Soissons

Infos
Soissons est une commune française, située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Les habitants sont les Soissonnais.
Soissons

Soissons est une commune française, située dans le département de l'Aisne et la région Picardie. Les habitants sont les Soissonnais.

Géographie

Soissons est traversée par l'Aisne. La région environnante est appelée le Soissonnais.

Histoire

La cité des Suessiones

Soissons doit son nom aux Suessions (en lat. Suessiones), peuple belgo-gaulois mentionné par César dans la Guerre des Gaules. La cité gauloise originelle de Noviodunum fut renommée Augusta Suessionum sous l'empereur Auguste.

Moyen Âge

À l'époque mérovingienne, la ville devient la première capitale du royaume des Francs après la victoire (en 486 après J.C.) de Clovis sur le général romain Syagrius. C'est l'époque du fameux épisode du vase de Soissons. Soissons redevint capitale de la Neustrie sous le règne de Clotaire Ier et sa région fut le théâtre des affrontements opposant la Neustrie à l'Austrasie. En 752, Pépin le Bref y fut proclamé roi et sacré par saint Boniface. En 768, à la mort de Pépin le Bref, Carloman monte sur le trône du royaume Franc partagé avec son frère Charles (futur Charlemagne) qui est, quant à lui, proclammé à Noyon. La ville connaît la prospérité aux et siècles, qui ont laissé de nombreux édifices gothiques.

Ville martyre de la Première Guerre mondiale

La ville en ruines, 1914-1918 Le chevet de la cathédrale et le monument aux morts, Place F. Marquigny Soissons est l'une des villes martyres de la Première Guerre mondiale. D'abord prise à la fin août 1914 par l'armée allemande, elle est récupérée par les Français en septembre à l'issue de la bataille de la Marne. Le Général Louis de Grandmaison, y meurt d'un éclat d'obus dans la tête. Le front se stabilise au nord de la ville, qui est amplement bombardée jusqu'en 1917. Henri Barbusse y écrit Le Feu. Pendant les mutineries de 1917, la ville voit défiler des soldats refusant de monter au front après la désastreuse offensive du Chemin des Dames. Soissons est prise encore une fois au printemps 1918 lors de l'offensive allemande, avant d'être définitivement libérée au cours de l'été.

Seconde guerre mondiale

Déportations
Au cours de l'Occupation durant la Seconde Guerre mondiale, la communauté juive de Soissons est déportée lors de deux grandes rafles : la première, le 17 juillet 1942, est opérée par la police soissonnaise, en même temps que la Rafle du Vél d'Hiv, tandis que la Gestapo réalise la seconde le 4 janvier 1944.
La Résistance à Soissons
Après l'appel du 18 juin du général de Gaulle, des réseaux de résistance se mirent en place à Soissons, de juin à août 1940. Ce furent les résistants de la "première heure". Le réseau "Vérité Française" était affilié à celui de Paris (lui-même rattaché au réseau "Musée de l'Homme" ou "Boris Vildé"). Des structures pour aider et cacher les évadés furent mises en place (faux papiers, fausses cartes d'alimentation, filières pour Londres etc.). Mais les résistants furent trahis. Un jeune homme, belge de dix-huit ans, Jacques D. contacta Daniel Douay. Il se disait traqué et poursuivi (en réalité, il œuvrait pour la Gestapo). Pour se mettre à l'abri, il devint secrétaire du Comte de Launoy, à Paris (réseau chapeautant celui de Soissons). Là, il réussit à trouver tous les renseignements voulus. Le 25 novembre 1941, la Gestapo organisa des rafles à Paris, Blois et Soissons. Les résistants sont incarcérés à Fresnes. Torturés, ils ne parleront pas. Le 15 avril 1942 s'ouvre le premier procès d'un réseau de résistance. Le verdict tombe : condamnation à mort ! Le 23 octobre 1942, le commandant Coqueugniot, le Comte de Launay, Pierre Stumm de Paris, Daniel Douay, Jean Vogel, Emile Louys sont fusillés à la caserne Balard. Le 5 décembre 1942, dans la forteresse de Brandebourg, le capitaine Descamps est décapité ainsi que Maurice Moreau en 1943. D'autres Soissonnais périront en camp de concentration : Aimé Dufour, Gilbert Jordana, Eugène Delhaye, André Meurghe, Ludovic Pluche et Louis Leseigneur. La ville de Soissons a voulu honorer ce réseau en donnant son nom à une rue Le contenu de la section reproduit tout ou partie de celui de la page http://www.vallee-de-l-aisne.com/site/428/rueduquotreacuteseauveacuteriteacutefrancaisequot.html, à l'initiative de son auteur, Nicole Rommechon-Douay, cf. ticket OTRS
-2007112610018935..
Août 1944 : libération de Soissons
Le 23 août 1944, vers minuit, des maquisards du groupe "Aurèle" commandés par Lucien Berger sont guidés par Madame Delhaye et Madame Douay (dont les maris, résistants du "Réseau Vérité Française" ont été fusillés) vers des caches d'armes. Un arsenal de fusils, mitrailleuses, grenades, un mortier et un char démontés (de quoi équiper mille hommes) ont été mis en lieu sûr dès juillet 1940 par les résistants de la "première heure" (entre autres, le capitaine Descamps, Messieurs Meurghe, Moreau, Vogel tous arrêtés en 1941 et exécutés) dans l'usine Zieckel où M. Delhaye était ingénieur, au cimetière de la ville, dans des carrières, etc... Les armes sont chargées sur des tombereaux recouverts de fumier. Deux agriculteurs de la région se chargent de les faire entrer dans la ville pour les mener à Pasly. Arrivés place de la République, ils sont interpellés par une patrouille allemande. Heureusement, après vérification des papiers d'identité, ils les laissent passer. Quelques jours après, Soissons sera libérée. A la Libération, la résistance joue un grand rôle et "Roberte" (nom de résistance de Raymonde Fiolet) est maire de Soissons durant quelques mois Le contenu de la section reproduit celui de la page http://www.vallee-de-l-aisne.com/site/534/aoucirct1944libeacuterationdesoissons.html, à l'initiative de son auteur, Nicole Rommechon-Douay, cf. ticket OTRS
-2007112610018935..

