Clitoris

Infos
Le clitoris est un organe du sexe féminin dont la partie visible se situe au sommet des petites lèvres; il forme une proéminence d'environ 0, 4 à 1 cm de diamètre, mais s'avère en fait être la conjonction, en profondeur, de deux racines de 10 cm qui entourent le vagin et l'urètre. Cet organe, aussi richement innervé que le gland du pénis chez l'homme, joue un rôle similaire dans l'excitation sexuelle. Sa forme fait penser à un pénis qui n'aurait pas atteint sa plei
Clitoris

Le clitoris est un organe du sexe féminin dont la partie visible se situe au sommet des petites lèvres; il forme une proéminence d'environ 0, 4 à 1 cm de diamètre, mais s'avère en fait être la conjonction, en profondeur, de deux racines de 10 cm qui entourent le vagin et l'urètre. Cet organe, aussi richement innervé que le gland du pénis chez l'homme, joue un rôle similaire dans l'excitation sexuelle. Sa forme fait penser à un pénis qui n'aurait pas atteint sa pleine croissance.

Anatomie

Anatomie d'une vulve, avec le clitoris en haut Vue externe Les muscles du périné féminin Coupe sagittale d'un bassin féminin, segment droit Le clitoris possède une vascularisation abondante qui le rend érectile. De plus, sa très riche innervation en fait un organe extrêmement sensible. Lorsqu’il est stimulé, il déclenche une ouverture et une lubrification du vagin. Selon certaines études récentesDr. Helen O’Connell, Journal of Urology, juin 1998, Vol. 159, Royal Melbourne Hospital, les « bulbes du vestibule » — structure symétrique autour du vagin et de l'urètre — appartiennent également au clitoris. De même origine embryonnaire que le pénis, le clitoris présente une structure identique : corps caverneux, corps spongieux, prépuce (ou capuchon) et gland. De récentes recherches tendent à montrer davantage encore la similitude entre ces deux organes du point de vue de leur anatomie et de leur physiologie. D'ailleurs, chez la hyène, le clitoris peut prendre les proportions d'un pénis, et complété par des grandes lèvres gonflées par deux boules graisseuses, constituer un ensemble ressemblant alors tout à fait au sexe du mâle.

Dans l'histoire

Hippocrate l’appelait « le serviteur qui invite les hôtes » et pensait qu’il était l’organe du plaisir féminin. Mais aussi que les femmes avaient une « semence » : la cyprine, et qu’elles devaient jouir pour être enceintes. Ainsi au Moyen Âge, selon cette doctrine et malgré la profonde « méfiance » de l'Église vis-à-vis du plaisir charnel, les médecins préconisaient des traitements inattendus pour assurer une bonne fertilité : enduire d'huile parfumée un doigt et frotter le bouton d'amour dans un mouvement circulaire. C'est au que la littérature médicale reconnaît l'existence du clitoris pour la première fois. Il donnera lieu à des querelles : Realdo Colombo (aussi connu sous le nom de Matteo Renaldo Colombo), qui enseignait la chirurgie à l'Université de Padoue en Italie, publia en 1559 un ouvrage intitulé De re anatomica dans lequel il décrit le « siège du plaisir féminin ». Son successeur à Padoue, Gabriele Falloppio (qui donnera son nom aux trompes de Fallope) affirma qu'il était le premier à découvrir le clitoris. Au , un anatomiste danois réfuta les deux déclarations en avançant que le clitoris était déjà bien connu par la médecine depuis le .

