Hiéroglyphe

Infos
Un hiéroglyphe ("h-" muet : on devrait toujours faire la liaison) est un caractère de l’écriture égyptienne. L’écriture hiéroglyphique est figurative : les caractères qui la composent représentent en effet des objets divers, - naturels ou produits par l'homme -, des plantes, des figures de dieux, d'humains et d'animaux (cf. Classification des hiéroglyphes). Les égyptologues distinguent traditionnellement les idéogrammes (ou pictogrammes), qui figur
Hiéroglyphe

Un hiéroglyphe ("h-" muet : on devrait toujours faire la liaison) est un caractère de l’écriture égyptienne. L’écriture hiéroglyphique est figurative : les caractères qui la composent représentent en effet des objets divers, - naturels ou produits par l'homme -, des plantes, des figures de dieux, d'humains et d'animaux (cf. Classification des hiéroglyphes). Les égyptologues distinguent traditionnellement les idéogrammes (ou pictogrammes), qui figurent l’élément lui-même, les phonogrammes, qui correspondent à une consonne isolée ou à une série de consonnesL'égyptien hiéroglyphique n'écrit pas les voyelles., et les déterminatifs, signes « muets » qui indiquent le champ lexical auquel appartient le mot. Apparue au début du , elle perdurera jusqu’à l’époque romaine, soit pendant plus de trois mille ans. La connaissance des hiéroglyphes se perdit avec la fermeture des lieux de culte païens par l’empereur Théodose, et il faudra la chance exceptionnelle de trouver la pierre de Rosette ainsi que le génie de Jean-François Champollion pour briser, après quatorze siècles, ce qui paraissait être « un sceau mis sur les lèvres du désert »« Les langues sacrées ont laissé lire leur vocabulaire perdu ; jusque sur les granits de Mezraïm, Champollion a déchiffré ces hiéroglyphes qui semblaient être un sceau mis sur les lèvres du désert, et qui répondait de leur éternelle discrétion … » (François-René de Chateaubriand, Les Mémoires d’Outre-Tombe, , , chap. 9).

Étymologie

Le mot hiéroglyphe dérive du mot grec / hieroglúphos, formé lui-même à partir de / hierós (« sacré ») et / glúphein (« graver »). À l'époque gréco-romaine, le mot désignait « celui qui trace les hiéroglyphes » et non les hiéroglyphes eux-mêmes, qui se disaient / tà hieroglyphiká (grámmata), c'est-à-dire « les (caractères) sacrés gravés » sur les monuments (stèles, temples et tombeaux). Ultérieurement, par un glissement de sens, le mot hiéroglyphes finit par désigner les caractères hiéroglyphiques eux-mêmes. Par extension, on qualifie souvent de hiéroglyphique une écriture utilisant le même principe logographique que l'égyptien. Ainsi, on parle du hittite hiéroglyphique. Il n'est cependant pas admis de dire des caractères chinois qu'ils sont des hiéroglyphes (ce sont des sinogrammes). Hiéroglyphes comme sinogrammes appartiennent à l’ensemble plus vaste des logogrammes (à ne pas confondre avec les logotypes, symboles propres à une entreprise, un produit).

