Alger

Infos
Alger, (arabe : الجزائر al-Jazāʾir, Dzayer ; berbère : Lžayer), surnommée Al Bahdja (« La Radieuse ») ou « la Blanche », tant par les Algériens que par les Français, est la capitale de l'Algérie et la plus grande ville du pays.
-N.B. : La ville d'Alger n'est plus administrativement parlant une collectivité territoriale. Vue sur Port d'Alger avec le Boulevard du front de mer (Boulevard Che Guevara)et de la Casbah et arrière plan <
Alger

Alger, (arabe : الجزائر al-Jazāʾir, Dzayer ; berbère : Lžayer), surnommée Al Bahdja (« La Radieuse ») ou « la Blanche », tant par les Algériens que par les Français, est la capitale de l'Algérie et la plus grande ville du pays.
-N.B. : La ville d'Alger n'est plus administrativement parlant une collectivité territoriale. Vue sur Port d'Alger avec le Boulevard du front de mer (Boulevard Che Guevara)et de la Casbah et arrière plan

Étymologie

Le nom d'« Alger » est une déformation française du catalan Alguère, lui-même tiré de Djezaïr du nom donné par Bologhine ibn Ziri« Origines d'Alger » par Louis Leschi, conférence faite le 16 juin 1941 publié dans Feuillets d'El-Djezair, juillet 1941 ., fondateur de la dynastie Zirides, lorsqu'il bâtit la ville en 960 sur les ruines de l'ancienne ville au nom romain Icosium ; Djezaïr Beni MezrannaBeni, pluriel de Ben qui signifie « fils », et suivi du nom de la tribus, est la forme pour désigner les gens d'une même tribu. Les Mezranna était un ensemble de tribus berbères qui habitaient la région d'Alger.. Plusieurs explications cependant sont données quant à la signification du nom donné par Bologhine ibn Ziri. Une première explication voudrait que le nom soit donné en référence aux îles qui faisaient face au port d’Alger à l'époque et qui furent rattachées à sa jetée actuelle ; en arabe Al-Djaza’ir , « Les Îles », en français « Les Îles des Mezranna» (Djezaïr Beni Mezranna). Le terme d'île pourrait selon des géographes musulmans du Moyen Âge également désigner la côte fertile de l’actuelle Algérie, coincée entre le vaste Sahara et la Méditerranée, apparaissant alors comme une île de vie, Al-Jaza’ir. Une seconde explication voudrait que le nom soit donné en l'honneur du père de Bologhine, Ziri ibn Menad : Djezaïr viendrait alors de D'ziri, du berbère Tiziri qui signifie « clair de lune »« Aux origines des cultures du peuple », par Tassadit Yacine, revue Awal, n°9.. Mezranna serait également une forme arabisée de Imezren, ou « Berbères », ce qui donnerait la forme originelle Tiziri n' at Imezran, « Ziri des berbères ». En outre, les Algérois se désignent eux-mêmes sous le vocable de Dziri, le langage populaire a conservé par ailleurs la formule Dzayer pour désigner Alger.

Géographie

Vue satellitaire d'Alger Alger est bâtie sur les contreforts des collines du Sahel algérois. Les 230 km² de la métropole s'étendent sur une trentaine de kilomètres. La ville est bordée au nord et à l'est par la mer Méditerranée, et dominée par la Casbah, la vieille ville. La ville d'Alger (ou plutôt l'Alger précolonial, la Casbah) a six portes : Bab El-Oued, Bab Azzoun, Bab Dzira, Bab El Bhar, et Bab Jedid et Bab Sidi Abd Rahmane.

Démographie

La ville d'Alger compte 4 029 936 habitants , www.quid.fr. L'agglomération d'Alger, avec ses 4 250 000 habitants - Thomas Brinkhoff : The Principal Agglomerations of the World., regroupe plus de 12% de la population algérienne et se place à la 1 place des agglomérations les plus peuplées du Maghreb.

Histoire

Appelée Icosium (« l'île aux mouettes ») lorsqu'elle acquit le statut de comptoir phénicien d'importance, sa fondation remonte au (des débris de vases campiniens — datant du — y furent découverts dans un puits de vingt mètres de profondeur en 1940).

Antiquité

- Déjà au début du , Alger est un important comptoir phénicien.
- En 202 avant J.-C., la ville passe sous influence romaine suite à l'alliance scellée entre Massinissa et Scipion l'Africain contre Carthage. Le nom d'Ikosim prend sa forme romanisée, Icosium.
- C'est vers le que le christianisme s'introduit à Icosium.
- En 429, la ville passe sous domination vandale. En 442, un traité entre Romains et Vandales permit aux Romains de récupérer Icosium et ce durant les cent ans que dura la présence vandale en Algérie.
- Après 533, la ville, à peine contrôlée par les Byzantins, est attaquée par des tribus Berbères.

