors un fleuve plus tranquille. Elle passe au Païcherou, longe le cimetière Saint-Michel puis se sépare en deux bras formant une île appelée « l'île du Roy». Quatre ponts permettent de la franchir : le pont Garigliano, le pont-Vieux accessible qu'aux piétons, le pont Neuf et le pont de l'Avenir. Le canal du Midi passe également au nord de la ville entre la gare et le jardin André-Chénier jouxtant la bastide Saint-Louis. La ville se situe dans un couloir entre la montagne Noire au nord et la chaîne des Pyrénées au sud. La plaine est constitué de dépôts récents amenés par l'Aude et provenant des Pyrénées. Il s'agit de la molasse de Carcassonne, qui se caractérise par une alternance de grès, de conglomérats et de marnes gréseuses fluviatiles datant de l'éocène.

Morphologie urbaine

Vue du quartier de la Trivalle et de la ville basse depuis la cité de Carcassonne Les deux quartiers les plus importants sont la cité ou ville haute et la bastide ou ville basse. Ils sont réunis par celui de la Trivalle avec le pont Vieux traversant l'Aude. La Cité est sise sur un promontoire élevé et entourée d'épais remparts depuis le Moyen Âge. Aussi l'habitat y est dense et vieux. La circulation y est difficile, réglementée et interdite en juillet et en août. La ville basse est une ancienne bastide dont l'organisation suit un plan régulier d'un hexagone aux angles flanqués de bastions. Les rues se coupent en angles droits et sont organisées autour d'une place centrale, la place Carnot. Un boulevard ceinture l'ensemble de cette bastide en suivant les anciens remparts de la ville détruits en 1764 sur ordre de l'évêque Armand Bazin de Bezons. Ce boulevard est large et ouvert contrairement aux rues de la bastide qui sont plus étroites. Plusieurs de ces rues de la bastide sont piétonnes. Le reste de la ville est découpé en quartiers : La Conte et Joliot-Curie, Ozanam et Saint-Saëns, Saint-Georges, le Viguier, Saint-Jacques, la Cité Fleming, Grazailles-la Reille, la Cité la Prade, la Cité Albignac, le Palais, Gambetta, le Plateau, les Capucins, Bellevue et Pasteur. La ville possède de nombreux hameaux : Montlegun, Montredon, Grèzes, Herminis, Maquens et Villalbe.

Urbanisme

Le logement

300px Carcassonne comptait logements en 1999. Les constructions neuves sont peu présentes puisqu'en 1999, seulement 8, 9 % des résidences principales étaient postérieure à 1990. A contrario, les constructions antérieures à 1949 représentaient 29, 2 % du parc. 88, 3 % des logements sont des résidences principales, réparties à 53, 9 % en maisons individuelles et à 46, 1 % en appartements (respectivement 59, 1 % et 40, 9 % dans la région). 47, 6 % des habitants sont propriétaires de leur logement, contre 48, 7 % qui ne sont que locataires (respectivement 56, 8 % et 37, 6 % dans la région). À noter qu’avec 3 771 logements HLM soit 19, 4 % du parc en 1999 (9, 6% dans la région), la ville ne respecte pas les dispositions de l’article 55 de la loi solidarité et renouvellement urbain (SRU) de décembre 2000 fixant à 20 % le taux minimum de logements sociaux pour les communes les plus importantes. On peut noter en outre que le nombre de logements vacants était assez important en 1999 avec 9, 4 % du parc contre seulement 7, 7 % dans la région. L'office HLM de l'Aude a participé à des programmes d'amélioration des logements en 1988 en construisant des résidences intégrant la domotique. Ainsi, les résidences « l'étoile » et « Roosevelt » à Carcassonne sont les premiers logements HLM de ce type. Les quartiers du Viguier et de La Conte regroupent la grande partie des logements sociaux de la ville dont la population est majoritairement composée d'habitants immigrés ou d'origine immigrée. Ces quartiers sont composés de logements HLM ainsi que de pavillons. La plupart des habitations possèdent 4 pièces (63, 8 %), ou 3 pièces (19, 9 %), puis 2 pièces (11, 8 %). Les petits logements restent peu nombreux (studios : 4, 5 %). La ville possède par conséquent des logements de taille importante du fait de l'espace immobilier non restreint, permettant de grandes constructions, et du fait de la demande faible en petits logements. Enfin il faut préciser que ces logements sont bien dotés puisque 89, 9 % ont le chauffage central et 57, 4 % possèdent un garage, box ou parking (respectivement 76, 5 % et 61, 7 % pour la région).

Projets d'aménagement

Plusieurs projets d'aménagement de la commune sont en cours de réalisation au nord-est de la ville. Il s'agit de mettre en place de nouvelles zones d'activité commerciale afin d'attirer de nouvelles entreprises à Carcassonne ainsi que l'implantation de nouvelles zones résidentielles. La ZAC (zone d'aménagement concerté) des Hauts de Grazailles situé entre la rocade et le canal du Midi est en cours de réflexion et permettrait d'ajouter entre 500 et 700 logements ainsi que des services publics (groupes scolaires) sur 27 hectares. La ZAC de Montredon est un nouveau quartier qui sera créé avec la délocalisation de l’hôpital en 2012. Le site accueillerait le nouveau pôle santé ainsi que des logements et des équipements publics. Enfin, le lotissement de Montredon est en cours de réalisation sur un site de 17 hectares au hameau de Montredon pour la construction de logements sociaux et de pavillons.

Histoire

L'histoire de Carcassonne est directement liée à celle de la cité. C'est en 1247 que la ville s'étend réellement hors de la cité. Il s'agit de la ville basse ou bastide Saint-Louis.

Héraldique

Les origines de Carcassonne

Carcassonne était très tôt l'emplacement d'un site protohistorique très actif situé près de l'Aude. C'est la première apparition connue du toponyme Carcasso. Pline l'Ancien cite ce nomplus précisément il cite Carcaso Volcarum Tectosage au premier siècle avant J.-C. mais il semble que le terme existait déjà au Histoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 4. Le site originel de Carcassonne se trouvait sur le plateau où passe l'actuelle autoroute A61. Il s'est ensuite déplacé au vers l'emplacement actuelle de la cité de Carcassonne sans raison connue. À la fin du , le lieu est déjà un oppidum avec des fossés et héberge des habitations gauloises. En 118 av. J.-C., les Romains s’emparent du lieu occupé par les Volques Tectosages et fortifient l’oppidum. Ensuite les Wisigoths s’emparent de l’oppidum au Les dates sont différentes suivant les sources : Histoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 39 donne la date de 462, puis les Sarrasins au qui resteront environ trente ans avant d'être chassés par les Francs. Ces derniers laisseront le nom de Karkashuna. D'autres noms apparaissent comme Carcasona ou CarcassioneHistoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 41. Après l’éclatement de l'Empire Carolingien, l’époque féodale s’instaure avec à la tête de la ville la famille Trencavel qui va y régner en dynastie du au . Carcassonne prospère et prend une place stratégique très importante dans le Languedoc.

