Chièvres

Infos
Chièvres (en wallon Chieve) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut.
Chièvres

Chièvres (en wallon Chieve) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Toponymie

Le nom « Chièvres » est dérivé du latin Cervia, c'est-à-dire Parc aux cerfs, ou même plutôt aux biches. Cette graphie apparaît vers 869-75. On trouve plus tard :– Scirvia (1093-1110) ; :– Cirvia (1127) ; :– Cirve (1194, dans la charte-loi) ; :– Chilvia (1200)- Chirvia (1210). « Chievres » est moderne. La forme est apparue dans le dernier quart du , et s'est généralisée au .

Situation

Chièvres est située près de la grande route de Ath à Mons; à 7 km d'Ath et à 20 km de Mons. Terrain presque uni; sol argileux. Altitude de 52.2 m au seuil de l'église. Point culminant : 80 m au hameau de Vaudignies. Cours d'eau : au nord, la Dendre, affluent de l'Escaut; la Hunelle et le canal d'Ath à Blaton.

Histoire

Le site de Chièvres fut certainement occupé par les Romains (notamment au hameau de la Neufville, aux environs de la ladrerie). Des indices nous permettent de penser qu'il était habité à l'époque mérovingienne. Chièvres est citée pour la première fois dans la Translatio et Miracula SS. Marcellini et Petri, d'Éginhard (830). On y trouve la mention "de villa Cervo". Sous Charles le Chauve (869-875), Chièvres jouissait du droit de battre monnaie au nom du roi. On connaît au moins une pièce d'un denier où l'on peut lire l'inscription "+ CERVIA MONETA" (moneta était le terme utilisé pour désigner une ville frappant monnaie). Jusqu'à la fin du , Chièvres est un vaste domaine, propriété d'un important lignage connu depuis au moins 936 (Egbert de Chièvres). Les premiers membres de cette noble famille, probablement apparentée aux comtes de Hainaut, sont mal connus. La dernière héritière de la famille, qui est aussi la plus connue est Ève de Chièvres. Ensuite, les familles de Gavre et de Rumigny présidérent aux destinées de la ville de Chièvres. Nicolas de Rumigny, second fils de Hugues de Fagnolles, fut seigneur de Chièvres en partie; il fut l'un des chefs du parti des Ronds. Il mourut sans postérité, laissant sa terre de Chièvres à son neveu Nicolas le Bègue. Celui-ci la vendit à son cousin Jean d'Avesnes, comte de Hainaut le 7 décembre 1289. Dotée d'une "charte-loi" (1194) qui lui accorde un statut juridique privilégié, Chièvres est désormais une « franche ville » du comté de Hainaut. La taille de 92 livres, qui était perçue à la Saint-Rémy (l octobre), subsista longtemps, au moins jusqu'au . Chièvres va évoluer vers le stade urbain. Un marché est attesté depuis 1336. Une foire aux chevaux est établie en 1363. Entre 1366 et 1388, la ville reçoit sa première enceinte urbaine et est défendue par une compagnie d'arbalétriers. La nouvelle draperie (1389) apporte la prospérité. En 1406, Chièvres devient une des « bonnes villes » du Hainaut. C'est à ce moment que les calamités s'abattent sur la ville : la peste de 1414, trois incendies (1439, 1459 et 1476). Deux tiers des maisons sont détruites, la draperie disparaît, la pauvreté fait son apparition. Chièvres retourne petit à petit au stade rural, d'autant plus qu'Ath polarise toute l'activité économique de l'époque. En 1440, Antoine de Croy, premier chambelan du duc de Bourgogne avait acheté au duc d'Orléans une moitié de la ville de Chièvres et, en 1473, l'autre moitié lui fut donnée par le duc de Bourgogne. C'est ainsi que Chièvres entra dans la maison de Croÿ. La terre de Chièvres passa dans la maison d'Egmont par le mariage, en 1659, de Marie Fernande de Croy, chanoinesse de Sainte-Waudru, à Mons, avec Philippe Lamoral, comte d'Egmont, lequel mourut en 1682. Ensuitte cette seigneurie appartint à le famille de Pignatelli, dont un membre Nicolas Pignatelli avait épousé Marie-Claire Angélique d'Egmont. Les nombreuses guerres du XVII siècle, avec les incendies, les réquisitions, les contributions de guerre, le logement des soldats, achèvent de ruiner la localité. Sa population passe de 1304 habitants en 1636 à 858 dès 1660. Vauban envisagea de la fortifier mais le projet ne sera jamais réalisé. En 1789 (révolution française), la seigneurie de Chièvres cessa d'exister et les biens furent vendus à divers particuliers. La fin du apporte une certaine stabilité. En 1798, la population est de 2 115 habitants pour une superficie de 2 160 ha. Chièvres est vouée à l'agriculture et l'élevage et ne porte plus de ville que le nom, en « considération de sa fortune passée » (arrêté royal de 1825). Aujourd'hui, encore, petit centre commercial, malgré la présence de la base militaire de l'OTAN, l'activité économique est réduite et ne rappelle que faiblement la gloire passée de la cité.

