Géorgie (pays)

Infos
La Géorgie (en géorgien : საქართველო, translitéré par Sakartvelo) est un pays du sud Caucase au bord de la mer Noire, à la limite orientale d'une zone généralement considérée comme européenne.
Géorgie (pays)

La Géorgie (en géorgien : საქართველო, translitéré par Sakartvelo) est un pays du sud Caucase au bord de la mer Noire, à la limite orientale d'une zone généralement considérée comme européenne.

Histoire

Vers la fin de l'antiquité, deux royaumes géorgiens, Iberia à l'est et Egrisi à l'ouest, étaient parmi les premières nations à adopter le christianisme (respectivement en 337 et 523). Iberia souffrait de l'expansion agressive de son voisin, le royaume de Perse, alors qu'Egrisi servait, la plus grande partie du temps, de champ de bataille pour ses puissants voisins, le royaume de Perse et l'empire byzantin, chacun d'eux réussissant tour à tour à conquérir l'ouest géorgien. Au Moyen Âge, les deux royaumes furent ainsi désintégrés en plusieurs principautés. Au , il fut donc aisé aux Arabes d'occuper la Géorgie. Les principautés rebelles se libérèrent de la tutelle arabe et s'unifièrent pour former le royaume géorgien au début du . À partir du , le royaume s'étend sur la totalité du sud-Caucase, une partie du nord-est et quasiment la totalité de la côte nord-est de l'actuelle Turquie, et aussi au-delà de quelques régions du nord-ouest de la Perse. Ce royaume géorgien qui était tolérant envers ses sujets musulmans et juifs, malgré son caractère profondément chrétien, fut contrôlé par les Mongols de la Horde d'Or au . Depuis, différents princes se battirent pour leur indépendance au pouvoir central géorgien jusqu'à la désintégration totale du royaume au XV. Au , les empires ottoman et perse exploitèrent la situation et envahirent respectivement les principautés de l'ouest et de l'est de la Géorgie. Les dirigeants des principautés, qui récupérèrent une partie de leur autonomie, organisèrent diverses rébellions. À la suite des invasions perse et turque, les royaumes et les principautés furent encore plus affaiblis. La population de la Géorgie, à la suite des guerres continues, a été réduite jusqu'à habitants. Cette fois-ci, cette faiblesse fut exploitée par l'empire russe. Le premier à tomber entre les mains russes est le royaume de Kartl-Kakheti, situé à l'est de la Géorgie et alors quasiment dévasté par les invasions perses subies lors des deux dernières décennies du XVIII. En 1783, la Russie et la Géorgie signent le traité de Georgiev, selon lequel la Géorgie (Kartl-Kakheti) recevait la protection de la Russie. Le 22 décembre 1800, l'empereur russe Paul Ier, en accomplissant la demande du tsar géorgien Géorguy XII, signe le Manifeste sur la connexion volontaire de la Géorgie (Kartl-Kakheti) et de la Russie. Le manifeste est proclamé le 18 janvier 1801. En 1810, le royaume d'Imereti à l'ouest de la Géorgie se joint à l'Empire russe. En 1803 - 1864 - à la suite des guerres de la Russie contre la Turquie et l'Iran, on libère la grande partie des terres géorgiennes, précédemment occupée par les pays musulmans. À la Géorgie sont joints Batoumi, Artvi, Akhaltsikhe, Akhalkalaki, Poti, l'Abkhazie. Après la Révolution russe, la Géorgie déclara son indépendance le 26 mai 1918, pendant la guerre civile russe. Cet État indépendant fut parmi les premières nations au monde où les femmes eurent le droit de vote. Les élections législatives furent gagnées par le parti social-démocrate géorgien. Son chef, Noe Jordania, reçut le titre de premier ministre. Le 25 février 1921, la République démocratique de Géorgie fut occupée par l'armée rouge et incorporée dans une comprenant la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan. La FTRSS fut dissoute en 1936 et la Géorgie devint la République socialiste soviétique de Géorgie. Le radical géorgien Joseph Djougachvili était membre des bolcheviks qui avaient pris le pouvoir en Russie après la révolution d'octobre (1917). Djougachvili, plus connu sous le nom de Joseph Staline, (du russe pour acier) s'empara de la plus haute place de l'État soviétique et y régna impitoyablement, y compris sur ses compatriotes géorgiens. En Géorgie, Lavrenti Beria régnait en maître quasi absolu, puis monta en grade pour rejoindre les plus hautes sphères du KGB et devenant le bras droit de Staline. En 1941-1945, pendant la Seconde Guerre mondiale, environ Géorgiens se battirent en tant que soldats de l'armée rouge contre les Nazis. Environ périrent, et le double fut déporté pour des raisons ethniques et stratégiques (des musulmans vivant à la frontière de la Turquie, des Grecs, des Arméniens Khemchiles, des Kurdes, des Meskhètes, etc.) Pendant la Perestroïka à la fin des années 1980, dont l'un des principaux architectes fut le ministre géorgien des affaires étrangères de l'URSS, Édouard Chevardnadzé, la Géorgie développa un système politique avec plusieurs partis, ce qui favorisa fortement l'indépendance. Le pays organisa les premières élections libres et démocratiques de l'Union soviétique le 29 octobre 1990. Le 9 avril 1991, peu avant l'effondrement de l'URSS, la Géorgie déclara à nouveau son indépendance. Le président démocratiquement élu était alors l'ancien dissident Zviad Gamsakhourdia. Plusieurs régions comprenant l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud souhaitent prendre leur indépendance, ce qui mena à la guerre civile et à d'importantes violences ethniques. Zviad Gamsakhourdia fut mis en fuite, et Edouard Chevardnadze lui succéda à la tête du pays. Aujourd'hui, ces deux régions sont de facto des États indépendants.

