Saint-Empire romain germanique

Infos
Le Saint-Empire romain germanique ou Saint-Empire romain de la nation germanique (en allemand Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation, en latin Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicæ) (également appelé parfois 1 Reich) était un regroupement politique des terres d'Europe occidentale et centrale au Moyen Âge. L'adjectif saint n'apparaît que sous le règne de Frédéric Barberousse - attesté en 1157. L'Empereur était couramme
Saint-Empire romain germanique

Le Saint-Empire romain germanique ou Saint-Empire romain de la nation germanique (en allemand Heiliges Römisches Reich Deutscher Nation, en latin Sacrum Romanorum Imperium Nationis Germanicæ) (également appelé parfois 1 Reich) était un regroupement politique des terres d'Europe occidentale et centrale au Moyen Âge. L'adjectif saint n'apparaît que sous le règne de Frédéric Barberousse - attesté en 1157. L'Empereur était couramment appelé en Europe "Empereur d'Allemagne" et les ressortissants du Saint-Empire, à proprement parler les Autrichiens d'aujourd'hui, "les Allemands". La superficie du Saint-Empire a beaucoup varié dans le temps autour de l'Allemagne et de l'Autriche actuelles, comprenant longtemps la Francie Orientale et l'Italie du Nord. Il est l'héritier de l'Empire d'Occident des Carolingiens qui avait disparu en 924. Ce dernier prétendait lui-même restaurer l'Empire romain, ce qui justifie le terme romain dans son intitulé. Cependant Henri II fera graver dans son sceau : « Renovatio Regni Francorum » (« Rénovation du Royaume des Francs »). Et l'Empire, en son ensemble, est parfois appelé Imperium Teutonicorum, empire (ou règne) des Teutons, « Teut~on » étant pour cette époque une variante-déformation de ce qui deviendra le terme allemand actuel « Deut~sch ». Voltaire fera plaisamment remarquer que cette fédération n'est « ni Saint, ni Romain, ni Empire » . Cet empire apparaît avec le couronnement impérial d'Othon I le 2 février 962. En 982, Othon II, son fils prend le titre dImperator Romanorum (« empereur des Romains »). Henri II est sacré Rex Romanorum (« roi des Romains ») en 1014. Au on parle déjà du Saint-Empire (terme attesté à partir de 1157) qui devient en 1254 Saint-Empire romain pour aboutir à sa forme finale à la fin du (terme attesté de façon certaine à partir de 1512). Après le Recès d'Empire de 1803, la formation de la Confédération du Rhin en 1806, l'empereur François II dépose le titre impérial sous la pression d’un ultimatum de Napoléon IHeinrich August Winkler. La fin de la question allemande – le long chemin vers l’Occident. Site Allemagne, faits et réalités. En ligne . Consulté le 5 février 2007, et l'Empire est dissous.

Composantes géographiques

Les étapes de la construction germanique

Le Saint-Empire romain germanique a pour base territoriale la Francie orientale du traité de Verdun (bientôt nommée Germanie ou Regnum Teutonicorum). En 843, l'Empire carolingien se scinde en effet en trois territoires de taille égale : la Francie occidentale (base du futur royaume de France) de Charles le Chauve, la Francie médiane de Lothaire 1 et la Francie orientale, dirigée par Louis le Germanique. En 870, par le traité de Meerssen, puis en 880 par le traité de Ribemont, cette dernière s'accroît d'une partie du royaume de Lotharingie. Au début du , la Germanie comprend cinq duchés principaux : la Souabe, la Franconie, la Bavière, la Lotharingie et surtout la puissante Saxe. En 962, le roi de Germanie Otton I est couronné empereur à Rome. En 1014, il obtient le royaume d'Italie (en fait le nord de la péninsule) et en 1033-1034 le royaume de Bourgogne, après la mort de Rodolphe III. Ainsi, au milieu du , le souverain cumule quatre couronnes : celles de Germanie, de Bourgogne, d'Italie et de l'Empire. Son prestige est immense en Europe occidentale. La suzeraineté du roi de Germanie est reconnue en plusieurs occasions par les princes et souverains du Danemark, de Hongrie et de Pologne. L'Empire atteint un premier apogée avec Henri VI : Richard Cœur-de-Lion reconnaît la vassalité de l'Angleterre, Tunis et Tripoli versent un tribut, Léon d'Arménie transfère en 1194 son hommage de Byzance à l'empire germanique, Amaury II de Lusignan, roi de Chypre se reconnaît vassal en 1195 et finalement le basileus Alexis III lui verse un tribut. Cependant, l'Empire subira le pouvoir d'érosion du royaume de France dans sa lente avancée vers le Rhône et les Alpes, la défection des cantons suisses et l'indépendance, de fait sinon de droit des principautés italiennes. Les Pays-Bas se détachèrent de l'Empire en 1648 et le titre d'empereur devient creux. Ses frontières restèrent alors stables jusqu'à sa dissolution en 1806, même si leur signification était assez théorique quand les deux principaux éléments de l'Empire (Prusse et Autriche) comprenaient plus de terres hors que dans l'Empire.

