Boulogne-Billancourt

Infos
Boulogne-Billancourt est une commune française, la ville la plus peuplée du département des Hauts-de-Seine. Elle est située dans la région Île-de-France. Elle est aussi la deuxième commune de l'Agglomération de Paris, mais a une population et une densité équivalentes à un arrondissement parisien duquel elle se rapproche de plus en plus.
Boulogne-Billancourt

Boulogne-Billancourt est une commune française, la ville la plus peuplée du département des Hauts-de-Seine. Elle est située dans la région Île-de-France. Elle est aussi la deuxième commune de l'Agglomération de Paris, mais a une population et une densité équivalentes à un arrondissement parisien duquel elle se rapproche de plus en plus.

Géographie

Boulogne-Billancourt est une ville au sud-ouest de Paris. Elle est limitée au sud et à l’ouest par une boucle de la Seine, à l’est par le 16ème arrondissement de la ville de Paris, au nord par le Bois de Boulogne (qui fait partie de Paris). En 1860, la ville de Paris a absorbé le territoire des anciennes communes qui se trouvaient à l'intérieur des fortifications de Thiers. La partie des anciennes communes d'Auteuil (Paris) et de Passy située à l'extérieur de la ligne de défense fut alors attribuée à Boulogne-Billancourt. La superficie de la commune est de 6, 16 km².

Démographie et population

Après Paris, Boulogne-Billancourt est la plus peuplée des communes de la région parisienne. Ses habitants sont appelés les Boulonnais. Estimant que cette appellation ignore les quartiers de Billancourt, certains - notamment chez les Verts - suggèrent qu'on les nomme Boulo-billancourtois.

Histoire

Les débuts

Vers 1100, un petit hameau peuplé en grande partie de bûcherons se forme près d’un des méandres de la Seine au sud de la forêt de Rouvray. Faisant face au village de Saint-Cloud, il est nommé Menus-lès-Saint-Cloud. En février 1319 le roi Philippe V le Long encourage la construction d’une église à Menus-lès-Saint-Cloud pour servir de lieu de pèlerinage aux habitants de Paris et de ses environs, à l’image de l’église Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer qui servira d’ailleurs de modèle pour le nouvel édifice. En 1330, l’église Notre-Dame de Boulogne sur Seine est achevée et la ville change de nom pour devenir Boulogne la Petite. Cette église, qui est érigée en 1343 en paroisse détachée d’Auteuil, devient le principal lieu de pèlerinage des parisiens et verra la venue de Jeanne d’Arc, Du Guesclin et Sixte Quint. La zone de Billancourt, une plaine agricole au sud de la ville où se trouvent quelques fermes, reste pour sa part rattachée à la paroisse d’Auteuil. Boulogne la petite est principalement un village agricole jusqu’au où une deuxième activité importante, la blanchisserie, apparaît. Puis, au cours du siècle suivant, la ville devient même un lieu de villégiature. De vastes zones de chasse l’entourent, dont le bois, gardé et clôturé, qui sert pour les parties de chasse royales. À la Révolution française, Boulogne prend le statut de commune. Billancourt, pour sa part, après avoir appartenu à une abbaye (Saint-Victor-des-Champs), est vendue et change plusieurs fois de propriétaires.

La première industrialisation et l'union des deux villes

Au milieu du , Boulogne commence à s’industrialiser avec la mécanisation des blanchisseries et l'installation d’une population ouvrière. En 1859, Napoléon III souhaite étendre les frontières de Paris jusqu’aux limites physiques de l’enceinte fortifiée. Se pose la question du devenir de la zone de Billancourt qui, contrairement à Auteuil auquel elle est administrativement rattachée, est située hors des fortifications. C’est le Baron Haussmann qui choisit de rattacher Billancourt à Boulogne sur Seine, rattachement qui sera effectif par la loi du 16 juin 1859, et en 1924, la ville change de nom pour devenir Boulogne-Billancourt.