Moyen Âge

- En 711, la conquête musulmane convertit l'Afrique du Nord à l'islam.
- En 960, Bologhine ibn Ziri, fils de Ziri ibn Menad, reconstruit Icosium en fortifiant et agrandissant le site occupé par les Beni Mezghenna et la baptisa « El Djazair Beni Mezghenna ».
- En 1082, elle est prise par les Almoravides, la première grande mosquée du rite malékite Djamaa El Kébir y est construite par Youssef Ibn Tachfin.
- En 1152, les Almohades (El-Mouwahidine) prennent Alger.

Époque moderne

Blason de la ville d'Alger
- En 1510, les Espagnols l'assiégèrent et bâtirent sur un îlot de la baie d'Alger une forteresse, le Peñón d'Alger, destinée à bombarder la ville et à empêcher son approvisionnement.
- En 1529, Barberousse détruisit cette forteresse et construisit la jetée Kheir-Eddine, reliant les îlots à la terre ferme et constituant ainsi le premier abri du port d'Alger. Cette date marque aussi le début de la Régence d'Alger, un régime politique d'inspiration ottomane, qui fit d'Alger la capitale d'une Algérie largement indépendante mais affiliée à la Sublime Porte. C'est ainsi que durant la période de la régence ottomane, les frontières Est (avec la Tunisie) et Ouest (avec le Maroc) furent définitivement tracées. En même temps, une double extrapolation vit le jour. La ville appelée El Djazaïr (Alger et Algérie s'écrivent de la même manière en arabe: El Djazaïr) donna son nom au pays entier et la citadelle perchée en haut de la ville ancienne, appelée la Casbah, donna son nom à la ville. De nos jours encore, Casbah désigne la ville précoloniale. Elle est aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'UNESCO - UNESCO Centre du patrimoine mondial. Jardin d'essai: créé en 1832 par Auguste Hardy, sur une superficie de 48 hectares on y trouve des allées de platanes, de ficus, de dracoenas, de bambous, de chamaerops excelsa (trachycarpus fortunei), de lataniers et de superbes palmiers. Le jardin était surplombé par un Musée des Beaux Arts. Dans un enclos, était le parc zoologique.

Colonisation française

Représentation des bombardements d'Alger en 1830 En 1830, suite à l'affaire dite « de l'Éventail », Charles X envoie un corps expéditionnaire français prendre possession de la ville. Simple raid à l'origine, l'occupation française va se prolonger pendant plus de 130 ans, et marquer profondément la cité qui comptait à peine habitants en 1830. En effet, la ville devient la capitale de la nouvelle colonie d'Algérie, et à partir de 1848, préfecture du département de même nom. Elle se développe rapidement, se peuplant d'émigrants européens au cours de la deuxième partie du , principalement d'origine française. Ceux-ci s'installent principalement dans les faubourgs, comme le quartier populaire de Bab El-Oued. La population locale se concentre plutôt dans une Casbah en voie de taudification. Ville et port d'Alger (1921) La colonisation fait d'Alger une ville à majorité européenne. Bien que la population musulmane indigène commence à s'accroître de façon exponentielle à partir de la Première Guerre mondiale, avec l'accroissement naturel et l'exode rural.

Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Afrique du Nord voit débarquer les forces américano-britanniques, dans le cadre de l'Opération Torch. Mais le débarquement ne réussit d'abord qu'à Alger, grâce au Putsch du 8 novembre 1942, par lequel 400 patriotes français, , arrêtent les généraux vichystes (Juin, Darlan, etc.) et, sous la direction de José Aboulker et d'Henri d'Astier de La Vigerie, , pendant 15 heures en occupant par surprise la plupart des points stratégiques. Ainsi permettent-ils aux Alliés de débarquer sans opposition, d'encercler Alger, et d'en obtenir la capitulation le jour même. Débarquement américain près d’Alger, 1942 À Oran et au Maroc, où les putschs prévus ont échoué, les généraux vichystes accueillent partout les Alliés à coup de canon, jusqu'à ce que leurs chefs Darlan et Juin, prisonniers des Alliés à Alger finissent, sous la menace, par leur ordonner au bout de 3 jours le cessez-le-feu. Alger devient le siège du commandement Allié, chargé de préparer le débarquement en Italie sous la direction du général Eisenhower, futur président des États-Unis. Elle devient surtout la capitale provisoire de la France, lorsque, après un maintien provisoire du régime de Vichy sous Darlan et Giraud (voir Régime de Vichy en Afrique libérée (1942-1943)), elle accueille le général de Gaulle qui y constitue, avec Giraud, le Comité français de la Libération nationale, y convoque l'Assemblée consultative provisoire, ce qui lui vaudra d'être décoré de la croix de la Légion d'honneur par le président français Jacques Chirac le 15 août 2004.

