Extraordinary rendition

Infos
Le terme extraordinary rendition (littéralement « reddition extraordinaire ») désigne une action illégale au sens du droit international, et notamment en violation de la Convention de Genève, mais aussi au sens du droit américain (Foreign Affairs Reform and Restructuring Act) présumée de l'agence centrale de renseignements américaine, la CIA, qui consiste à enlever des personnes et à les transporter clandestinement dans des pays où la torture est prati
Extraordinary rendition

Le terme extraordinary rendition (littéralement « reddition extraordinaire ») désigne une action illégale au sens du droit international, et notamment en violation de la Convention de Genève, mais aussi au sens du droit américain (Foreign Affairs Reform and Restructuring Act) présumée de l'agence centrale de renseignements américaine, la CIA, qui consiste à enlever des personnes et à les transporter clandestinement dans des pays où la torture est pratiquée afin d'y être interrogé, par exemple l'Égypte, l'Indonésie, la Syrie ou l'Afghanistan ou dans des bases américaines hors du territoire des États-Unis (aussi appelées « black sites »). Il convient de préciser que seule une minorité des personnes enlevés disent avoir subi des sévices. Il s'agirait d'une sorte d'« externalisation » de l'interrogatoire, les États-Unis se permettant de pratiquer la torture tout en l'interdisant sur son territoire.

Histoire

Le procédé serait apparu vers 1995 sous l'administration Clinton, lors des premières tentatives de « neutralisation » d'Oussama Ben Laden, et se serait intensifié dans le cadre de l'action anti-terroriste postérieure au 11 Septembre 2001. On accuse les États-Unis d'avoir pratiqué extraordinary rendition sur 250 personnes depuis 2001, dont :
- Khaled el-Masri, citoyen allemand d'origine libanaise, homonyme d'un Égyptien recherché pour terrorisme,
- Maher Arar, Canadien d'origine syrienne, qui dit avoir été appréhendé le 26 septembre 2002 ;
- deux citoyens suédois d'origine égyptienne enlevés à l'aéroport de Stockholm en décembre 2001 ;
- Mamdouh Habid, un Australien d'origine égyptienne, enlevé au Pakistan en octobre 2001 ;
- Hassan Moustapha Ossama Nasr, aussi appelé Abou Omar, soupçonné d'avoir été actif dans les milieux islamistes en Afghanistan et en Bosnie-Herzégovine, jusqu'en 1997 où il a eu le statut de réfugié politique. Il a été enlevé en Italie le 17 février 2003 et a été envoyé en Égypte en mai 2004. Dans cette affaire, le 23 juin 2005, un magistrat italien a demandé l'arrestation de 13 personnes, dont un ancien consul des États-Unis à Milan, pour enlèvement. Selon le quotidien New York Times qui cite un enquêteur italien, le gouvernement italien aurait pu être mis au courant de l'enlèvement, de manière à ne pas intervenir. (source : le quotidien Le Monde du 26 juin 2005) , l’ancien agent italien Stefano D'Ambrosio, a dit aux procureurs qu’il a été informé dans des termes explicites par des agents de la CIA qu’une opération conjointe pour kidnapper le clerical était encouragée et attribuée par le chef de la station de la CIA à Rome.

Témoignages et éléments concordants

De nombreux éléments viennent confirmer ces activités ; un recoupement de témoignages Libération n°7418, 17 mars 2005 a été effectué avec les plan de vol d'avions appartenant à des sociétés n'ayant aucune activité économique telle que la Premier Executive Transport Services Inc. (dont le sigle Pets signifie « animaux de compagnie »), la Bayard Foreign Marketing of Portland ou la Keeler and Tate Management, et qui sont donc accusée d'être des sociétés écran de la CIA Newsweek, 1 semaine de mars. Plusieurs journaux américains ont également obtenu des témoignages d'anciens membres des services secrets R. Baer, La chute de la CIA, Les mémoires d'un guerrier de l'ombre sur les fronts de l'islamisme, Gallimard, Folio Document, ou de membres actuels sous anonymat. De nombreuses association de défense des Droits de l'homme dénoncent ces pratiques, comme l'Association des avocats new-yorkais Torture by proxy : International and domestic laws applicable to « extraordinary renditions », Scott Horton, Association des avocats new-yorkais ou Human Rights Watch.

Références

Voir aussi

- Alliance Base (centre d'opérations conjointes de la DGSE, CIA, etc., situé à Paris dans le VIIe arrondissement)
- Prison de Guantanamo
- Abu Ghraib
- Détenus fantômes ==
Sujets connexes
Afghanistan   Alliance Base   Bill Clinton   Bosnie-Herzégovine   Central Intelligence Agency   Direction générale de la sécurité extérieure   Droit international   Droits de l'homme   Décembre   Détenus fantômes   Human Rights Watch   Indonésie   Italie   Le Monde   Libération (journal)   Newsweek   Octobre   Oussama Ben Laden   Société écran   Syrie   Torture  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^