Dernier théorème de Fermat

Infos
Travail de Diophante traduit du grec en latin par Claude-Gaspard Bachet de Méziriac. Cette édition du livre a été publiée en 1621. La page 85 contient le problème II.VIII de Diophante, et est la page sur laquelle Pierre de Fermat écrivit que la marge était trop petite pour contenir la démonstration. En mathématiques, le dernier théorème de Fermat, ou théorème de Fermat-Wiles, énonce qu'il n'y a pas de nombres entiers non nuls x, y et z tels que: :
Dernier théorème de Fermat

Travail de Diophante traduit du grec en latin par Claude-Gaspard Bachet de Méziriac. Cette édition du livre a été publiée en 1621. La page 85 contient le problème II.VIII de Diophante, et est la page sur laquelle Pierre de Fermat écrivit que la marge était trop petite pour contenir la démonstration. En mathématiques, le dernier théorème de Fermat, ou théorème de Fermat-Wiles, énonce qu'il n'y a pas de nombres entiers non nuls x, y et z tels que: :x^n+y^n=z^n \, dès que n est un entier strictement supérieur à 2. Pour les valeurs de n inférieures ou égales à 2, il existe une infinité de solutions. Le cas n=1 est évident. Le cas n=2 admet notamment la solution classique 32 + 42 = 52. De manière générale, toutes les solutions pour n=2 sont données par : : x=2kml\, : y=k(m^2-l^2)\, : z=k(m^2+l^2)\, où les nombres k, l et m satisfont les conditions: k entier, m>l, m et l de parités différentes. On appelle parfois ces entiers les triplets pythagoriciens. Cependant, dès que n est supérieur à deux, ce n'est plus possible. Le théorème doit son nom à Pierre de Fermat qui écrivit en marge d'une traduction de Arithmetica de Diophante, à côté de l'énoncé de ce problème : J’ai trouvé une merveilleuse démonstration de cette proposition, mais la marge est trop étroite pour la contenir. En latin: Cubum autem in duos cubos, aut quadratoquadratum in duos quadratoquadratos, et generaliter nullam in infinitum ultra quadratum potestatem in duos ejusdem nominis fas est dividere : cujus rei demonstrationem mirabilem sane detexi. Hanc marginis exiguitas non caperet. Cette note sibylline laissait penser qu'une démonstration élémentaire était possible; ce qui a donc vivement émoustillé la curiosité des gens. Après avoir été l'objet de fiévreuses recherches pendant plus de 300 ans, le théorème a finalement été démontré en 1994 par le mathématicien Andrew Wiles. La plupart des mathématiciens pensent aujourd'hui que Fermat s'était trompé en pensant avoir correctement démontré sa conjecture: la preuve connue (raffinée depuis) fait appel à des outils très puissants de théorie des nombres. Plus précisément, Wiles a prouvé un cas particulier de la conjecture de Shimura-Taniyama-Weil, dont on savait depuis quelque temps déjà qu'il impliquait le théorème. La preuve fait appel aux formes modulaires, à des représentations galoisiennes… La preuve passait par l'établissement partiel de la conjecture de Shimura-Taniyama dont les implications pour le théorème de Fermat suivaient des idées d'Yves Hellegouarch, Gerhard Frey, Jean-Pierre Serre et Ken Ribet. Ce théorème n'a aucune application en soi : c'est par les idées qu'il a fallu mettre en œuvre pour le démontrer, par les outils qui ont été mis en place pour ce faire, qu'il prend une telle valeur. L'article Démonstrations du dernier théorème de Fermat montre quelques exemples d'outils découverts et utilisés pour la résolution de ce problème. On peut également comprendre ce théorème graphiquement en considérant la courbe d'équation  xn + yn = 1 : si n > 2, cette courbe ne passe par aucun point à coordonnées rationnelles non nulles.

Remarques

L'usage voulant qu'on donne à un théorème le nom de celui qui en a apporté la démonstration, l'appellation de « théorème de Fermat » ne se justifie pas à proprement parler. Il faudrait parler soit d'une « conjecture de Fermat », soit du « théorème de Wiles ». Contrairement à ce qu'on a pu parfois voir dans des journaux ou à la télévision (en raison du type de formule qui y figure), ce théorème n'a pas vraiment de relation avec le théorème de Pythagore. En fait, l'objet du théorème de Pythagore est de donner une caractérisation géométrique des triangles pythagoriciens, c'est-à-dire dont les longueurs des côtés forment un triplet pythagoricien, ces triplets étant eux-mêmes les solutions de l'équation de Fermat dans le cas n = 2. L'analogie avec le théorème de Fermat est donc la question de l'existence de triplets pythagoriciens, et la question de leur interprétation géométrique est nettement une autre question. Remarquons néanmoins que Fermat s'est évidemment inspiré de la notion de triplet pythagoricien : sa conjecture est en effet notée en marge d'un exposé de Diophante sur les triplets pythagoriciens.

Références

- Wiles, Andrew (1995). , Annals of Mathematics (141) (3), 443-551
- Simon Singh, Le Dernier Théorème de Fermat,

Voir aussi


- Démonstrations du dernier théorème de Fermat Catégorie:Équation diophantienne Fermat-Wiles Catégorie:Arithmétique modulaire ar:مبرهنة فيرما الأخيرة az:Dahi Ferma Teoremi be-x-old:Вялікая тэарэма Фэрма bg:Последна теорема на Ферма bn:ফের্মার শেষ উপপাদ্য ca:Últim teorema de Fermat cs:Velká Fermatova věta da:Fermats sidste sætning de:Großer fermatscher Satz el:Το τελευταίο θεώρημα του Φερμά en:Fermat's last theorem es:Último teorema de Fermat fa:قضیه آخر فرما fi:Fermat'n suuri lause gl:Último Teorema de Fermat he:המשפט האחרון של פרמה hu:Nagy Fermat-tétel id:Teorema Terakhir Fermat it:Ultimo teorema di Fermat ja:フェルマーの最終定理 ka:ფერმას დიდი თეორემა ko:페르마의 마지막 정리 lmo:Darée teurema da Fermat lt:Didžioji Ferma teorema mn:Фермагийн их теорем nl:Stelling van Fermat no:Fermats siste teorem pl:Wielkie twierdzenie Fermata pms:Grand teorema ëd Fermat pt:Último Teorema de Fermat ro:Marea teoremă a lui Fermat ru:Великая теорема Ферма scn:Ùrtimu tiurema di Fermat simple:Fermat's last theorem sk:Veľká Fermatova veta sl:Fermatov veliki izrek sr:Последња Фермаова теорема sv:Fermats stora sats th:ทฤษฎีบทสุดท้ายของแฟร์มาต์ tr:Fermat'nın Son Teoremi uk:Теорема Ферма (велика) vi:Định lý lớn Fermat zh:费马大定理
Sujets connexes
Andrew Wiles   Claude-Gaspard Bachet de Méziriac   Conjecture   Démonstrations du dernier théorème de Fermat   Forme modulaire   Grec ancien   Jean-Pierre Serre   Latin   Mathématiques   Pierre de Fermat   Simon Singh   Théorie des nombres   Théorème   Théorème de Pythagore   Théorème de Taniyama-Shimura   Triplet pythagoricien   Télévision  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^