Le Moyen Âge

Reste de rempart de la Bastide construite sous le règne de saint Louis Le catharisme atteint Carcassonne qui aura beaucoup d'adeptes dans ses murs. Les cathares étant protégés par le vicomte Raimond-Roger Trencavel, la ville devient terre d’hérésie aux yeux du pape. En conséquence, elle subira de plein fouet les feux de la croisade dirigée par Simon de Montfort. C'est ainsi qu'au mois d'août 1209, l'armée des Croisés met le siège devant Carcassonne. Les deux bourgs tombent rapidement, ils sont brûlés et détruits. L'enceinte de la Cité va résister à l'assaillant. C'est la sécheresse et la soif qui feront capituler le vicomte de Carcassonne au bout de deux semaines de siège. Il sera aussitôt jeté en prison où il mourra très viteHistoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 56. Dès la prise de la Cité les terres des Trencavel sont attribuées à un des Barons du nord, le célèbre Simon de Montfort. Son fils donnera ses terres au roi de France, qui les intégrera au domaine royal en 1224Emmanuel Leroy Ladurie, Histoire du Languedoc, ed. Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1982, page 42. Ce dernier événement est majeur dans l'histoire de Carcassonne. Après la tentative de révolte des Carcassonnais menée par le fils du vicomte Trencavel en 1240, Saint Louis chasse la population de la ville, et l'autorise à s'établir sur l'autre rive du fleuve : c'est la création d’une ville nouvelle. Une bastide est alors créée en contrebas de la Cité de Carcassonne. Carcassonne devient alors une ville bicéphale où une concurrence acharnée a lieu économiquement et socialement entre Cité et Bastide. Progressivement, la Bastide Saint-Louis va prospérer économiquement au point de surpasser la Cité qui perd au fur et à mesure tous ses pouvoirs et son rayonnement politique. La ville basse est dotée d'un consulat en 1248. Six consuls gouvernent la ville aidés par des notables. Au , la ville est le premier centre de production textile du royaume, dont la matière première utilisée est la laine. Elle provient des élevages de la Montagne Noire et des Corbières. Les productions étaient exportées vers les grands comptoirs européens comme Constantinople ou AlexandrieCarcassonne, histoire et architecture de Jean-Pierre Panouillé, éditions Ouest-France, , page 52. En 1348, la ville est touchée par la peste comme le reste du pays et l'épidémie est récurrente jusqu'au siècle suivant. À cette même période, la guerre de Cent Ans provoque de nombreux dégâts. Le prince Noir dévasta par le feu la ville basse en 1355 en épargnant la cité de CarcassonneHistoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 97. Un siège aurait été trop long et l'aurait ralenti dans son entreprise de pillage. La bastide fut reconstruite et fortifiée en 1359. L'industrie du drap reprend et se développe.

Du

Carcassonne vers 1780 (carte de Cassini) avec la bastide à l'ouest de l'Aude et la cité sur les hauteurs à l'est de l'Aude À partir de cette période, la ville basse connaît une croissance supérieure à celle de la cité qui perd son rôle militaire. En 1531, le protestantisme fait son apparition, mais les calvinistes sont chassés de la ville basse qui se fortifie de plus belle. C'est une base pour les catholiques qui partent en guerre contre les villages protestants de la région : Limoux, Bram… De plus des rivalités apparaissent entre la cité et la ville basse provoquant des destructions de la ville basse. Au début des années 1560, les protestants de la ville sont massacrés, p 255. Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine, p 255. Petit à petit la Cité perd de son importance avec le transfert de nombreuses institutions à la ville basse croissante. La richesse due au commerce drapier permet d'embellir la ville. Des hôtels luxueux sont construits, l'eau est amenée jusqu'à la ville, le pavage et l'éclairage des rues rendent la ville plus moderne. Les vieux remparts et portes de la ville basse sont démolis au , le portail des Jacobins est construit à cette époque. Malheureusement, de nombreux problèmes causent la perte de cette mono-industrie. Sous la Restauration, l'activité est mécanisée et les salaires sont tirés vers le bas. La viticulture rentre en concurrence et la misère gagne la cité de Carcassonne et ses derniers tisserands. À la Révolution française, la ville est peu engagée et l'industrie drapière est concurrencée par les Anglais provoquant des baisses de salaires importantes. Le , le département de l'Aude est créé et Carcassonne en devient le chef-lieuHistoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 164. Mais les prix de la nourriture augmentent, la famine et le mécontentement populaire se font sentir. Carcassonne absorbe Carcassonne-Cité entre 1795 et 1800.

s

300px Au , un changement dans les mentalités intervient et une prise de conscience pour les monuments historiques s'annonce, on veut restaurer et valoriser le patrimoine français. La Cité, complètement ruinée et miséreuse va recevoir le soutien d’érudits Audois et Carcassonnais tel Jean-Pierre Cros-Mayrevieille soutenu par Prosper Mérimée, Inspecteur des monuments historiques. Les premiers travaux de restauration portent sur la Basilique Saint-Nazaire-et-Saint-Celse. De nombreuses expropriations ont ensuite lieu, supprimant la totalité de l’habitat construit dans les lices et excluant une partie de la population de la Cité. Un demi-siècle de travaux aura lieu pour restituer toute la grandeur du au plus grand ensemble de fortification du Moyen Âge d’Occident. L’architecte Viollet-le-Duc, spécialiste des restaurations en France, portera ce chantier avec réussite mais déclenchera parfois une certaine polémique sur ses choix de restaurations et sur ses initiatives personnelles assez particulières. Il n'en demeure que la Cité de Carcassonne est globalement très bien restaurée, la restauration portant sur seulement 30 % du bâti (crénelages, toitures). En 1907, les vignerons Carcassonnais participent à la révolte des vignerons pour dénoncer les problèmes qui affectent la viticulture du Languedoc. La fraude récurrente de certains producteurs, la surproduction, le mildiou et la concurrence provoquent leur colère et demande à l'état, qui dans un premier temps ne réagit pas, de mettre en place une réglementation sur les productions viticoles. Carcassonne rejoint en septembre 2007 la Confédération générale des vignerons (CGV), la première union syndicale . En 1944, la cité de Carcassonne est occupée par les troupes allemandes qui utilisent le château comtal comme une réserve de munitions et d'explosifs. Les habitants sont expulsés de la cité. Joë Bousquet, commandeur de la Légion d'honneur, s'indigne de cette occupation et demande par lettre au préfet la libération de la cité considérée par tous les pays comme une œuvre d'art qu'il faut respecter et laisser libre. En avril 1996, Rémy Cazals organise le colloque de Carcassonne sur la première guerre mondiale qui permettra de publier Traces de 14-18 et de faire avancer l'historiographie de la première guerre mondiale. En 1997, La Cité de Carcassonne atteint la consécration en obtenant son classement sur la liste des sites au patrimoine mondial de l'humanité par l’UNESCO et la ville basse de Carcassonne « La Bastide Saint-Louis » est classée secteur sauvegardé. Aujourd’hui, plus de trois millions de touristes en font un des lieux les plus visités d’Europe page 20. Le 6 novembre 2003 eu lieu à Carcassonne dans l'hôtel de la Cité le 16 sommet franco-espagnol en présence de José Maria Aznar, chef du gouvernement espagnol, de Jacques Chirac, président de la République et de 13 ministres des deux pays.