Guerre d'Algérie

Semaine des barricades à Alger en 1960 Alger joue aussi un rôle décisif durant la guerre d'Algérie (1954-1962), notamment pendant la bataille d'Alger, durant laquelle la 10 division parachutiste de l'armée française, à partir du 7 janvier 1957, mena la chasse aux indépendantistes algériens, sur ordre du garde des Sceaux François Mitterrand, qui lui donne tous pouvoirs pour « éliminer les insurgés ». La ville comptait alors 884 000 habitants Alger reste marquée par cet épisode caractérisé par une lutte sans merci entre les indépendantistes recourant aux attentats anti-français, et l'armée française menant une répression sanglante incluant l'usage quasi-systématique de la torture contre les contestataires de l'ordre colonial, tels que le jeune professeur de mathématiques Maurice Audin, ou le leader nationaliste Larbi Ben M'hidi, honorés depuis par la municipalité : des artères principales de la ville portent leurs noms. Les manifestations du 13 mai 1958 lors de la crise de mai 1958 y consacrent la chute de la Quatrième République en France, ainsi que le retour du général de Gaulle aux affaires.(Voir guerre d'Algerie)Alger perdra lors de l'exode de 1962, sa population d'origine européenne et juive.(350.000personnes)

Indépendance

Hôtel militaire de Cheraga, Alger Les Algériens célèbrent dans une grande liesse populaire l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962. Dirigée par les militaires, Alger devient une du tiers monde ainsi qu'une du Mouvement des non-alignés pendant la Guerre froide. En octobre 1988, soit un an avant la chute du Mur de Berlin, Alger est le théâtre de manifestations réclamant la fin du système de parti unique, une véritable démocratie baptisées « le Printemps d'Alger » (voir l'article : Émeutes d'octobre 1988 en Algérie). Elles sont réprimées par les autorités (plus de 300 morts), mais constituent un tournant dans l'histoire politique de l'Algérie moderne : en 1989, une nouvelle constitution est adoptée qui met fin au règne du parti unique et voit la création de plus de cinquante partis politiques, ainsi qu'une libération officiellement totale de la presse écrite.

Crise des années 1990

La ville devient alors jusqu'en 1992 le théâtre de nombreuses manifestations politiques de toutes tendances. En 1991, une formation politique dominée par des conservateurs religieux, le FIS, engage un bras de fer politique avec les autorités qui se solde par des élections législatives qu'elle est en passe de remporter en 1992, à la faveur d'une abstention massive des électeurs algériens désabusés par la tournure des événements. L'annulation du scrutin par les autorités marque le début d'une nouvelle période de violences opposant l'État aux ultraconservateurs religieux constitués en groupes armés, jusqu'en 1999. L'activité économique sociale et culturelle reprend des couleurs à la faveur du calme revenu.

Années 2000

De nos jours, en 2007, Alger veut redevenir une grande capitale africaine et méditerranéenne, envisageant d'avoir un niveau de développement des infrastructures comparable à celui qu'elle avait en 1962. Elle entreprend une ouverture vers le monde en organisant de nombreuses manifestations et colloques internationaux. Alger attire ainsi depuis quelques années de grandes multinationales telle que Carrefour, Yves Rocher, ou encore Quick. De nombreux grands projets de réalisation d'infrastructures tels que le métro d'Alger, le tramway ainsi que divers projets de restructuration urbaine, de création de nouveaux centres urbains satellites, peinent à voir le jour, quoiqu'ils auraient dû être achevés il y a plus de 15 ans : Alger est en pleine expansion urbaine, motivée par un besoin d'affirmation au plan régional dans sa lutte pour concurrencer les autres villes nord-africaines de Tunisie et du Maroc. Pour l'année 2007, Alger est capitale de la « culture arabe ». Le 11 avril 2007, un double attentat à la bombe vise le palais du gouvernement (où siège le premier ministre et le ministre de l’Intérieure) et le commissariat de Bab-Ezzouar. Ces attentats sont revendiqués par l'Organisation al-Qaïda au Maghreb islamique (ancien GSPC), Le Monde, 11 avril 2007.. Cependant, comme le rapporte la presse algérienne, Alger est la capitale la moins vivable dans le monde. C’est ce qui ressort d’une étude publiée dernièrement par “The Economist Intelligence”, qui est une unité des enquêtes appartenant au groupe britannique “The Economist” (hebdomadaire spécialisé dans les affaires et les analyses économiques). Sur 132 villes sélectionnées, Alger a été classée à la dernière place de ce rapport élaboré en évaluant les conditions de vie de ces villes, selon 40 indicateurs. Ces derniers concernent cinq catégories : la stabilité, le service de santé, la culture et l’environnement, l’éducation et la disponibilité des infrastructures de base. L’évaluation d’Alger a été de 64, 7% (alors que Vancouver, la première du classement, a eu 1, 3%). En 2005, la “blanche” a été classée par le même organisme à la 125e place (sur 129). Cette fois, Alger a été considérée comme la moins attractive du monde se faisant distancer par Karachi (Pakistan), Tripoli (Libye), Abidjan (côte-d’ivoire), ou encore Dhaka, la capitale du Bangladesh.

