Théorème des nombres premiers

Infos
En théorie des nombres, le théorème des nombres premiers est un résultat concernant la densité asymptotique des nombres premiers. En définissant, pour tout réel positif x, le nombre π(x) comme le nombre de nombres premiers inférieurs à x, le théorème des nombres premiers s'énonce de la façon suivante : :\pi(x)\sim\frac\ln(x) pour de grandes valeurs de x (ln (x) est le logarithme naturel de x ; pour la signification de \sim, voir
Théorème des nombres premiers

En théorie des nombres, le théorème des nombres premiers est un résultat concernant la densité asymptotique des nombres premiers. En définissant, pour tout réel positif x, le nombre π(x) comme le nombre de nombres premiers inférieurs à x, le théorème des nombres premiers s'énonce de la façon suivante : :\pi(x)\sim\frac\ln(x) pour de grandes valeurs de x (ln (x) est le logarithme naturel de x ; pour la signification de \sim, voir l'article sur les notations de Landau). Voici un tableau : Une bien meilleure approximation, et une estimation de l'erreur, est donnée par la formule : :\pi(x)=\rm Li (x) + O \left(x e^-\frac\sqrt\ln(x)\right) pour de grandes valeurs de x (Li est la fonction logarithme intégral). Le théorème des nombres premiers nous renseigne également sur le comportement asymptotique du nième nombre premier p(n) : p(n)\sim n\ln(n).

Histoire

Le théorème des nombres premiers a été conjecturé par Gauss en 1792 alors qu'il avait seulement 15 ans et par Adrien-Marie Legendre en 1798, puis démontré indépendamment par Jacques Hadamard et de la Vallée Poussin en 1896. La démonstration utilise des méthodes d'analyse complexe, en particulier la fonction ζ de Riemann. À cause de la relation entre la fonction ζ de Riemann et π(x), l'hypothèse de Riemann a une importance considérable en théorie des nombres : si elle était démontrée, cela produirait de loin une bien meilleure estimation de l'erreur intervenant dans le théorème des nombres premiers. Helge von Koch en 1901 a montré plus précisément, que si l'hypothèse de Riemann était vraie, le terme d'erreur dans la relation mentionnée ci-dessus pourrait être amélioré en : : \pi(x) = \rm Li (x) + O\left(\sqrt x \ln (x)\right) La constante sous la notation grand O est inconnue. On est encore loin d'un tel terme d'erreur. En revanche, on sait que toute amélioration de la région sans zéro de la fonction \zeta de Riemann améliore de facto le terme d'erreur du théorème des nombres premiers. La meilleure région sans zéro actuellement connue a été obtenue en 1958 par Korobov et Vinogradov. Cette région implique le résultat suivant : lorsque x \rightarrow \infty, on a \pi(x) = \rm Li(x) + O \left ( x \exp \left \-c (\ln x)^ (\ln \ln x)^ \right \ \right ), où c > 0 est une constante absolue. En ce qui concerne des majorations explicites, mentionnons les travaux de Rosser et Schoenfeld (1962, 1975, 1976), puis ceux de Dusart (1998). À l'aide d'ordinateurs de plus en plus puissants, ces chercheurs ont pu déterminer de plus en plus de zéros non triviaux de la fonction \zeta sur la droite critique. Cette connaissance de plus en plus approfondie implique de bonnes estimations des fonctions usuelles de nombres premiers, avec ou sans l'hypothèse de Riemann. Ainsi, en 1976, Schoenfeld a-t-il pu établir que, si l'hypothèse de Riemann est vraie, alors on a, pour tout réel x \geq 2657 : \left | \pi(x) - \rm Li(x) \right | < \frac 8 \pi \sqrt \ln x, alors que, sans condition, Dusart a démontré que, pour tout réel x \geq 59, on a : \left | \pi(x) - \rm Li(x) \right | < 2 K \frac (\ln x)^ \exp \left ( - \sqrt \frac \ln x \right ), où R \approx 9, 645908801... et K \approx 0, 2196.

Ce qu'il advint de la « profondeur »

Il est convenu de distinguer plusieurs types de démonstrations mathématiques, en fonction du degré de sophistication des théories mathématiques auxquelles on fait appel ; le théorème des nombres premiers fournit un prototype pour ce genre de considérations. On a longtemps cru, au début du XX siècle, et notamment G. H. Hardy, que toute démonstration du théorème des nombres premiers devait forcément faire appel à des théorèmes d'analyse complexe ; ce qui par ailleurs pouvait paraître frustrant pour un énoncé semblant porter essentiellement sur les nombres entiers (quoique nécessitant les nombres rationnels, voire les nombres réels pour pouvoir être énoncé). C'était donc un défi pour les mathématiciens d'essayer de trouver une démonstration élémentaire de ce théorème - élémentaire ne voulant pas dire simple, ni peu sophistiqué, mais seulement faisant le moins possible appel à des méthodes externes, à l'arithmétique dans notre cas - ou bien de comprendre précisément pourquoi certains énoncés ne sont accessibles qu'avec des méthodes plus évoluées que ce à quoi on pouvait s'attendre. Hardy parlait donc de « profondeur » des théorèmes et pensait que le théorème des nombres premiers faisait partie des énoncés dont la « profondeur » ne les rendait accessibles que par le biais de l'analyse complexe. Une première brèche dans cette conception fut la découverte d'une démonstration basée seulement sur le théorème taubérien de Norbert Wiener ; mais il n'était pas clair qu'on ne puisse pas attribuer à ce théorème une « profondeur » équivalente aux théorèmes issus de l'analyse complexe. Le débat fut tranché en 1949, quand Paul Erdős et Atle Selberg donnèrent chacun une démonstration indéniablement élémentaire du théorème des nombres premiers. Quelle que soit la valeur du concept de « profondeur », celle du théorème des nombres premiers n'exigeait pas d'analyse complexe. De manière plus générale, la découverte de ces démonstrations élémentaires provoqua un regain d'intérêt pour les méthodes de crible, qui trouvèrent ainsi toute leur place dans l'arithmétique. Nombres premiers Nombres premiers Nombres premiers Theoreme ar:مبرهنة الأعداد الأولية bn:মৌলিক সংখ্যা উপপাদ্য de:Primzahlsatz el:Θεώρημα πρώτων αριθμών en:Prime number theorem es:Teorema de los números primos fi:Alkulukulause he:משפט המספרים הראשוניים hu:Prímszámtétel it:Teorema dei numeri primi ja:素数定理 ko:소수 정리 pt:Teorema do número primo scn:Tiurema dî nùmmura primi sl:Praštevilski izrek sv:Primtalssatsen vo:Primanumaleset zh:素數定理
Sujets connexes
Adrien-Marie Legendre   Analyse complexe   Atle Selberg   Carl Friedrich Gauss   Charles-Jean de La Vallée Poussin   Fonction de compte des nombres premiers   Godfrey Harold Hardy   Helge von Koch   Hypothèse de Riemann   Ivan Vinogradov   Jacques Hadamard   Logarithme intégral   Logarithme naturel   Nombre premier   Norbert Wiener   Paul Erdős   Théorie des nombres  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^