Politique

La Géorgie est membre du Conseil de l'Europe depuis le 27 août 1999. À la suite d'allégations de fraudes durant les élections de 2003, Edouard Chevardnadze démissionne sous la pression de la population de Tbilissi du poste de président le 23 novembre 2003 pendant la . La présidente du Parlement Nino Bourdjanadze devient présidente par intérim. Le 4 janvier 2004, Mikheil Saakachvili, président du Mouvement National Démocrate, gagne l’élection présidentielle et prête serment le 25 janvier. De nouvelles élections parlementaires furent tenues le 28 mars, le MND s'assurant la vaste majorité des sièges (avec environ 75 % des scrutins) avec un seul autre parti atteignant le seuil des 7 % (l'opposition de droite avec 7, 7 %). Le vote est reconnu comme l'un des plus libres jamais organisés dans la Géorgie indépendante, bien qu'une poussée de tension entre le gouvernement central et le « président » adjare Aslan Abachidzé crée des tensions en Adjarie. Depuis 2004, le parlement est à 95 % aux mains du MND ; la presse d'opposition a disparu presque entièrement ; la télévision ne critique plus le pouvoir. Récemment, Salomé Zourabichvili, la ministre des Affaires étrangères, est chassée du pouvoir, à la suite d'un procès qu'elle juge stalinien. Selon elle, des réseaux totalitaires et mafieux auraient leurs entrées au gouvernement. La tension entre le gouvernement géorgien et l'Adjarie grandit de plus en plus après les élections jusqu'à la fin du mois d'avril. On atteint le paroxysme de cette tension le , lorsque Abachidzé répond aux manœuvres militaires tenues par la Géorgie près de la région en faisant exploser les trois ponts qui reliaient l'Adjarie et la Géorgie au dessus de la rivière Choloki. Abachidzé fut contraint de quitter l'Adjarie suite aux manifestations en Adjarie, à l'approche des troupes géorgiennes et aux pressions diplomatiques russes (et en particulier le voyage du secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération, Igor Ivanov). En septembre 2007, l'ex-ministre de la Défense, Irakli Okrouachvili a été arrêté après avoir accusé le président Mikheil Saakachvili d'avoir dans le passé ordonné le meurtre de plusieurs personnalités « importantes et influentes ». Il est accusé « d'extorsion, de blanchiment d'argent, d'abus de pouvoir et de négligence lorsqu'il était en fonctions au ministère de la Défense ». Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis le 28 septembre devant le Parlement à Tbilissi pour dénoncer cette arrestation à l'appel des partis d'opposition.