La dynastie des Saliens

Le fut marqué par une série de conflits entre le pape et l'empereur. La Querelle des Investitures opposant Henri IV puis Henri V aux différents souverains pontifes ne fut réglée de façon pragmatique qu'avec le concordat de Worms de 1122. Ces luttes ont amené le renforcement de l'autorité du pape et la disparition de la dynastie des Hohenstaufen. Voir les articles détaillés :
-Henri III
-Henri IV
-Henri V
-Querelle des Investitures
-Concordat de Worms
-Grégoire VII

Principautés, villes libres et successeurs des premiers ducs

Reliure du , art ottonien
Voir aussi la Liste des États du Saint-Empire romain germanique Quand, avec la mort de Frédéric II en 1250, la politique impériale s'effondra, l'Allemagne se trouva du même coup privée d'un pouvoir central ; les villes et les princes surent exploiter la situation en leur faveur et parvinrent ainsi à l'autonomie, si bien que l'Allemagne du bas Moyen Âge s'émietta en une multitude de petites principautés indépendantes et de villes libres. Le mouvement avait d'ailleurs commencé sous le règne de Frédéric II auquel les grands vassaux avaient arraché des droits étendus. Le système féodal subsistait, en principe, mais il était miné par les institutions nouvelles. La conception du prince (Fürst) avait évolué au cours des siècles précédents. Tandis qu'autrefois, ce titre désignait indifféremment tous les seigneurs, il fut peu à peu réservé à ceux-là seuls, laïques ou ecclésiastiques, qui se trouvaient dans la dépendance immédiate du roi et se considéraient, plus ou moins, comme de petits souverains. Ils constituaient désormais la caste des princes d'Empire qui se distinguait à son avantage du reste de la noblesse. Les princes surent établir, peu à peu, un droit de juridiction toujours plus étendu, si bien que le Tribunal d'Empire perdit toute importance. Petit à petit, ils s'emparèrent des anciens droits régaliens. Et tandis que les vassaux de la couronne s'affranchissaient ainsi du pouvoir royal, ils surent, du même coup, augmenter leur puissance en dépouillant leurs propres vassaux de leurs compétences juridiques et officielles et en les transférant à des fonctionnaires dociles et révocables auxquels ils confièrent l'exercice de la justice, la responsabilité de l'établissement et de la perception des impôts, et des fonctions militaires et de police. La noblesse ministérielle fut écartée au profit des juristes-bourgeois, versés dans la connaissance du droit romain et doués des talents qui font les bons fonctionnaires d'État. Les princes organisèrent leur cour. Ils eurent une chancellerie, leur sceau. Ainsi plusieurs territoires devinrent, en fait sinon en droit, de petits États souverains. Tels furent les duchés, quelques comtés indépendants et même un petit nombre d'évêchés et d'abbayes. Ils avaient leur administration autonome, leur propre législation, exerçaient à la fois le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Ils possédaient des forces militaires et s'appuyaient sur un système financier soigneusement organisé.

Les princes-électeurs

Depuis le milieu du , les princes-électeurs (
Kurfürsten) occupent une place privilégiée. Le droit d'élection avait longtemps appartenu à tous les princes laïques et ecclésiastiques, mais plus tard, il se trouva réservé à sept personnages, qui étaient : L'aigle impérial, symbole de l'Empire
- l'archevêque de Cologne,
- l'archevêque de Trèves,
- l'archevêque de Mayence,
- le duc de Saxe,
- le roi de Bohême,
- le margrave de Brandebourg,
- le comte palatin du Rhin. Ces électeurs formèrent une caste à part. Ils surent prendre une influence croissante dans le gouvernement de l'Empire et utiliser leur situation favorable au profit de leurs principautés. La Bulle d'Or de 1356 leur octroya des privilèges qui leur assuraient une situation nettement supérieure à celle des autres princes. Mais l'ambition de ces derniers se réveilla et, avec le temps, ils obtinrent des avantages et devinrent, en plus d'un domaine, presque les égaux des électeurs. Ainsi, dans le bas Moyen Âge, l'Empire se transforma en une sorte de confédération d'États princiers qui n'avaient entre eux qu'un lien très lâche. Dès lors, ce ne furent plus les intérêts du royaume, mais ceux de leur propre État, qui dominèrent les princes. Le chef du royaume, lui-même, régnant en prince sur le patrimoine qu'il avait hérité de sa famille, n'était roi qu'accessoirement.