L'essor industriel et culturel

L'Île Seguin L’année 1898 signe le début de l’aventure automobile pour la ville de Boulogne-Billancourt avec l’arrivée de Louis Renault sur l’île Seguin. L’industriel développe rapidement son activité et avant la première guerre mondiale, on compte déjà 6 000 employés dans les usines Renault de Billancourt. Cette époque voit aussi l’arrivée de nombreuses industries mécaniques, et notamment plusieurs entreprises pionnières de l’aviation, avec l’installation de Louis Blériot et des Frères Farman. D’autres secteurs d’activités apparaissent, comme le cinéma qui voit le jour en 1908 à Boulogne avec le premier studio l’Éclipse, rejoint par d’autres durant les années suivantes (1926 pour le studio de Billancourt et 1942 pour celui de Boulogne). L’essor de la ville en fait un pôle d’attraction pour les arts et les années 1930 sont un « âge d’or » pour la ville. Boulogne-Billancourt est alors le siège d’une intense activité créative et d’un bouillonnement culturel dans de nombreux domaines : peinture (Marc Chagall, Georges Sabbagh…), sculpture (Paul Landowski, Bernard…), art décoratif, architecture (Tony Garnier, Le Corbusier…). Le maire de l'époque, André Morizet, élu pendant plus de 20 ans à la tête de la municipalité, profite de son long mandat pour mener à bien plusieurs projets dans le domaine de l'urbanisme et des actions sociales. Il faut dire que la ville offre un visage contrasté. Des quasi-taudis plutôt au sud de la ville jusqu'aux élégants hôtels particuliers de Boulogne nord. La population croit rapidement (de 68 000 à 97 000 habitants de 1921 à 1936) et il faut adapter les infrastructures. Les accès routiers vers Paris et le reste de la région parisienne sont améliorés. En février 1934, Boulogne-Billancourt est la première ville extérieure à Paris à recevoir le métro, avec le prolongement de la ligne 9. De nombreux hôpitaux, écoles et bâtiments administratifs sont construits pour accueillir les nouveaux habitants. Le nouvel Hôtel de ville conçu par l'architecte Tony Garnier, sorti de terre en 1934 et aujourd'hui monument historique, est le symbole de ce patrimoine architectural boulonnais. En parallèle de cette forte activité artistique et culturelle, Boulogne-Billancourt est également une importante ville ouvrière, secouée dans l’entre deux guerres de grandes luttes sociales ponctuées par des grèves dont certaines sont restées célèbres : 1913, 1917, 1934, 1936. Il semble que c'est de lors de cette première grève de 1913 qu'apparut l'expression politique qui fera flores dans les journaux "Il ne faut pas désespérer Billancourt", signifiant pour les gouvernements de ne pas prendre des mesures trop défavorables aux classes ouvrières ou jugées comme telles par ces dernières.

La Seconde Guerre mondiale

La ville subit en 1942 et 1943 de violents bombardements anglo-américains, qui visaient les usines Renault. Le premier bombardement a lieu le 3 mars 1942 vers 21h, par la RAF. 220 appareils larguent 475 tonnes de bombes. Le nombre de victimes au sein de l'usine Renault (7 tués et 6 blessés) est faible, mais la population alentour, qui n'avait pas forcément jugé nécessaire de gagner les abris, est durement touchée (environ 600 morts et 1500 blessés Source : Synthèse des rapports des préfets de la zone libre Mars 1942 ). En juin 1942, la production des usines Renault a repris son cours et la population se doute que de nouveaux bombardements vont se produire. Le dimanche 4 avril 1943, ce sont les Américains qui lancent un raid de 88 appareils, larguant 250 tonnes de bombes. Le bilan est d'environ 350 morts et 500 blessés. Un nouveau raid est lancé le 15 septembre 1943 par 81 appareils larguant 250 tonnes de bombes. Le tir est imprécis et touche largement les quartiers et les communes avoisinantes. Le bilan est de 280 morts et 470 blessés. Ces bombardements meurtriers seront utilisés par la propagande collaborationniste pour tenter de dresser la population contre les Alliés.

La période contemporaine

La place du nouveau quartier du centre-ville Après la Seconde Guerre mondiale, et surtout à partir des années 1980, l’industrie lourde laisse la place aux activités tertiaires, notamment avec l’arrivée de sociétés informatiques, des entreprises du secteur audio-visuel, et des agences de publicité.

Blasonnement

Blason de Boulogne-Billancourt Taillé de gueules et d’azur à la barque à l’antique d’argent voguant sur des ondes du même brochant sur la partition, accompagnée en chef à dextre d’un poisson posé en pal et à senestre d’une fleur de lis, le tout d’argent.