2007

Le 8 octobre 2007, le chef de l'Église orthodoxe propose, pour résoudre la crise politique, le retour à une monarchie. Le 9 octobre, une partie de l'opposition déclare souhaiter l'instauration d'une monarchie constitutionnelle, suite à cela le parlement se déclare prêt à débattre. Le 7 novembre 2007, le président géorgien Mikheil Saakachvili décrète l'état d'urgence à Tbilissi, la capitale, puis dans l'ensemble du pays, pour 15 jours, en réaction au mouvement de contestation qu'il considère comme une tentative de coup d'État. Il accuse les services spéciaux de la Russie de fomenter les troubles qui ont commencé six jours avant, mais Moscou nie avec véhémence, dénonçant «une provocation irresponsable». Trois diplomates russes sont alors expulsés. Le 16 novembre 2007, le président Mikheil Saakachvili annonce la démission du Premier ministre Zourab Noghaïdeli, et son remplacement par Lado Gourguenidze. Le 25 novembre 2007, il annonce sa démission de la présidence de la république afin de pouvoir se représenter en janvier 'Source'.

Subdivisions

Administration territoriale de la Géorgie. La Géorgie est administrativement divisée en 9 régions elles-même divisées en 69 districts (raïon). La ville de Tbilissi a le statut particulier de k'alak'i. Sous la Géorgie soviétique, 2 Républiques autonomes se trouvaient dans la République géorgienne : l'Adjarie et l'Abkhazie, et en plus une Région autonome : l'Ossétie du Sud (la République autonome d'Ossétie du Nord étant située en Russie). Si les Ossètes et les Abkhazes sont des peuples non-géorgiens, les Adjares sont eux des Géorgiens islamisés. Ce découpage marque les mentalités et après l'accession à l'indépendance de la Géorgie, ces trois régions manifestent des velléités séparatistes. L'Abkhazie proclame son indépendance en août 1992, et après un conflit militaire avec le pouvoir central à Tbilissi, se retrouve de facto autonome en 1993 ; puis l'Adjarie et l'Ossétie du Sud prennent aussi leur envol. L'Adjarie est revenue dans le giron de l'État central en 2004 après la fuite de son chef Aslan Abachidzé. La Géorgie essaie désormais de faire revenir l'Ossétie du Sud sous son contrôle, en employant, selon certains, une stratégie de tension militaro-diplomatique comme dans la crise adjare. En août 2004, la Géorgie a aussi repris l'offensive contre l'Abkhazie en tirant sur tout navire s'approchant des côtes abkhazes et du port de Soukhoumi. En juillet 2006, la Géorgie a positionné une partie de ses troupes dans la partie géorgienne des gorges de Kodori, frontalières de l'Abkhazie, pour officiellement lutter contre une insurrection. Le président Saakachvili s'est ensuite rendu sur place pour assister au renommage des gorges en Haute-Abkhazie et à la mise en place d'un gouvernement abkhaze pro-géorgien installé dans le village de Tchkhalta. L'indépendance de ces trois régions n'a pas été reconnue par la communauté internationale.

Origine du nom

Les Géorgiens s’appellent eux-mêmes Kartvelebi (ქართველები) (au singulier kartveli), leur pays Sakartvelo (საქართველო) et leur langue Kartuli (ქართული). Ces noms sont dérivés du mot ქართ- (kart- «endroit fortifié»; aujourd’hui ce mot est utilisé sous la forme ქართი, et veut dire «enclos»). De ce nom est dérivé le nom du patriarche légendaire des Géorgiens Kartlos. Le nom utilisé à travers toute l’Europe de l’Ouest, avec des variations minimes, est dérivé du persan Gurji (گرجی), influencé par l’arabe Jurj. L’écriture européenne du nom fut vraisemblablement influencée par la racine grecque geōrg (-) qui signifie « agriculture » et son origine est souvent rattachée, à tort, à Georges de Lydda (qui est d’ailleurs le saint patron du pays), ou à geōrgía , l’agriculture.