Les Arrondissements périphériques

Daïras et Communes de la Wilaya d'Alger Les arrondissements périphériques d'Alger abritent aujourd'hui plus de la moitié des habitants de la wilaya d'Alger. On peut citer notamment El-Harrach (ex-Maison Carrée), Hussein-dey, Bab Ezzouar, Bouzareah, Chevalley et Kouba. On peut aussi y ajouter les banlieues de Chéraga, Bordj el Kiffan (ex- Fort de l'eau), Rouiba, Dély-Ibrahim, Draria, Aïn Benian (ex-Guyotville), Aïn Taya, Bordj El Bahri (ex- Cap Matifou) et Birkhadem.

Quartiers d'Alger

La Casbah d'Alger vers 1900
- La Casbah (de al Qasbah, « la Citadelle »), Ier Arrondissement d'Alger : surnommée Al-Djazaïr al Mahroussa (« Alger la Bien Gardée »), elle est fondée sur les ruines de l’ancienne Icosium. C'est une petite ville qui, construite sur une colline, descend vers la mer, divisée en deux : la ville Haute et la ville Basse. On y trouve des bâtisses et des mosquées du ; mosquée Ketchaoua (bâtie en 1794 par le Dey Baba Hassan) flanquée de deux minarets, mosquée el Djedid (1660, à l'époque de la régence Turque) avec sa grande coupole ovoïde terminée en pointe et ses quatre coupolettes, mosquée El Kébir (la plus ancienne des mosquées, elle fut construite par l'almoravide Youssef Ibn Tachfin et plus tard reconstruite en 1794), mosquée Ali Betchnin (Raïs, 1623), Dar Aziza, palais de la Jénina. La Casbah, c'est aussi des labyrinthes de ruelles et de maisons pittoresques ; et si l'on s'y perd, il suffit de redescendre vers la mer pour se repositionner.
- Bab El-Oued : quartier populaire qui s’étend de la Casbah au-delà de « la porte de la rivière ».C'était au départ le quartier du petit peuple européen avant 1962. C'est le quartier le plus chouchouté et le plus aimé de tous les quartiers de la capitale. Célèbre par sa place « les trois horloges » et par son « marché Triolet », c'est aussi un quartier d'ateliers et de manufactures.
- Bord de mer : à partir de 1840, les architectes Pierre-August Guiauchain et Frédéric Chassériau installèrent de nouvelles constructions en dehors de la Casbah, hôtel de ville, palais de justice, bâtiments, théâtre, palais du Gouverneur, casino… pour former une élégante promenade bordée d'arcades qui est aujourd'hui le boulevard Che Guevara (ex-boulevard de la République).
- Kouba (daira d'Hussein-dey) : Kouba est une ancienne bourgade qui a été engloutie par l'expansion de la ville d'Alger. De bourgade, Kouba s'est rapidement développée sous l'ère coloniale française puis plus encore à la faveur de la formidable expansion démographique qu'Alger a connue après l'indépendance de l'Algérie en 1962. C'est aujourd'hui un quartier d'Alger à part entière constitué principalement de maisons, de villas et d'immeubles ne dépassant pas les cinq étages. Batiment des Dunes
- El Harrach, d'après le nom de la rivière qui traverse ce quartier. L'embouchure de cette rivière a joué un rôle très important dans la prise d'Alger et du Penon, ce rocher en face d'Alger occupé par les Espagnols. En effet, au début du , à l'appel de l'un des dignitaires autochtones algérois qui voyait la perte progressive de l'autorité de la ville devant l'occupation du Penon par les Espagnols, l'un des frères Barberousse y cacha sa flotte avant de prendre Alger par surprise par le côté sud-est. Ce quartier d'Alger sera nommé Maison-Carrée par les français, qui en feront la zone industrielle de la ville. Ainsi, pendant la colonisation, aussi bien El-Harrach que Hussein-Dey seront des villes-satellites d'Alger où les algériens autochtones vont plus ou moins cohabiter avec les français, mais dans des zones clairement séparées. Cette ville sera un quartier résidentiel pour une couche aisée de Français, mais un véritable ghetto pour les Algériens, surtout ceux poussés par l'exode rural. Commune d'El Biar El-Harrach fut également une ville qui a écrit une grande page d'histoire sportive avec la boxe et le football. Après l'indépendance, El-Harrach deviendra progressivement un quartier d'Alger, et ultérieurement chef-lieu de Daira avec un nouveau découpage en quartiers, comme Mohammadia, Belfort, Bellevue, Le Parc, Oued-Smar, Cinq-Maisons, Les dunes, Les Pins-Maritimes, Beaulieu, etc.
- Les communes de Hydra, Ben Aknoun, El-Biar et Bouzareah forment ce que les algérois nomment les hauteurs d'Alger. Ces communes, parfois réputées chics, abritent la plupart des ambassades étrangères d'Alger, de nombreux ministères et centres universitaires, ce qui en fait un des pôles administratifs et politique du pays.
- La rue Didouche Mourade ex-Rue Michelet est située dans le 3 arrondissement d’Alger. Elle s'étend de la Grande Poste jusqu'aux Hauteurs d’Alger. Elle traverse notamment la place Audin, La Faculté d’Alger, Le Sacré Cœur et le parc de Galland. Elle est bordée de magasins et restaurants chics sur une grande partie de sa longueur. Elle est considérée comme le cœur de la capitale.