Économie

Le siège de TF1 en bord de Seine, dans l'est de Boulogne Boulogne-Billancourt est un des principaux pôles économiques de la région parisienne. Après son passé fortement marqué par plusieurs aventures industrielles, Boulogne-Billancourt s'est tourné résolument vers le secteur tertiaire, et notamment les services aux entreprises. En 2005, la ville accueillait presque 12 000 entreprises, soit le deuxième plus grand parc francilien, après Paris. Parmi ses entreprises, on compte de nombreux sièges sociaux ou principaux établissements de grands groupes :
- Renault
- TF1
- Bouygues Telecom
- Bouygues Immobilier
- Monoprix
- Henkel
- Neuf Cegetel
- La Française des jeux
- Rhodia
- SFP
- Pierre Fabre
- Thomson et à attirer les entreprises innovantes du secteur informatique comme Mindscape France. Boulogne-Billancourt possède également un hôpital de l'Assistance publique - hôpitaux de Paris, l'hôpital Ambroise Paré (468 lits) et une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris. En juin 2005, le chômage était de 8%, soit près de deux points de moins que dans le reste de la France. La population boulonnaise est, en moyenne, une des plus aisées de la région parisienne. En 2003, les moyennes des revenus par foyer fiscal étaient :
- Boulogne-Billancourt : 28 100 €
- Hauts-de-Seine : 24 428 €
- France : 15 980 € Dans les années à venir, l'économie de Boulogne-Billancourt devrait profiter du réaménagement de l'île Seguin.

Administration

Liste des maires

Maires de Boulogne-Billancourt :
- 1919-1942 : André Morizet Il existe aussi une avenue André-Morizet à Boulogne entre le rond point Rhin et Danube et la place Marcel-Sembat.
- 1942-1944 : Robert Colmar
- 1944-1965 : Alphonse Le Gallo (SFIO), ancien député de la Seine (1962-65)
- 1965-1971 : Albert Agogue
- 1971-1991 : Georges Gorse Son nom fut donné au Centre Culturel, dont l'emplacement redeviendra le TBB (Théâtre de Boulogne-Billancourt) lors de sa réouverture vers 2008.
- 1991-1995 : Paul Graziani
- 1995-2007 : Jean-Pierre FourcadeJean-Pierre Fourcade a remis sa demission au préfet des Hauts-de-Seine le vendredi 9 mars 2007 en raison de son âge.
- Depuis le 17 mars 2007 : Pierre-Mathieu Duhamel

Situation administrative

La ville est divisée en 3 cantons :
- Le canton de Boulogne-Billancourt-Nord-Est compte 26 824 habitants ;
- Le canton de Boulogne-Billancourt-Nord-Ouest compte 35 520 habitants ;
- Le canton de Boulogne-Billancourt-Sud compte 44 023 habitants.

Élections

Pour les échéances électorales de 2007 Boulogne-Billancourt fait partie des 82 communes sur le site de ZDNet.fr de plus de 3500 habitants ayant utilisé les machines à voter.

Les différents quartiers

- Le quartier Renault-Billancourt est en bordure sud-ouest de la ville. Ce quartier est en plein devenir avec l'aménagement programmé de l'île Seguin. On y retrouve aussi la plus grande cité HLM de Boulogne : le Pont de Sèvres. Le reste du quartier n'est toujours pas aménagé car il s'agit des anciens terrains des usines Renault.
- Le quartier Le Point-du-Jour, au sud-est, à proximité de la Porte de Saint-Cloud, accueille de nombreux sièges d'entreprise. Il tire son nom du quai le bordant. Sur le quai du Point-du-Jour se trouvent entre autres, le siège de Bouygues et la Tour TF1. Le plus grand cimetière de Boulogne s'y trouve ainsi que la deuxième cité HLM de Boulogne (Square des Moulineaux et de l'Avre).
- Le quartier Silly-Gallieni, à l'ouest de la ville, combine zones pavillonnaires et grands ensembles.
- Le quartier Vaillant-Marcel Sembat est situé autour de la place Marcel-Sembat, un des principaux carrefours de la ville. Il accueille l'Hôtel de ville et la piscine-patinoire municipale. Le boulevard Jean Jaurès est quant à lui l'axe commerçant principal de Boulogne.
- Le quartier Jean-Jaurès - Reine, au croisement du boulevard Jean-Jaurès et de la Route de la Reine. Au sud de ce quartier se trouve l'espace Landowski, centre culturel de la ville de Boulogne-Billancourt : musée des années 1930, cinéma art et essai, médiathèque; s'y déroule également de nombreuses fêtes (livre, bande-dessinnée, ...). Ce quartier a vu la naissance au début des années 2000 d'un nouveau centre commercial : "Les Passages" couplé d'un cinéma de 7 salles (Pathé).
- Le quartier Les menus - Jean Baptiste Clément, au nord ouest, ancien cœur historique de la ville, abrite plusieurs monuments classés et le musée-jardin Albert-Kahn. Il abrite deux lieux de culte : l'église de Boulogne (fondatrice de la ville) et la synagogue.
- Le quartier Château - Les Princes Marmottant, au nord-est de Boulogne-Billancourt en lisière du Bois de Boulogne est célèbre pour ses zones résidentielles. Il abrite les écoles privées les plus importantes de Boulogne et offre une vue imprenable sur Roland Garros.

