Physique quantique

Infos
Max Planck est considéré comme le père de la physique quantique. La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques nées au . Cette dénomination s'oppose à celle de physique classique, cette dernière ayant échoué dans la description de l'infiniment petit — atomes, particules — et dans celle de certaines propriétés du rayonnement électromagnétique. La physique quantique comprend :
- l'ancienne théorie des quanta ;
Physique quantique

Max Planck est considéré comme le père de la physique quantique. La physique quantique est l'appellation générale d'un ensemble de théories physiques nées au . Cette dénomination s'oppose à celle de physique classique, cette dernière ayant échoué dans la description de l'infiniment petit — atomes, particules — et dans celle de certaines propriétés du rayonnement électromagnétique. La physique quantique comprend :
- l'ancienne théorie des quanta ;
- les postulats de la mécanique quantique ;
- la mécanique quantique non relativiste ;
- la physique des particules (dont la formulation repose sur la théorie quantique des champs) ;
- la physique de la matière condensée ;
- la physique statistique quantique ;
- la chimie quantique ;
- les théories candidates à une description de la gravité quantique.

Histoire

Corps noir et catastrophe ultraviolette

D’après les théories classiques de la physique, un corps noir à l'équilibre thermodynamique est censé rayonner un flux infini. Plus précisément, l'énergie rayonnée par bande de longueur d'onde doit tendre vers l'infini quand la longueur d'onde tend vers zéro, dans l'ultraviolet pour les physiciens de l'époque, puisque ni les rayons X ni les rayons gamma n'étaient alors connus. C’est la catastrophe ultraviolette.

Introduction des quanta en physique

Elle remonte aux travaux effectués en 1900 par Planck sur le rayonnement du corps noir à l’équilibre thermique. Une cavité chauffée émet un rayonnement électromagnétique (lumière) aussitôt absorbé par les parois. Pour rendre compte du spectre lumineux par le calcul théorique des échanges d’énergie d’émission et d’absorption (dE), Planck dut faire l’hypothèse que ces échanges sont discontinus et proportionnels aux fréquences (ν) du rayonnement lumineux : dE=nhν.
-n est un nombre entier
-h est le quantum d’action qui apparut bientôt comme l’une des constantes fondamentales de la nature (constante de Planck)
-v est la fréquence de la lumière

Quantification du rayonnement et des atomes

En 1905, à la suite d’un raisonnement thermodynamique dans lequel il donnait aux probabilités un sens physique (celui de fréquences d’états pour un système), Einstein fut amené à considérer que ce ne sont pas seulement les échanges d’énergie qui sont discontinus, mais l’énergie du rayonnement lumineux elle-même. Il montra que cette énergie est proportionnelle à la fréquence de l’onde lumineuse : E=hν. Cela donnait immédiatement l’explication de l’effet photoélectrique observé 20 ans auparavant par Hertz.

Effet photoélectrique

L’énergie E=hν apportée par le quantum de lumière à l’électron lié dans un atome permet à celui-ci de se libérer si cette énergie est supérieure ou égale à l’énergie de liaison de l’électron W. Cet effet de seuil était inexplicable dans la conception continue de l’énergie lumineuse de la théorie électromagnétique classique.

Limites de la théorie électromagnétique classique

Einstein s’aperçut alors que cette propriété du rayonnement était en opposition de manière irréductible avec la théorie électromagnétique classique (élaborée par Maxwell). Dès 1906, il annonça que cette théorie devrait être modifiée dans le domaine atomique. La manière dont cette modification devrait être obtenue n’était pas évidente puisque la physique théorique reposait sur l’utilisation d’équations différentielles, dites équations de Maxwell, correspondant à des grandeurs à variation continue.

L’hypothèse quantique

Bien qu’en raison de sa puissance, peu de physiciens étaient enclins à imaginer que la théorie électromagnétique classique pouvait être invalidée, Einstein s’efforça alors de mettre en évidence d’autres aspects des phénomènes atomiques et du rayonnement qui rompaient avec la description classique. Il étendit ainsi l’hypothèse quantique, par-delà les propriétés du rayonnement, à l’énergie des atomes, par ses travaux sur les chaleurs spécifiques aux basses températures. Il retrouvait l’annulation des chaleurs spécifiques des corps au zéro absolu, phénomène observé mais inexplicable par la théorie classique. D’autres physiciens (P. Ehrenfest, W. Nernst, H.-A. Lorentz, H. Poincaré) le rejoignirent peu à peu pour conclure au caractère inéluctable de l’hypothèse quantique que Planck lui-même hésitait à admettre. Elle n’était cependant encore acceptée généralement que pour les échanges d’énergie.