Monuments

« Monument des martyrs » de la guerre d'Algérie
-Monument des Martyrs (Maquam E’chahid) : Erigé à l'emplacement du monument aux morts de la seconde guerre mondiale indigènes d'Algérie, détruit par le gouvernement algérien, haut de 90 mètres et surplombant Alger. Le monument a été construit par une société canadienne en 1984, et est composé de trois palmes reposant sur une vaste esplanade où se trouve la « flamme éternelle ». Il est dédié à la mémoire des combattants de la guerre d'indépendance du pays. Le centre commercial Riad El-Feth est situé juste à côté et les deux lieux sont reliés.
-La Grande Poste (1910, par Voinot et Tondoire) : construction de type néo-mauresque qui se trouve en plein centre ville d'Alger.
-Jardin d'Essai (El-Hamma) : situé à l’est d'Alger, il s'étend sur une superficie de 80 hectares. Il a été créé en 1832 par A. Hardy. On y trouve des plantes et jardins exotiques.
-Grande Mosquée d'Alger : construite par l'Almoravide Youssef Ibn Tachfin au XIe siècle puis reconstruite en 1840, située à la Rue de la Marine, la plus ancienne mosquée d'Alger. Basilique Notre-Dame d'Afrique
-Basilique Notre-Dame d'Afrique, accessible par un téléphérique, est l'un de ses monuments les plus marquants : située dans le quartier de Z’ghara, la basilique fut construite aux environs de 1858.
-Place de l'Émir Abdelkader (ex-place Bugeaud) : en mémoire de l'émir Abd El-Kader, résistant durant la conquête coloniale de l'Algérie.
-Villa Abd-el-Tif, au dessus du Jardin d'essai, l'une des anciennes résidences du dey, où jusqu'en 1962, étaient logés les artistes lauréats du prix Abd-el-Tif, et notamment Maurice Boitel et André Hambourg.
-Riadh El-Feth : centre commercial et galerie d'art.
-Bibliothèque nationale, à l'architecture moderne, se trouve dans le quartier d'El Hamma.
-Le MAMA, musée d'art moderne d'Alger situé dans la rue Larbi Ben M'hidi (ex-rue d'Isly) qui remplace l'ancienne galerie algérienne (datant de l'époque coloniale).

Économie

Alger est le premier pôle économique et commercial d'Algérie et le seul pôle financier important du pays. Néanmoins Alger peine à s'imposer au niveau international, ou même encore à l'échelle régionale. Après 40 années de dirigisme et de centralisme acharné, la lenteur des réformes n'arrive toujours pas a donner a "la Blanche" des airs de grande Métropole. Sur le plan financier, le manque cruel de grandes banques privées de de banques d'affaires bâillonne le secteur des PME-PMI et globalement dégrade l'environnement économique qui est trop dépendant de la rente pétrolière et qui survit à peine lorsqu'il s'agit de domaines non-pétroliers ou non gaziers. De plus l'Etat de la Bourse des Valeurs d'Alger suffit a lui seul pour lever le voile sur un secteur privé souvent latent voire atonique sur certains domaines(services, assurances, banques, conseil, tourisme, industrie de pointe...). En effet cette bourse a enregistré une capitalisation dérisoire s'élevant a 67 Millions d'euroshttp://fr.allafrica.com/stories/200709200273.htmlcontre 5 Milliards d'euros pour la bourse de Tunis et 61 Milliards d'euros pour la bourse de Casablanca, chiffre illustrant parfaitement le manque de dynamisme algerois par rapport aux deux autres capitales économiques des pays voisins. En ce qui concerne l'industrie des loisirs et du tourisme Alger ne fait guère mieux.

Installations touristiques

Plage du club des pins à Alger, À quelque 20 km à l'ouest d'Alger se trouvent des stations balnéaires telles que Sidi Fredj (ex-Sidi Ferruch), Palm Beach, Douaouda, Zéralda, le Club des Pins (résidence d'État) ; on y trouvera des complexes touristiques, des restaurants algériens et autres, des magasins de souvenirs, des plages surveillées, etc. La ville est également dotée d'importants complexes hôteliers tel que l'hôtel Hilton, El-Aurassi ou encore El Djazair. Alger s'est aussi doté de 2 parcs aquatiques. Situés à dix minutes de la ville en allant vers l'Est, le (Kiffan Club) s'étend sur une superficie de 2 hectares. Grand bassin adulte, plusieurs bassins enfants ainsi que des grands toboggans, le site comprend plusieurs points de restauration et (l'Aquafortland) 16000m2 hors parking comprend une rivière avec des toboggans, une pataugeoire très ludique, une grande piscine avec jacuzzi et des jeux pour enfants trampoline et élastique une restauration variée le tout dans un décors agréable. entre ces deux parcs aquatiques se trouve le Karting Evasion, qui est le nouveau Karting d'Alger, avec une piste longue de 700 mètres et disposant de trois catégories différentes de karts. Le tourisme algérois est en plein essor mais n'est pas aussi développé que celui des grandes villes du Maroc ou de la Tunisie.

