Institut de France

Infos
L'Institut de France est à la fois une institution académique française créée le 25 octobre 1795 et le nom du bâtiment parisien du 23 quai Conti dans le 6e arrondissement de Paris qui en est le siège. L'institut de France regroupe l'Académie française, l'Académie des inscriptions et belles-lettres, l'Académie des sciences, l'Académie des Beaux-Arts et l'Académie des sciences morales et politiques. Institut de France depuis le Musée du Louvre face au Pont des Arts.
Institut de France

L'Institut de France est à la fois une institution académique française créée le 25 octobre 1795 et le nom du bâtiment parisien du 23 quai Conti dans le 6e arrondissement de Paris qui en est le siège. L'institut de France regroupe l'Académie française, l'Académie des inscriptions et belles-lettres, l'Académie des sciences, l'Académie des Beaux-Arts et l'Académie des sciences morales et politiques. Institut de France depuis le Musée du Louvre face au Pont des Arts.

L'Institut regroupe cinq académies

- Académie française fondée en 1635
- Académie des inscriptions et belles-lettres fondée en 1663
- Académie des sciences fondée en 1666
- Académie des sciences morales et politiques fondée en 1795
- Académie des Beaux-Arts fondée en 1816 L'Institut de France regroupe également un certain nombre de fondations en France et à l'étranger, dont la plus importante est la fondation d'Aumale au château de Chantilly. Il est actuellement dirigé par Gabriel de Broglie.

Historique du bâtiment

Collège des Quatre-Nations (actuel Institut de France) réalisé en 1688 par l'architecte Louis Le Vau d'après le testament du cardinal Mazarin en 1661. En 1661, dans son testament et par sa grande fortune, le cardinal Mazarin demande la fondation sous Louis XIV, d'un collège devant recevoir soixante gentilshommes des nations réunies à l'obédience royale par les traités de Westphalie (1648) et le traité des Pyrénées (1659) (d'où le nom de collège des Quatre-Nations, qui sont l'Artois, l'Alsace, Pignerol et le Roussillon, avec la Cerdagne). Colbert charge Louis Le Vau de dresser les plans du collège face à la cour carrée du Louvre de l'autre côté de la Seine. La construction fut réalisée entre 1662 et 1688. En 1796, le bâtiment accueille l'une des trois écoles centrales de ParisLe lycée Henri-IV (Paris), G. Klopp, Thionville, 1996, p. 96. , sous le nom d’« École centrale des Quatre-Nations ». L’École est fermée en 1802, et en 1805, à la demande de , l'Institut de France s'installe dans le collège. Antoine Vaudoyer transforme la chapelle en salle pour les séances des académies.

L'institution

Histoire

La République ayant supprimé les académies royales, la Constitution de l'an III (article 298) a établi en 1795 : « Il y a pour toute la République un Institut national chargé de recueillir les découvertes, de perfectionner les arts et les sciences. » La loi sur l'organisation de l'instruction publique du 3 brumaire an IV (10 octobre 1795) organise un « Institut national des sciences et des arts » pour « perfectionner les sciences et les arts par les recherches non interrompues, par la publication des découvertes, par la correspondance avec les sociétés savantes et étrangères, suivre les travaux scientifiques et littéraires qui auront pour objet l'utilité générale et la gloire de la République. » Une autre loi, le 15 germinal an IV (4 avril 1796), précise le règlement de la nouvelle institution, et notamment le détail de ses activités (séances de travail, séances publiques, attribution de prix). L'Institut de France est alors divisé en trois classes :
-Classe des sciences physiques et mathématiques, comptant deux présidents, un pour les sciences physiques, un pour les sciences mathématiques (10 sections) ;
-Classe des sciences morales et politiques (6 sections) ;
-Classe de littérature et des beaux-arts (8 sections). Cependant la classe des sciences morales et politiques apparaissait manquer de loyalisme envers le régime du Consulat. L'arrêté des consuls du 24 janvier 1803 (3 brumaire an XI) supprime la classe des sciences morales et politiques et divise la troisième classe en trois. Les quatre classes sont désormais :
-la Classe des sciences physiques et mathématiques ;
-la Classe de langue et littérature française ;
-la Classe des langue anciennes et d'histoire ;
-la classe des beaux-arts. En 1816, Louis XVIII, par l'intermédiaire de son ministre de l'intérieur le Comte de Vaublanc, réorganise l'Institut par son ordonnance du 21 mars, réorganisation qui sert d'ailleurs de prétexte à exclure certains membres. Le nom d'« Académie » est à nouveau employé pour désigner les différentes classes : les titres d'« Académie française », d'« Académie des Inscriptions et belles-lettres » et d'« Académie des sciences » sont rétablis, tandis que la quatrième classe prend le nom d'« Académie des Beaux-Arts ». En rétablissant, par ordonnance du 26 octobre 1832, l'« Académie des sciences morales et politiques », Louis-Philippe donne à l'Institut sa configuration actuelle.