Panorama général

La physique quantique a apporté une révolution conceptuelle ayant des répercussions jusqu'en philosophie (remise en cause du déterminisme) et en littérature (science-fiction). Elle a permis nombre d'applications technologiques : énergie nucléaire, imagerie médicale par résonance magnétique nucléaire, diode, transistor, microscope électronique et laser. Un siècle après sa conception, elle est abondamment utilisée dans la recherche en chimie théorique (chimie quantique), en physique (mécanique quantique, théorie quantique des champs, physique de la matière condensée, physique nucléaire, physique des particules, astrophysique), en mathématiques (formalisation de la théorie des champs) et, récemment, en informatique (ordinateur quantique). Elle est considérée avec la relativité générale d'Einstein comme l'une des deux théories majeures du . La physique quantique est connue pour être contre-intuitive, choquer le « sens commun » et nécessiter un formalisme mathématique ardu. Feynman, l'un des plus grand théoriciens spécialistes de la physique quantique de la seconde moitié du , a ainsi écrit : La raison principale de ces difficultés est que le monde de l'infiniment petit se comporte très différemment de l'environnement macroscopique auquel nous sommes habitués. Quelques différences fondamentales qui séparent ces deux mondes sont par exemples :
- la quantification : Un certain nombre d'observables, par exemple l'énergie émise par un atome lors d'une transition entre états excités, sont quantifiés, c'est-à-dire qu'ils ne peuvent prendre leur valeur que dans un ensemble discret de résultats. A contrario, la mécanique classique prédit le plus souvent que ces observables peuvent prendre continûment n'importe quelle valeur.
- la dualité onde-particule : La notion d'onde et de particule qui sont séparées en mécanique classique deviennent deux facettes d'un même phénomène, décrit de manière mathématique par sa fonction d'onde. En particulier, l'expérience prouve que la lumière peut se comporter comme des particules (photons, mis en évidence par l'effet photoélectrique) ou comme une onde (rayonnement produisant des interférences) selon le contexte expérimental, les électrons et autres particules pouvant également se comporter de manière ondulatoire.
- le principe d'incertitude de Heisenberg : Une incertitude fondamentale empêche la mesure exacte simultanée de deux grandeurs conjuguées. Il est notamment impossible d'obtenir une grande précision sur la mesure de la vitesse d'une particule sans obtenir une précision médiocre sur sa position, et vice versa. Cette incertitude est structurelle et ne dépend pas du soin que l'expérimentateur prend à ne pas « déranger » le système ; elle constitue une limite à la précision de tout instrument de mesure.
- le principe d'une nature qui joue aux dés : Si l'évolution d'un système est bel et bien déterministe (par ex., la fonction d'onde régie par l'équation de Schrödinger), la mesure d'une observable d'un système dans un état donné connu peut donner aléatoirement une valeur prise dans un ensemble de résultats possibles.
- l'observation influe sur le système observé : Au cours de la mesure d'une observable, un système quantique voit son état modifié. Ce phénomène, appelé réduction du paquet d'onde, est inhérent à la mesure et ne dépend pas du soin que l'expérimentateur prend à ne pas « déranger » le système.
- la non-localité ou intrication : Des systèmes peuvent être intriqués de sorte qu'une interaction en un endroit du système a une répercussion immédiate en d'autres endroits. Ce phénomène contredit en apparence la relativité restreinte pour laquelle il existe une vitesse limite à la propagation de toute information, la vitesse de la lumière ; toutefois, la non-localité ne permet pas de transférer de l'information.
- la contrafactualité : Des évènements qui auraient pu se produire, mais qui ne se sont pas produits, influent sur les résultats de l'expérience.

