Connexité (mathématiques)

Infos
L'espace A est connexe, alors que B ne l'est pas En mathématiques, la notion topologique de connexité formalise le concept d'«être d'un seul tenant ».
Connexité (mathématiques)

L'espace A est connexe, alors que B ne l'est pas En mathématiques, la notion topologique de connexité formalise le concept d'«être d'un seul tenant ».

Définition

Soit un espace topologique E \, \!. Les trois propositions suivantes sont équivalentes :
- E \, \! n'est pas la réunion de deux ouverts non vides disjoints ;
- E \, \! n'est pas la réunion de deux fermés non vides disjoints ;
- Toute application continue f : E \rightarrow \ 0, 1 \ \, \! est constante. Cette dernière caractérisation est souvent celle qui est la plus commode à utiliser pour démontrer un résultat de connexité. Dans le cas où ces conditions sont remplies on dit que l'espace E \, \! est connexe. Une partie X \, \! d'un espace topologique E \, \! est dite connexe si elle est un espace connexe lorsqu'elle est munie de la topologie induite. Par exemple un singleton \x\ \, \! est connexe.

Connexité et nombres réels

- L'ensemble des nombres réels \R \, \! est connexe. On montre d'abord que tout intervalle fermé borné \, est connexe. Soient en effet deux fermés non vides C\, et \, D formant une partition de \, . Sur le compact C\times D\, , la fonction continue (x, y)\mapsto \vert x- y\vert a un minimum strictement positif \delta\, , réalisé en (u, v)\, . Alors w=\frac\in \, . Mais w\notin C\, : sinon la distance de C\, à \, D serait \le\frac\delta\, . De même, w\notin D\, . On aboutit donc à une contradiction. Comme \R =\cup_n\ge 1\, \!, on en déduit que \R \, \! est connexe, en tant que réunion de parties connexes dont l'intersection n'est pas vide.
- Les parties connexes de \R \, \! sont les intervalles. Un raisonnement analogue à celui montrant la connexité des nombres réels montre que les intervalles sont connexes. Considérons maintenant un ensemble A\! non vide qui ne soit pas un intervalle. il existe donc un élément b\! tel qu'il existe dans A\! au moins un élément plus petit et un élément plus grand que a\!. Alors ]-\infty, aa, +\infty \cup \, \! n'est pas connexe.

Propriétés

Union, intersection, adhérence

Exemples d'unions et d'intersections connexe ou non. Si X \, \! et Y \, \! sont deux parties connexes d'un espace topologique E \, \!, en général l'union et l'intersection de X \, \! et Y \, \! ne sont pas connexes. En revanche, l'union des deux parties connexes est connexe si elles ont un point commun. Plus généralement, si (X_n)_n \in \N \, \! est une suite de parties connexes telle que chacune a un point commun avec la suivante : \forall n \in \N , X_n \cap X_ \neq \varnothing \, \! alors la réunion \bigcup_n \in \N X_n \, \! est connexe. Autre généralisation : la réunion d'une famille quelconque \big(X_\alpha\big) de parties connexes de E \, \! est connexe, si leur intersection est non vide. Exemple d'application : toute partie connexe par arcs est connexe. Si A\subset X\, est connexe, toute partie B\, telle que A\subset B\subset\overline\, est connexe (on a désigné par \overline\, l'adhérence de A\, ).

Composantes connexes

Étant donné un point x \, \! dans un espace topologique E \, \!, on peut considérer la plus grande partie connexe contenant x \, \!, qui est aussi l'union des parties connexes contenant \, \!. On la note C_x \, \! et on l'appelle composante connexe de x \, \! dans E \, \!. Au minimum, on a C_x = \x\ \, \! ; c'est le cas ou x \, \! est un point isolé dans un espace séparé. Au maximum, on a C_x = E \, \! ; c'est le cas où E \, \! est connexe. On définit une relation d'équivalence sur E \, \! de la manière suivante : on dit que x \, \! et y \, \! sont connectés si et seulement si y \in C_x \, \!. On note que cette relation équivaut à x \in C_y \, \!. Les classes d'équivalence pour cette relation sont appelées composantes connexes de E \, \! ; ainsi tout espace topologique se décompose en union disjointe de plusieurs parties connexes. Exemples :
- \R^
- \, \! a deux composantes connexes : \R_+^
- \, \! et \R_^
- \, \!.
- Dans \N \, \! et plus généralement dans un espace muni de la topologie discrète, les composantes connexes sont les singletons.
- Dans \mathbb \, \! aucun point n'est isolé, mais les composantes connexes sont aussi les singletons. Le même phénomène se produit pour l'ensemble de Cantor Un espace topologique dont les composantes connexes sont les singletons est dit totalement discontinu.

Connexité et continuité

On sait caractériser les espaces connexes par le fait que toute fonction continue à valeurs dans \ 0, 1 \ \, \! est constante. En fait, on peut dire plus généralement que l'image d'un espace connexe par une application continue est toujours connexe. Plus précisément si E \, \! est un espace connexe, F \, \! un espace topologique et f : E \rightarrow F \, \! une application continue, alors f(E) \, \! est une partie connexe de F \, \!. Dans le cas ou F \, \! est \R \, \! on obtient le théorème des valeurs intermédiaires : si E \, \! est un espace connexe et si une fonction continue f : E \rightarrow \R \, \! prend les valeurs a \, \! et b \, \! alors elle prend toute valeur c \, \! comprise entre f(a) \, \! et f(b) \, \!.

Applications localement constantes

Définition

Soit X un espace topologique, et Y un espace séparé (par exemple un espace métrique). Une application f de X dans Y est dite localement constante sur X si pour tout x \in X \, \!, il existe un voisinage de x sur lequel f est constante. Une fonction localement constante sur X n'est pas forcément constante sur X. Intuitivement, c'est le cas si l'ensemble X est « en un seul morceau », ce que montre le théorème suivant

Théorème

Si X est connexe, toute application localement constante sur X est constante.

Deux applications fondamentales à l'Analyse

Pour montrer qu'une propriété est vraie pour tous les points d'une partie que l'on sait connexe, on montre que l'ensemble des points qui la satisfait est ouvert et fermé. C'est ce qu'on fait pour le théorème d'unicité global des solutions d'une équation différentielle, et pour le principe du prolongement analytique.

Applications à la topologie

La droite \mathbb et le plan \mathbb^2 ne sont pas homéomorphes : si tel était le cas, la droite privée d'un point serait homéomorphe au plan privé d'un point. Mais le second espace est connexe, le premier ne l'est pas. Le même argument montre que le cercle S^1 n'est pas homéomorphe à un intervalle. Cet argument ne s'étend pas aux dimensions supérieures. Si on veut montrer en utilisant les mêmes idées que \mathbb^2 et \mathbb^3 ne sont pas homéomorphes, il faut faire intervenir la connexité simple (c'est à dire la connexité par arcs de l'espace des chemins fermés).

Voir aussi

- Ensemble convexe
- Connexité par arcs
- Connexité simple Catégorie:Topologie générale de:Zusammenhang (Topologie) en:Connected space fi:Polkuyhtenäisyys he:קשירות (טופולוגיה) it:Spazio connesso pl:Przestrzeń spójna pt:Conexo por arcos zh:连通空间
Sujets connexes
Adhérence (mathématiques)   Connexité par arcs   Connexité simple   Continuité   Ensemble convexe   Ensemble de Cantor   Espace séparé   Espace topologique   Intervalle (mathématiques)   Mathématiques   Nombre réel   Point isolé   Prolongement analytique   Relation d'équivalence   Théorème des valeurs intermédiaires  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^