Histoire et évolution

Dernière inscription hiéroglyphique connue, porte d'Hadrien à Philæ L'écriture hiéroglyphique est attestée dès la fin du J. Vercoutter, p. 66, à peu près à l'époque où les caractères cunéiformes apparurent en Mésopotamie. Elle fut employée pendant plus de ans : la dernière inscription connue à ce jour est datée du , et se trouve dans le temple de PhilaéLe dernier nom de souverain écrit en hiéroglyphes — il s'agit en l'occurrence de l'empereur romain Decius (249 à 251) — se trouve dans le temple d'Esna.. Dès l'Ancien EmpireE. Edel, p. 13, l’égyptien hiéroglyphique fut un système d’écriture où se mêlent idéogrammes, signes consonantiques (unilitères, bilitères, et même trilitères) et déterminatifs (voir plus bas). À partir de la , les scribes utilisaient un certain nombre de bilitères comme syllabaires (sȝ, bȝ, kȝ etc.) pour transcrire les noms sémitiques ou d’origine sémitique, mais l’écriture dite syllabique ne sortit jamais de ce domaine. Quelle que soit leur fonction, les signes sont figuratifs : ils représentent quelque chose de tangible, souvent facilement reconnaissable, même pour quelqu'un qui ignore le sens du signe. En effet, pour le dessin des hiéroglyphes, les Égyptiens s'inspirèrent de leur environnement : objets de la vie quotidienne, animaux, plantes, parties du corps. À l'époque de l'Ancien, du Moyen et du Nouvel Empire, il existait environ sept cents signes hiéroglyphiques, alors qu'à l'époque gréco-romaine, on en dénombrait plus de six mille. Les hiéroglyphes furent gravés sur pierre ou bien, dans le cas de l'écriture hiératique, tracés au calame et à l'encre sur un support moins durable. L'utilisation des hiéroglyphes gravés se limitait aux domaines où l'esthétique et/ou la valeur magique des mots avaient de l'importance : formules d'offrandes et fresques funéraires, textes religieux, inscriptions officielles. Paroi du temple de Kom Ombo L'écriture hiératique en est la forme cursive. Réservée aux documents administratifs et aux documents privés, elle avait pour support le papyrus, les ostraca (tessons de poterie ou de calcaire), le parchemin ou encore des tablettes de bois. Les égyptologues la distinguent des hiéroglyphes appelés linéaires, qui furent peints sur les sarcophages en bois et les papyrus des « Livres des morts ». Les hiéroglyphes linéaires conservent davantage l'aspect figuratif des hiéroglyphes gravés, mais furent tracés avec moins de précision que ces derniers. À partir de l'époque saïte , l'hiératique fut partiellement supplanté par une nouvelle cursive, le démotique. Il s'agit d'une simplification extrême de l'écriture hiératique, réservée aux actes administratifs et aux documents de la vie courante, d'où son nom d'écriture « populaire ». L'hiératique n'était alors plus utilisé que pour consigner des textes religieux ou sacerdotaux, conjointement avec les hiéroglyphes, d'où son nom d'écriture « sacerdotale ». À l'époque ptolémaïque, le grec s'imposa de plus en plus comme langue administrative : à partir de -146 les contrats écrits uniquement en démotique avaient perdu toute valeur légale. Le copte est le dernier stade de la langue et de l'écriture égyptiennes. Il est encore utilisé de nos jours, mais uniquement comme langue liturgique. Il s'écrit au moyen de l'alphabet grec auquel on a ajouté sept caractères démotiques pour transcrire les sons étrangers au grec. L'écriture égyptienne n'est plus utilisée actuellement pour écrire quelque langue moderne que ce soit. Cependant, il faut noter que selon certains chercheurs, c'est elle qui, via le proto-sinaïtique, aurait donné naissance à l'alphabet phénicien, lequel, à son tour, sera à l'origine des alphabets hébreu, araméen et grec, donc des caractères latins et cyrilliquesW. V. Davies, p. 129 sqq ; voir aussi J. F. Healy, p. 197 sqq..

Le système d'écriture

Les hiéroglyphes gravés sont tous, ou peu s'en faut, figuratifs : ils représentent des éléments réels ou imaginaires, parfois stylisés et simplifiés, mais parfaitement reconnaissables dans la plupart des cas. Champollion, le déchiffreur des hiéroglyphes, considéré comme le père de l'égyptologie, définit le système hiéroglyphique comme suit : C'est un système complexe, une écriture tout à la fois figurative, symbolique et phonétique, dans un même texte, une même phrase, je dirais presque dans un même motJean-François Champollion, Lettre à M. Dacier relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques, . En effet, un même caractère peut, selon le contexte, être interprété de diverses manières : comme phonogrammecaractère qui représente un son ou phonème (lecture phonétique), comme idéogramme ou comme déterminatif (lecture sémantique). Nous verrons plus loin que le déterminatif, qui ne se lit pas, facilite la lecture en « déterminant » le champ lexical auquel le mot appartient : ainsi, le déterminatif de l'« homme assis » (A 1 d'après la classification de Gardiner) accompagne les mots désignant la fonction (« vizir », « prêtre »), la profession (« artisan »), l'ethnie (« Asiatique », « Égyptien », « Libyen », « Nubien ») ou encore les liens de parenté (« père », « fils », « frère »). Note : Dans les parties qui suivent, les hiéroglyphes seront translittérés, c'est-à-dire transcrits en caractères latins. (cf. l'article sur la translittération)