Politique et administration

Circonscriptions de l'Aude Palais de Justice de Carcassonne Carcassonne est le chef-lieu de quatre cantons :
- le canton de Carcassonne-Centre est formé d'une partie de Carcassonne (11 030 habitants) ;
- le canton de Carcassonne-Est est formé d'une partie de Carcassonne et des communes de Berriac, Cavanac, Cazilhac, Couffoulens, Leuc, Mas-des-Cours et Palaja (17 970 habitants) ;
- le canton de Carcassonne-Nord est formé d'une partie de Carcassonne et de la commune de Pennautier (13 998 habitants) ;
- le canton de Carcassonne-Sud est formé d'une partie de Carcassonne (8 930 habitants). C'est aussi la préfecture du département de l'Aude dont les locaux sont hébergés dans un bâtiment de 1760 de style Louis XV. La ville fait aussi partie de la première circonscription de l'Aude qui contient 10 cantons et 99 717 électeurs. Elle abrite plusieurs administrations et services publics sur son territoire : un bureau de poste (40 Rue Jean Bringer), un hôtel de police, une direction départementale des renseignements généraux, une compagnie républicaine de sécurité, un groupement de gendarmerie, un poste de douane présent à l'aéroport de Carcassonne Salvaza, un centre des impôts ainsi qu'une caserne de sapeurs-pompiers. D'autres services publics sont disponibles comme un centre de sécurité sociale, une agence nationale pour l’emploi (ANPE), un point d’accueil EDF-GDF et la caisse d'allocation familiale de l'Aude. Carcassonne fait partie de la juridiction d’instance, de grande instance et de commerce de Carcassonne, ainsi que de la cour d'appel de Montpellier. La ville possède sont propre palais de justice sur le boulevard jean Jaurès. De plus, l'armée est très bien implantée à Carcassonne avec des détachements de l'armée de Terre : le 3 régiment de parachutiste d'infanterie de marine hébergé à la caserne Laperrine datant du , une délégation militaire départementale de l'Aude et le centre d'information et de recrutement de l'armée de Terre.

Administration municipale et tendances politiques

Le conseil municipal est composé de quarante-trois membres, dont le maire et onze adjoints. Le maire est également le président de la communauté d'agglomération du Carcassonnais. Il est secondé par vingt vice-présidents. De plus, un conseil municipal des enfants est formé de 44 élèves de classes de CM1 et CM2 de vingt-deux écoles. Politiquement, Carcassonne est une ville de droite, les électeurs ayant voté majoritairement à droite pour les élections municipales depuis 1990. À noter que le maire de la commune depuis 2005, Gérard Larrat, est de droite (UMP). Il a succédé à Raymond Chesa lui-même de droite (UMP) après sa mort suite à une longue maladie. Cependant, avant 1981, les maires de Carcassonne étaient de gauche et l'élection présidentielle de 2007 a montré une nette préférence pour la candidate de gauche au premier tour et une quasi-égalité droite/gauche au second tour. À l’élection présidentielle de 2002, le premier tour a vu arriver en tête Jean-Marie Le Pen avec 23, 50 %, suivi de Lionel Jospin avec 20, 15 %, puis de Jacques Chirac avec 17, 93 % et enfin Jean-Pierre Chevènement avec 5, 36 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Au second tour, les électeurs ont voté à 77, 15 % pour Jacques Chirac contre 22, 85 % pour Jean-Marie Le Pen avec un taux d’abstention de 17, 27 %, résultat assez proche des tendances nationales (respectivement 82, 21 % et 17, 79 % ; abstention 20, 29%) avec cependant quatre points supplémentaires pour Jean-Marie Le Pen. Au référendum sur le traité constitutionnel pour l’Europe du , les Carcassonnais ont largement voté contre la Constitution européenne, avec 59, 63 % de Non contre 40, 37 % de Oui avec un taux d’abstention de 29, 84 % (France entière : Non à 54, 67 % ; Oui à 45, 33 %). Ces chiffres sont assez conformes à la tendance départementale de l'Aude (Non à 64, 62 % ; Oui à 35, 38 %) mais légèrement supérieurs à la moyenne du département démontrant le caractère privilégié des habitants de la ville par rapport au reste du département rural, l'électorat ayant choisi le vote positif étant, selon les analystes politiques, le fait d'une population plus privilégiée économiquement et d'un plus haut niveau d'éducation. À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Ségolène Royal avec 31, 13 %, suivi par Nicolas Sarkozy avec 29, 60 %, François Bayrou avec 13, 71 %, Jean-Marie Le Pen avec 13, 33 %, puis Olivier Besancenot avec 3, 75 %, et enfin Marie-George Buffet avec 2, 29%, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 2 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 50, 30 % (résultat national : 53, 06 %) contre 49, 70 % pour Ségolène Royal (national : 46, 94 %). La victoire au premier tour de la gauche à Carcassonne montre un retournement depuis plusieurs années de la dominance de la droite.

Les maires de Carcassonne

Fiscalité

Habitations du quartier de la Trivalle Les quatre taxes de 2006 furent votées par le conseil municipal de Carcassonne pour des taux de : 15, 23 % pour la taxe d'habitation, 39, 82 % pour la taxe foncière bâti, 107, 99 % pour la taxe foncière non bâti, et 21, 33 % pour la taxe professionnelle (taux intercommunal) - Données communales. Les taux départementaux étaient respectivement la même année de 9, 43 %, 21, 17 %, 54, 93 % et 14, 68 %. Cette fiscalité est très supérieure à la moyenne départementale pour les communes de population équivalente. Ces taux sont à titre de comparaison et respectivement 11, 44 %, 28, 63 %, 67, 79 % et 14, 37 % pour Narbonne. Narbonne est de taille équivalente à Carcassonne mais possède un dynamisme et une économie liée au tourisme et à des entreprises privées plus nombreuses. La taux de la fiscalité directe locale est de 15, 23 % en 2006 ce qui est là aussi supérieur au taux départemental avec 9, 43 % - Données communales. Le taux de la taxe d’habitation de 13, 82 % en 2003 et 15, 23 % 2006 comme les autres taxes est en augmentation constante depuis plusieurs années - Données communales, contrairement à Narbonne qui a réussi à maintenir ces taux entre 2003 et 2006, notamment les taxes foncières et professionnelles qui n'ont pas bougé. Enfin, la municipalité doit supporter le poids de la dette « Orta » depuis plusieurs années. Cette dette vient d'un projet de centre international de congrès financé par la municipalité lors du mandat de Raymond Chesa. La construction du site a été confiée un promoteur immobilier appelé « Orta ». Le promoteur s'est enfui avec le financement et la municipalité a été condamnée à rembourser l'argent emprunté. Cette dette est à l'origine d'une partie de l'augmentation. Mais Carcassonne doit aussi rattraper son retard par rapport à Narbonne car elle a connu une période d'immobilisme durant laquelle aucun investissement n'avait été fait sur la commune. Aujourd'hui, de nombreux projets d'aménagement et d'infrastructures sont en cours.

Sécurité

Le taux de criminalité de la circonscription de police de Carcassonne est de 108, 60 actes pour 1000 habitants (crimes et délits, chiffres 2005) ce qui en fait le plus élevé de l'Aude, très largement supérieur à la moyenne nationale (83/1000). Ce taux correspond au taux de criminalité de la région Languedoc-Roussillon (109, 31/1000). Le taux de résolution des affaires par les services de police est de 24, 51 %, le plus faible du département et de la région mais proche des moyennes régionale (26, 79 %) et nationale (28, 76 %).

Politique environnementale

La ville réalise plusieurs projets de gestion de l'environnement. Un tri sélectif a été mis en place en 2005 et a permis de traiter 750 tonnes d'ordures ménagères. Ce dispositif a nécessité la mise en place de la déchetterie de La Fajolle, de faire des campagnes de sensibilisation auprès des citoyens et des écoles et l'extension de l'aire de compostage au pôle environnementale de Salvaza. La ville a investit d'euros dans la station d’épuration et l'usine de compostage de Saint-Jean.

