Maurice Druon

Infos
Maurice Druon, né le 23 avril 1918 à Paris, est un écrivain français. Il est le neveu de l'écrivain Joseph Kessel, avec qui il écrivit le Chant des partisans qui, sur une musique composée par Anna Marly, servira d'hymne aux mouvements de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.
Maurice Druon

Maurice Druon, né le 23 avril 1918 à Paris, est un écrivain français. Il est le neveu de l'écrivain Joseph Kessel, avec qui il écrivit le Chant des partisans qui, sur une musique composée par Anna Marly, servira d'hymne aux mouvements de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie

Il passe son enfance à La Croix-Saint-Leufroy, en Normandie, ou il fait la connaissance de Pierre Thureau-Dangin, fils du secrétaire perpétuel de l'Académie Paul Thureau-Dangin. Il fait ses études secondaires au lycée Michelet de Vanves. Lauréat du Concours général en 1936, il commence à publier, à l’âge de dix-huit ans, dans les revues et journaux littéraires tout en étant élève à Faculté des lettres de Paris puis à l'École libre des sciences politiques (1937-1939). Élève officier de cavalerie à l’École de Saumur en 1940, il participe à la Campagne de France. Après sa démobilisation, il reste en zone libre, et y fait représenter sa première pièce, Mégarée. Il s'engage dans la Résistance et quitte la France en 1942, traverse clandestinement l’Espagne et le Portugal pour rejoindre à Londres les rangs des Forces françaises libres. Il devient l'aide de camp du général François d'Astier de la Vigerie, puis attaché au poste « Honneur et Patrie » avant d'être chargé de mission pour le commissariat à l’Intérieur et à l’Information et correspondant de guerre auprès des armées françaises en 1944 jusqu’à la fin des hostilités. À partir de 1946, il se consacre à sa carrière littéraire, reçoit le Prix Goncourt (1948) pour son roman Les Grandes Familles et divers prix prestigieux pour l’ensemble de son œuvre. Le 8 décembre 1966, il est élu à l'Académie française au fauteuil de Georges Duhamel. Il accède à la célébrité avec sa saga historique littéraire, Les Rois maudits, adaptée en 1973 à la télévision. Maurice Druon n'a jamais caché que sa série « Les Rois maudits » avait été le résultat d'un travail d'atelier. Au nombre des collaborateurs qu'il remercie dans sa préface, on relève les noms de Gilbert Sigaux, José-André Lacour et Edmonde Charles-Roux parmi quelques nègres de moindre envergure. Il participe à la commission de réforme de l'ORTF. Gaulliste historique, il reste durant toutes ces années engagé politiquement. Sa nomination comme ministre des Affaires culturelles en 1973, et ses déclarations menaçant les directeurs de théâtre subversifs de leur couper les subventions« Les gens qui viennent à la porte de ce ministère avec une sébile dans une main et un cocktail Molotov devront choisir ». Cité par Philippe Poirrier dans La politique culturelle en débat. Anthologie, 1955-2005, La Documentation Française, 2006, provoquent une polémique. Il incarne une culture conservatrice, en rupture avec l'ouverture et la modernisation insufflée par Jacques Duhamel. Le 13 mai 1973, une procession funèbre symbolisant la mort de la liberté d'expression rassemble ainsi, à l'initiative de plusieurs metteurs en scène, dont Ariane Mnouchkine, Jean-Pierre Vincent et Bernard Sobel, plusieurs milliers de manifestants. Il n'est pas reconduit en 1974, puis est élu député de Paris de 1978 à 1981. Il occupe divers postes diplomatiques ou politiques comme membre du Conseil franco-britannique ou représentant aux Assemblées parlementaires du Conseil de l'Europe et de l'Union de l'Europe occidentale. Secrétaire perpétuel à partir de 1985, il choisit en 1999 de renoncer à cette fonction, cédant la place à Hélène Carrère d'Encausse. Comme académicien, il intervient régulièrement sur l'évolution, qu'il souhaite très lente, de la langue française face à la société, particulièrement hostile sur la féminisation des mots. En 2006, sa critique du français « pittoresque » des Québécois, comparée à la langue « très sûre, très pure, très exacte » cadrée en France au lui a valu plusieurs critiques au QuébécMarie-Éva de Villers, , Le Devoir, 20 janvier 2006. Il est également membre de plusieurs académies, comme celle de Bordeaux, d'Athènes, l'académie du royaume du Maroc et l'Académie roumaine. Il est aussi partisan de la reconstruction du Palais des Tuileries. Il collabore également comme chroniqueur au Figaro, rassemblant ses écrit plusieurs ouvrages dont Le Bon français (1996-1999) et Le Franc-parler (2001-2002).

