Bayeux

Infos
Célèbre pour la tapisserie de Bayeux, la ville de Bayeux est une commune française, située dans le département du Calvados et la région Basse-Normandie. Les habitants sont appelés Bajocasses ou Bayeusains. Bayeux est siège d'évêché.
Bayeux

Célèbre pour la tapisserie de Bayeux, la ville de Bayeux est une commune française, située dans le département du Calvados et la région Basse-Normandie. Les habitants sont appelés Bajocasses ou Bayeusains. Bayeux est siège d'évêché.

Géographie

Bayeux est située à sept kilomètres des côtes de la Manche et à 30 kilomètres au nord-ouest de Caen. La ville, située entre 32 et 67 mètres d'altitude, avec une moyenne de 46 mètres, est traversée par l'Aure.

Histoire

Origines

Fondée à l'époque gallo-romaine, au Ier siècle av. J.-C. avant notre ère sous le nom d'Augustodurum, Bayeux est la capitale du Bessin autrefois territoire des Bajocasses, peuple de l'ancienne Gaule dont le nom apparaît avec Pline l'Ancien. Mais les preuves de l' occupation humaine du territoire sont antérieures comme en témoigne le camp fortifié du cavalier d' Escures à Commes avec ses fortifications dominant la mer d' un côté, la vallée de l' Aure de l' autre. Un autre camp fortifié existait à Castillon, d' une surface de 35 hectares. Les historiens possèdent ne possèdent pas de preuves de l' existence d'une ville celte inférieure à l' invasion romaine. Bayeux se limitait sans doute à des cabanes disséminées sur les bords de l' Aure et de la Drôme, à l'emplacement de l' actuelle Saint-Loup-Hors et aux habitations des druides sur le mont Phaunus où ils célébraient leur culte. Mais César envahit les Gaules et un de ses lieutenants, Titus Sabinus, pénétra dans le Bessin et soumit ce pays à la domination romaine. Les informations que nous possédons sur le Bayeux antique restent encore succinctes. La ville est citée par Ptolémée, qui vivait ous Antonin le Pieux, sous le nom de Noemagus Biducassium et a conservé ce nom jusqu'à la domination romaine, elle est ensuite désignée sous le nom de Bajocassum. La grande rue actuelle constituait déjà l'axe principal de la cité. Deux bâtiments thermaux, l'un sous l'actuelle église Saint-Laurent, l'autre sous l'ancienne poste, rue Laitière, sont attestés. Cela témoigne de l' adoption des coutumes et des croyances romaines car on y a trouvé une tête sculptée de Minerve, conservée au musée Baron Gérard. La mise au jour au d'énormes blocs sculptés sous la cathédrale, avait fait pressentir l'existence d'un important édifice romain. Une fouille menée en 1990 sur le bas-côté nord a confirmé ce point de vue. La ville fut bâtie au carrefour important entre Noviomagus (Lisieux) et Aulauna (Valognes), c'est cet axe que suit la decumanus maximus, l'actuelle Grand-rue. La ville se développe d'abord sur la rive ouest du fleuve, elle devient un centre commercial et artisanal important en Normandie. Sur les pentes du mont Phaunus, partagé aujourd'hui entre Bayeux et Saint-Vigor-le-Grand, des fouilles archéologiques ont permis de mettre à jour des restes de nécropoles. Le mont Phaunus a une importance particulière dans la construction de l'identité religieuse de la ville, c'est un ancien centre druidique. La cité s'entoure à la fin du d'une enceinte pour se protéger des invasions. Celle-ci encadrera la ville jusqu'au . Vaste quadrilatère, on peut en suivre encore aujourd'hui le tracé approximatif. La cathédrale en occupait l'angle sud-est. Le château médiéval, à l'emplacement de la place De Gaulle, s'élevait dans son angle sud-ouest. Au fond des jardins des rues Bourbesneur au sud et Saint-Malo au nord, subsistent quelques pans de la fortification. Bayeux est alors l'une des cités les plus importantes de Normandie, elle est chargée de défendre la litus saxonicum, la frontière saxonne. Les historiens situent le martyr de saint Floxel, sous Maximin le Tarce vers 235-238, sur le mont Phaunus, saint Exupère y aurait impulsé le premier élan de l'évangélisation ; Saint Vigor, évêque de Bayeux y terrassa un dragon puis crée un monastère. A la fin du VI siècle, la population est christianisée et la ville prospère et devient un centre religieux, siège d' un épiscopat. Au V siècle, avec la chute de l'empire Romain d' Occident, Bayeux est rattachée à la Neustrie, les évêques augmentent encore leur pouvoir et sont parfois issus de la famille royale comme Hugues, le neveu de Charles Martel.