Jumelage

-

Population et Société

Démographie

La ville de Carcassonne comptait habitants au dernier recensement de l'INSEE en 1999 ce qui la place au 127 rang national. Carcassonne est la ville la plus peuplée de l'Aude après Narbonne ( hab). La densité de la commune est de 675 hab/km². C'est aussi la plus densément peuplé par rapport à Narbonne (269 hab/km²), Limoux (290 hab/km²) ou Castelnaudary (228 hab/km²). Mais cette densité est largement inférieure à des villes comme Toulouse ( hab/km²), Montpellier ( hab/km²) ou Perpignan ( hab/km²). C'est aussi l'aire urbaine la plus peuplée du département avec 82 577 habitants couvrant 61 communes avant Narbonne ( hab), Castelnaudary ( hab) et Limoux ( hab). L'évolution démographique de la ville est régulière et en augmentation depuis le en passant de 15 219 habitants en 1800 à 43 950 habitants en 1999. Cependant, depuis le milieu du , cette progression stagne. En 1968, le nombre total d'habitants était de 43 616 habitants. Il descend à 41 153 habitants en 1982 pour remonter en 1999 à 43 950 habitants puis à 45 800 habitants en 2005. Ce recul de la population s'explique par un solde migratoire négatif au profit des villes de Toulouse ou de Montpellier dans lesquelles l'économie et l'emploi sont plus attractifs. Un autre phénomène est l'arrivée des Britanniques à Carcassonne. L'INSEE a noté une augmentation nette passant de 0, 42 Britannique pour 1 000 habitants en 1975 à 2, 4 en 1999. La proportion dans le département de l'Aude est plus forte avec 3 pour mille en 1999. Colors= id:lightgrey value:gray(0.9) id:darkgrey value:gray(0.7) id:sfondo value:rgb(1, 1, 1) id:barra value:rgb(0.6, 0.7, 0.8) ImageSize = width:600 height:300 PlotArea = left:50 bottom:50 top:30 right:30 DateFormat = x.y Period = from:0 till:50000 TimeAxis = orientation:vertical AlignBars = justify ScaleMajor = gridcolor:darkgrey increment:5000 start:0 ScaleMinor = gridcolor:lightgrey increment:1000 start:0 BackgroundColors = canvas:sfondo BarData= bar:1901 text:1901 bar:1911 text:1911 bar:1921 text:1921 bar:1931 text:1931 bar:1946 text:1946 bar:1954 text:1954 bar:1962 text:1962 bar:1968 text:1968 bar:1975 text:1975 bar:1982 text:1982 bar:1990 text:1990 bar:1999 text:1999 PlotData= color:barra width:30 align:left bar:1901 from:0 till: 30720 bar:1911 from:0 till: 30689 bar:1921 from:0 till: 29314 bar:1931 from:0 till: 34921 bar:1946 from:0 till: 38139 bar:1954 from:0 till: 37035 bar:1962 from:0 till: 40897 bar:1968 from:0 till: 43616 bar:1975 from:0 till: 42154 bar:1982 from:0 till: 41153 bar:1990 from:0 till: 43470 bar:1999 from:0 till: 43950 PlotData= bar:1901 at: 30720 fontsize:S text: 30.720 shift:(-8, 5) bar:1911 at: 30689 fontsize:S text: 30.689 shift:(-10, 5) bar:1921 at: 29314 fontsize:S text: 29.314 shift:(-10, 5) bar:1931 at: 34921 fontsize:S text: 34.921 shift:(-10, 5) bar:1946 at: 38139 fontsize:S text: 38.139 shift:(-10, 5) bar:1954 at: 37035 fontsize:S text: 37.035 shift:(-10, 5) bar:1962 at: 40897 fontsize:S text: 40.897 shift:(-10, 5) bar:1968 at: 43616 fontsize:S text: 43.616 shift:(-10, 5) bar:1975 at: 42154 fontsize:S text: 42.154 shift:(-10, 5) bar:1982 at: 41153 fontsize:S text: 41.153 shift:(-10, 5) bar:1990 at: 43470 fontsize:S text: 43.470 shift:(-10, 5) bar:1999 at: 43950 fontsize:S text: 43.950 shift:(-10, 5) TextData= fontsize:S pos:(30, 20) text:source INSEE La ville suit exactement les mêmes tendances que la région Languedoc-Roussillon. Les parts des 15-29 ans et des 30-44 ans sont les plus représentées avec 20, 8% pour les deux en 1999 (respectivement : 19, 8 et 20, 9 % pour a région). Les personnes âgées sont peu représentées avec 8, 4 % en 1999 comme dans le reste de la région (7, 5 %)..

Enseignement

Ancienne école des filles de Carcassonne Carcassonne possède seize écoles maternelles, quatorze écoles élémentaires et quatre écoles primaires. Cela représente élèves dans les écoles publiques et 750 élèves dans le privé. La ville possède six collèges publics : les collèges André-Chenier, de Grazailles, Émile-Alain, Jules-Verne (ancien « la conte »), le Bastion et Varsovie ; et quatre lycées : Charles-Cros, lycée agricole Charlemagne, Jules-Fil et Paul-Sabatier. La commune compte en outre trois établissements privés : le collège Jeanne d'Arc, le lycée Saint-Stanislas et le lycée d'enseignement professionnel Saint-François. Carcassonne est équipée de quelques établissements d'enseignement supérieur comme l'école d'infirmières, un IUFM et un IUT en « Statistiques et traitement informatique des données » complété par une licence professionnelle « Traitement de l'information géographique ».

Santé

Le premier centre de santé de Carcassonne date de 1648. Il est situé au pied du pont vieux du côté de la bastide Saint-Louis. Il s'agit de l'ancien hôpital général qui est devenu aujourd'hui le centre de séjour du pont Vieux qui dépend du centre hospitalier Antoine-Gayraud. La ville possède un établissement privé, la clinique Montréal, et un établissement public, le centre hospitalier de Carcassonne. Un pôle Santé est en cours de réalisation sur la zone d'activité de Montredon. Elle comprendra un pôle logistique et un secteur hospitalier.

Manifestations culturelles et festivités

Embrasement de la cité de Carcassonne lors du 14 juillet 2007
- Avril - Semaine du Jazz
- 21 juin - Fête de la musique
- Juillet - Festival de la cité
- Juillet - Festival de la bastide
- Juillet-Août - Les estivales d'Orgue de la Cité.
- 14 juillet - Embrasement de la cité
- Fin Août - Semaine espagnole.
- Juillet-Août - Grand tournoi de chevalerie
- Octobre - Fête du vin
- Décembre - Animations de décembre

Sports

Le rugby est un sport très pratiqué à Carcassonne. Ainsi, le club Union sportive carcassonnaise XV (USC), fondé en 1899, est le doyen des clubs sportifs carcassonnais. La structure a créé une école de rugby, l'école de Rugby Bassin Carcassonnais pour former les jeunes de la région. Son palmarès n'est pas très important et le club a rétrogradé en division honneur en 1951 alors qu'il était en première division en 1925. Le club Association Sportive Carcassonne XIII joue quant à lui au rugby à XIII depuis 1938. C'est une des équipes de rugby à XIII qui a eu son heure de gloire durant les années 1945-1954 avec la famille Taillefer. Les joueurs Édouard Ponsinet, Puig-Aubert et Gilbert Benausse étaient des figures emblématiques du rugby à XIII Carcassonnais. La ville possède aussi son club de football, le Football Athlétique Carcassonne Villalbe fondé en 1932. Enfin, plus minoritairement, la ville possède son club de basket-ball, Sport Olympique Carcassonnais Basket, et de handball, le Hand Ball Club Carcassonnais. Au niveau des infrastructures sportives, Carcassonne propose dix stades dont le stade Albert-Domec pouvant accueillir personnes. Elle possède aussi des aires de jeux, un centre omnisports de m² où l'on peut pratiquer les sports de raquette, les arts martiaux et la gymnastique et centre de remise en forme avec la possibilité de faire du tir à l'arc, de la boxe et du tae kwon do. La ville possède aussi six gymnases et une salle polyvalente ainsi que trois piscines dont 2 couvertes et enfin trente courts de tennis (couverts et de plein air). Il existe aussi un golf de 18 trous et un hippodrome.

