Robert Jospin

Infos
Robert Jospin est un militant et un homme politique français, né le 9 juin 1899, à Saint-Quentin dans l'Aisne et décédé le 9 mai 1990. Il est le père de Lionel Jospin, ancien Premier ministre français et de Noëlle Châtelet, écrivain.
Robert Jospin

Robert Jospin est un militant et un homme politique français, né le 9 juin 1899, à Saint-Quentin dans l'Aisne et décédé le 9 mai 1990. Il est le père de Lionel Jospin, ancien Premier ministre français et de Noëlle Châtelet, écrivain.

Origine

Tenté un temps par le pastorat protestant, il a préféré l'enseignement. Il n'a pas achevé ses études à la faculté théologique protestante de Paris, mais il est devenu, avant la guerre, le secrétaire général adjoint des Unions chrétiennes de jeunes gens, une organisation de jeunesse protestante. De sa rencontre avec Victor Méric et Roger Monclin dans les années 1920, naîtra sa collaboration à la presse libertaire: « La Patrie Humaine » « Le Réfractaire » « Le Libertaire » etc.

Pacifisme

Quatre ans après le congrès de Tours, en 1924, cet anti-communiste viscéral a aussi adhéré à la SFIO. Une SFIO où, après avoir débuté dans le courant le plus à gauche, il se rapproche du courant pacifiste des « Paul-Fauristes ». Dans les années 1930, il devient un des dirigeants de la « Ligue des combattants de la paix », la plus intégriste des organisations pacifistes. Elle n'a qu'un mot d'ordre : « Non à toutes les guerres ». Il est candidat aux législatives dans l’Indre en 1936. En 1939, il devient à 40 ans, secrétaire général de la Ligue des combattants de la paix, il multiplie les articles dans La patrie humaine, qui déclare « la guerre à la guerre ».

Parcours pendant la Seconde Guerre mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Robert Jospin réside en zone occupée. Il est dans l'étroite mouvance de la « Ligue de la pensée française », une organisation néopacifiste présidée par René Chateau, qui fonctionne avec l'autorisation des services allemands. Cette « ligue » ne défend pas une idéologie fasciste, mais avec la participation de dirigeants du « Rassemblement national populaire » de Marcel Déat, elle soutient sans trop d'ambiguïté la politique de Pierre Laval, qui a toujours pris soin de se ménager quelques appuis parmi les anciens socialistes pacifistes dans ses combats contre l'amiral Darlan et contre l'entourage maurrassien du Maréchal Pétain. En 1942, il subit une courte arrestation pour avoir aidé des résistants. En avril 1944, les stratèges de l'ambassade d'Allemagne à Paris décident de lancer une nouvelle publication, Germinal, destinée à fédérer certains « collaborateurs de gauche ». Financé par le trust allemand Hibberlen, qui édite déjà La France au travail, L'Œuvre , et les Nouveaux Temps. Le premier numéro de Germinal apparaît dans les kiosques le 28 avril 1944. Sous son titre, ce bandeau : « Hebdomadaire de la pensée socialiste française ». Tous les rédacteurs sollicités ou presque sont des enseignants et d'anciens membres de la SFIO passés par le pacifisme. Parmi eux : Robert Jospin, Claude Jamet, ancien secrétaire fédéral de la SFIO et ancien professeur, Paul Rives, député socialiste de l'Allier (1932-1942), et le plus connu, Ludovic Zoretti, universitaire, ancien responsable de la CGT et de la SFIO, où il fut l'adversaire acharné de Léon Blum, « le belliciste ». Germinal ne comptera que quinze numéros. Très vite, Robert Jospin s'en éloigne en expliquant dans une lettre à son rédacteur en chef Claude Jamet : « J'ai essayé tout ce dimanche de travailler au papier dont nous avions parlé. Je n'ai pas pu. Je ne crois pas la chose convenable, compte tenu de ce qu'ont été nos erreurs et peut-être nos crimes ». À Meudon, où réside sa famille, le 27 mai 1944, Robert Jospin accepte d'être nommé conseiller municipal par le préfet lavaliste de Seine-et-Oise. Il ne participera qu'à deux réunions de l'équipe municipale, à l'ordre du jour parfaitement anodin, les 29 juin et 12 août. Le 24 août, Meudon est libérée par les FFI, et le maire et ses conseillers sont « épurés » et remplacés par des résistants du comité local de libération.

Après la guerre

Quelques semaines après la Libération, les nouveaux dirigeants de la SFIO décident de l'exclusion de Robert Jospin. Il devra attendre dix ans pour avoir le droit d'y militer à nouveau. Il rejoint alors logiquement le Parti socialiste démocratique de Paul Faure, structure d'accueil des socialistes épurés. La guerre du moment est alors celle d'Algérie, et, cette fois, Robert Jospin, en opposition avec son fils Lionel, soutient la politique de Guy Mollet. Entre-temps, Robert Jospin a renoué avec les milieux pacifistes et il participe, en 1951, à la fondation d'une revue, La Voix de la paix, laquelle accueille et soutient, plusieurs années durant, l'ancien déporté Paul Rassinier, futur père du négationnisme français. Sa carrière d'enseignant a évolué : il dirige désormais, à la Ferté-sous-Jouarre, une école spécialisée qui s'occupe de la jeunesse délinquante, jusqu'à sa retraite en 1966. En 1965, Robert Jospin, qui n'a jamais renoncé à son idéal pacifiste ni à son anticommunisme, démissionne de la SFIO, après en avoir été un des secrétaires fédéraux, en Seine-et-Marne, quand Guy Mollet est contraint d'appeler à voter François Mitterrand, soutenu par le Parti communiste français. Il rejoindra « l'Union Pacifiste ». Il devient membre du Parti social-démocrate, qui fusionnera en janvier 1985 avec le Parti socialiste démocrate, qui s'intégrera dans l'Union pour la démocratie française (UDF) de Valéry Giscard d'Estaing. Robert Jospin a épousé en 1 noce Marie-louise Massat dont il a eu 3 enfants dont Maurice dit Mowgli Jospin ( journaliste scientifique sous le nom de Pierre Barrault et Tromboniste qui a enregisté avec Claude Luter et Sydney Bechet en 1949/50) Robert Jospin a épousé en seconde noce Mireille Dandieu. dont il a eu 4 enfants : Olivier Jospin, Agnès Jospin, Lionel Jospin, Noëlle Châtelet (née Noëlle Jospin, épouse de François Châtelet). Bernard Baissat a réalisé un film-portrait de 80 minutes sur Robert Jospin, en 1989 Jospin, Robert Jospin, Robert Jospin, Robert Jospin, Robert Jospin, Robert Jospin
Sujets connexes
Aisne (département)   Anticommunisme   Charles Maurras   Claude Jamet   Confédération générale du travail   Congrès de Tours   Forces françaises de l'intérieur   François Darlan   François Mitterrand   Guy Mollet   La Ferté-sous-Jouarre   La France au travail   Libération (histoire)   Ligue de la pensée française   Lionel Jospin   Ludovic Zoretti   Léon Blum   Marcel Déat   Meudon   Mireille Jospin   Noëlle Châtelet   Parti communiste français   Parti social-démocrate (France)   Parti socialiste démocratique (France)   Paul Faure   Paul Rassinier   Paul Rives   Philippe Pétain   Pierre Laval   Rassemblement national populaire   Roger Monclin   Saint-Quentin   Seconde Guerre mondiale   Section française de l'Internationale ouvrière   Seine-et-Oise   Union pour la démocratie française   Valéry Giscard d'Estaing   Zone occupée  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^