Transports

Le grand carrefour de Chevalley dans la banlieue d'Alger
-Métro d'Alger, la première phase de la ligne 1 «Haï el Badr » - « Tafourah-Grande poste», 9 km, 10 stations, actuellement en construction, doit être mise en service fin 2008.
-L'ETUSA (Entreprise de transport urbain et suburbain d'Alger) dispose d'autobus ainsi que des mégabus depuis 2006 qui dessert la capitale ainsi que sa banlieue. 54 lignes sont opérationnelles actuellement et le service est assuré de 5h30 à 0h45.
- La SNTF (Société nationale des transports ferroviaires) opère sur des lignes reliant la capitale à la banlieue algéroise à partir des gares algéroises.
- L'aéroport d'Alger géré par l'EGSA (Entreprise de gestion des services aéroportuaires) est situé à 20 km. La plupart des compagnies aériennes avaient suspendu leur desserte vers Alger depuis la prise d'otages le 24 décembre 1994 du vol Air France Vol AF 8969 mais la plupart sont revenus depuis. L'aéroport dessert la plupart des villes européennes, l'Afrique de l'Ouest, le Moyen-Orient et depuis le 15 juin 2007 , l'Amérique du Nord avec un vol Alger-Montréal.
- Inauguré le 5 juillet 2006 un nouvel aérogare international est désormais en service. Ses infrastructures très modernes peuvent mieux gérer le flux des trafics internationaux. La société Aéroports de Paris, gère cette nouvelle grande installation.
-Le Tramway d'Alger long de 8 km sera utilisable dès 2009.

Les projets quinquennaux de la wilaya d’Alger

Siège de la Wilaya d'Alger
- La plage Colonel Abbès se situe à l’Ouest d’Alger, à environ 25 km du centre-ville. Le projet touristique comprendra une marina, des appartements hôteliers, des villas de luxe et un centre commercial sur une surface de 109 ha. L’autre projet d’Emaâr, situé sur la baie d’Alger se trouve à 3 km du centre-ville et s’étendra sur 260 ha, pour comprendre des villas de luxe, des appartements, des bureaux, un centre de conférences, une marina, un hôtel et deux grands centres commerciaux. La ville de la santé de Staouéli, à environ 20 km du centre d’Alger, comprend un hôpital privé, une école paramédicale, une école de médecine, un centre de recherche, des appartements meublés, un hôtel thalasso, des villas, des appartements, un campus pour étudiants, un centre commercial et des centres de sport. « Se basant sur la compétence principale d’Emaar en développement, nos projets à usage multiple ont un rôle socio-économique important pour l’Algérie. Emaar Proprieties PJSC est l'une des plus grandes sociétés immobilières du monde et est en pleine expansion pour devenir un fournisseur global de styles de vie de haut niveau. Motivée par sa vision 2010 pour devenir l'une des meilleures sociétés de valeur au monde, Emaar s'élance sur une nouvelle ligne de croissance avec une double stratégie d'expansion géographique et commerciale.
- Pour combler l'énorme déficit que connaît la ville d'Alger en matière de transports, celle-ci sera équipée d'un tramway qui reliera le centre-ville à Dergana (opérationnel en 2009), d'une ligne de métro Tafourah-Grande Poste-El Harrach (opérationnelle en 2008) et de plusieurs lignes RER Alger-Agha-Thenia, Alger-Agha-Elafroun, Alger-Agha-Zeralda - , site du Ministère Algérien des Affaires Etrangères, lundi 30 octobre 2006.. S'ajoute à tout ceci la restructuration de l'Etusa (Entreprise de transport urbain et suburbain d’Alger), la réalisation de trois nouveaux téléphériques d'ici 2009, la réhabilitation des quatre existants ainsi que le réaménagement de la voirie. Il est également question de la rénovation de la gare d'Alger (Agha) pour accueillir la future ligne LGV Annaba-Alger-Oran.
- Par ailleurs, en réponse à l'augmentation toujours croissante du parc automobile, et parallèlement à l'aménagement de voies et ronds-points, des échangeurs et des tronçons d'autoroute ont d'ores et déjà été construits, et d'autres sont en cours de construction afin d'améliorer le trafic dans la métropole.
-L'un des projets les plus ambitieux est l'aménagement de la baie d'Alger qui comprendra une rue piétonne de deux kilomètres, l'hôtel Marriots Alger, des espaces de détente, un centre d'affaires avec centre commercial, et enfin, la future grande mosquée d'Alger. Face à la baie d'Alger, la 3e plus grande mosquée du monde après celles des lieux saints de l'islam, la Mecque et Médine, pouvant accueillir 120.000 fidèles, avec un minaret s'élevant à 300 mètres, le plus haut du monde, selon ses promoteurs. Les Algériens doivent découvrir dans les prochains jours la maquette et le style architectural de ce méga projet, dont le coût officiel n'a pas été révélé, mais qui pourrait flirter avec les 3 milliards de dollars, selon des architectes locaux. Le président Abdelaziz Bouteflika a relancé il y a quelques mois ce projet en souffrance depuis près de vingt ans. Il doit choisir lui-même parmi cinq finalistes, le lauréat d'un concours d'architecture auquel ont participé 17 bureaux d'études de 11 nationalités. Cette mosquée sera la deuxième plus grande au monde avec une capacité d'accueil de plus de fidèles et dotée d’un minaret haut de plus de 300 mètres de hauteur, El Watan, 7 février 2006.. Une école — à la fois école coranique et école des sciences — y sera rattachée, bordée d'espaces verts.
- Construction de deux stations balnéaires sur le littoral algérois.
- Parc des grands vents qui se situe à l'ouest d'Alger : grand d’une superficie de 650 ha ; de nombreuses espèces d'arbres et de plantes y seront plantées, El Watan, 7 janvier 2007..
- La nouvelle ville de Sidi Abdellah qui comprendra un pôle technologique et de recherche, ainsi que logements.
- Dans le cadre du projet d'un million de logements que l'état a lancé, Alger bénéficiera de logements supplémentaires au programme de 2001 et 2004, afin de lutter efficacement contre l'actuelle crise du logement.