Lecture phonétique

Une tête de bœuf, un serpent, une main... On lit le caractère indépendamment de son sens, selon le principe du rébus. Les phonogrammes sont formés soit d'une consonne (signes dits mono- ou unilitères), soit de deux (signes bilitères) ou de trois (signes trilitères). Les vingt-quatre signes unilitères constituent le pseudo-alphabet hiéroglyphique (voir plus bas). Il faut préciser que l'écriture hiéroglyphique s'apparente à un abjad : elle ne note pas les voyelles, à la différence du cunéiforme par exemple. C'est une écriture défective. Ainsi, le hiéroglyphe représentant un canard se lit , car telles étaient les consonnes du mot désignant cet animal. On peut cependant utiliser le signe du canard sans rapport avec le sens pour représenter les phonèmes s et ȝ à la suite (indépendamment des voyelles qui pourraient accompagner ces consonnes) et ainsi écrire des mots comme , « fils » ou, en complétant avec d'autres signes qu'on détaillera plus loin, sȝw, « garder, surveiller », sȝṯ.w, « terre ferme » :

L'« alphabet » hiéroglyphique

Le papyrus d'Ani écrit en hiéroglyphe linéaire Pour certains caractères, le principe du rébus devint celui de l'acrostiche : on ne lit plus que la première consonne du mot. Par exemple, Ce sont celles qu'on lit quand le mot désigne effectivement la bouche. Ce caractère, cependant, s'utilise dans les autres cas pour sa seule consonne initiale, le r. La pièce de tissu pliée dans la formule optative « qu'il vive, soit prospère, en bonne santé », sinon comme unilitère scf. Alan H. Gardiner, Egyptian Grammar, London, 1973, p. 507. Ainsi, on peut regrouper les vingt-quatre signes unilitères en une sorte d'« alphabet » hiéroglyphique, qui, cependant, ne fut jamais utilisé comme tel en remplacement des autres hiéroglyphes, bien que c'eût été possible : en effet, tous les mots égyptiens auraient pu être écrits au moyen de ces seuls signes, mais les Égyptiens n'ont jamais franchi le pas et simplifié leur écriture complexe en alphabet. Le pseudo-alphabet égyptien est donc composé de caractères ne notant qu'une seule consonne, bien que certains d'entre eux en désignent plusieurs quand ils sont employés comme idéogrammes. Les voici dans l'ordre conventionnel des dictionnaires et des grammaires :

Les compléments phonétiques

L'écriture égyptienne est souvent redondante : en effet, il est très fréquent qu'un mot soit suivi de plusieurs caractères notant les mêmes sons, afin de guider la lecture. Par exemple, le mot nfr, « beau, bon, parfait », peut n'être écrit qu'au moyen du trilitère Il est donc écrit nfr+f+r, mais on lit nfr. Les caractères redondants accompagnant les signes bilitères ou trilitères sont appelés « compléments phonétiques ». Ils se placent devant le signe à compléter (rarement), après (en règle générale) ou bien ils l'encadrent, servant ainsi d'aide à la lecture, d'autant que le scribe, pour des raisons de calligraphie, inversait parfois l'ordre des signes (voir plus bas) : Les compléments phonétiques permettent notamment de différencier les homophones. En effet, les signes n'ont pas toujours une lecture unique : La présence de compléments phonétiques - et du déterminatif approprié - permet de savoir quelle lecture suivre :
- st :
- ws :
- ḥtm : Enfin, il arrive parfois que des mots aient changé de prononciation par rapport à l'ancien égyptien : dans ce cas, il n'est pas rare que l'écriture adopte un compromis dans la notation, les deux lectures étant indiquées conjointement. C'est le cas notamment pour l'adjectif bnrj, « doux (i. e. d'une saveur agréable) », devenu bnj, et le verbe swri, « boire », devenu swj. On les écrit, en moyen égyptien, bnrj et swri,

Lecture sémantique

Outre une interprétation phonétique, les caractères peuvent être lus pour leur sens : on parle dans ce cas de logogrammes (ou idéogrammes) et de déterminatifs (ou sémagrammes)cf. Antonio Loprieno, Ancient Egyptian, A Linguistic Introduction, Cambridge University Press, 1995, p. 13.