Période normande et Guerre de Cent-Ans

L'invasion des Normands entraîne la destruction de la ville en 890, mais elle est reconstruite sous le règne de Bothon, au début du X siècle. Le XI siècle voit la création de cinq bourgs à l'extérieur de l'enceinte, essentiellement au nord et à l'est, traduisant ainsi le développement que connaît la ville au cours de la période ducale. Sous l'impulsion de l'évêque Hugues II, puis de son successeur, Odon de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant, la ville s'enrichit d'une nouvelle cathédrale, dédicacée en 1077. C'est pourtant à cette période que la ville perd de son influence. Guillaume le Conquérant décide en effet en 1050 d'installer la capitale de son duché à Caen. L'annexion de la Normandie au domaine royal capétien en 1204, ne fera que renforcer l'importance politique et économique de cette dernière. Bayeux compte alors une vingtaine d' églises paroissiales ou chapelles Entre le début du XII siècle et la fin de la guerre de Cent Ans, Bayeux va souffrir à plusieurs reprises de sacs et pillages, même si elle reste intacte jusqu'en 1417 contrairement à d' autres villes normandes comme Avranches ou Caen. Puis les anglais s'emparent de la ville et la saccagent durant de longues années en la forçant à se soumettre au roi d'Angleterre Henri V. Le roi de France Charles VII mène une large offensive de reconquête de la Normandie qui se solde par la bataille de Formigny le 14 avril 1450 et le siège de Bayeux où se sont réfugiés les anglais du 4 au 16 mai. Le comte de Dunois reprend la ville et Charles VII amnistie les habitants. 1450 marque le début d'une période de prospérité, de nouvelles familles accèdent au pouvoir, les anciennes étant décimées par la guerre et les épidémies. On construit de nouvelles maisons et manoirs à tours. Il en reste une soixantaine, disséminés à travers toute la ville. Désormais, la pierre supplante progressivement le bois. La Renaissance a, quant à elle, laissé peu de traces. Parmi les plus belles créations de cette époque, on trouve l'église Saint-Patrice construite entre 1544 et 1548 et l'architecture intérieure de la chapelle de l'ancien palais épiscopal.

Bayeux, ville religieuse

Cathédrale Le XVII siècle est celui du développement des institutions religieuses sous l'impulsion de Monseigneur de Nesmond. Bayeux est alors un grand chantier avec la construction du séminaire, de l'hôtel-Dieu, du couvent des bénédictines, du couvent des ursulines, de la charité Notre-Dame et de plus d'une dizaine d'hôtels particuliers. Il faut dire que Bayeux cristallise les affrontements idéologiques entre calvinistes et catholiques, les insurgés protestants deviennent maîtres de la ville en 1562 et détruisent une grande partie du patrimoine religieux (statues, vitraux...). Suite au concile de Trente, Bayeux est un centre de la contre réforme, entre 1615 et 1650, on compte l' installation de cinq institutions religieuses dans la cadre de la Contre-Réforme sous l' épiscopat de François de Nesmond. La ville compte un ou une religieuse pour dix habitants. Cette période nous laisse de nombreuses constructions caractéristiques du XVIIe siècle comme l' hôtel de Nesmond qui abrite aujourd'hui la tapisserie ou l'hôpital. C'est également l'époque de l'installation des premières manufactures de dentelle. Le développement du travail du textile renforce alors le caractère industrieux de la cité. Il faut attendre le début du XVIII siècle pour que la ville connaisse de profondes modifications avec la destruction massive des remparts, le comblement systématique des fossés et la construction d'élégants hôtels particuliers témoignant du luxe de l'époque. Les années 1770 sont enfin marquées par deux événements politiques d'importance : l’installation à Bayeux du Grand conseil de Normandie, et la mise en place dans le cadre de la Guerre d'indépendance des États-Unis du champ de manœuvre militaire, dit camp de Vaussieux, situé à ses portes. Pour quelque temps, la cité accueille les plus hautes autorités judiciaires et militaires du royaume.

