Alphonse de Lamartine

Infos
Lamartine, par Decaisne (musée de Mâcon) Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine a été un poète, écrivain, historien, et homme politique français né à Mâcon le 21 octobre 1790 et mort à Paris le 28 février 1869.
Alphonse de Lamartine

Lamartine, par Decaisne (musée de Mâcon) Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine a été un poète, écrivain, historien, et homme politique français né à Mâcon le 21 octobre 1790 et mort à Paris le 28 février 1869.

Biographie

Sa première éducation se fit au château paternel de Milly, sous la surveillance d’Alix de Lamartine, une mère végétarienne "Confidences" Livre IV: "Ma mère était convaincue, et j'ai comme elle cette conviction, que tuer les animaux pour se nourrir de leur chair et de leur sang est une des infirmités de la condition humaine"qui « ne lui demandait que d’être vrai et bon ». Après avoir achevé ses études au collège de Belley, dirigé par des jésuites, il voyagea, particulièrement en Italie (1811), jusqu’à la chute de l’Empire, entra, en 1814, dans les gardes du corps de Louis XVIII. Atteint de troubles hépatiques, il passe le mois d'octobre 1816 à Aix-les-Bains, où il rencontre Julie Charles, en convalescence pour tuberculose. Les deux jeunes gens se plaisent à flâner ensemble au bord du lac du Bourget. L'été suivant, Julie, trop souffrante, ne peut rejoindre le poète, qui, désespéré, écrivit plusieurs poèmes, dont Le Lac, qui contribue à le faire connaître. Le décès de Julie lui inspire également en 1826 Le Retour, une épître en vers à la gloire de Xavier de Maistre. Alphonse de Lamartine S'ennuyant, il s'adonna à l'écriture et quitta son service lors de la Seconde Restauration, puis, après quelques années d’une vie un peu décousue et éparse, il fit paraître en 1820, ses Méditations poétiques, qui, du jour au lendemain, le consacrèrent grand poète. Son succès dépassa toutes ses espérances et il s’en vendit environ 45 000 exemplaires en quatre ans. Le 5 juin 1820, Lamartine épouse Mary-Anne-Elisa Birch, une jeune anglaise protestante, à Chambéry. Trois ans après, il fait paraître : les Nouvelles Méditations poétiques, puis La Mort de Socrate, le Dernier Chant du pèlerinage de Child Harold. En 1825, il reçut la croix de la Légion d'honneur. En 1829, parurent les Harmonies poétiques et religieuses. Lamartine fut élu, le 5 novembre de la même année, à l'Académie française, au fauteuil n°7, succédant à Pierre Daru. Après un voyage fastueux en Orient, la mort de sa fille va modifier sa foi. Il s'engage dans le combat politique, envoyé à la chambre des députés par les électeurs de la ville de Dunkerque, il se fit nommer député en 1833 de Bergues, et joua dans la Chambre le rôle d’un orateur poète que la générosité de son cœur et l’élévation de la pensée mettent au dessus des partis. Il y présente de nombreuses interventions comme l'abolition de la peine de mort ou des projets relatifs à l'assistance. Le 2 mai 1834, il prononce un discours célèbre pour la colonisation de l'Algérie, conquise quatre ans plus tôt. Il publia successivement : Voyage en Orient (1835), Jocelyn (1836), la Chute d’un ange (1838), Recueillements poétiques (1839). Se tournant ensuite du côté de l’histoire, il composa ses Girondins (1846). Un peu plus tard, il se mit à la tête du mouvement révolutionnaire. Devenu influent et affichant son opposition au régime de Louis Philippe, il est l'un des acteurs des journées de la Révolution de 1848 et devient ministre des Affaires étrangères du Gouvernement Provisoire. Jacques Charles Dupont de l'Eure, chef du Gouvernement de février à mai, lui délègue du fait de son grand âge l'essentiel de ses prérogatives. Il devient membre de la Commission exécutive, qui assume collectivement les fonctions de chef de l'État. Il fut aussi l'un des protagonistes de l'abolition de l'esclavage. Le discours qu’il prononça, le 25 février 1848, contre le drapeau rouge, est resté célèbre. Impuissant, le 15 mai, à prévenir l’invasion de l’Assemblée nationale, les journées de Juin lui portèrent le coup de grâce. Il fut nommé à l’Assemblée nationale que dans une élection partielle. Le coup d’État de décembre et l'avènement du Second Empire mettent fin à sa carrière politique. Endetté, il ne peut choisir l'exil. Persuadé du danger impérial, il se réfugie dans l'écriture, publiant des ouvrages historiques, des romans sociaux, des ouvrages autobiographiques ainsi que des recueils poétiques. Ses principaux ouvrages après 1848 sont : les Confidences (1849), Geneviève (1851), le Tailleur de pierre de Saint-Point (1851), Graziella (1852), Cours familiers de littérature (1856). Ruiné, il finit par accepter du gouvernement impérial une dotation d’un demi million (1867). Il mourut deux ans après, dans un chalet de Passy, que la ville de Paris avait mis à sa disposition. En 1869, sa famille refusa les funérailles nationales auxquelles il avait droit. Son tombeau (restauré en 1988) est situé sur la place de l'église de Saint Point (Saône et Loire). Il est adossé au mur d'enceinte du château de Saint-Point, bâtisse des XIIe et XVe siècle, que le chevalier de Pratz, père d'Alphonse, acquit à l'état d'abandon en 1801, et qu'il mit dans la corbeille de mariage de son fils en 1820. À partir de mai 1823, le château de Saint Point devint la demeure familiale du poète, durant toute sa vie. En 1829, il fit ériger au fond du parc, près de la petite église romane, un caveau où reposent ses deux enfants, sa mère, sa belle-mère, sa femme et lui-même. La dernière personne inhumée fut Valentine de Cessiat de Lamartine.