Médias

La presse est représentée majoritairement par les grands quotidiens régionaux L'Indépendant, Midi-Libre et La Dépêche du Midi. En plus des stations de radio nationales, la ville est couverte par de nombreuses stations locales dont France Bleu Carcassonne, Radio Sud, Aude Maguelone, R.C.F ou Radio Marseillette. Une télévision locale diffuse des émissions sur Carcassonne. Il s'agit de Canal Cité(s).

Personnalités liés à la commune

Paul Sabatier, prix Nobel de chimie, né à Carcassonne|thumb|right|200px Olivia Ruiz, artiste née à Carcassonne|thumb|right|200px Plusieurs artistes et personnalités sont nés ou ont vécu à Carcassonne :
-Claudi Marti est un chanteur, écrivain et poète occitan.
-Gilbert Benausse était un joueur de rugby à XIII qui a évolué à l'ASC XIII. Avec 48 apparitions en équipe de France, il détient le record du nombre de sélections.
- André Chénier était un engagé durant la Révolution française et admirateur de la Grèce antique. Même s'il n'a vécu à Carcassonne que de 1765 à 1773, sa famille est originaire de Carcassonne.
- Jacques Gamelin, peintre et dessinateur, est né et mort à Carcassonne (° 1738 - † 1803).
- Philippe Fabre d'Églantine (° 1750 - † 1794) poète et révolutionnaire, il fût l'auteur d'Il pleut, il pleut, bergère ainsi que de la dénomination des mois et jours du calendrier républicain. Il est né à Carcassonne mais il s'engage très vite dans une troupe et parcourt la France.
- Edouard Ourliac (° 1813 - † 1848) est un écrivain né à Carcassonne.
- Paul Sabatier (° 1854 - † 1941), prix Nobel de chimie 1912, est né à Carcassonne.
- Jacques Ourtal (° 1868 – † 1962) était un peintre qui s'inspira des paysages de l'Aude.
- Joë Bousquet (° 1897 - † 1950 à Carcassonne), poète et ami de Louis Aragon, André Gide et René Nelli, il vit alité après un accident militaire dans une chambre à Carcassonne où il écrit de nombreux poèmes.
- René Iché (° 1897 - † 1954) était un sculpteur et un résistant qui a vécu plusieurs années à Carcassonne et laisse plusieurs œuvres à la commune.
- Albert Domec, joueur de rugby à XV né à Saint-Pé-de-Bigorre le 7 octobre 1901 et décédé à Carcassonne le 20 novembre 1948.
- René Nelli (° 1906 - † 1982 ) était un poète en occitan, un ethnologue et un enseignant spécialiste du catharisme. Il est né et mort à Carcassonne.
- André Cayatte (° 1909 à Carcassonne - † 1989 à Paris) était un cinéaste qui a réalisé une trentaine de films.
- Jean Bringer (° 1916 - † 1944) était un chef départemental des FFI de l'Aude.
- Aimé Ramond, (° 1918 - † 1944) était un résistant et un policier du commissariat de Carcassonne.
- Jean-Michel Signoles, né en 1949 à Carcassonne, est un homme d'affaire connu pour avoir fondé la marque Chipie en 1967.
- Henri Gougaud est un écrivain, un poète, un conteur et un chanteur français né à Carcassonne en 1936.
- Claude Brosset, (1943-2007) acteur de cinéma et de théâtre, possédait un restaurant dans le quartier du Dôme de 1992 à 1994 à l'enseigne du "Cyrano".
- Stephan Eicher, chanteur et multi-instrumentiste suisse de rock, né en 1960 à Zurich, il enregistra en février 1993 chambre 23 (aujourd'hui 218) de l'hôtel de la Cité un album devenu célèbre intitulé Carcassonne.
- Pierre Cabanne, (1921-2007) est un historien, écrivain, critique d'art né à Carcassonne, parmi ses nombreux ouvrages il est l'auteur du "Siècle de Picasso" (Denoêl 1979) ou du "Guide des musées de France" (Larousse 1997)
- Jean Deschamps (1920-2007) est un acteur de théâtre, membre du TNP de Jean Vilar en 1951 et de la Comédie Française de 1956 à 1957. Il dirigea de 1957 à 1974 le Festival de la Cité de Carcassonne. Le grand théâtre de la Cité porte son nom depuis 2006.
-Albert Fert, prix Nobel de Physique 2007 né le à Carcassonne.
- Olivia Ruiz est une chanteuse née à Carcassonne en 1980 qui connaît un succès certain avec son dernier album La Femme Chocolat en 2006.
- Gabriel Delmas est un auteur de bande dessinée né à Carcassonne en 1973. Auteur notamment de Grangousiers.

Économie

La rue commerçant de Verdun dans la bastide La cité de Carcassonne, le moteur du tourisme carcassonnais Hôtel de la cité Au , la ville était une grande ville industrielle grâce à la production de textiles de toutes sortes. Aujourd'hui, Carcassonne ne vit que de commerce local lié au tourisme et de ses fonctions administratives. Carcassonne est aussi le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Carcassonne-Limoux-Castelnaudary. Elle gère l'aéroport de Carcassonne Salvaza.

Prédominance du commerce

L'économie industrielle est faible, l'industrie lourde est inexistante et la ville tente d'attirer de nouvelles industries . Quelques entreprises sont présentes en agro-alimentaire comme BONCOLAC-PILPA (fabrication de crèmes glacées), le groupe UCCOAR (usine d'embouteillage) dont le chiffre d'affaire est de 92 M d'euros http://www.linternaute.com/ville/ville/entreprise_service/129/carcassonne/ et Aude Coop (Coopérative des producteurs du terroir d'Oc). L'artisanat est bien représenté à Carcassonne avec 936 entreprises regroupant 2700 actifs. L'agriculture est peu représentée et se limite majoritairement à la viticulture. Le tourisme est aussi un apport économique important grâce à l'attrait mondial de la cité de Carcassonne et du canal du Midi. Il représente un taux d'emploi comparable à celui de la côte languedocienne. La commune a donc développé son offre d'accueil avec de nombreux restaurants et 1200 chambres réparties dans 34 établissements dont deux hôtels de luxe quatre étoiles, l'hôtel de la Cité et le Domaine d'Auriac. Carcassonne possède aussi un camping trois étoiles et de nombreux gîtes. Au milieu de la cité, se trouve aussi une auberge de jeunesse. Comme dans tout le reste de la France, le commerce de détail de Carcassonne a régressé au profit du commerce de grande surface. La grande surface gagnait 14, 1 emplois pour 1 000 habitants entre 1975 et 1999 tandis que le reste du commerce de détail en perdait 16, 3 pour 1 000. Le commerce de détail reste tout de même majoritaire avec 68 % des emplois commerciaux tandis que les grandes surfaces représentaient 32 % dans l’ensemble des communes 25 km autour de Carcassonne.

Emploi

L'agriculture est très peu représentée parmi les emplois Carcassonnais avec 1, 9 %. Cet emploi a beaucoup régressé depuis 1990 comme une grande partie de la France. L'industrie et la construction représente aussi peu d'emploi avec respectivement 7, 7 % et 5, 5 % des emplois. Ces taux sont le résultat de plusieurs années de désindustrialisation comme à Limoux. Le secteur tertiaire regroupe pratiquement la totalité de l'emploi avec un taux de 85 %. Le taux de Carcassonnais ayant suivi des études supérieures est de 17, 4 %, contre 18, 1 % en moyenne en France métropolitaine. Le taux de chômage est d’environ 10, 6% (estimation 2005), soit légèrement supérieur à la moyenne nationale (9, 6 %), et le revenu moyen par ménage est d'environ 13 650 € par an (moyenne nationale : 20 363 € par an). En 1999, 85, 8 % des actifs Carcassonnais ayant un emploi travaillaient dans la commune. La plupart des actifs travaillent à Carcassonne car la ville regroupe la plus grande partie du bassin d'emploi de la région. 74 % des actifs avec emploi utilisent leur voiture particulière pour leur trajet domicile / lieu de travail. Carcassonne rencontre assez peu de difficultés de circulation et les transports en commun sont peu développés ce qui favorise l'utilisation de ce mode de transport.