Organisation

Vue intérieure de la Coupole. L'Institut de France et ses académies sont désormais soumis au titre IV de la loi de programme 2006-450 pour la recherche du 18 avril 2006. Cette loi dispose que l'Institut et les académies constituent des personnes morales de droit public à statut particulier. Le règlement général de l'institution a été approuvé par le . Les organes de l'Institut sont :
-le chancelier, élu pour trois ans par la commission administrative centrale et confirmé par le Président de la République ;
-la commission administrative centrale composée des six secrétaires perpétuelsL’Académie des sciences dispose de deux secrétaires perpétuels. et de deux délégués élus par académie ;
-l'Assemblée générale comprenant tous les membres titulaires de chaque académie, sauf celle des sciences qui délègue 50 membres à cet effet ;
-le Bureau composé du président, du chancelier, des secrétaires perpétuels, du directeur de l'Académie française et des présidents des autres académies ;
-le président, qui est chaque année successivement le président d'une des académies (le secrétaire perpétuel pour l'Académie française) ;
-des commissions techniques, des commissions spéciales et des jurys. Toutefois, les instances les plus importantes pour le fonctionnement courant sont le chancelier et la commission administrative centrale. Le premier a autorité sur le personnel, est ordonnateur des recettes et dépenses, représente l'Institut dans les contrats et en justice. La commission administrative centrale exerce les fonctions d'assemblée délibérante en adoptant le budget et les décisions modificatives ainsi que d'autres dispositions financières, en règlant l'utilisation des locaux, etc. L'Institut et ses académies sont soumis aux règles de la comptabilité publique. Ils disposent d'un comptable public qui porte le nom de « receveur des fondations ». Ils sont soumis au Code des marchés publics et au contrôle de la Cour des comptes.

Les bibliothèques

De l'Institut dépendent quatre bibliothèques de recherche :
- Bibliothèque Mazarine, à Paris
- Bibliothèque de l'Institut, à Paris
- Bibliothèque Thiers, à Paris
- Bibliothèque du musée Condé, à Chantilly

Notes

Voir aussi

- Académie ==
Sujets connexes
Académie   Académie des beaux-arts (France)   Académie des inscriptions et belles-lettres   Académie des sciences (France)   Académie des sciences morales et politiques   Académie française   Alsace   An XI   Antoine Vaudoyer   Artois   Bibliothèque   Bibliothèque Mazarine   Budget   Cerdagne   Chantilly   Chapelle   Château de Chantilly   Code des marchés publics (France)   Collège des Quatre-Nations   Comptabilité publique   Constitution de l'an III   Consulat (histoire de France)   Contrat   Fondation   France   Gabriel de Broglie   Institution   Jean-Baptiste Colbert   Jules Mazarin   Loi de programme pour la recherche   Louis-Philippe Ier   Louis Le Vau   Louis XVIII de France   Musée du Louvre   Ordonnance (droit)   Ordonnance du 21 mars 1816   Palais du Louvre   Pignerol   Pont des Arts   Président de la République française   Roussillon (province)   Révolution française   Seine   Traité des Pyrénées   Traités de Westphalie   Vincent-Marie Viénot de Vaublanc  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^