L'œuvre

Poésie

Théophile Gautier a dit que Lamartine était la poésie même« n'était pas seulement un poëte, c'était la poésie même. », Théophile Gautier, « Lamartine », 8 mars 1869, in Portraits contemporains, 1881. .

Citations

- (1843)
- Jocelyn (1836)
- En éloge à Istanbul
-

Œuvres

En histoire :
- Histoire de la Restauration en huit volumes (1851),
- Histoire des Constituants (1853),
- Histoire de la Turquie (1853-1854),
- Histoire de la Russie (1855). Autres :
-
Saül (1818)
- Méditations poétiques (1820)
- La Mort de Socrate (1823)
- Nouvelles Méditations poétiques (1823)
- Le dernier chant du pèlerinage d'Harold (1825)
- Le Retour (1826), épître à la gloire de Xavier de Maistre
- Harmonies poétiques et religieuses (1830)
- Sur la politique rationnelle (1831)
- Vers écrits sur un album (1832)
- Voyage en Orient (1835)
- Jocelyn (1836)
- La chute d'un ange (1838)
- Recueillements poétiques (1839)
- Histoire des Girondins (1847)
- Raphaël (1849)
- Confidences (1849)
- Toussaint Louverture (1850)
- Geneviève, histoire d'une servante (1851)
- Graziella (1852)
- Les visions (1853)
- (1854)
- Cours familier de littérature (1856)
- La Vigne et la Maison (1857)
- L'Histoire de la révolution de 1848 (1849)
- Le tailleur de pierre de Saint-Point (1851)

Source

- Nouveau Larousse illustré, 1898-1907 (publication dans le domaine public)

Correspondance

-
Correspondance d'Alphonse de Lamartine : deuxième série, 1807-1829. Tome III, 1820-1823'' (textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille ; avec la collaboration de Marie-Renée Morin pour la correspondance Virieu). – Paris : H. Champion, coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine » n° 85, 2005. – 521 p., 23 cm. – ISBN 2-7453-1288-X.
- Lamartine, lettres des années sombres (1853 - 1867), présentation et notes d'Henri Guillemin, Librairie de l'Université, Fribourg, 1942, 224 pages.
- Lamartine, lettres inédites (1821 - 1851), présentation d'Henri Guillemin, Aux Portes de France, Porrentruy, 1944, 118 pages.

Bibliographie

- Lamartine orateur par Louis Barthou
-Richard Alix, l'Univers aquatique de Lamartine. Charnay-lès-Mâcon : Richard Alix, 1991. 94 p., 21 cm. .
-Richard Alix, Lamartine, un sportsman français. Charnay-lès-Mâcon : Éditions du Musée de la natation, 2004. 158 p., 24 cm. .
- Henri Guillemin, Lamartine, l'homme et l'œuvre, Boivin et Cie, Collection Le Livre de l'Étudiant, Paris, 1940, 166 pages. (réédité en 1987 sous le titre abrégé Lamartine')
- Henri Guillemin, Connaissance de Lamartine, Librairie de l'Université, Fribourg, 1942, 312 pages.
- Henri Guillemin, Lamartine et la question sociale, La Palatine, Genève, 1946, 218 pages.
- Henri Guillemin, Lamartine en 1848, PUF, Paris, 1948, 90 pages.
- Henri Guillemin, Lamartine. Documents iconographiques, Editions Pierre Cailler, Genève, 1958, 230 pages.
- Édouard Rod, Lamartine, Lecène, Oudin et Cie, Paris, 1883.
- Gérard Unger, Lamartine. Poète et homme d'État, Flammarion, 1999, 538 pages.
- Pierre Michel, Lamartine, reconnaissance et mémoire, Presses Universitaires de Lyon, 2006, 100 pages.
- Maurice Toesca, Lamartine ou l'amour de la vie, Albin Michel, Paris, 1969, 586 p.

Lien interne

- Saint-Point ==
Sujets connexes
Abolition de l'esclavage   Académie française   Aix-les-Bains   Algérie   Alix de Lamartine   Assemblée nationale (France)   Belley   Bergues   Chambre des députés   Charnay-lès-Mâcon   Commission exécutive (1848)   Coup d'État du 2 décembre 1851   Drapeau rouge   France   Gouvernement provisoire de 1848   Gérard Unger   Henri Guillemin   Histoire de la Turquie   Historien   Italie   Jacques Charles Dupont de l'Eure   Jean-Baptiste Rousseau   Journées de Juin   La Mort de Socrate   La Mort de Socrate (Lamartine)   Lac du Bourget   Le Lac   Levant   Louis Barthou   Légion d'honneur   Milly-Lamartine   Mâcon   Méditations poétiques   Nouvelles Méditations poétiques   Paris   Passy (Seine)   Peine de mort en France   Pierre-Antoine Lebrun   Pierre Daru   Pierre Michel   Podcasting   Poète   Poésie   Premier Empire   Recueillements poétiques   Restauration française   Saint-Point   Second Empire   Seconde Restauration   Théophile Gautier   Xavier de Maistre  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^