Villes libres

Représentation des blasons des composantes de l'Empire, sous les ailes de l'Aigle bicéphale impérial.
David de Negker, Augsburg, 1510 cercles (Kreis) du Saint-Empire romain germanique en 1512, tels qu'instaurés par la diète de Worms. À côté des États princiers, cette confédération comprenait aussi un grand nombre de villes libres. L'évolution politique des villes au Moyen Âge est déjà connue. Au et au cours du bas Moyen Âge, en Allemagne, de grands progrès furent réalisés dans le sens de l'autonomie. Les villes, enrichies par le commerce, purent prétendre à un rôle politique. Dès la chute des Hohenstaufen, elles trouvèrent moyen de s'affranchir de leurs maîtres et de s'assurer des droits souverains : droit de juridiction, droit de lever des impôts, de tenir des marchés, de frapper monnaie, d'exiger l'octroi, d'autres encore. Elles s'organisèrent elles-mêmes, se donnèrent un conseil et un maire (Schultheiss ou Bürgermeister). Ce dernier fut d'abord un aristocrate, mais, depuis le , il fut de plus en plus fréquemment choisi parmi les membres des corporations et ces villes devinrent, beaucoup plus vite que les principautés, de petits États modernes, parfaitement organisés, tenant en mains tous les pouvoirs. Dans chacune d'elles, les impôts et le service militaire étaient des obligations qui incombaient à tous également. La ville, enfin, se chargea de l'assistance publique. Elle ouvrit des hospices, des hôpitaux, des écoles. Elle prit même en mains la surveillance de la moralité publique et de la circulation. Certaines villes parvinrent à constituer une confédération qui joua un rôle politique, à l'égal de certains États : la Hanse. Toutes les villes n'arrivèrent pas à l'autonomie complète. Le plus grand nombre, malgré des privilèges importants, devait encore reconnaître l'autorité d'un seigneur, dans certains domaines tout au moins. Mais dans les derniers temps du Moyen Âge, l'Allemagne comptait de soixante-dix à quatre-vingts villes parfaitement autonomes. On les appelait villes d'Empire, parce qu'elles dépendaient de l'Empereur seulement. Beaucoup d'entre elles surent faire entrer dans leur sphère d'influence la campagne environnante et devinrent ainsi des États républicains minuscules. Ce fut le cas, par exemple, de Nuremberg, Ulm, Francfort, Hambourg, Rothenbourg et Strasbourg. Aucune cependant ne prit autant d'autorité et de prestige que Brême qui dominait sur un grand territoire et développa ses forces intérieures à tel point qu'elle osait se mesurer avec les plus grands princes. L'Allemagne a donc connu, à la fin du Moyen Âge, des États centralisés, administrés par des fonctionnaires. Tandis qu'en Sicile d'abord, puis dans les républiques italiennes et en France, le système féodal était remplacé par le fonctionnarisme et disparaissait devant des États centralisés qui réunissaient en une seule main les anciennes compétences, jadis réparties entre un très grand nombre. L'Allemagne ne connut le système que partiellement. Elle n'eut pas une politique générale. Alors que la France devenait un tout, l'Empire allemand se morcelait à l'infini pour avoir gaspillé ses forces dans la vaine poursuite de la domination universelle.

