Vulve

Infos
Système reproducteur féminin : 1. Trompe de Fallope 2. Vessie 3. Symphyse pubienne (Os pubien) 4. Point G 5. Clitoris 6. Méat urétral 7. Vagin 8. Ovaire 9. Colon sigmoide 10. Utérus 11. Cul-de-sac vaginal (Fornix) 12. Col de l'utérus (Cervix) 13. Rectum 14. Anus La vulve (du latin ', puis de ', « utérus ») est l'ensemble des organes génitaux externes de la femme et de certaines femelles de mammifères, constitué
Vulve

Système reproducteur féminin : 1. Trompe de Fallope 2. Vessie 3. Symphyse pubienne (Os pubien) 4. Point G 5. Clitoris 6. Méat urétral 7. Vagin 8. Ovaire 9. Colon sigmoide 10. Utérus 11. Cul-de-sac vaginal (Fornix) 12. Col de l'utérus (Cervix) 13. Rectum 14. Anus La vulve (du latin ', puis de ', « utérus ») est l'ensemble des organes génitaux externes de la femme et de certaines femelles de mammifères, constitué principalement des grandes et des petites lèvres enserrant l'entrée du vagin, du clitoris et du méat urinaire.

Linguistique

Étymologie

Le mot « vulva » a été emprunté au latin médiéval volva ou vulva « utérus, parties génitales femelles », sens litéral : « enveloppe » (pour « couvrir, envelopper » ), probablement du latin volvere pour « tourner, retourner, tordre, rouler ». Semblable à ulva « utérus » en Sanskrit. Un terme alternatif en latin, pudendum femininum désigne les organes génitaux femelles externes. http://cancerweb.ncl.ac.uk/cgi-bin/omd?pudendum+femininum

Argot

Comme pour n'importe quel aspect du corps humain qui est impliqué dans des fonctions sexuelles ou excrétoires, il y a beaucoup de mots en argot pour la vulve humaine ou liste des synonymes de la sur le wiktionnaire., dont le « con », du mot latin cunnus (« vulve »).