La fonction du clitoris

L'être humain, appartenant à la lignée de primates, est un mammifère. Alors que, chez les animaux dont la sexualité est liée au rut, l'accouplement a pour seule fonction la reproduction, chez certains primates, qui pratiquent la sexualité sans relation directe avec la reproduction de l'espèce, le rapprochement sexuel a deux fonctions biologiques : comme relation sociale, personnelle et satisfaction amoureuse, et comme reproduction sexuée. L'être humain est biologiquement un animal social. Chez les mammifères (y compris ceux à œstrus), la période d'excitation de la femelle en relation avec son ovulation s'accompagne d'une émission de phéromones odorants rendant sa sécrétion vulvaire attirante (la cyprine). L'attrait de ces phéromones ayant rapproché le mâle (parfois de très loin), celui-ci y porte sa langue à la fois comme entrée en contact avec la femelle et à la fois comme moyen d'apprêt à l'accouplement. Léchant la vulve, il lèche le clitoris et l'effet provoqué favorise, par intumescence des bulbes du vestibule, l'ouverture du vagin que le mâle pourra alors pénétrer. C'est ici la fonction du clitoris. Depuis les travaux de Masters et Johnson, on sait que l'orgasme fait toujours intervenir le clitoris, quel que soit le lieu de la stimulation qui l'a provoqué. Le clitoris est donc au centre de la sexualité féminine.

Anecdotes et développements

- Marie Bonaparte, freudienne passionnée, s'était fait déplacer chirurgicalement le clitoris afin qu'il soit plus facilement excité lors du coït, qui selon Freud était le seul acte valable de plaisir : elle n'en a cependant jamais été pleinement satisfaite. Elle a d'ailleurs écrit, sous le pseudonyme de A.E. Narjani, un article intitulé Considérations sur les causes anatomiques de la frigidité chez la femme, dans lequel elle explique la frigidité féminine par une fixation clitoridienne induite par une distance trop grande entre le clitoris et le vagin. Elle appuya sa thèse par la mesure de la distance du clitoris et du méat urétral sur une population de 200 femmes, prises au hasard. Au sujet du clitoris, elle écrira : Les hommes se sentent menacés par ce qui aurait une apparence phallique chez la femme, c'est pourquoi ils insistent pour que le clitoris soit enlevé (Marie Bonaparte, "Notes sur l'excision" - Revue française de psychanalyse XII, 1946).
- Robert Bourguignon, chirurgien assistant de Dominique-Jean Larrey, lui même chirurgien de Napoléon exécuta plusieurs ablations de clitoris le considérant comme une excroissance tumorale bénigne.
- Certaines femmes se font percer le capuchon recouvrant le clitoris ou encore le clitoris lui-même.
- L'excision ou ablation du clitoris est pratiquée de nos jours dans une grande partie du continent africain. Il est en effet souvent considéré comme une imperfection de la création divine, un résidu masculin devant être ôté pour que la femme soit finie. De la même manière la circoncision ou ablation du prépuce est censée enlever à l'homme la partie féminine restante. Cependant, les motivations, les techniques et les parties du sexe féminin retirées diffèrent grandement suivant les régions et les peuples. D'une partie du clitoris à l'ablation totale de celui-ci et des petites lèvres jusqu'à d'autres pratiques avec sutures et pose d'un anneau.
- Certaines femmes seraient atteintes d'une maladie rare connue sous le nom de « syndrome d'excitation génitale persistante » (SEGP) ou PSAS pour « Persistent Sexual Arousal Syndrome ». Ce syndrome fait que ces femmes éprouvent régulièrement des excitations à point de départ génitales de façon inopinée et nécessitant parfois plusieurs orgasmes pour s'amenderDamien Mascret, Le syndrome d'excitation génitale persistante, Le Généraliste, N°2413, 01.06.2007.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Accouplement   Chirurgie   Circoncision   Corps caverneux   Corps spongieux   Cyprine (sécrétion)   Danemark   Dominique-Jean Larrey   Embryon   Espèce   Excision   Gabriele Falloppio   Gland (anatomie)   Grandes lèvres   Hippocrate   Homme   Italie   Mammifère   Marie Bonaparte   Moyen Âge   Napoléon Ier   Orgasme   Ovulation   Petites lèvres   Phéromone   Piercing du capuchon du clitoris   Piercing du clitoris   Prépuce   Pénis   Realdo Colombo   Rut   Sexualité   Sexualité féminine   Sexualité humaine   Sigmund Freud   Syndrome d'excitation génitale persistante   Trompes de Fallope   Tumeur   Université de Padoue   Urètre   Vagin   Vulve   William Masters et Virginia Johnson  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^