Arts et Culture

Musique

Salles de spectacle, discothèques

La ville d'Alger reste assez dépourvue d'infrastructures pour l'accueil de spectacles et évènements majeurs. Les plus importants sont le Théatre National Algérien (TNA) (700 personnes), La Coupole (15000 personnes), Théâtre des verdures (4000 personnes), Théâtre du Casif (5000 personnes). Toutefois plusieurs spectacles ont eu lieu dans des infrastructures privées appartenant le plus souvent aux hôtels de luxe tels : hôtel Safir à Mazafran (5000 personnes). Plusieures discothèques sont présentes en ville également. Les plus importantes sont le Hilton Club (700 personnes), Pacha Club (300 personnes), Stars Studio (500 personnes), Stars Studio Beach (500 personnes), La Veranda (100 personnes), le VIP Club.

Clubbing à Alger

À l'instar des grandes villes méditerranéennes, Alger accueille depuis quelques années les plus grands DJ de ce monde au sein de ses discothèques. Faisant ainsi de la ville une nouvelle destination pour le clubbing, et où les DJ n'hésitent plus à venir, tel que DJ Abdel, Cut Killer ou encore David Guetta.

Sports

coupe d'Algérie 2006 (MCA-USMA) au stade 5-juillet-1962 Alger est le plus grand pôle sportif de l'Algérie. Comptant des clubs dans l'ensemble des disciplines, et qui ont conquis de nombreux titres nationaux et internationaux, elle compte également un énorme complexe sportif (Complexe de l'OCO - Mohamed Boudiaf), qui regroupe le stade olympique du 5 juillet (d'une capacité de places), un stade annexe pour l'athlétisme, une piscine olympique, une salle multisports (la Coupole), un golf 18 trous, et plusieurs courts de tennis. Alger a déjà accueilli les événements sportifs suivants (liste non-exhaustive) :
- Jeux Méditerranéens 1975
- Jeux panafricains 1978 et 2007
- Coupe d'Afrique des Nations de Football 1990
- Coupe d'Afrique des Nations de Handball 2001
- Jeux panarabes 2004
- Coupe d'Afrique des Nations de Basket-ball 2005
- Coupe du Monde cadets de Volley-ball 2005

Clubs de football

Stade du 20-août-1955 Les principaux clubs de football de la ville (ayant déjà évolué en Division 1) :
-
-
-
-
-
-
-
-
- DNC Alger

Jumelage et partenariats

; Jumelage
- (19/7/1963)
- (22/2/1989) , Montreal.qc.ca
- (3/9/1998) , site officiel de la ville d'Amman. ; Traité d'amitié et de coopération :
- (11/10/1989)
- (2003), site officiel de la ville de Paris.

Célébrités

Personnalités algéroises

Palais de la culture d'Alger
- Henri Alleg
- Sidi Abderrahmane Al Thaalibi
- Sidi M'hamed
- Arudj Barberousse
- Khayr ad-Din Barberousse
- Abdelhalim Bensmaya
- Albert Camus
- Hamdan Khodja
- Rachid Mimouni
- Mohammed Racim

Célébrités nées à Alger

Théâtre national d'Alger
- Paul Avril 21 mai 1843
- Jacques Derrida, 1930
- Roger Hanin, 20 octobre 1925
- Marie Cardinal, 1929
- Françoise Fabian, 10 mai 1932
- Guy Bedos, 15 juin 1934
- Henri de Jordan, 13 septembre 1944, artiste peintre
- Albertine Sarrazin, 17 septembre 1937 – 10 juillet 1967
- Marlène Jobert, 4 novembre 1943
- Daniel Auteuil, 24 janvier 1950
- Bruno Carette, 26 novembre 1956 - 8 décembre 1989
- Patrick Timsit,
- Didier Bourdon
- Jacques Attali, économiste, écrivain, haut fonctionnaire et ancien conseiller du président Mitterrand
- Freddy Tiffou, 1933, artiste peintre

