Hasard

Infos
:"De choses répandues au hasard, le plus bel ordre, l'ordre-du-monde." Héraclite d'Éphèse (vers -500) Les jeux de dés sont des jeux de hasard Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque apparent, sinon de causes, au moins de connaissance des causes d'un événement. On parle de hasard :
- quand on se retrouve dans une situation imprévue ( "On s'est rencontré par hasard" ). Lorsqu'on décrira un événement grave non pr
Hasard

:"De choses répandues au hasard, le plus bel ordre, l'ordre-du-monde." Héraclite d'Éphèse (vers -500) Les jeux de dés sont des jeux de hasard Dans le langage ordinaire, le mot hasard est utilisé pour exprimer un manque apparent, sinon de causes, au moins de connaissance des causes d'un événement. On parle de hasard :
- quand on se retrouve dans une situation imprévue ( "On s'est rencontré par hasard" ). Lorsqu'on décrira un événement grave non prévisible dans le temps uniquement, on parlera de fatalité.( Cela devait arriver un jour )
- quand on ne sait pas ce qui va se passer ( "C'est le hasard qui décidera !" )
- quand on ne souhaite pas entrer dans le détail des causalités. Deux incertitudes sont connotées par le terme : incertitude sur les causes (si causes il y a), et sur les conséquences (si conséquences il y a). Le hasard est, depuis la plus haute antiquité, exprimé différemment lorsqu'il consiste en une expérience spirituelle subjective. On parle alors de providence, de destin, de congruence, de synchronicité, de fatalité, etc. Par contre, il y a une évolution dans la compréhension du hasard. Beaucoup d'événements qui auraient été considérés comme un "hasard" il y a plusieurs siècles ne le sont plus actuellement, car les découvertes socio-culturelles, scientifiques ou psychologiques expliquent ces événements, qui deviennent dès lors "normaux" ou tout au moins "logiques" ou "attendus". Un des lieux les plus connus du hasard (et ce, depuis l'Antiquité), même s'il est régi par des lois statistiques bien définies, est le monde des jeux et, spécialement, des jeux d'argent. Dans une perspective déterministe, la notion de hasard est uniquement liée à l'incapacité à appréhender complètement certains phénomènes dans leur complexité naturelle et donc à les prévoir infailliblement. Cette impossibilité de prévoir et de contrôler constitue un péril potentiel : voir étymologie.

Étymologie

Hasard est un mot qui vient de l'arabe oriental az-zahr, qui désigna jusqu'au XIIe siècle un jeu de dés, mais aussi par métaphore tous les domaines relevant de "la science de la Chance" (Averroès). Le mot se charge de nouvelles significations, et notamment de celle de danger. Déjà perceptible dans le mot hasardeux, ce nouveau sens est devenu le noyau sémantique de l'anglais hazard.

Le hasard en sciences

Si on tient compte du point de vue déterministe des sciences, tout phénomène a nécessairement une cause. Donc, on ne peut qualifier de hasardeux que les systèmes dynamiques dont le niveau de complexité est tel que l'esprit humain ne peut en déterminer le devenir (exemple: le mouvement, ou la sortie, des boules du Loto). On peut dire que le hasard s'applique aux systèmes obéissant à la théorie du chaos.

Le hasard dans différents domaines scientifiques

;Les sciences exactes sont celles qui cherchent à réduire le plus l'effet de hasard :
-En statistique, on parle de variables aléatoires, c'est-à-dire de distributions de probabilité.
-En informatique, le terme hasard peut paraître assez incongru, mais lorsque l'on parle de hasard, on veut surtout parler de génération de nombres pseudo-aléatoires : la logique qui les sous-tend est supposée suffisamment éloignée du problème où on les injecte pour ne pas se distinguer d'une suite réellement aléatoire.
-En mathématiques, les décimales de pi n'ont rien d'aléatoire, mais la distribution des chiffres ou des groupes consécutifs de N chiffres de ses décimales ont cependant les caractéristiques d'un phénomène aléatoire. ;Les systèmes chaotiques et hasardeux régissent un grand nombre de phénomènes naturels : L'apparition de l'espèce humaine est-elle due au hasard?
-En physique, des phénomènes sont représentés comme des aléas. C'est le cas, par exemple, en mécanique quantique ou en théorie cinétique des gaz.
-En biologie, les lois de l'hérédité suivent les lois du hasard ( Ce sera un garçon ou une fille? ). L'évolution du monde vivant se fait en partie au hasard, on parle de contingence de l'évolution.
-En médecine, certaines maladies multifactorielles (cancer...) ne sont pas prévisibles. ;Les sciences humaines et sociales comportent une forte part de hasard :
-En économie, le manque de prévisions fiables montre que cela dépend du hasard.
-En sociologie, les sondages se font sur des personnes tirées au hasard.