Dentelle et porcelaine

En 1793, Joachim Langlois ouvre une manufacture de porcelaine à Valognes mais celle-ci doit fermer en 1812 pour des raisons financières. Il décide de transférer l'activité à Bayeux dans l'ancien couvent des bénédictines laissé vacant après la Révolution. On compte trois étapes dans l'histoire de la manufacture qui coïncident avec les trois familles à la tête de l'entreprise : l'époque Langlois (1812-1849), l'époque Gosse (1849-1878) et l'époque Morlent (1878-1951). La manufacture se ravitaille en kaolin dans la commune Les Pieux, cette matière première est réputée pour sa solidité et sa résistance aux hautes températures et aux chocs thermiques. Sous l'époque Morlent, la production se spécialise dans les pièces destinées aux laboratoires et acquiert une réputation internationale. La dentelle de Bayeux n'est pas moins célèbre. François de Nesmond confie aux sœurs de l'hôpital le soin de s'occuper des enfants assistés en 1676. Les jeunes filles se lancent dans la confection dentellière, mais celle-ci reste modeste jusqu'au XVIII siècle avant un spectaculaire essor. En 1784, plus de mille personnes travaillent dans les différentes manufactures de la ville. À la suite de la Révolution, l'activité se sépare de la bez' Eglise, en 1824, vingt cinq entreprises se consacrent à la fabrication de dentelle dont les plus célèbres sont les maisons Tardif et Carpentier-Delamare. La fabrication artisanale de dentelle au fuseau a beaucoup souffert de la mécanisation. Le dernier atelier, la maison Lefébure ferme en 1973. Un Conservatoire de dentelle existe de nos jours à Bayeux, il est spécialisé dans la création de luxe et a travaillé pour Hermès, Dior et Christian Lacroix.

Période moderne

Bayeux au siècle, célèbre par son terroir agricole, ses dentelles et sa porcelaine ne subit pas de profondes modifications. Elle conserve toujours son tracé médiéval et s'enrichit de nouvelles demeures bourgeoises. Dès cette époque, on peut y découvrir la célèbre tapisserie de la reine Mathilde, qui en est dès lors l'emblème. Une bibliothèque-musée ouvre ses portes en 1835. En 1940, Bayeux est occupée par les troupes allemandes, sa proximité des côtes en fait une zone stratégique de protection des côtes. Les réseaux de résistance sont durement touchés, quelques figures se détachent, comme Guillaume Mercader, coureur cycliste qui se servait de ses entraînements sur les routes du Bessin pour transporter des messages. Bayeux est sortie comme miraculée des conflits de la dernière guerre. Elle fut libérée dès le 7 juin 1944, le lendemain du Débarquement de Normandie par les troupes britanniques débarquées sur la plage Gold. Sa préservation, au cours des combats de juin 1944, en font aujourd'hui l'unique ville conservée intacte pour tout le département du Calvados. Elle devint un refuge pour les blessés victimes des bombardements de la Bataille de Normandie. Bayeux fut capitale de la France pendant quelques jours, le gouvernement y installe son siège provisoire (dans l'actuelle sous-préfecture). À peine débarqué sur le sol français, à Courseulles-sur-Mer, le Général de Gaulle se rend à Bayeux. Il traverse la ville à pieds, entouré d'une foule enthousiaste et prononce un discours dans lequel il affirme l'appartenance de la France aux pays Alliés. De nombreux monuments commémorent cette période, dont le cimetière militaire britannique qui est le plus grand cimetière britannique de la Seconde Guerre Mondiale en France. Il accueille 4 648 tombes de soldats des deux camps, dont 3 935 Britanniques, 17 Australiens, 8 Néo-zélandais, 1 Sud-africain, 25 Polonais, 3 Français, 2 Tchèques, 2 Italiens, 7 Russes, 466 Allemands et 1 non-identifié. Sur un mémorial sont inscrits les noms de 2 808 soldats disparus : 1 537 Britanniques, 270 Canadiens et 1 Sud-africain. Charles de Gaulle revient dans cette cité qu'il affectionne le 16 juin 1946 pour inaugurer une stèle sur la place qui porte aujourd'hui son nom. A cette occasion, il prononce le célèbre Discours de Bayeux dans lequel il présente les bases de ce qui deviendra la Constitution de 1958.