La vulve humaine

Structure

Schéma anatomique de la vulve - Légende : 1. Capuchon du clitoris ; 2. Gland du clitoris ; 3. Méat urinaire ; 4. Vestibule vulvaire ; 5. Petites lèvres ; 6. Orifice vaginal ; 7. Grandes lèvres ; 8. Périnée Chez l'être humain, le sexe de la femme est composé de plusieurs structures anatomiques majeures (du haut vers le bas) :
- en bas du ventre, le mont de Vénus, et ses poils pubiens ;
- placés de part et d'autre , les grandes lèvres, grands replis de peau adipeuse ;
- à l'intérieur, les petites lèvres, replis muqueux ;
- au sommet des petites lèvres, le clitoris, organe érectile et son capuchon ;
- en dessous du clitoris, le méat urinaire, ouverture de l'urètre par laquelle l'urine est expulsée lors de la miction ;
- au dessus de l'entrée du vagin entourant le méat urinaire, le vestibule vulvaire ;
- entre les petites lèvres, l'entrée du vagin ou orifice vaginal ; La vulve comporte aussi des structures mineures :
- le périnée, large ensemble de muscles sous la peau, tout autour de la vulve et pas seulement entre l'anus et les grandes lèvres (voir le schéma dans l'article détaillé), comprenant en particulier le muscle pubo-coccygien dont la tonicité peut être renforcée par un exercice de Kegel et jouer un rôle important dans les relations sexuelles ou simplement pour la rééducation périnéale après un accouchement.
- des glandes sébacées, sur les grandes lèvres ;
- les glandes vaginales, moins visibles à l'œil nu :
- les glandes de Bartholin, deux petits orifices situés à gauche et à droite de l'orifice vaginal, dans l'épaisseur des grandes lèvres, qui sécrètent de la cyprine pour la lubrification vaginale ;
- les glandes de Skene, deux petits orifices à gauche et à droite du méat urinaire, qui peuvent expulser un fluide proche du liquide séminal masculin à l'approche ou au moment de l'orgasme. La vulve a une forme ovoïde qui présente une fente médiane sous un monticule de peau. Le renflement mou à l'avant de la vulve est constitué d'un tissu adipeux recouvrant la symphyse pubienne, et s'appelle le mons pubis. Ce terme en latin désigne le « mont du pubis », et son genre est non spécifique. Pour la femme, le mons pubis est désigné sous le nom latin de mons veneris, pour « mont de Vénus » ou « mont de l'amour ». Le mons pubis se sépare en deux replis cutanés, labia majora en latin (lit. « lèvres principales »), ou « grandes lèvres ». La fente entre les deux labia majorae s'appelle la « fente vulvaire », dite fente pudendale, ou fente de Vénus pour la femme. Elle contient et protège les autre structures plus sensibles de la vulve. Les labia majorae se divisent sous le mons pubis puis se rejoignent dans un secteur plat entre la fente pudendale et l'anus, appelé perineum (périnée). La couleur de la peau extérieure aux labia majorae est habituellement proche de la couleur globale de la peau de l'être, bien qu'il y ait des variations considérables. La peau et les muqueuses internes sont souvent de couleur rose ou brunâtre. Après le début de la puberté, le mons pubis et les labia majorae deviennent couverts par le poil pubien. Cette pilosité se prolonge parfois aux cuisses et au perineum intérieurs. Les labia minorae sont deux replis mou de peau à l'intérieur des labia majorae. Alors que les labia minorae sont traduites littéralement en tant que « lèvres mineures », ou « petites lèvres », il arrive souvent que les « minorae » soient de taille considérable, et saillent extérieurement des « majorae ». Une grande partie de la variation entre les vulves se situe dans la variation significative de la taille, de la forme, et de la couleur des labia minorae. Le clitoris est placé à l'avant de la vulve, où se rejoignent les labia minorae. La partie évidente du clitoris est le glans clitoridis ou « gland clitoridien », dit « gland du clitoris ». Typiquement, le glans clitoridis possède la taille et la forme d'un petit pois, bien qu'il puisse être sensiblement plus grand ou plus petit. Le glans clitoridis est extrêmement sensible, et contient autant de terminaisons nerveuses que l'organe analogue chez les mâles, le glans penis. Le point où s'attachent les labia minorae près du clitoris s'appelle le frenulum clitoridis. Un prépuce, ou capuchon clitoridien, normalement couvre et protège le clitoris. Toutefois chez les femmes avec un clitoris particulièrement grand ou avec un petit prépuce, le gland du clitoris peut s'exposer partiellement ou complètement à tout moment. Il arrive souvent que seul le capuchon du clitoris soit partiellement caché à l'intérieur de la fente pudendale. La région entre les labia minorae s'appelle le vestibule vulvaire, et il contient les ouvertures vaginales et urétrales. Le meatus, ou « ouverture urétrale », dit « méat urinaire » est localisé au-dessous du clitoris et au-dessus de l'ouverture vaginale. C'est par le meatus que jaillit l'urine, de la vessie vers l'extérieur du corps. L'ouverture du vagin est localisée au fond du vestibule vulvaire, vers le perineum. Le terme introitus est techniquement plus correct que « ouverture », puisque le vagin est en temps normal effondré, avec l'ouverture fermée, à moins que quelque chose y soit inséré. L’introitus est parfois en partie recouvert par une membrane, appelée hymen. L'hymen se rompt pendant le premier coït vaginal vigoureux, et le sang produit par cette rupture est perçu, dans certaines cultures, comme une confirmation de virginité. Cependant, l'hymen peut également se rompre spontanément au cours d'exercices, ou être étiré par des activités normales telles que l'utilisation de tampons hygiéniques, ou être trop petit pour être apparent. Dans quelques rares cas, l'hymen peut complètement recouvrir l'ouverture vaginale, exigeant la séparation chirurgicale. Légèrement au-dessous, à gauche et à droite de l'ouverture vaginale sont deux glandes de Bartholin qui produisent une substance cireuse, la cyprine qui contient des phéromones, et dont le but n'est pas entièrement connu. L'aspect de la vulve et la taille de ses diverses parties change beaucoup d'une femme à une autre, et il est commun que les côtés gauches et droits diffèrent dans l'aspect.

Développement

L'Origine du monde de Gustave Courbet, 1866

Fœtus

Pendant les huit premières semaines suite à la conception, les fœtus masculins et femelles ont les mêmes organes reproducteurs et sexuels rudimentaires, et les hormones maternelles commandent leur développement. Les organes masculins et femelles commencent à devenir distincts quand le foetus peut commencer à produire ses propres hormones, bien que la détermination évidente du sexe soit difficile jusqu'à la douzième semaine. Pendant la sixième semaine d'aménorrhée gravidique, le tubercule génital se développe devant la membrane cloaquale. Le tubercule contient une fente nommée la fente uréthrale. Le sinus urogénital http://www.embryology.ch/francais/ugenital/genitinterne06.html (précurseur de la vessie) s'ouvre dans cette fente. De chaque côté de la fente, on trouve les plis urogénitaux. Près du tubercule, il existe une paire d'arêtes appelées les plis labioscrotaux. À partir du troisième mois de développement fœtal, le tubercule génital devient le clitoris. Les plis urogénitaux deviennent les petites lèvres, et les plis labioscrotaux deviennent les grandes lèvres.