Héraldique

100 px Blasonnement des armes traditionnelles de la ville de Soissons : « D'azur, à une fleur de lis d'argent, » avec pour devise : « Fidelis aduror amore. » (Fidèle, je brûle d'amour)tel que rapporté par Malte-Brun, dans la France illustrée (1882).

Économie

L'industrie est, surtout depuis ces dernières années, en perte de vitesse. Les services y sont prédominants. Des parcs industriels tentent d'y être installés, ainsi qu'une politique de défiscalisation (les entreprises de moins d'un an d'existence ne payent pas d'impôts locaux), mais ces mesures ne semblent pas remporter le succès attendu. L'économie est aussi assez orientée vers l'agriculture (la betterave à sucre principalement). À la suite des travaux du Comité de Développement économique du Soissonnais, le CIADT du 18 mai 2000 valide la création et le financement d’un centre de ressource en logiciel libre à Soissons. L'association Soissons Informatique Libre est créée en janvier 2001 pour porter le projet. Le Pays Soissonnais, créé en mai 2005, inscrit lui aussi le Logiciel Libre comme identité du territoire. Soissons est aussi la ville des Trophées du Libre et bientôt du Festival du Libre. L'AFUL (Association Francophone des Utilisateurs de Linux) est domiciliée à Soissons. Soissons possède un Centre Consulaire de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne au 2, rue Quinette.

Administration

Les anciens maires

Évolution démographique

Personnages célèbres

- Liste des comtes de Soissons
- Sainte Radegonde (520-587), fille du roi de Thuringe dont le père fut assassiné par l'oncle et ce dernier par Clotaire, roi de Soissons. Clotaire subjugué par la beauté de Radegonde la tint captive dans la région. Il avait décidé de l'épouser. Elle s'enfuit et fut reprise et conduite à Soissons où elle dut épouser Clotaire, veuf de la reine Ingonde. Désespérée, Radegonde se consacra aux pauvres de Soissons. Ce fut l'évêque saint Médard, qui, en 555, réussit à convaincre son barbare de mari de la laisser embrasser le diaconat. Radegonde fonda l'abbaye de Sainte-Croix située près de Poitiers. Elle y vécut en simple nonne, admirée de ses semblables. Le portail de l'église de Missy-sur-Aisne raconte à sa manière la légende de sainte Radegonde.
- Gauthier de Coincy, né à Coincy en 1178, mort à Soissons en 1236. Un des tout premiers et des plus grands poètes de la langue française ("Miracles de Notre-Dame")
- Quinquet (1708-1770), pharmacien. Inventeur de la lampe "à double courant d'air", dite lampe à la Quinquet.
- Alexandre Gonsse de Rougeville (1761-1814), dit le chevalier de Maison-Rouge, s'y maria et y résida quelque temps.
- Nicolas Quinette (1762-1821), notaire, député à l'Assemblée législative puis à la Convention où il vota la mort de Louis XVI ; membre du Conseil des Cinq-Cents ; ministre de l'Intérieur (1799); conseiller d'État et membre du gouvernement provisoire (1815). La Restauration l'exila comme régicide.
- Amédée Piette (1808-1883), écrivain
- Jean Dours (1809-1877), évêque de Soissons
- Jean Charles Maurice Grémion (1817-1883), officier
- Aurore Clément (1945- ), actrice