Comment vaincre le hasard?

-Comprendre les phénomènes pour les prévoir,
- par une méthode scientifique et expérimentale.
- par une méthode empirique( "D'expérience , je sais que cela va se passer comme cela" )
-Plus on considère un grand nombre d'événements ou des échantillons importants, plus on réduit l'effet de hasard (si je tire 1 million de fois à pile ou face, je peux prévoir à peu près le résultat)

Tentative de définition

Au , Cournot dé­finissait le hasard, dans une proposition devenue célèbre, comme la “rencontre de deux séries causales indépendantes”. Les événements en eux-mêmes sont supposés tout à fait déterminés quant à leur cause et à leur effet ; c’est de leur rencontre imprévisible, de l’intrusion d’une nou­velle causalité indépendante dans le déroulement d’un processus que naît le hasard. Par exemples :
-Si la pluie a fait des dégâts au toit d'une maison, et que de fil en aiguille, de cause à effet, une tuile vient à s'en détacher, on se trouve dans une « série causale ».
-S’il se met à faire beau (après la pluie, le beau temps), et que je décide de partir me promener, on se trouve dans une autre série, une autre « histoire ».
-Si je prends la tuile sur le coin de la tête, c'est que le hasard a fait se rencontrer deux processus qui tout d'un coup concordent et dans le temps et dans l'espace.

Mesure du hasard

Scientifiquement, l’acquisition des possibilités de traite­ment des grands nombres a permis d’étudier les conditions de l’appa­rition et du développement des formes de hasard :
- la théorie des probabilités que Blaise Pascal a largement contribuée à fonder
- la remise en cause de l'espérance mathématique comme critère universel d'utilité par Émile Borel en 1928 ;
- la mathématisation de la contingence par Andreï Kolmogorov en 1931 (équations forward et backward) ;
- l'usage des probabilités dans les questions de stratégie militaire ou économique par la théorie des jeux de John von Neumann et Oskar Morgenstern en 1944 (stratégies mixtes) ;
- la mathématisation du hasard de l'observation dans les phénomènes quantiques (relations d’incertitude de Heisenberg). On y trouve un écho de la philosophie pré-socratique selon laquelle Tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité. Le hasard du mouvement et de la rencontre des atomes les uns avec les autres, déjà exposé chez Démocrite, sera revisité par la mécanique quantique, pour laquelle le hasard ne peut se définir que là où il y a un observateur (les fonctions d'onde sont en effet parfaitement déterminées ; seule leur réalisation est aléatoire).
-Il importe de ne pas confondre le chaos et le hasard : le comportement erratique de systèmes résulte d’un enchevêtrement de séries causales engendrant des conflits d’actions, qui semblent indépendantes car trop complexes pour être analysées. Le hasard, lui, exprime simplement une absence d'information, que celle-ci puisse exister ou non. Néanmoins, les systèmes chaotiques sont couramment utilisés dans les générateurs de hasard.
-La complexité n’intervient pas non plus en tant que telle : on peut créer nombre de modèles extrême­ment simples, et qui obéissent pourtant à un processus imprévisible, ou dont le comportement paraît déconcertant (voir Fourmi de Langton). Une fonction d’émergence se manifeste souvent dans les systèmes complexes observés, et a suggéré la notion d'auto-organisation. Le hasard peut souvent être transcrit en lois probabi­listes. Probabilités et statistiques permettent une plus fine observation du monde et donc des projections plus rigoureuses dans l’avenir.

Utilité et utilisation du hasard

On utilise le hasard afin de simplifier les analyses, mais pas seulement : de nombreux phénomènes réels étant imprévisibles, on a besoin de savoir utiliser le hasard si on veut les copier ; c'est notamment le cas pour les simulations. Les théories des jeux prennent en compte le hasard. Celle des jeux économiques, de John von Neumann et d'Oskar Morgenstern, montre que les stratégies optimales pour contrer un adversaire sont parfois des stratégies mixtes : il est difficile de prévoir vos mouvements si vous les tirez au hasard, mais encore faut-il effectuer ce tirage d'une façon optimale pour vous et le moins favorable possible pour votre adversaire. Voir Point selle. La compréhension et la maîtrise des jeux de hasard nécessitent bien entendu quant à elles une bonne modélisation du hasard. Les méthodes de calculs numériques basées sur le hasard sont nommées "méthodes de Monte-Carlo".