Émiettement des duchés

Le morcellement ne désagrégea pas seulement l'Empire, il se fit aussi au détriment des grands duchés de naguère. Ceux-ci, à la fin du règne des Hohenstaufen, étaient, à l'exception de la Bavière, complètement désorganisés et leurs territoires se trouvaient répartis entre une foule de petits seigneurs laïques ou ecclésiastiques. Sur le territoire de la Franconie se formèrent, au nord, le landgraviat de Hesse et le comté de Nassau. À l'est, l'évêque de Wurtzbourg se tailla un grand domaine, malgré l'opposition de plusieurs villes qui prirent les armes contre lui. Nuremberg devint le centre d'un État indépendant, tandis qu'au bord du Rhin, une branche de la famille des Zaehringen s'assurait la possession du margraviat de Bade qui fut le noyau d'un beaucoup plus grand État, constitué peu à peu. Au sud du Main, sur les deux rives du Rhin, l'électorat du Palatinat naquit d'un ancien domaine des Hohenstaufen. Ces propriétaires revêtirent la charge de comtes palatins (du palais) et prirent, du même coup, le titre de princes d'empire. Puis le pays passa aux mains d'une branche cadette des Wittelsbach et, dès le début du , fut étroitement relié à la Bavière, mais pour peu de temps. Cependant, le Palatinat bavarois, au nord de la Bavière, resta attaché au Palatinat rhénan. Le comte palatin du Rhin figure dans la Bulle d'Or en qualité de prince-électeur. Robert I fonda l'université d'Heidelberg en 1386. En 1410, la dynastie palatine se divisa en quatre branches dont deux étaient destinées à une longue durée: celle qui conserva la dignité électorale, et les Simmern-Zweibrücken qui, plus tard et jusqu'en 1918, gouvernèrent la Bavière. Une catastrophe avait atteint le duché de Saxe sous Henri le Lion ; il s'était émietté en une foule d'évêchés : Brême, Munster, Osnabruck, Paderborn, Hildesheim, Halberstadt, Magdebourg et de petits États laïques dont les principaux furent le duché de Brunswick-Lunebourg et le comté (plus tard duché) de Holstein, qui se rattacha au duché danois de Slesvig. Le titre de duché de Saxe ne se rapporta plus qu'au territoire qui entoure Wittenberg et qui revint à un fils d'Albert l'Ours. Cet État devint un électorat et en 1423, passa aux mains du margrave de Meissen-Wettin, qui possédait déjà la Thuringe orientale. Ainsi naquit une nouvelle Saxe qui, à part son nom, n'avait rien de commun avec l'ancien duché. Dès 1485, il y eut un électorat et un duché de Saxe, parce que deux frères, Albert et Ernest, se partagèrent le territoire. Quant à la Marche du Nord, qu'Albert l'Ours étendit jusqu'à la Marche de Brandebourg, elle était destinée à un grand avenir. La Souabe fut plus morcelée encore que les deux États précédents. Dans le bassin du Neckar, les comtes de Wurtemberg se taillèrent peu à peu un grand territoire qui fut élevé au rang de duché en 1495. L'Alsace, qui avait été un duché à l'époque mérovingienne, se divisa, aux environs de 1200, en deux landgraviats, la Haute et la Basse-Alsace (
Sundgau et Nordgau). Tandis que la Basse-Alsace était en grande partie rattachée à l'évêché de Strasbourg, le Sundgau revint aux Habsbourg, en même temps que le Brisgau, sur la rive droite du Rhin. Au , franchissant les Alpes, les Habsbourg parvinrent jusqu'au Danube et, unissant l'ancien territoire de la Marche de l'Est avec celui des Alpes orientales, ils créèrent un nouvel État, l'Autriche (Österreich, le royaume de l'est). C'eût été un vaste État alpin, d'un seul tenant, si la Confédération des cantons suisses n'y avait peu après ouvert une brèche. Depuis la fin du , elle se développa entre les Alpes, le Rhin et le Jura, tandis que, par des luttes héroïques, elle résistait aux prétentions des princes voisins et se dégageait de la suzeraineté de l'empire. Les territoires liés au Saint-Empire romain germanique en 1630.Carte de l'Empire en 1705. Le duché de Bavière subsista. Cependant au , il se vit enlever par les Habsbourg des territoires acquis naguère par ses princes dans la région des Alpes, notamment la vieille Marche de l'Est, et les duchés de Styrie, Carinthie et Carniole, en 1282, puis plus tard, en 1363, le comté du Tyrol. Dans cette région, l'évêché le plus important était celui de Salzbourg. Quant aux territoires qui s'étendaient à la limite occidentale, de la Frise à la Provence, l'Empire n'y avait jamais pris fermement pied. Une frontière très artificielle avait été marquée au entre les pays germaniques et le royaume des Francs, mais elle englobait, dans l'Empire, des territoires dont la population était latine de langue et de mentalité, donc portée à regarder vers l'ouest. Comme l'empire n'exerçait pas de force d'attraction, tout au contraire de la France, il était inévitable qu'il perdît plusieurs territoires au profit de sa voisine. La Lorraine fut divisée de bonne heure en deux duchés de Haute et Basse-Lorraine. Le premier, qui recouvrait les cours supérieurs de la Meuse et de la Moselle, fut seul à conserver son nom. La Basse-Lorraine se morcela en plusieurs États, les duchés de Luxembourg, de Brabant et de Gueldre et les comtés de Flandre, de Seeland et de Hollande. Au , tous ces territoires furent réunis au duché de Bourgogne, mais ils n'en restèrent pas moins terres de l'Empire. Ils passèrent aux Habsbourg par voie d'héritage, ce qui ne change rien au fait qu'ils échappaient peu à peu à l'Empire pour mener leur vie propre, dans le domaine politique comme dans le domaine culturel. Le royaume de Bourgogne se détacha peu à peu, sans que les droits impériaux eussent jamais été formellement dénoncés. En 1477 le Duché de Lorraine retrouva son indépendance, mais fut finalement annexé par le Royaume de France en 1776 qui avait préalablement annexé les Trois-Évêchés dès 1648. En 1246, le comté de Provence tomba aux mains d'une branche cadette des Capétiens, la Maison d'Anjou. Le Dauphiné fut rattaché à la France en 1349.