Distinctions

- Grand-Croix de la Légion d'honneur
- Commandeur des Arts et des Lettres
- Médaille de la France libre
- Knight Commander du British Empire (K.B.E.)
- Grand officier du Mérite de l'ordre souverain de Malte
- Dignitaire ou titulaire des Ordres des pays suivants : Argentine, Belgique, Brésil, Grèce, Italie, Liban, Maroc, Mexique, Monaco, Portugal, Russie, Sénégal, Tunisie
- Docteur honoris causa de l'université York (Toronto), de Boston University (États-Unis) et de l'université de Tirana (Albanie)
- Prix Goncourt (Les Grandes Familles, 1948)
- Prix littéraire de la Fondation Prince Pierre de Monaco (pour l'ensemble de son œuvre, 1966)
- Prix Saint-Simon (Circonstances, 1998)
- Prix Agrippa d'Aubigné (Le Bon français, 2000)

Œuvres

- Mégarée (1942), pièce de théâtre
- Le Sonneur de bien aller (1943), nouvelle
- Le Chant des partisans, avec Joseph Kessel (1943)
- Lettres d'un Européen et Nouvelles lettres d'un Européen (1943-1970), essais
- La Dernière Brigade (1946), roman
- Les Grandes Familles (1948-1951), roman en trois tomes, prix Goncourt 1948
- Un voyageur (1953), comédie
- Le Coup de grâce (1953), mélodrame, avec Joseph Kessel
- La Volupté d'être (1954), roman
- Les Rois maudits (1955-1977), roman historique en sept tomes
- Tistou les pouces verts (1957), roman jeunesse
- Alexandre le Grand (1958), roman mythologique
- Des seigneurs de la plaine à l'hôtel de Mondez (1962), nouvelles
- Les Mémoires de Zeus (1963-1967), roman mythologique en deux tomes
- Paris, de César à saint Louis (1964), essai historique
- Bernard Buffet (1964), essai
- Le Pouvoir (1965)
- Le Bonheur des uns (1967), nouvelles
- L'Avenir en désarroi (1968), essai
- Une église qui se trompe de siècle (1972), essai
- La Parole et le Pouvoir (1974), (Plon)
- Attention la France ! (1981), (Stock)
- Réformer la démocratie (1982), (Plon)
- La Culture et l’État (1985), (Vouloir la France)
- Vézelay, colline éternelle, nouvelle édition (1987), (Albin Michel)
- Lettre aux Français sur leur langue et leur âme (1994), (Julliard)
- Circonstances (1997), (Le Rocher)
- Circonstances politiques (1998)
- Circonstances politiques II (1999)
- Le Bon Français (1999), (Le Rocher)
- La France aux ordres d’un cadavre (2000), essai
- Ordonnances pour un État malade (2002), (Éditions de Fallois/du Rocher)
- Le Franc-parler (2003), (Le Rocher)
- Mémoires. L'aurore vient du fond du ciel (2006), (Plon/Éditions de Fallois)
- Les Mémoires de Zeus (2007])

Référence

Sources

-
- Who's Who in France ==
Sujets connexes
Académie d'Athènes   Académie de Bordeaux   Académie française   Académie roumaine   Alain Peyrefitte   Argentine   Ariane Mnouchkine   Belgique   Bernard Sobel   Brésil   Cadre Noir   Cocktail Molotov   Concours général   Conseil de l'Europe   Docteur honoris causa   Edmonde Charles-Roux   Forces françaises libres   France   Féminisation des noms de métiers   Georges Duhamel   Grèce   Hélène Carrère d'Encausse   Italie   Jacques Duhamel   Jean-Pierre Vincent   Joseph Kessel   José-André Lacour   La Croix-Saint-Leufroy   Le Figaro   Les Grandes Familles   Les Rois maudits   Liban   Liste des ministres français de la culture   Lycée Michelet   Légion d'honneur   Maroc   Mexique   Ministère de la Culture (France)   Monaco   Normandie   Ordre des Arts et des Lettres   Palais des Tuileries   Paris   Paul Thureau-Dangin   Philippe Poirrier   Portugal   Prix Goncourt   Roman historique   Russie   Résistance (politique)   Résistance intérieure française   Seconde Guerre mondiale   Sébile   Sénégal   Toronto   Tunisie   Vanves  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^