Films sur Alger

- La Bataille d'Alger, 1966, réalisé par Gillo Pontecorvo
- Omar Gatlato, 1976, réalisé par Merzak Allouache sur la société machiste des Années 1970
- Bab El-Oued City, 1994, réalisé par Merzak Allouache sur la période noire des années 1990
- Viva l'aldjérie, 2003, réalisé par Nadir Moknèche. Avec Biyouna et Lubna Azabal
- Bab el web, 2004, réalisé par Merzak Allouache avec Samy Naceri, Julie Gayet, Faudel
- Il était une fois dans l'oued, 2005, réalisé par Djamel Bensalah.
- Beur, Blanc, Rouge, 2005, réalisé par Mahmoud Zemmouri.
- Délice Paloma, 2007, réalisé par Nadir Moknèche.

Notes et références

Bibliographie

-Nacéra Benseddik, « Chronique d’une cité antique », dans Alger. Lumières sur la ville, Actes du colloque de l’EPAU 4-6 mai 200l, Alger 2004, p. 29-34. ==
Sujets connexes
Abd El-Kader   Accroissement naturel   Afrique   Afrique de l'Ouest   Afrique du Nord   Air France   Albert Camus   Albertine Sarrazin   Alger   Algérie   Almohades   Almoravides   Alphabet arabe   Amérique du Nord   André Hambourg   Arabe   Arudj Barberousse   Athlétisme   Attentats d'Alger du 11 avril 2007   Autoroute   Aéroport d'Alger   Aéroports de Paris   Aïn Benian   Aïn Taya   Bab El-Oued   Bab Ezzouar   Bab el web   Basilique Notre-Dame d'Afrique   Basket-ball   Bataille d'Alger   Ben Aknoun   Berbères   Bidonville   Biyouna   Bologhine ibn Ziri   Bordj El Bahri   Bordj el Kiffan   Bouzareah   Boxe   Bruno Carette   Capitale   Carrefour   Carthage   Casbah d'Alger   Catalan   Centre-ville   Charles X de France   Charles de Gaulle   Che Guevara   Christianisme   Chéraga   Comité français de la Libération nationale   Conquête de l'Algérie   Coupe d'Algérie de football   Crise de mai 1958   Cut Killer   DJ Abdel   Daniel Auteuil   David Guetta   Didier Bourdon   Djamel Bensalah   Douaouda   Draria   Délice Paloma   Démocratie   Département d'Alger   EGSA   ETUSA   El-Biar   El-Harrach   El Djazair   El Watan   Empire byzantin   Empire ottoman   Espagnol   Exode rural   Faudel   Football   France   François Mitterrand   Françoise Fabian   Freddy Tiffou   Gillo Pontecorvo   Grande Mosquée d'Alger   Groupe salafiste pour la prédication et le combat   Guerre civile algérienne   Guerre d'Algérie   Guerre froide   Guy Bedos   Handball   Henri Alleg   Henri de Jordan   Histoire de l'expansion de l'islam   Hydra (Alger)   Il était une fois dans l'oued   Indigène   Islam   Italie   Jacques Attali   Jacques Chirac   Jacques Derrida   Jeux Méditerranéens   Jeux panafricains   Julie Gayet   Khayr ad-Din Barberousse   Kouba   La Bataille d'Alger (film)   Langues berbères   Larbi Ben M'hidi   Le Monde   Ligne à grande vitesse   Lubna Azabal   Légion d'honneur   Maghreb   Malékisme   Marie Cardinal   Marlène Jobert   Maroc   Massinissa   Maurice Audin   Maurice Boitel   Mer Méditerranée   Merzak Allouache   Mohammed Racim   Monument des Martyrs (Alger)   Mosquée   Mouvement des non-alignés   Moyen-Orient   Mur de Berlin   Médersa   Métro   Métro d'Alger   Nacéra Benseddik   Nadir Moknèche   Opération Torch   Oran   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Patrick Timsit   Phénicie   Première Guerre mondiale   Prix Abd-el-Tif   Putsch du 8 novembre 1942   Quick (restauration)   Rachid Mimouni   Roger Hanin   Rome antique   Rond-point   République   Réseau express régional   Sahel algérois   Samy Naceri   Science   Scipion l'Africain   Seconde Guerre mondiale   Sidi-Ferruch   Sidi Abderrahmane   Sidi M'hamed Bou Qobrine   Société nationale des transports ferroviaires   Stade 5-juillet-1962   Stade Omar Hammadi   Stade du 20-août-1955   Tassadit Yacine   Thomas-Robert Bugeaud   Tiers monde   Torture pendant la guerre d'Algérie   Tourisme   Tramway   Tramway d'Alger   Tribu (ethnologie)   Tunisie   Téléphérique   Vandales   Villes d'Algérie   Voie   Voirie   Vol AF 8969   Volley-ball   Wilaya d'Alger   Youssef Ibn Tachfin   Yves Rocher   Ziri ibn Menad   Zirides  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^