Enfance

À la naissance, la vulve du nouveau-né (et les seins) peuvent être gonflés ou agrandis en raison de l'exposition, par l'intermédiaire du placenta, à des niveaux d'hormone élevés par sa mère. Le clitoris est proportionnellement plus grand qu'il est susceptible d'être plus tardivement dans la vie. Au cours d'une période courte quand ces hormones s'en iront, la vulve rétrécira en taille. D'un an jusqu'au début de la puberté, ou période d'enfance, la vulve ne subit aucun changement d'aspect, autre que sa croissance en proportion avec le reste du corps.

Puberté

Le début de la puberté produit un certain nombre de changements. Les structures de la vulve deviennent proportionnellement plus grandes et peuvent devenir plus prononcées. La coloration peut changer et le poil pubien se développer, d'abord sur les petites lèvres, et s'écarter plus tard au mont de Vénus, et parfois aux cuisses et au périnée intérieurs. Chez les filles préadolescentes, la vulve semble être placée plus loin en avant que chez les adultes, montrant un plus grand pourcentage des grandes lèvres et de la fissure pudendale en position debout. Pendant la puberté, le mont de Vénus s'élargit, repoussant les grandes lèvres en avant, loin de la symphyse pubienne, et parallèlement au sol (toujours en position debout). Les variations des niveaux de la graisse corporelle affectent l'ampleur avec laquelle ceci se produit.

Accouchement

Pendant l'accouchement, le vagin et la vulve doivent se distendre pour s'adapter à la tête du bébé (approximativement de 9, 5 centimètres). Ceci peut avoir comme conséquence un déchirement de la peau à l'ouverture vaginale, des lèvres, du clitoris. Une épisiotomie (l'incision chirurgicale prophylactive du perineum) est parfois exécutée pour limiter une possible déchirure, mais son application systématique en tant que routine chirurgicale est largement discutée actuellement. Certains des changements qui se produisent pendant la grossesse peuvent être permanents.

Post-ménopause

Pendant la ménopause, les niveaux d'hormone diminuent, et avec eux la sensibilité des tissus vulvaires diminue également. Le mons pubis, les lèvres, et le clitoris peuvent réduire en taille, bien qu'habituellement, pas dans les proportions pré-pubertaires.

Fluides et odeurs

Vulve humaine cachée sous les poils de pubis La vulve est habituellement enduite de sécrétions plus ou moins importantes. Des odeurs malodorantes ou des changements dans la consistance des fluides (purulence, symptômes d'inflammation, de rougeur) peuvent alerter sur des pathologies. C'est pourquoi son hygiène régulière est importante afin de maintenir une bonne santé vulvovaginale. Il y a un certain nombre de différentes sécrétions liées à la vulve : la sueur, l'urine, les sécrétions cutanées ou lesébum, et aussi :

Sécrétions liées à l'acte sexuel

Lors de l'excitation sexuelle, l'intérieur des petites lèvres est naturellement lubrifié par les sécrétions des glandes de Bartholin afin de faciliter la pénétration. Les glandes de Skene, elles, sont liées à l'éjaculation féminine.

Menstruations

La période des « règles » (ou période menstruelle) est caractérisée par des flux ou saignements plus ou moins importants qui s'écoulent du vagin par la vulve, sauf en cas d'utilisation d'un dispositif hygiénique comme le tampon hygiénique ou une serviette hygiénique.

Glaires

Sécrétions vaginales
Il s'agit d'un écoulement laiteux qui apparaît sur la vulve , résultat de la desquamation vaginale et/ou de l'utérus : ces « pertes blanches » sont l'exagération de la sécrétion génitale normale pour nettoyer les cellules mortes présentes sur la paroi vaginale et/ou celle de l'utérus. Elles peuvent être mousseuses, filantes, glaireuses, blanches ou sales, jaunâtres, verdâtres. Ce sont des sécrétions normales et qui tâchent le linge.
Glaire cervicale
L'écoulement associé à l'ovulation s'appelle la glaire cervicale. Elle est familièrement appelée « blanc d'œuf » à cause de sa consistance lorsqu'elle est épaisse. Elle apparaît dès la puberté et on la retrouve séchée sous forme de croûte sur le linge. Suivant les périodes, on la trouve plus ou moins fluide, transparente ou blanche. La période d'ovulation est caractérisée par une glaire importante, cyclique et régulière, ce qui peut être un indice pour la fécondation. Elaborée à l'intérieur du col de l'utérus, elle apparaît 48 heures avant l'ovulation et parvient à son maximum d'abondance et de fluidité au moment même de l'ovulation. Cependant, on peut trouver une abondance de glaire en d'autres périodes. Et cela n'est pas forcément anormal. Elle n'est pas à confondre avec les pertes blanches, ni avec le smegma, ni avec les leucorrhées pathologiques : de façon générale, la glaire cervicale est un phénomène naturel et régulier du sexe de la femme (sans symptôme, ni inflammation, ni rougeur).