Logogrammes

Un hiéroglyphe utilisé comme logogramme désigne l'objet dont il est l'image. Les logogrammes sont donc le plus souvent des noms communs ; ils sont toujours accompagnés d'un trait vertical muet indiquant leur valeur de logogramme (l'utilisation du trait vertical est détaillée plus bas) ; en théorie, tout hiéroglyphe aurait pu servir de logogramme. Les logogrammes peuvent être accompagnés de compléments phonétiques. Voici quelques exemples : Dans quelques cas, le rapport sémantique est indirect (métonymique ou métaphorique) :

Déterminatifs

Les déterminatifs ou sémagrammes se placent en fin de mot. Ce sont des caractères muets servant à indiquer le champ lexical du mot. Les cas d'homographies étant très fréquents (d'autant plus que seules les consonnes sont écrites), le recours aux déterminatifs est primordial. Si un procédé similaire existait en français, on ferait suivre les mots homographes d'un indice qu'on ne lirait pas, mais qui en préciserait le sens : « vers » et le pluriel « vers » seraient ainsi distingués. Il existe de nombreux déterminatifs : divinités, humains, parties du corps humain, animaux, plantes etc. Certains déterminatifs possèdent un sens propre et un sens figuré. Ainsi, le rouleau de papyrus, Voici quelques exemples d'utilisation des déterminatifsempruntés à l'ouvrage Je lis les hiéroglyphes de Jean Capart permettant d'en illustrer l'importance : c'est-à-dire les jeunes recrues militaires. Le mot a comme déterminatif un enfant portant la main à sa bouche. avec comme déterminatif le plan d'une maison ; Nota : connaît un duel, indiqué parfois par deux traits). Tous ces mots ont la connotation méliorative « bon, beau, parfait ». Notons qu'un dictionnaire récentRaymond O. Faulkner, A Concise Dictionary of Middle Egyptian, Griffith Institute, Oxford, 1962, reprinted 1972, 1976, 1981, 1986, 1988, 1991, 1996, 1999, indique une vingtaine de mots se lisant nfr ou formés à partir de ce mot – preuve de l'extraordinaire richesse de la langue égyptienne.

Sens de lecture

Les hiéroglyphes s'écrivent de droite à gauche, de gauche à droite ou de haut en bas, la direction usuelle étant de droite à gauche. Le lecteur, pour connaître le sens de lecture, doit considérer la direction dans laquelle sont tournés les hiéroglyphes asymétriques. Par exemple, quand les figures humaines et les animaux, facilement repérables, regardent vers la gauche, il faut lire de gauche à droite, et inversement. Les mots ne sont pas séparés par des blancs ou des signes de ponctuation. Cependant, certains caractères apparaissent surtout en fin de mot, de sorte qu'il est parfois possible de distinguer les mots par ce biais. Il est évident toutefois que seule une solide connaissance de la langue et de sa syntaxe permet de découper un texte en mots.

Le quadrat

Les hiéroglyphes ne sont cependant pas simplement alignés les uns à la suite des autres : en effet, ils se répartissent harmonieusement dans un carré virtuel (c'est-à-dire non tracé), ou quadrat (aussi écrit cadrat), à la manière des sinogrammes. À la différence des sinogrammes, cependant, tout caractère ne remplit pas entièrement le quadrat. Dans un texte écrit de gauche à droite, les quadrats s'enchaînent évidemment de gauche à droite ; les signes qui les occupent se lisent de gauche à droite puis de haut en bas ou bien de haut en bas puis de gauche à droite. Si le texte est disposé en colonnes verticales, les quadrats sont empilés les uns sur les autres, mais il n'empêche que le sens de lecture est le même que pour un texte disposé en lignes horizontales.

Particularités calligraphiques et contraintes

Il existe plusieurs particularités calligraphiques, dont voici les principales :
- les caractères se répartissent en quadrats (voir plus haut) ;
- pour éviter qu'un quadrat ne soit incomplet, on inverse parfois des signes afin de rendre l'ensemble plus compact. De même, dans un souci d'esthétique, on choisit avec soin les compléments phonétiques, quoiqu'il y ait redondance ;
- on inverse parfois les hiéroglyphes d'oiseaux tenant en un quadrat et les signes d'un quart de quadrat (le p par exemple); dans ce cas, le petit caractère précède et occupe le creux du quadrat ;
- on peut omettre des signes, surtout ceux notant les phonèmes ȝ et j ;
- les signes désignant les dieux sont placés en tête d'énoncé, de syntagme ou de mot composé, par antéposition honorifique (inversion respectueuse). Cependant, même si les hiéroglyphes sont inversés, la lecture et la translittération n'en tiennent évidemment pas compte.