Curiosités et musées

- L'église Saint-Martin
- Les remparts et la tour de Gavre
- La chapelle Saint-Jean-Baptiste
- La chapelle Notre-Dame de la Fontaine
- La ladrerie
- Le musée international de la base aérienne de Chièvres
- La ferme de Calbreucq
- À Huissignies : le musée de la vie rurale
- À Grosage : le petit musée du pain
- À Huissignies : le château Malaise 250px

Les traditions

- Le crossage a l'tonne du mercredi des cendres
- La procession du pèlerin
- La ducasse à l'berdouille de Huissignies

Personnalités

- Ève de Chièvres
- Gérard Le Rond
- Émilie Dequenne (1981-) Actrice, comédienne. Elle a vécu à Vaudignies dans l'entité de Chièvres

Vaudignies

Vaudignies (anciennement : Waudignies , 1290), vulgairement Augenies est un hameau de Chièvres situé sur la route allant à Saint-Ghislain. Son nom pourrait venir de : habitation de Waude ou Waudin ou aussi de Waldiniacum, demeure de Waldin ou de Waldiniacas, habitation du franc Waldo, de même que Waudignies, France , département du Nord. J.Dewert donne à ce mot le sens de maison du bois. Si Vaudignies était déjà un hameau de Chièvres avant la fusion des communes, le village devint une paroisse à part entière en 1871.La paroisse Saint-Philippe fut desservie par les religieux de l'ordre des Prémontrés jusqu'en 1931. Image:EgliseStPhilippe.jpg|Eglise Saint Philippe Image:MonumentVaudignies.jpg|Monument des morts à la guerre 1914-1918 Image:VueDeLoin.jpg|Eglise de Vaudignies Image:ParoisseStPhilippe.jpg|Création de la paroisse en 1871

Histoire religieuse

L'église de Chièvres faisait jadis partie du diocése de Cambrai. En 1108, son autel fut donné à l'abbaye d' Eename par Odon , évêque de Cambrai. Nicolas de Chièvres, fils de Ide de Chièvres, fut évêque de Cambrai. Le doyenné de Chièvres était fort étendu au XV siècle; il comportait prés de 80 paroisses parmi lesquelles : Ath, Beloeil, Condé (France), Flobecq, Herchies, Lessines, Sirault, Soignies, ... En 1559, plusieurs de ces paroisses furent détachées du doyenné de Chièvres pour former le décanat de Lessines. En 1802, le nouveau doyenné de Chièvres fut formé des paroisses de : Arbre, Attre, Blicquy, Brugelette, Chièvres, Fouleng, Gages, Gibecq, Gondregnies, Grosage, Husseignies, Irchonwelz, Maffles, Mévergnies, Moulbaix, Ormeignies, Tongre-Notre-Dame, Tongre-Saint-Martin avec Ladeuze, Villers-Saint-Amand avec Villers-Notre-Dame. Aujourd'hui, le doyenné de Chièvres est formé des paroisses de : Attre, Brugelette, Chièvres, Gages, Gondregnies, Grosage, Huissignies, Ladeuze, Mévergnies, Tongre-Notre-Dame, Tongre-Saint-Martin, Vaudignies et relève du diocèse de Tournai.

Histoire de l'aérodrome

Dans les derniers mois de 1917, l'aviation allemande avait commencé à construire un aérodrome à Chièvres. Les appareils de l'époque étant peu exigeants, un simple terrain plat suffisait à leur décollage et leur atterrissage. Pendant l'hiver 1939-1940, les Belges remirent en état le champ d'aviation de Chièvres. Dès le 20 mai 1940, les Allemands, qui se souviennent de leur initiative de 1914-1918, reprennent le même projet et rendent opérationnel l'aérodrome de Chièvres. Rapidement, il s'étend sur 500 hectares pour atteindre, en 1944, 1500 hectares. Les pistes en béton au nombre de deux ont 56 m de large et 2 km de longueur. Dans l'axe des pistes d'envol, les Allemands font couper le dessus des toits des maisons environnantes, les avions lourdement chargés( bombes et carburant) avaient beaucoup de peine à prendre de l'altitude. De plus, les Allemands établissent une ligne ferrée partant de la station de Mévergnies. L'ennemi construit également des hangars et des casernes. Une très grande citerne pour carburant est amenée sur la place de Chièvres. Elle ne put passer par la Grand-Place vers l'aérodrome et fut enterrée sur la place même. En juillet 1944, la base est la première de Belgique a recevoir la visite d'avions à réaction allemands. Le septembre 1944, tous les avions allemands quittent Chièvres et, le lendemain, deux avions de la R.A.F. s'y posent. Les alliés l'occupent jusqu'en 1947. Le 6 mars 1947, l'aviation militaire belge reprend la base aérienne de Chièvres. Signalons la présence de la patrouille acrobatique "Les Diables Rouges" à Chièvres pendant plusieurs années. Le 1 janvier 1968, la base de Chièvres est cédée au SHAPE. L'aérodrome posséde un code AITA :CHE.

Liens extérieurs

-
-
-

Bibliographie

Ouvrages à consulter pour en savoir plus :
- Maurice Van Haudenard, ingénieur, Histoire de la ville de Chièvres 2 édition (1933)
- André Neve et Firmin Lambrecht, Chièvres, histoire de l'aérodrome, (1984) br:Chièvres de:Chièvres en:Chièvres eo:Chièvres it:Chièvres nl:Chièvres no:Chièvres pt:Chièvres ro:Chièvres vo:Chièvres wa:Chieve
Sujets connexes
Arrondissement administratif d'Ath   Ath   Belgique   Brugelette   Cambrai   Charte   Communauté française de Belgique   Condé   Dendre   Duc d'Orléans   Famille de Croÿ   Grosage   Gérard Le Rond   Huissignies   Jean d'Avesnes   Ladeuze   Lamoral, comte d'Egmont   Lessines   Liste des codes AITA des aéroports/C   Léproserie   Mouvement réformateur (Belgique)   Odon   Parti socialiste (Belgique)   Province de Hainaut   Prémontrés   Région wallonne   Tongre-Notre-Dame   Tongre-Saint-Martin   Tournai   Ville de Belgique   Wallon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^