Débats épistémologiques

Liste complète des articles

:Catégorie:Physique quantique

Références

Ouvrages de vulgarisation

- Sciences et avenir n°662
- Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod, Le Cantique des quantiques, Collection Essais, Editions La Découverte (2004). ISBN 2-7071-4356-1
-Bruce Colin, Les Lapins de Monsieur Schrodinger ou comment de multiplient les univers quantiques Edition Le Pommier
- Serge Haroche, Physique quantique, Leçon inaugurale au Collège de France, coédition Collège de France/Fayard (2004).
- Etienne Klein, Petit Voyage dans le monde des quanta, Collection Champs 557, Flammarion (2004). ISBN 2-08-080063-9
- Banesh Hoffman et Michel Paty, L'Étrange histoire des quanta, Collection Points-Sciences 26, Le Seuil (1981). ISBN 2-02-005417-5
- Stéphane Deligeorges (ed), Le Monde quantique, Collection Points-Sciences 46, Le Seuil (1984). ISBN 2-02-008908-4
- Emile Noël (ed), La Matière aujourd'hui, Collection Points-Sciences 24, Le Seuil (1981). ISBN 2-02-005739-5
- La physique quantique. Cycle de 3 conférences d'Etienne Klein .
-
-
-
- Thierry Masson, , texte paru dans les Cahiers rationalistes, numéro 569 et 570. (2004)

Développement historique des concepts

- Jagdish Mehra & Helmut Rechenberg, The Historical Development of Quantum Theory, Springer-Verlag (1982-2002), ISBN 0-387-95262-4. Coffret de 6 volumes, 9 livres, 5889 pages (!) Livres disponibles séparéments :
- Vol. 1 : The Quantum Theory of Planck, Einstein, Bohr & Sommerfeld: It's Foundations & the Rise of Its Difficulties (1900-1925), Part 1 : ISBN ??.
- Vol. 1 : The Quantum Theory of Planck, Einstein, Bohr & Sommerfeld: It's Foundations & the Rise of Its Difficulties (1900-1925), Part 2 : ISBN 0-387-95175-X.
- Vol. 2 : The Discovery of Quantum Mechanics, ISBN 0-387-95176-8.
- Vol. 3 : The Formulation of Matrix Mechanics & It's Modifications. 1925-1926, ISBN 0-387-95177-6.
- Vol. 4, Part 1 : The Fundamentals Equations of Quantum Mechanics (1925-1926) et Part 2 : The Reception of the New Quantum Mechanics, ISBN 0-387-95178-4.
- Vol. 5 : Erwin Schrödinger and the Rise of Wave Mechanics, Part 1 : Schrödinger in Vienna and Zurich (1887-1925), ISBN ??
- Vol. 5 :
Erwin Schrödinger & the Rise of Wave Mechanics'', Part 2 : The Creation of Wave Mechanics: Early Reponses & Applications (1925-1926), ISBN 0-387-95180-6.
- Vol. 6 : The Completion of Quantum Mechanics (1926-1941), Part 1 : The Probability Interpretation & the Statistical Transformation Theory, the Physical Interpretation and the Empirical & Mathematical Foundations of Quantum Mechanics (1926-1932), ISBN 0-387-95181-4
- Vol. 6 : The Completion of Quantum Mechanics (1926-1941), Part 2 : The Conceptuel Completion & the Extensions of Quantum Mechanics (1932-1941) - Epilogue : Aspects of the Further Development of Quantum Theory (1942-1999), ISBN 0-387-95182-2.

Divers

- R. Gilmore, Alice au pays des quanta, Le Pommier-Fayard (2000).
- Sven Ortoli et J.-M. Pelhate, Aventure quantique, Belin, 1993
- Martin Gardner, L'Univers ambidextre, Seuil, 1995
- Brian Greene, L'Univers élégant (supercordes et théorie M), Robert Laffont, 2000
- P. Davies, La nouvelle physique, Sciences Flammarion, 1993
- Murray Gell-Mann, Le Quark et le jaguar. Voyage au cœur du simple et du complexe, Albin Michel Sciences, 1995
- J.-P. Pharabod et B. Pire, Le rêve des physiciens, Odile Jacob, 1993
- B. d'Espagnat, Le Réel voilé, analyse des concepts quantiques, Fayard, 1994
- R. Forward et J. Davis, Les Mystères de l'antimatière, Ed.du Rocher, 1991
- M. Duquesne, Matière et antimatière, PUF, coll. Que sais-je ?, 767, 2000
- Physique des particules, Forum mégascience de l'OCDE, OCDE, 1995
- B. d'Espagnat/ E.Klein, Regards sur la matière, Fayard, 1993
- Carlos Calle et al., Supercordes et autres ficelles : Voyage au cœur de la physique, Dunod, 2004
- Gordon Kane, Supersymétrie, Le Pommier, 2003
- J. Briggs et D. Peat, Un miroir turbulent, InterEditions, 1990
- T. Lombry, Un siècle de physique : 1 - La Physique quantique, Aegeus, 2005
- cs:Kvantová teorie en:Quantum theory vi:Vật lý lượng tử
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^