Culture et patrimoine

Monuments et lieux touristiques

La cité de Carcassonne

La Cité de Carcassonne, sur la rive droite de l'Aude a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997. C'est le haut lieu touristique de la ville avec plus de deux millions de visiteurs chaque année dont 300 000 visites du château comtal et des rempartsDocument PDF du Patrimoine mondial de l'UNESCO citant les 2 millions de visiteurs par an. C'est le deuxième site touristique le plus visité après le Mont-Saint-Michel. C'est un ensemble médiéval unique en Europe de par sa taille et son état de conservation. La cité est ceinturée de deux rangées de remparts et possède un château, le château comtal, et la basilique Saint-Nazaire. La Cité de Carcassonne et le pont Vieux traversant l'Aude

Le château comtal

Château comtal de la cité de Carcassonne Le château comtal est une forteresse qui se dresse au sein de la cité de Carcassonne qui hébergeait les vicomtes de Carcassonne. Certaines de ses fondations reposent sur une domus du . Très tôt, cet emplacement devient un lieu de pouvoir. Le nouveau château comtal est bâti au début du ; il en reste aujourd’hui une partie du donjon. Il connaît de nombreuses modifications au cours des siècles en particulier en 1229 où, aux mains du pouvoir royal, il devient le siège de la Sénéchaussée. De 1240 à 1250, la construction de l’enceinte est entreprise pour le fortifier. Cette ceinture est constituée d’une courtine, de tours rondes, du châtelet d'entrée, de la barbacane ainsi que du fossé. Le château se visite toute l'année et permet d'accéder aux remparts de la cité. Il contient en outre un musée lapidaire et une exposition permanente sur la restauration de la Cité au .

La basilique Saint-Nazaire

Cathédrale de la cité de Carcassonne La basilique Saint-Nazaire est une église d'origine romane datant du . C'est tout d'abord une simple église bénie et consacrée cathédrale par le pape Urbain II en 1096Carcassonne, histoire et architecture de Jean-Pierre Panouillé, éditions Ouest-France, , page 20Histoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 72. Sur son emplacement se trouvait une cathédrale carolingienne dont il ne reste aucune trace aujourd'huiJoseph Poux, La cité de Carcassonne, précis historique, archéologique et descriptif, Ed. Privat, 1923, page 174. La crypte date aussi de l'époque de la construction de la nouvelle cathédrale par la famille Trencavel malgré son état dégradé qui fait penser le contraire. La cathédrale est construite en grès à l'extérieur. Elle est agrandie entre 1269 et 1330 dans le style gothique imposé par les Français devenus maîtres de la région, avec un transept et un chœur très élancés, un décor de sculptures et un ensemble de vitraux qui comptent parmi les plus beaux du sud de la France. Un prélat bâtisseur, Pierre de Rochefort, est à l'origine financière d'une grande partie des décors et de l'achèvement des voûtes. Ses armoiries sont visibles dans le chœur, l'abside et le bras sud du transept, tandis que la chapelle du collatéral nord contient le monument commémoratif de la mort du contributeur. Un autre personnage, Pierre Rodier archevêque de Carcassonne, possède son blason dans la chapelle du collatéral sudJoseph Poux, La cité de Carcassonne, précis historique, archéologique et descriptif, Ed. Privat, 1923, page 174. Les rénovations d'Eugène Viollet-le-Duc ont largement transformé son extérieur, mais l'intérieur est le plus remarquable. On observe alors les deux styles, gothique et roman, sur les vitraux, les sculptures et tous les décors de l'église. De nombreux vitraux du et du sont présents sur les façades. Elles représentent des scènes de la vie du christ et des ses apôtres. En 1801, l'église est déchue de son rang de cathédrale de Carcassonne au profit de l'église Saint-Michel, située dans la bastide. Ce transfert se déroule dans un contexte de changements avec l'abandon de la cité et l'expansion de la ville basse. Elle devient Basilique en 1898 octroyé par le pape Léon XIII. Une communauté de chanoine vivait à proximité de la cathédrale avec une salle capitulaire et le dortoir à l'est, le réfectoire et les cuisines au sud et les caves et écuries à l'ouest. Mais l'ensemble des bâtiments sont démolis en 1792.

Le canal du Midi

Quai du canal du Midi à Carcassonne Le Canal du Midi est une voie fluviale classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1996. À l'origine, en 1681, le canal ne passe pas à Carcassonne et se trouve à plus de deux kilomètres de la cité à cause d'un désaccord de négociation entre Pierre-Paul Riquet qui réclamait aux consuls de Carcassonne une aide financière de livres pour faire passer le canal dans la ville. Cette erreur des dirigeants de la ville eut un impact sur l'économie de la ville puisque le trafic fluvial ne s'arrêtait pas à Carcassonne. Cette dernière ne s'épanouissait pas autant que Castelnaudary. Un nouveau tracé est alors proposé pour détourner le canal dans la ville et pour construire un port fluvial. En 1810, le canal du Midi passe définitivement par Carcassonne. La ville possède désormais un axe majeur de navigation fluvial du , le bassin du port, et trois ponts que sont le pont Marengo, le pont de la paix et le pont d'IénaMichel Cotte, « canal du Midi, merveille de l'Europe », édition Belin Herscher, 2003, , page 97. L'arrivée du canal du Midi est générateur de nombreuses transformations urbaines dans la ville basse. Les fossés entourant les remparts de la bastide sont comblés afin de construire des grands boulevards. En 1812, un grand projet permet d'urbaniser la partie située entre le canal et la bastide. Des logements sont construits ainsi que des bâtiments pour le fonctionnement du canal durant les années qui suivirent.

La bastide Saint-Louis

La fontaine de Neptune, place Carnot Plus communément appelée « ville basse », elle est le centre marchand et résidentiel de Carcassonne. C'est Saint-Louis qui autorise la construction en 1247 d'un bourg sommairement fortifié pour loger les Carcassonnais. L’enceinte longue de 2800 m qui entoure la ville est construite de 1355 à 1359, sous les ordres du comte d’Armagnac. La ville basse fut saccagée par Édouard de Galles, le Prince Noir, en 1355. En 1539, la bastide fut modifiée et prit son aspect actuel. La bastide Saint-Louis était entourée de remparts dont il ne reste aujourd'hui que quelques vestiges, notamment à l'est de la ville, les remparts du bastion. Le plan de la ville basse est un plan en damier centré sur la place Carnot. Les rues étroites se coupent à angle droit et courent d'un bout à l'autre de la ville, plan typique des bastides du sud de la France. Ce découpage permettait aux défenseurs du Moyen Âge de parcourir sans obstacle la ville à cheval afin de défendre les remparts attaqués. Au centre de la ville se trouve la place Carnot, qui est encore aujourd'hui la place du marché. Vers la fin du , les murailles sont renforcées de quatre bastions : le bastion Saint-Martin, le bastion du Calvaire, le bastion de Montmorency et le bastion de la Tour Grosse ou des Moulins. Ces travaux interviennent durant les guerres de religion afin de renforcer les protections de la ville basse. Aujourd'hui, la bastide est constituée de rues piétonnières possédant de nombreux commerces. La place Carnot centrale accueille en été une scène pour le festival de la Bastide proposant plusieurs spectacles gratuits. La porte monumentale des Jacobins est l'une des quatre dernières portes qui se situaient aux quatre points cardinaux de la bastide. Ces portes permettaient le contrôle des entrées dans la bastide quand cette dernière était fortifiée.