Méthodes de Monte-Carlo

:Article détaillé : méthode de Monte-Carlo Ces méthodes utilisent des nombres aléatoires pour simuler des situations, calculer des intégrales ou résoudre des équations aux dérivées partielles. Les méthodes de Monte-Carlo sont particulièrement utilisées en physique, où l'on calcule des algorithmes qui permettent ensuite d'analyser des résultats d'expériences.

Génération de hasard

Puisqu'on utilise le hasard, il serait plus pratique de pouvoir directement le produire, ceci à des fins d'efficacité. Pour cela, on peut par exemple utiliser :
- des phénomènes imprévisibles : dés, roulette, loto ;
- des opérations mathématiques imprévisibles à l'intérieur d'algorithmes : division euclidienne, congruence, carré ;
- des processus physiques : radioactivité, lame semi-réfléchissante... Toutes ces méthodes ne génèrent qu'un pseudo-hasard, presque indéterminable, ou seulement partiellement indéterminable.

Citations

-, Théophile Gautier
-, Théophile Gautier
-, Albert Einstein
-, Hector Berlioz
-, Bossuet
-, Honoré de Balzac
-, Honoré de Balzac
-, Honoré de Balzac
-, René Barjavel
-, René Barjavel
-, Charles Baudelaire
-, Jean Baudrillard
-, Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais
-, Georges Bernanos
-, Georges Bernanos
-, Joseph Bertrand
-, Léon Bloy
-, Émile Borel
-, Jean-Louis Bory
-, André Breton
-, Albert Camus
-, Alfred Capus
-, Alexis Carrel
-, Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort
-, Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat
-, Confucius
-, René Daumal
-, Albert Einstein
-, Ostad Elahi
-, Paul Éluard
-, Friedrich Engels
-, Max Ernst
-, Euripide

Voir également

-Aléa
-théorie du chaos
-probabilité
-Inférence bayésienne
-théorie des jeux
-risque
-incertitude
-indéterminisme
-variable aléatoire
-Effet papillon

Lectures

-
- Hasard et Chaos, David Ruelle Catégorie:Hasard et aléatoire ar:عشوائية ca:Atzar cs:Náhoda da:Tilfældighed de:Zufall en:Randomness eo:Hazardo es:Azar io:Hazardo ja:ランダム la:fors nl:Toeval ru:Случайное событие simple:Random sv:Slump tr:Rastlantısal
Sujets connexes
Albert Camus   Albert Einstein   Alexis Carrel   Alfred Capus   Aléa   Andreï Kolmogorov   André Breton   Auto-organisation   Averroès   Biologie   Blaise Pascal   Charles Baudelaire   Complexité   Confucius   Contingence     Dénotation et connotation   Déterminisme   Effet papillon   Esprit   Espérance mathématique   Euripide   Expérience   Expérience scientifique   Fatalité   Fourmi de Langton   Friedrich Engels   Georges Bernanos   Hector Berlioz   Honoré de Balzac   Héraclite d'Éphèse   Incertitude   Indéterminisme   Information   Informatique   Inférence bayésienne   Jacques-Bénigne Bossuet   Jean-Louis Bory   Jean Baudrillard   Jeu de dés   Jeu de hasard   John von Neumann   Joseph Bertrand   Langage   Loto   Léon Bloy   Mathématiques   Max Ernst   Modèle mathématique   Mots français d'origine arabe   Mécanique quantique   Médecine   Métaphore   Méthode de Monte-Carlo   Méthode scientifique   Nicolas de Condorcet   Observation   Oskar Morgenstern   Paul Éluard   Physique   Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais   Point critique (mathématiques)   Probabilité   Providence   Prévision   René Barjavel   René Daumal   Risque   Science   Sciences économiques   Sociologie   Statistique   Statistiques   Stratégie mixte   Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort   Théophile Gautier   Théorie cinétique des gaz   Théorie des jeux   Théorie des probabilités   Théorie du chaos   Utilité   Variable aléatoire   Werner Heisenberg   XIIe siècle  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^