Ismail Ier

Infos
Ismail, le fondateur de la dynastie des Safavides. Chah Ismail Khatai (1487-1524) Chah Ismaïl Ier (Ardabil 17 juillet 1487- Tabriz 23 mai 1524) conquérant azéri et fondateur de la dynastie des Séfévides qui régna sur la Perse.
Ismail Ier

Ismail, le fondateur de la dynastie des Safavides. Chah Ismail Khatai (1487-1524) Chah Ismaïl Ier (Ardabil 17 juillet 1487- Tabriz 23 mai 1524) conquérant azéri et fondateur de la dynastie des Séfévides qui régna sur la Perse.

L'origine de la dynastie

Chah Ismail se considérait Seyyid, plus exactement descendant de l'imam Musa Kazim. Le nom de la dynastie vient du cheikh Safi al-Din Ardabili (1252-1334), chef spirituel et maître soufi de la ville d'Ardebil dans l'actuelle province d'Ardabil en Iran. En fait Cheikh Safi al-Din descend de Firuzshah, un turc d'Asie centrale, qui aurait immigré en Azerbaïdjan au . Cheikh Safi al-Din était très influent en Azerbaïdjan et aussi sur Rachid al-din, le grand vizir de Oldjaytu, le petit fils de Houlagou Khan. Avec Sultan Ali, son petit fils, l'influence de la confrérie dépasse les frontières de l'Azerbaïdjan et se propage en Anatolie et au Khorasan, les fidèles sont appelé Qizilbash en raison de leur bonnet de couleur rouge à 12 plis (symbolisant les 12 imams). L'arrière petit-fils, Haydar, épousa la fille du Chah Uzun Hasan Akkoyunlu (1441-1478), qui lui donnera en 1487 un fils Ismail, le futur fondateur des Séfévides. Les Cheikhs soufi Séfévides sont :
-Safi al-Din (1252-1335)
-Sadr al-Din (1312-1392)
-Khodja Ali (1392-1429)
-Ibrahim (1429-1448)
-Djunayt (1448-1460)
-Haydar (1460-1487)
-Ismail (1487-1524)

Le Chah

Inquiet de la puissance et de la popularité montante de Djunayt, le petit-fils de Khodja Ali, les souverains Akkoyunlu les chassent d'Ardabil. En 1500, un Qurultay (réunion des armées) est organisé à Erzincan, ville d'Anatolie de l'Est. Là se réunissent les tribus turques d'Anatolie et d'Azerbaïdjan: Shamlu, Ustadjlu, Tekelü, Dzulqadir, Çepni, Rumlu, Varsak, Bayats, Qadjars, Karamanlu, Afshars, Karadaĝlu etc. Au printemps 1501, Ismail revient en force à la tête de son armée, défait les armées du dernier souverain Akkoyunlu, et se fait couronner Chah à Tabriz, capitale d'Azerbaïdjan, son pays natal. Après la bataille les Qizilbashs sont rejoints par les Akkoyunlus et Karakoyunlus d'Azerbaïdjan qui formeront la tribu « Turkmen » qui jouera un rôle important par la suite.

L'alevisme puis le chiisme

La première chose que fait Ismail lorsqu'il s'empare de Tabriz, est de déclarer l'alevisme, qui est déjà bien implanté en Azerbaïdjan, religion d'état. C'était un acte politique majeur qui allait créer une fissure au sein du monde islamique et de ce fait, changer la face du monde. Mais après la mort de Chah Ismail, pour raisons politiques, l'état glissera vers le chiisme.

Les conquêtes

De 1503 à 1508, Chah Ismail I fait la conquête de l'Iran central (1503), des provinces du sud de la Caspienne(1504) et de l'Irak (1505-1508). En 1506, les Ouzbeks anéantissent les derniers Timourides et menace les Séfévides qui décident de marcher contre eux. La rencontre à lieu en 1510 et c'est une victoire totale, le Khorasan revient aux séfévides. Inquiet des victoires de Chah Ismail, Sélim, le sultan ottoman prend des mesures drastiques notamment en massacrant 40000 Qizilbashs dans l'empire ottoman. La rencontre à lieu le 23 août 1514 à Tchaldiran : les Ottomans écrasent - grâce à leur artillerie lourde - l'armée Séfévide. Mais ils doivent s'arrêter là : Chah Ismail les force à retourner en Anatolie, et ils abandonnent d'ailleurs leur artillerie à Tabriz. Après cette bataille, Chah Ismail se décide à renforcer son empire qui allait de l'Euphrate à l'Amou Darya. Il meurt le 23 mai 1524 en Azerbaïdjan.

L'empire

L'empire fondé par Chah Ismail était appelé Qizilbash memleketi, le pays des Qizilbashs, du nom des tribus turques qui l'avaient amené au pouvoir. Il était aussi appelé Qizilbash-Média par certains Européens car après les Mèdes c'était la seconde fois que se formait un empire ayant pour centre l'Azerbaïdjan.