Constitution

L'empire germanique avait été, sous les Carolingiens, une monarchie héréditaire. Lorsque après eux le pouvoir devint électif, l'élection se fit d'abord par l'universalité des six nations composant le corps germanique (Francs, Souabes, Bavarois, Saxons, Lotharingiens, Frisons). Plus tard, elle appartint aux princes ou grands feudataires seulement (1156); ensuite elle se concentra, d'abord par un simple usage, puis par une loi formelle, la Bulle d'Or (1356), entre les mains de sept électeurs. Dans l'origine le pape sacrait et couronnait l'empereur; mais Louis de Bavière déclara en 1338, que cette cérémonie n'était point nécessaire et que l'empereur élu à la majorité des voix était empereur légitime en vertu même de cette élection. Pour assurer l'hérédité de la couronne dans leur maison, les empereurs firent couronner leurs successeurs de leur vivant; l'héritier présomptif prenait alors le titre de roi des Romains. Le premier roi des Romains fut Henri, fils de l'empereur Frédéric II, qui reçut ce titre en 1228. Le couronnement des empereurs eut presque toujours lieu à Francfort-sur-le-Main. L'empereur élu y signait une capitulation qui fixait et limitait ses droits. Il devait convoquer les états généraux ou la diète, non seulement pour faire des lois, mais pour toutes les affaires générales de l'empire, pour déclarer la guerre ou faire la paix, pour envoyer ou recevoir des ambassadeurs; il devait même demander son consentement lorsqu'il s'agissait de la collation de bénéfices ou de fiefs importants, et spécialement pour lever des impôts. Les états se composaient :
-1° de membres ecclésiastiques, savoir : les princes ecclésiastiques électeurs, les archevêques et évêques, les prieurs, les abbés le grand maître de l'ordre Teutonique et celui de l'ordre de Saint-Jean ;
-2° de membres séculiers savoir : les princes électeurs séculiers, les ducs, les princes, les landgraves, les margraves, les burgraves, les comtes et les villes impériales. Les affaires se traitaient dans trois collèges :
-le collège des princes électeurs,
-celui des princes,
-celui des villes impériales. Chacun d'eux délibérait à part, et l'unanimité de leurs votes était nécessaire pour donner force légale à leurs décisions, qui prenaient alors le nom de recès de l'empire. L'établissement de la Confédération du Rhin (1806), en mettant fin à l'ancien empire, détruisit en même temps sa constitution. Chacune des principautés dont il se composait devint entièrement indépendante pour son gouvernement intérieur, et l'unité de l'Allemagne n'exista plus que dans ses rapports avec l'étranger. Le même esprit présida à la formation de la Confédération germanique (1815), dans laquelle les fonctions de la diète étaient réduite à ces trois points capitaux :
-1° maintien de l'indépendance des États fédéraux, ou sécurité extérieure ;
-2° maintien de la paix entre les États fédéraux ou sécurité intérieure ;
-3° intervention pour rétablir la tranquillité et la paix intérieure des États fédéraux. Les affaires étaient traitées par une diète siégeant à Francfort. Les puissances qui y étaient représentées avaient un nombre de voix proportionné à leur importance.