Lieux sacrés

Église Saint-Gimer vue depuis les remparts de la cité Entre la ville basse et la ville haute, Carcassonne possède plusieurs lieux sacrés. Deux églises, la cathédrale Saint-Michel et l'église Saint-Vincent, datent de l'extension de deux villages, Saint-Vincent et Saint-Michel, hors de murs de la cité durant l'époque médiévale. La cathédrale Saint-Michel est le lieu de culte de la bastide Saint-Louis construit en 1247. C'est une église gothique de style languedocien qui devient cathédrale en 1803 suite à la destitution de la basilique Saint-Nazaire (décrite plus haut) située dans la cité. La partie sud de la cathédrale reposait contre une muraille construite après la destruction du Bourg en 1355. Le clocher se compose de trois étages rectangulaires et massifs et un quatrième octogonal. La cathédrale a été restaurée plusieurs fois par Eugène Viollet-le-Duc. L'église Saint-Vincent, pour sa part, a été construite en 1269Histoire de Carcassonne de Jean Guilaine et Daniel Fabre, édition Privat, , page 77. L'église Saint-Gimer est située dans le quartier de la Barbacane au pied de la cité. Elle est plus récente car elle a été construite par Eugène Viollet-le-Duc de 1854 à 1859 à la place de la barbacane d'Aude qui a été détruite pour l'occasion. La chapelle Saint-Gimer existait dans le quartier avant la construction de l'église. Elle a été érigée au sur l’emplacement de la maison natale de saint Gimer, évêque de Carcassonne au début du . Des chapelles sont aussi présentes en ville comme la chapelle Notre-Dame de la Santé qui date de 1527 grâce à l'argent du legs de Jean de Saix. Elle faisait partie de l'hôpital des pestiférés situés près du pont vieux. Une autre chapelle, la chapelle des Carmes, est située dans la bastide Saint-Louis. Elle a été reconstruite plusieurs fois au , puis au et enfin au . Enfin, un temple protestant est situé dans la rue Antoine Marty et a été inauguré en 1890. Sa façade est sobre et ressemble à une église anglicane. La mosquée As-Salam a été inaugurée le 24 juin 2000 dans le quartier La Conte.

Espaces verts

Jardin Maria et Pierre-Sire La ville possède de nombreux espaces verts dont :
-Le jardin Maria et Pierre-Sire est un espace vert situé devant les bâtiments administratif du quartier de la Trivalle au pied du pont de l'Aude. Son nom rend hommage à deux écrivains renommés de Carcassonne, Pierre Sire, instituteur, et Maria Sire, directrice de l'école de la Cité. Le jardin possède une stèle en leur souvenir.
- Le jardin André Chénier est situé entre le canal du Midi et la route nationale 113 en face de la gare SNCF. Il date de 1821 et honore l'abdication de Napoléon et l’entrée de Louis XVIII à Paris. Carcassonne possède deux fleurs en tant que ville fleurie par le Conseil national des villes et villages fleuris de France.

Hôtels particuliers

Carcassonne possède de nombreux hôtels bourgeois témoins de son passé industriel et commerçant. Ces hôtels datent de l'industrie du textile entre le et le . La rue de Verdun (ancienne rue Mage) regroupe plusieurs de ces hôtels comme l'hôtel Besaucèle, l'hôtel Bourlat et l'hôtel de Roux d'Alzonne qui renferme le lycée André-Chénier. Quelques hôtels sortent du lot comme l'hôtel de Franc de Cahuzac, l'hôtel Castanier-Laporterie ou l'hôtel de Murat. Enfin d'autres hôtels particuliers peuvent être signalés comme l'hôtel de Pelletier du Claux, l'hôtel de Rolland qui renferme l'actuel hôtel de la mairie, l'hôtel de Saix, l'hôtel Roques-Guilhem, l'hôtel de Maistre et l'hôtel Saint-André.

Autres édifices

D'autres édifices sont caractéristiques de l'histoire et du patrimoine de la ville. Le pont Vieux est un pont d'une longueur de 225 mètres enjambant l'Aude qui fut le premier pont à relier la cité à la bastide. Il est aujourd'hui réservé aux piétons. Il permet d'avoir une belle vue sur les remparts de la cité et sur le quartier de la Trivalle situé en contrebas de la cité. C'est dans ce quartier que se trouve la manufacture royale de La Trivalle qui était un ensemble d'usines destiné à la confection de draps. Cette manufacture a été mise en place en 1696 par Colbert pour favoriser l'exportation de textile de qualité en méditerranée orientale. Le seul bâtiment conservé se situe à l’extrémité du pont Vieux. Il est aujourd'hui intégré aux bâtiments de la cité administrative. Au cœur de la bastide Saint-Louis, se trouve la halle aux grains qui date de 1769. Enfin, le monument à la Résistance est une œuvre de René Iché dont la sculpture monumentale, située boulevard Marcou, représente deux Lutteurs s'affrontant.

Gastronomie

Plat de cassoulet de Carcassonne dans un restaurant La cuisine de Carcassonne est une cuisine typiquement du sud-ouest basée sur des produits fermiers tels que les volailles et légumes. Ainsi, des spécialités de Carcassonne comme le jambonneau, les gésiers de volailles confits, le confits d’oie et de canard, les petits carcassonnais, les chocolats de la Cité, les pavés de la Cité, le grés de la Cité et les briques de la Cité, peuvent être dégustés en ville. Les petits carcassonnais, les chocolats de la Cité, les pavés de la Cité, le grès de la Cité et les briques de la Cité sont des friandises à base de sucre ou de chocolat que l'on peut trouver dans les boutiques de la cité de Carcassonne. La région carcassonnaise offre d'autres spécialités comme les pâtés de foies d'oie ou de canard, la salade d'artichaut au foie sec, le cassoulet (composé de haricots secs, de couennes et de viandes de porc, de saucisse et de confits d'oie ou de canard) et les fricassées de haricots ou de fèves. Le cassoulet de Carcassonne se différencie de ses homologues de Castelnaudary et de Toulouse par l'ajout de viande de perdrix. D'autres spécialités sont proche du terroir languedocien comme les escargots à la Languedocienne (composés d'oignons, de jambon, de tomates, et de persillade), la bourride de Bages, les bouillabaisses et le flan de Saint-Jean du Minervois (composé de muscat de Saint-Jean, de miel des Corbières et d’œufs). Plusieurs vignobles autour de Carcassonne produisent des vins de terroirs utilisés dans de nombreuses spécialités comme les daubes ou civets au vin des Corbières ou du Minervois. Ainsi, on retrouve près de Carcassonne le vignoble du Cabardès situé au nord, le vignoble des Corbières situé au sud-est, le vignoble des Côtes de la Malepère qui entoure Carcassonne et le vignoble du Minervois au nord-est.