Smegma

Le smegma est une substance (de type « fromage blanc ») formée d'une combinaison des cellules mortes, de sécrétions cutanées, d'humidité et de bactéries naturelles, qui se forme dans les organes génitaux des mammifères. Chez les femmes, il se rassemble autour du clitoris et des plis labiaux.

Acides aliphatiques

Approximativement un tiers des femmes produisent des acides aliphatiques. Ces acides sont une classe piquante des produits chimiques que d'autres espèces primates produisent en tant que signaux sexuel-olfactifs. Alors que se tient toujours un débat à leur sujet, les chercheurs se réfèrent souvent à eux en tant que phéromones humains. Ces acides sont produits par les bactéries normales résidentes sur la peau. La teneur en acide change avec le cycle menstruel, augmentant le jour d'après la menstruation, et faisant un pic à la moitié du cycle, juste avant l'ovulation.

Homologie sexuelle

La majorité des organes sexuels mâle et femelle proviennent des mêmes tissus du développement d'un foetus. La vulve n'est pas différente. L'anatomie de la vulve est liée à l'anatomie des organes génitaux masculins par une biologie développementale partagée. De cette façon, les organes qui ont une ascendance développementale commune seraient homologues. Le gland du clitoris est homologue au gland du pénis chez les mâles, et le corps du clitoris et la hampe du clitoris sont homologues au corps caverneux du pénis. Les grandes et petites lèvres et le capuchon du clitoris sont homologues au scrotum, à la peau de la hampe du pénis, et au prépuce, respectivement. Les bulbes vestibulaires sous la peau des petites lèvres sont homologues au corpus spongiosum penis, le tissu du pénis qui entoure l'urètre. Les glandes de Bartholin sont homologues aux glandes de Cowper chez les mâles.

Modifications anatomiques

Piercing

La vulve peut être l'objet de modifications voulues comme le piercing du capuchon du clitoris.

Mutilations

Dans certaines civilisations, on pratique l'excision (l'ablation) du clitoris et/ou des petites lèvres, et aussi l'infibulation, c'est-à-dire la suture des petites lèvres de façon à ne laisser passer que les menstruations et l'urine. Cette douloureuse et mutilante pratique est illégale dans les pays occidentaux et de plus en plus d'États de la planète punissent ces violences faites aux femmes et entraînant une déformation permanente, ou difficilement réversible.

Voir aussi

Sources

===
Sujets connexes
Accouchement   Aliphatique   Aménorrhée   Anus   Appareil reproducteur   Argot   Biologie du développement   Clitoris   Col de l'utérus   Con   Corps caverneux   Culotte (vêtement)   Cycle menstruel   Cyprine (sécrétion)   Côlon   Desquamation   Excision   Exercice de Kegel   Exercice physique   Fécondation   Genre grammatical   Glaire cervicale   Gland (anatomie)   Glande de Bartholin   Glande de Cowper   Glande de Skene   Glande sébacée   Grandes lèvres   Grossesse   Gustave Courbet   Homologie (évolution)   Hygiène   Hymen (biologie)   Hyménotomie   Infibulation   L'Origine du monde   Latin   Latin médiéval   Leucorrhée   Lubrification   Mammifère   Menstruation   Miction   Mont de Vénus   Muqueuse   Mutilation   Méat urinaire   Ménopause   Orgasme   Ovaire (anatomie)   Ovulation   Pays   Peau   Petit pois   Petites lèvres   Phéromone   Piercing du capuchon du clitoris   Poil pubien   Point G   Primates   Prophylaxie   Prépuce   Puberté   Pénis   Périnée   Rectum   Sanskrit   Santé vulvovaginale   Scrotum   Serviette hygiénique   Sexe   Smegma   Sueur   Suture (médecine)   Symphyse pubienne   Sébum   Sécrétion   Tampon hygiénique   Tonus musculaire   Urine   Urètre   Utérus   Vagin   Vessie   Virginité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^