Géographie

Carte de Géorgie Vue satellite de la Géorgie La Géorgie abrite les 3 et 4 plus hauts sommets du Caucase avec le Chkhara qui culmine à m et le Kazbek à m.

Économie

Démographie

FAO, 2005). Population en milliers d'habitants.

Culture

Vue du centre de Tbilissi 90% de la population est orthodoxe (rite géorgien) 9, 5% de la population est musulmane (surtout de rite sunnite) 0, 4% de la population sont des hindouistes, juifs ou animistes.

Écrivains

- Ilia Tchavtchavadzé
- Shota Rustaveli
- Vaja Fshavela
- Akaki Tsereteli
- Galaqtion Tabidze

Cinéastes

- Tengiz Abuladze
- Gela Babluani
- Rezo Gabriadze
- Otar Iosseliani
- Mikhaïl Kalatozov

Divers

Population : habitants (en 2001). 0-14 ans: 19, 59%; 15-64 ans: 67, 91%; + 65 ans: 12, 5% Superficie : km² Densité : 71 hab./km² Frontières terrestres : km (Russie 723 km; Azerbaïdjan 322 km; Turquie 252 km; Arménie 164 km) Littoral : 310 km Extrémités d'altitude : 0 m > + m Espérance de vie des hommes : 65 ans (en 2001) Espérance de vie des femmes : 68 ans (en 2001) Taux de croissance de la population : - 0, 59% (en 2001) Taux de natalité : 11, 18 ‰ (en 2001) Taux de mortalité : 14, 58 ‰ (en 2001) Taux de mortalité infantile : 52, 37 ‰ (en 2001) Taux de fécondité : 1, 45 enfants/femme (en 2001) Taux de migration : - 2, 48 ‰ (en 2001) Indépendance : 9 avril 1991 (ancienne République soviétique) Lignes de téléphone : (en 1997) Téléphones portables : (en 1997) Postes de radio : 3 millions (en 1997) Postes de télévision : 2, 6 millions (en 1997) Utilisateurs d'Internet : (en 2000) Nombre de fournisseurs d'accès Internet : 6 (en 2000) Routes : km (dont km goudronnés) Voies ferrées : 1.583 km Voies navigables : aucune Nombre d'aéroports : 31 (dont 16 avec des pistes goudronnées) (en 2000)

Voir aussi

Principautés féodales en Géorgie

Notes et références

===
Sujets connexes
Abkhazes   Abkhazie   Adjarie   Administration territoriale   Années 1980   Antiquité   Armée rouge   Arménie   Azerbaïdjan   Bolchevik   Caucase   Christianisme   Communauté internationale   Conseil de l'Europe   Coup d'État   Edouard Chevardnadze   Empire byzantin   Europe   Français   Gela Babluani   Georges de Lydda   Grec ancien   Guerre civile russe   Géorgien   Heure d'été   Horde d'Or   Ilia Tchavtchavadzé   Irakli Okrouachvili   Janvier 2004   Joseph Staline   Juillet 2006   Lado Gourguenidze   Lari (monnaie)   Lavrenti Beria   Mer Noire   Meskhètes   Mikhaïl Kalatozov   Mikheil Saakachvili   Monarchie constitutionnelle   Mongol   Moscou   Mouvement national démocrate   Moyen Âge   Nino Bourdjanadze   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Ossètes   Otar Iosseliani   Pays   Perestroïka   Persan   Perse   Poti   Premiers ministres de Géorgie   Présidents de Géorgie   Russie   Salomé Zourabichvili   Seconde Guerre mondiale   Septembre 2007   Soukhoumi   Tavisoupleba   Tbilissi   Tengiz Abuladze   Turquie   Union des républiques socialistes soviétiques   Zourab Noghaïdeli  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^