La personnalité

Pour comprendre Chah Ismail, il faut saisir les trois facettes de sa personnalité : le chah d'Azerbaïdjan, le dede de l'Islam Alevi, le poète de langue turque. Il a en tant que chah, régné sur plusieurs pays dont il a changé définitivement l'histoire mais le changement le plus important a surtout eu lieu dans son pays d'origine, le centre de son empire, l'Azerbaïdjan. On peut dire sans hésiter qu'il a forgé la nation azerbaidjanaise. Ce n'est pas un hasard si les turcs d'Azerbaidjan ont donné le surnom de "chah baba" à Chah Ismail. Sa première décision a été de transformer la langue du peuple en une langue d'état et de civilisation. C'est la preuve que Chah Ismail voulait fonder l'état azerbaidjanais. La civilisation azerbaidjanaise, sous le régne de Chah Ismail, a atteint un niveau inégalé depuis. Les Azerbaidjanais savent très bien que sans Chah Ismail il n y'aurait jamais eu de Fuzuli, de Qurbani, de Sultan Muhammed, de Sadiq Bey Afshar et ni de réecriture de Dede Qorqud. Avant d'être Chah, il était cheikh c'est-à-dire dede alevi. L'empire des Qizilbashs était alevi au début, c'est la raison pour laquelle les qizilbashs ont des des titres religieux alevi comme halife, dede, abdal etc. Chah Ismail a institutionalisé l'alevisme en lui donnant un nouvel erkan notamment en propageant le buyruk de cheikh safi, son ancêtre. Ses nefes et deyishs sont encore chanté dans les djems et autres cérémonies religieuses alevi. Divan de Khatai Le domaine dans lequel il a été le plus admiré c'est la poésie. Il signait ses poèmes sous le nom de Khatai. Khatai a renouvelé les thèmes traditionnels du lyrisme turc. Les accents très personnels sur la bravoure, sur les martyrs et les combattants de la foi lui ont value un grand renom. En plus de son « Divan », on lui doit un long poème épique « Dehname » et un mesnevi philosophique « Nasihatname ». Son succès est du à son utilisation de la langue du peuple. L'extrait suivant, tiré de l'art du saz de Jean During, montre l'impact du personnage dans la culture azerbaïdjanaise : ...Chah Ismail était aussi un excellent instrumentiste et surtout il nous a laissé de nombreux poèmes mystiques qui sont les chefs-d'œuvre de la langue turque. Son concept de nation azerbajanaise servit aussi l'art des ashiks, bardes azerbaïdjanais. Sous son régne les formes poétiques bayati, gerayli, varsaĝi, qoshma, divani, mokhamma, ainsi que les répertoire des mélodies de saz, les régle de narration des dastan et le système sémantique des récits épiques et lyriques parvinrent à leur forment parfaite. ...Dans un de ses poème, Chah Ismail évoque sa passion pour le luth : :un jour, de mon saz je n'ai pas joué :le lendemain ma voix était nouée :Il y'a quatre chose indispensables à tout homme :Le savoir et les bonnes manières, le souffle et un instrument..."

Le mécène

Chah Ismail est aussi un grand mécène. À sa cour sont réunis les plus grands miniaturistes du monde Islamique notamment Kemaleddin Behzad, Sultan Mehemmed Tabrizi, Shah Mahmud Nishaburi etc. Ces maîtres donneront naissance à l'école de Tabriz qui formera des miniaturistes talentieux notamment Mir Əli Xəttat, Mir Seyyid Ali Müsəvvir, Sadiq bey Afshar (aussi grand écrivain) et Agha Mirək Khan (aussi grand architecte). Comme Chah Ismail est un grand poète il aime s'entourer des gens de poésie notamment Süruri, Şahi, Matəmi, Tüfeyli, Qasımi et Həbibi. La civilisation azerbaïdjanaise a connu son âge d'or pendant le régne de Chah Ismail. ==
Sujets connexes
Amou-Daria   Anatolie   Aq Qoyunlu   Architecte   Artillerie   Azerbaïdjan   Azéri   Bataille   Behzad   Buyruk   Capitale   Chah   Chiisme   Civilisation   Dede   Empire   Empire ottoman   Erzincan   Euphrate   Foi   Histoire   Houlagou Khan   Iran   Islam   Ismail Ier   Langue   Lyrisme   Mèdes   Mécène   Nefes   Oldjaïtou   Ouzbeks   Pays   Perse   Peuple   Politique   Poète   Poésie   Province d'Ardabil   Qizilbash   Rashid al-Din   Religion   Safi al-Din Ardabili   Shamlu   Souverain   Séfévides   Tabriz   Tahmasp Ier   Timourides   Titre   Tribu (ethnologie)   Uzun Hasan   Victoire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^