Patrimoine culturel

Cinéma le Colisée géré par Cap Cinéma Carcassonne La ville de Carcassonne possède plusieurs installations pour promouvoir la culture. Deux théâtres existent dans la ville. Le théâtre Jean-Deschamps à ciel ouvert installé au cœur de la cité offre un lieu de spectacle privilégié pour le festival de la cité qui se déroule chaque été. Le théâtre municipal Jean-Alary propose aussi plusieurs pièces tout au long de l'année. C'est un théâtre aux caractéristiques de l'entre-deux-guerres (sobre et fonctionnel), construit en 1933 par les architectes R. Esparseil et M. Oudin, il se trouve sur l'emplacement de l'ancien couvent des Dominicains. Les décors intérieurs peints sont les œuvres de J.-N. Garrigues et de G.-J. Jaulmes. Immeuble classé sur la liste des Monuments historiques. Deux autres salles de spectacles existent : l'auditorium dans l'ancienne chapelle du collège des Jésuites et le chapeau rouge. Le musée des Beaux-Arts de Carcassonne est situé dans l’ancien Présidial sur les boulevards plantés de platanes de la ville basse. Il offre une collection de peinture occidentale des , et siècles, une collection de faïences, des tapisseries et des objets d’art. Une bibliothèque municipale possède aussi un fond documentaire important de documents anciens et récents. La médiathèque « Prat Mary » est en projet afin de regrouper les bibliothèques de la communauté d'agglomération du Carcassonnais. Le multiplexe Cap'Cinéma a ouvert ses portes dans la zone du Pont Rouge depuis le 27 octobre 2007 avec neuf salles de cinéma soit places, une halte garderie et plusieurs restaurants. Dans le futur, un bowling et une patinoire doivent également s'installer sur le même site.. Carcassonne possède également cinq salles de cinéma en centre ville, cinéma le Colisée, gérées également par la société Cap Cinéma Carcassonne. Ce cinéma se consacre essentiellement à l'art et l'essai. La société Cap Cinéma possédait un autre salle le cinéma l'Odéum qui a fermé ses portes lors de l'ouverture du multiplexe. Cette salle, dont la façade est de style art-déco, a été rachetée par la mairie pour en faire un centre de congrès.

Annexes

Notes et références

Bibliographie

-
-
-Jean-Louis Bonnet, Carcassonne d'hier à aujourd'hui, édition La Tour Gile 2005
-Jean-Louis Bonnet, La Bastide de Carcassonne en poche, édition La Tour Gile 2007

Pour aller plus loin

Sujets connexes
Abside   Agence nationale pour l'emploi   Agriculture   Aimé Ramond   Aire urbaine   Albert Domec   Albert Fert   Alexandrie   André Cayatte   André Chénier   André Gide   Antoine Gayraud   Armée   Arrondissement de Carcassonne   Artichaut   Artisanat   Association Sportive Carcassonne XIII   Aude   Aude (fleuve)   Autobus   Autoroute des Deux Mers   Avion   Aéroport   Aéroport de Carcassonne Salvaza   Barbacane   Basket-ball   Bastide (ville)   Bastion   Belgique   Berriac   Bibliothèque   Boulevard   Bowling   Boxe   Bram   Calendrier républicain   Camping   Canal du Midi   Canton de Carcassonne-Centre   Canton de Carcassonne-Est   Canton de Carcassonne-Nord   Canton de Carcassonne-Sud   Carcassès   Carte de Cassini   Caserne   Cassoulet   Castelnaudary   Catharisme   Caux-et-Sauzens   Cavanac   Cazilhac (Aude)   Cers (vent)   Chambre de commerce et d'industrie de Carcassonne-Limoux-Castelnaudary   Chanoine   Chapelle   Charleroi   Charles IX de France   Charles Ier de Bourbon (archevêque de Rouen)   Chef-lieu   Chipie   Château   Chômage   Cinéma   Cité de Carcassonne   Claude Brosset   Claudi Marti   Climat méditerranéen   Colbert   Communauté d'agglomération du Carcassonnais   Commune française   Compagnie républicaine de sécurité   Compostage   Confit de canard   Conseil municipal   Constantinople   Construction   Consulat (Moyen Âge)   Corbières (région)   Couffoulens   Cour royale   Croisade des Albigeois   Crypte   Daube provençale   Dette   Domotique   Domus   Donjon   Dublin   Empire carolingien   Environnement   Eugène Viollet-le-Duc   Euro   Europe   Faïence   Football Athlétique Carcassonne Villalbe   Forces françaises de l'intérieur   Fossé   France   France Bleu   Francs   François Bayrou   Fricassée   Gabriel Delmas   Gare   Gaz de France   Gentilé   Gilbert Benausse   Golf   Grande-Bretagne   Grangousiers   Grèce antique   Grès (géologie)   Guerre de Cent Ans   Guerres de religion (France)   Gymnastique   Gésier   Handball   Henri Gougaud   Henri Gout   Henri III de France   Henri IV de France   Hippodrome   Hôtel   Il pleut, il pleut, bergère   Industrie   Institut universitaire de formation des maîtres   Institut universitaire de technologie   Investissement   Irlande   Jacques Chirac   Jacques Gamelin   Jacques Ourtal   Jean-Marie Le Pen   Jean-Michel Signoles   Jean-Pierre Chevènement   Jean Bringer   Jean Deschamps (acteur)   Jean Vilar   Joë Bousquet   Jules Fil   L'Indépendant (journal français)   La Dépêche du Midi   La Femme Chocolat   La Poste (France)   Laine   Languedoc   Languedoc-Roussillon   Lauragais   Lavalette (Aude)   Leuc   Licence professionnelle   Limoux   Lionel Jospin   Liste des archevêques de Carcassonne   Liste du patrimoine mondial   Liverpool   Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains   Londres   Lotissement   Louis Aragon   Louis IX de France   Léon XIII   Mairie   Maison Trencavel   Marché   Marie-George Buffet   Mas-des-Cours   Mazamet   Mildiou   Minervois   Montagne Noire   Montirat (Aude)   Montpellier   Moyen Âge   Napoléon Ier   Narbonne   Nice   Nicolas Sarkozy   Nottingham   Occitan   Océan Atlantique   Olivia Ruiz   Olivier Besancenot   Oppidum   Orage   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Organisation juridictionnelle (France)   Palaja   Paris   Parti républicain, radical et radical-socialiste   Parti socialiste (France)   Patinoire   Paul Sabatier   Pennautier   Perdrix   Perpignan   Peste   Pezens   Pierre-Paul Riquet   Pierre Cabanne   Piscine (bassin)   Pline l'Ancien   Pont   Presses universitaires de France   Prix Nobel   Prosper Mérimée   Protestantisme   Préfecture   Puig-Aubert   Pyrénées   Pâté   Quillan   Radio Sud   Raimond-Roger Trencavel   Rassemblement pour la République   Raymond Chesa   Rempart   René Iché   René Nelli   Restauration française   Rivesaltes   Roullens   Route nationale 113   Rugby   Rugby à XIII   Rugby à XV   Ryanair   Rémy Cazals   Résultats du référendum français du 29 mai 2005 sur la Constitution européenne   Révolution française   Saint-Louis   Saint-Pé-de-Bigorre   Secteur tertiaire   Section française de l'Internationale ouvrière   Shannon (Irlande)   Simon IV de Montfort   Stade Albert-Domec   Stephan Eicher   Strasbourg   Sète   Sécurité sociale   Ségolène Royal   Taxe d'habitation   Taxe foncière   Taxe professionnelle   Textile   Théâtre   Théâtre national populaire   Tir à l'arc   Tornade   Toulouse   Tourisme   Train   Transport en commun   Tribunal de commerce (France)   Tribunal de grande instance (France)   Trèbes   Télévision   Union pour un mouvement populaire   Union sportive carcassonnaise XV   Urbain II   Vent   Viaduc   Victor Adolphe Malte-Brun   Vignoble des Corbières   Vignoble des Côtes de la Malepère   Vignoble du Cabardès   Vignoble du Minervois   Villalier   Villedubert   Villemoustaussou   Vin   Viticulture   Volaille   Volques Tectosages   Wisigoths   Zone d'aménagement concerté   Zurich  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^