Monuments et lieux touristiques

Soissons est classée ville d'art et d'histoire.
- L'abbaye de Saint-Jean-des-Vignes
- La cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais
- Le CEPMR - Centre d'étude des peintures murales romaines (CNRS)
- L'abbaye Saint-Léger
- L'ancienne abbaye Saint-Médard
- Le square Saint-Pierre
- L'Arsenal : expositions d'art contemporain
- L'Hôtel de ville
- Le cynodrome (course de lévriers) Image:Soissons-cathedrale-facade.jpg|La cathédrale (façade) Image:Soissons-cathedrale-pano.jpg|La cathédrale (côté sud) Image:Soissons-hotel-de-ville.jpg|L'Hôtel de ville Image:Soissons-saint-jean-des-vignes.jpg|Saint-Jean-des-Vignes

Spécialités et particularités

La spécialité culinaire du Soissonnais est le haricot de Soissons, haricot blanc cultivé dans l'Aisne depuis le . L'on trouve également des friandises en forme de haricot ayant également le dénominatif d'Haricot de Soissons. Ce haricot entre aussi dans la fabrication de cosmétiques (fards).

Jumelages

- Villes :
-
-
-
-
-
-
- Diocèses :
-
- Lyons Club :
-
-
-

Notes et références

Bibliographie

- Bernard Ancien
- Soissons, Éd. Colmar.
- Soissons gallo-romain (Musée de Soissons)
- Abbaye Saint-Jean-des-Vignes
- Geneviève Cordonnier, Soissons, son histoire illustrée à travers ses rues, places, monuments et ses habitants
- Dominique Natanson, La Mémoire juive en Soissonnais, Éd. Mémoires, 1992.

Voir aussi

Liste des évêques de Soissons ==
Sujets connexes
Abbaye de Saint-Jean-des-Vignes   Aisne (département)   Aisne (rivière)   Alexandre Gonsse de Rougeville   Allemagne   Amédée Piette   Armand Marie Jacques de Chastenet de Puységur   Arrondissement de Soissons   Auguste   Aurore Clément   Austrasie   Bataille de la Marne   Blasonnement   Blois   Boniface   Brandebourg-sur-la-Havel   Canton de Soissons-Nord   Canton de Soissons-Sud   Carloman Ier   Cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Soissons   Chambre de commerce et d'industrie de l'Aisne   Charlemagne   Chef-lieu   Chemin des Dames   Clotaire Ier   Clovis Ier   Coincy   Comité interministériel pour l'aménagement et le développement du territoire   Communauté d'agglomération du Soissonnais   Commune française   Conseil des Cinq-Cents   Convention nationale   France   Francs   Fresnes   Gentilé   Gestapo   Guerre des Gaules   Haricot   Henri Barbusse   Héraldique   Jean Charles Maurice Grémion   Jean Dours   Jules César   Le Feu (Henri Barbusse)   Liste des comtes de Soissons   Liste des évêques de Soissons   Logiciel libre   Louis Loyzeau de Grandmaison   Louis XVI de France   Missy-sur-Aisne   Mutineries de 1917   Neustrie   Noyon   Occupation   Paris   Parti social-démocrate (France)   Parti socialiste (France)   Pasly   Picardie   Poitiers   Première Guerre mondiale   Pépin le Bref   Rassemblement pour la République   Restauration française   Seconde Guerre mondiale   Syagrius   Thuringe   Union pour un mouvement populaire   Vase de Soissons   Victor Adolphe Malte-Brun   Villes et Pays d'Art et d'Histoire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^