Signes annexes

Trait de remplacement

Un caractère parfois jugé offensant : « mettre au monde » Les caractères offensants, funestes, tabous, rares ou complexes peuvent être remplacés par un trait oblique :

Cartouche

On place dans un cartouche les noms de dieux (exceptionnellement) et les deux derniers noms (Roi de Haute et Basse-Égypte et Fils de Rê) de la titulature royale (toujours) :

Trait de remplissage

On fait usage du trait de remplissage pour terminer un quadrat qui serait, sinon, incomplet.

Signes agglutinés

Il existe des signes qui sont la contraction de plusieurs autres. Ces signes ont cependant une existence propre et fonctionnent comme nouveaux signes : par exemple un avant-bras dont la main tient un sceptre sert de déterminatif aux mots signifiant « diriger, conduire » et à leurs dérivés.

Redoublement

Le redoublement d'un signe indique son duel, le triplement son pluriel.

Signes non-figuratifs

Il s'agit :
- du trait vertical indiquant qu'il s'agit d'un idéogramme ;
- des deux traits obliques du duel et des trois traits verticaux du pluriel ;
-

L'orthographe

La notion d'une orthographe « correcte » de l'égyptien hiéroglyphique ne se pose pas dans les mêmes termes que pour les langues modernes. En effet, pour presque chaque mot, il existe une ou plusieurs variantes. Par conséquent, on peut se demander si la notion de correction orthographique n'était pas étrangère à la langue égyptienne. En effet, on y trouve :
- des redondances ;
- des omissions de graphèmes, dont on ignore si elles sont intentionnelles ou non ;
- des substitutions d'un graphème à un autre, de sorte qu'il est impossible de distinguer une « faute » d'une orthographe « alternative » ;
- des erreurs et des omissions dans le tracé des signes, d'autant plus problématiques quand l'écriture est cursive : écriture hiératique mais surtout démotique où la schématisation des signes est extrême.

Notes

Bibliographie

- Sur l'étymologie, l'histoire et l'évolution :
- ;
- ;
- ;
- ;
- ;
- ;
- ;
- ;
- .
- Sur l’écriture « syllabique » :
- ;
- ;
- .
- Sur le système d’écriture :
- ;
- .
- Sur la valeur phonétique des signes « alphabétiques » :
- .

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abjad   Alan Henderson Gardiner   Amon-Rê   Aton   Bernard Mathieu     Cartouche (hiéroglyphe)   Champ lexical   Classification des hiéroglyphes   Cléopâtre   Copte   Cunéiforme   Decius   Démotique   Dénotation et connotation   EE   Esna   Exemples de hiéroglyphes   Formule d'offrande   François-René de Chateaubriand   Grammaire d'égyptien hiéroglyphique   Graphème   Grec ancien   Gustave Lefebvre   Hiéroglyphe hittite   Hiéroglyphe linéaire   Homographie   Homophonie (linguistique)   ISO 15924   Idéogramme   Isis   Jaroslav Cerny   Jean-François Champollion   Jean Vercoutter   Khépri   Lettre à M. Dacier   Lexique d'égyptien hiéroglyphique   Livre des morts   Logogramme   Logotype   Mot composé   Mésopotamie   Métaphore   Métonymie   Nom de Nesout-bity   Nom de Sa-Rê   Nombre grammatical   Osiris   Papyrus d'Ani   Philaé   Phonème   Pictogramme   Pierre Grandet   Pierre de Rosette   Presses universitaires de France   Sarcophage   Scribe dans l'Égypte antique   SignWriting   Sinogramme   Syllabaire   Syntagme   Sémites   Tabou   Théodose   Titulature des pharaons   Tracé des hiéroglyphes   Transcription des hiéroglyphes   Translittération des hiéroglyphes   Vizir dans l'Égypte antique   Voyelle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^