Héraldique

De gueules aux léopards d'or, surmonté en dexte d'un B et au senestre d'un X du même.

Administration

Démographie

Monuments et musées

Tapisserie de la reine Mathilde
-Centre Guillaume le Conquérant, où est exposée la tapisserie de la reine Mathilde.
-La Cathédrale Notre-Dame, dont des vitraux commémorent la saga de Guillaume le Conquérant, est remarquable pour son grand orgue. Il y a aussi la liste des chevaliers qui participèrent à la bataille de Hastings.
-Le musée Baron Gérard qui regroupe une riche collection d'objets d' art et retrace l'histoire de la cité est situé dans l'ancien palais épiscopal, place de la Liberté.
-Le musée du Général de Gaulle situé dans un hôtel particulier du XIVe siècle.
-Le conservatoire de dentelle est installé dans l'hôtel du Doyen (ex-évêché).
-Plus de soixante-dix hôtels particuliers sont disséminés dans tout le cœur historique, dont certains datent du XIVe siècle.

Événements

Bayeux fut le siège d'un évêché et d'une vicomté.
-7 juin 1944 : Bayeux est la première ville et la première sous-préfecture de France continentale libérée suite au débarquement des Alliés.
-14 juin 1944 : le général de Gaulle à Bayeux.
-16 juin 1946 : Discours de Bayeux du général de Gaulle.

Culture

-La Fête médiévale et le Salon du livre médiéval réunissent artistes de rue et écrivains chaque premier week-end de juillet autour de la cathédrale.
-Le prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre récompense les meilleurs reportages sur les conflits du monde.
-Un festival de cirque a lieu tous les deux ans.

Natifs de Bayeux

- Alain Chartier (1392 - 1430), homme politique et poète ;
- Pierre Du Bosc (1623 - 1692), prédicateur ;
- Joachim Rupalley (1718-1780) peintre ;
- Gabriel-Narcisse Rupalley (1745-1798), peintre ;
- Robert Lefèvre (1755-1830), peintre ;
- François de Caumont (1768-1848), dessinateur et artiste-peintre ;
- Mademoiselle George (1787 - 1867), actrice et maîtresse de Napoléon ;
- Arcisse de Caumont (1801 - 1873), archéologue ;
- Georges Lenepveu (1857 - 1923), maître verrier et inventeur ;
- Jean Grémillon (1898 - 1959), réalisateur ;
- Roger Bésus (1915-1994) sculpteur, écrivain ;
- Jean-Léonce Dupont (1955 -), sénateur, ancien maire ;
- Éric Navet (1959 -), cavalier ;
- Lionel Lemonchois (1960 -), navigateur ;
- Franck Dumas (1968 -), footballeur ;
- Frédéric Née (1975 -), footballeur.

Économie

Les secteurs d'activité principaux sont :
- Agro-alimentaire
- Frial, (plats surgelés) à Saint-Martin-des-Entrées, 400 employés
- Lactalis, 280 employés
-Prodis Boissons (commerce de gros de boissons), 180 employés
- Cidrerie Viard
- Santé (Hôpitaux) : 1 000 employés
- Banque (LCL Le Crédit Lyonnais, 480 employés)
- Industrie
-Etamic, 125 employés
-SNEC, 115 employés
- Piercan, 90 employés
- Tourisme L'usine Moulinex a fermé en octobre 2001, elle employait 441 personnes. Taux de chômage (2006) : 9, 6%