Institutions

Couronne du Saint-Empire
-
Cercle : la diète d’Augsbourg de 1500 fixe à six le nombre de Cercles : Bavière, Basse-Saxe, Souabe, Franconie, Westphalie et le Haut-Rhin, enfin les diètes de Trèves et de Cologne portent leur nombre à 10 ajoutant les Cercles d’Autriche, de Bourgogne, de Haute-Saxe et le Cercle Electoral. La Diète de Nuremberg en 1522 fixe définitivement le nombre de Cercles à dix :
-
Diète d'Empire
-
Diète des Cercles
-
Mois romain
' : taxe que chacun des États immédiats est tenu de fournir pour l’entretien des troupes levées pour leur défense commune, soit sous forme de soldats équipés, cavalier ou fantassin, soit sous forme d’argent

Voir aussi

===
Sujets connexes
Aigle impérial   Allemagne   Allemand   Alpes   Alsace   Amaury II de Lusignan   Angleterre   Autriche   Bade   Basileus   Bavarois   Bavière   Bohême   Bourgogne   Brandebourg   Brisgau   Brunswick-Lunebourg   Brême (ville)   Byzance   Cantons suisses   Capétiens   Carniole   Carolingiens   Cercle d'Autriche   Cercle de Basse-Saxe   Cercle de Bavière   Cercle de Bourgogne   Cercle de Franconie   Cercle de Haute-Saxe   Cercle de Souabe   Cercle du Bas-Rhin-Westphalie   Cercle impérial   Cercle électoral du Rhin   Cologne   Comté de Flandre   Concordat de Worms   Confédération du Rhin   Confédération germanique   Corporation (Moyen Âge)   Danemark   Danube   Dauphiné   Diète (politique)   Diète d'Empire   Duché de Brabant   Duché de Carinthie   Duché de Gueldre   Duché de Lorraine   Duché de Nassau   Duché de Saxe   Empire d'Autriche   Empire romain   Europe centrale   Europe de l'Ouest   France   Francfort-sur-le-Main   Francie occidentale   Francie orientale   Franconie   Francs   Français   François Ier d'Autriche   Frisons   Frédéric Barberousse   Frédéric II du Saint-Empire   Germanie   Grégoire VII   Habsbourg   Halberstadt   Hambourg   Hanse   Henri III du Saint-Empire   Henri II du Saint-Empire   Henri IV du Saint-Empire   Henri VI du Saint-Empire   Henri V du Saint-Empire   Hesse-Cassel   Hildesheim   Histoire de Mayence   Hohenstaufen   Hollande   Holstein   Hongrie   Hongrois   Italien   Latin   Liste des rois de Chypre   Liste des rois des Romains ayant été sacrés à Aix-la-Chapelle   Liste des États du Saint-Empire romain germanique   Lorraine   Lothaire Ier   Lotharingie   Louis IV du Saint-Empire   Luxembourg (pays)   Magdebourg   Main (rivière)   Marche du Nord   Margrave   Margraviat de Misnie   Massif du Jura   Maximilien II du Saint-Empire   Mayence   Meuse (fleuve)   Moselle (rivière)   Moyen Âge   Münster (Westphalie)   Napoléon Ier   Neckar   Nuremberg   Néerlandais   Otton Ier du Saint-Empire   Paderborn   Palatinat du Rhin   Pays-Bas   Pologne   Premier Empire   Provence   Prusse   Querelle des Investitures   Rhin   Rhénanie-Palatinat   Rhône   Richard Ier d'Angleterre   Rodolphe III de Bourgogne   Roi des Romains   Rome   Rothenburg ob der Tauber   Royaume de Bourgogne   Royaume de France   Royaume lombard   Saint-Empire romain germanique   Saliens   Salzbourg   Saxons   Sceau   Sicile   Souabe   Strasbourg   Styrie (duché)   Sundgau   Tchèque   Thuringe   Traité de Meerssen   Traité de Ribemont   Traité de Verdun   Traités de Westphalie   Tripoli (Libye)   Trois-Évêchés   Trèves (Allemagne)   Tunis   Tyrol   Ulm   Ultimatum   Université d'Heidelberg   Voltaire   Wittelsbach   Wurtemberg   Zélande  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^