Galerie

Image:Bayeux Cathedral-all.jpg|Cathédrale Notre-Dame Image:Cathédrale Bayeux Choeur.jpg|Le chœur de la cathédrale Image:Bayeux-crypte1.JPG|La crypte Image:Tapisserie agriculture.JPG|Un détail de la tapisserie Image:Cathedrale bayeux vitrail.JPG|Un des nombreux vitraux de la cathédrale Image:Plan.cathedrale.Bayeux.png|plan de la cathédrale

Parcs et espaces verts

La commune est une ville fleurie ayant obtenu deux fleurs Image:Ville fleurie.svgImage:Ville fleurie.svg au concours des villes et villages fleurisSource : .
-Le jardin botanique d'une surface de 2, 6 hectares. Le terrain fut donné à la ville par CharlemagneJean-Delamare (1772-1858) mais il fut aménagé par Eugène Bühler (1822-1907), à qui l'on doit également l'aménagement du parc de la Tête d'Or de Lyon. Le jardin botanique a peu changé depuis ce temps. L'arbre le plus célèbre est le hêtre pleureur, classé monument naturel en 1932 et dont les branches couvrent une surface de 1 250 mètres carrés.
-La place Charles de Gaulle au cœur de la cité est plantée de cent cinquante tilleuls, classés monuments naturels en 1932, entourant une vaste pelouse où se déroulent de nombreux événements culturels.
-Le platane de la Liberté, place de la Liberté a été planté le 29 mars 1797, par des révolutionnaires (X germinal an V). Il est lui aussi classé monument naturel.

Jumelage et villes amies

-
-
-
-
-

Voir aussi

Bibliographie

- Antoine Verney, Bayeux, coll. La ville est belle, Orep, 2002
- Lucien Musset, La Tapisserie de Bayeux, Zodiaque, 2002
- David M. Wilson, La Tapisserie de Bayeux, Flammarion 2005
- Mogens Rud, La Tapisserie de Bayeux et la bataille de Hastings 1066, Eljers, 2006
- Simone Bertrand et Sylvette Lemagnen, La Tapisserie de Bayeux, Ouest-France, 1996
- Michel Parisse, La Tapisserie de Bayeux, un documentaire du XIe siècle, Denoël, 1988
- Wolfgang Grape, La Tapisserie de Bayeux, Prestel, 1994 ===
Sujets connexes
Alain Chartier   Arcisse de Caumont   Arrondissement de Bayeux   Aure   Aure (rivière)   Avranches   Bajocasses   Basse-Normandie   Bataille de Normandie   Bessin   Bombardement   Caen   Calvados   Canton de Bayeux   Castillon   Cathédrale Notre-Dame de Bayeux   Charles Martel   Charles de Gaulle   Christian Lacroix   Commes   Communauté de communes Bayeux Intercom   Commune française   Concile de Trente   Concours des villes et villages fleuris   Contre-Réforme   Courseulles-sur-Mer   Dentelle   Dentelle de Bayeux   Dior   Discours de Bayeux   Formigny   France   Franck Dumas   François de Caumont (peintre)   Frédéric Née   Gabriel-Narcisse Rupalley   Gaule romaine   Gentilé   Georges Lenepveu   Gold Beach   Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique   Guerre de Cent Ans   Gueules   Guillaume Mercader   Guillaume le Conquérant   Henri V d'Angleterre   Hermès   Hôtel-Dieu   Jardin botanique   Jean-Léonce Dupont   Jean Grémillon   Joachim Rupalley   Kaolin   LCL   Lactalis   Les Pieux   Lionel Lemonchois   Lisieux   Liste des évêques de Bayeux   Lyon   Mademoiselle George   Mars (mois)   Moulinex   Napoléon Ier   Neustrie   Normandie   Odon de Bayeux   Ordre de saint Benoît   Ordre de sainte Ursule   Orgue   Pierre Du Bosc   Platane   Pline l'Ancien   Porc de Bayeux   Porcelaine   Porcelaine de Bayeux   Ptolémée   Robert Lefèvre   Roger Bésus   Saint-Loup-Hors   Saint-Martin-des-Entrées   Saint-Vigor-le-Grand   Tapisserie de Bayeux   VIe siècle   Valognes   Ve siècle   XIIe siècle   XIe siècle   XVIIIe siècle   XVIIe siècle   Xe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^