Monuments et curiosités

L'espace Landowski jardin japonais du musée Albert-Kahn
- La Bibliothèque Marmottan
- Le centre Paul Landowski et le Musée des Années Trente
- Le parcours des années 1930 (architecture d'Auguste Perret, Le Corbusier, Pingusson, ...).
- Jardins et musée départemental Albert Kahn avec près de 72 000 documents photographiques autochromes (la plus grande collection mondiale)
- Hôtel de ville de Tony Garnier (inscrit depuis 1975 à l'inventaire des monuments historiques) Cette ancienne mairie abrite actuellement le TOP (Théâtre de l'Ouest Parisien)

Célébrités liées à la commune

- Louis Renault, industriel
- Sylvain Eugène Raynal
- Paul Landowski
- Albert Kahn, banquier
- Jean Brunhes, géographe (1869-1930)
- Jean-Baptiste Clément
- Ophélie Winter, chanteuse
- Paul-Loup Sulitzer, écrivain
- Florence Arthaud
- Ronnie Bird
- Booba (ex-Lunatic), rappeur
- Sages Poètes de la Rue, groupe de rap composé de Zoxea, Dany Dan & Melopheelo
- Les groupes de rap Less du 9, Mo'vez Lang & Nysay
- Thierry Lhermitte, acteur
- Lim , rappeur
- Mickaël Obadia , réalisateur
- Guillaume Durand, journaliste
- Salif, Rappeur
- Robert Namias, journaliste - directeur de l'information de TF1
- Gaspard Ulliel
- Guillaume Canet, acteur et réalisateur
- André Glucksmann , philosophe
- Véronique Sanson, chanteuse, auteur et compositeur de chansons
- le baron Edmond de Rothschild (1845-1934), philanthrope
- Marc Levy, écrivain
- Ségolène Royal et François Hollande, femme et homme politique
- Raphael, chanteur né à Boulogne
- Pascal Clément, garde des Sceaux au sein du gouvernement Dominique de Villepin né à Boulogne
- Jean-Pierre Fourcade, ancien ministre des Finances, Sénateur-Maire de Boulogne-Billancourt de 1995 à 2007
- Gérard Merigaud, ex vice-président de I-Télé
- Pierre-Christophe Baguet, élu de Boulogne-Billancourt depuis 1983 et député de Boulogne-Billancourt depuis 1997
- Yves Calvi, animateur de télévision
- Stéphane Guillon, humoriste
- Zazie, chanteuse
- Ours, chanteur (fils d'Alain Souchon)
- Caroline Diament, animatrice de télévision
- Christophe de Margerie, PDG de Total
- Jacques Veyrat, PDG de Neuf Cegetel

Jumelages

Depuis 1955 :
- , district berlinois le plus peuplé, avec 350 000 habitants
- , 100 000 habitants
- &
- Depuis 1968 :
- , 30 000 habitants
- Depuis 1993 :
-
- Depuis 1996 :
- Depuis 2007 :
-

Vie culturelle

- Musée des Années Trente

Voir aussi

Notes

===
Sujets connexes
Adolphe Thiers   Alain Souchon   Albert Kahn (banquier)   Alphonse Le Gallo   Ambroise Paré   Anciennes communes de Paris   André Glucksmann   André Morizet   Années 1930   Arrondissement de Boulogne-Billancourt   Assistance publique - hôpitaux de Paris   Auguste Perret   Auteuil (quartier parisien)   Autochrome   Berlin   Bois de Boulogne   Bombardement   Booba   Boulogne-sur-Mer   Bouygues   Bouygues Immobilier   Bouygues Telecom   Canton de Boulogne-Billancourt-Nord-Est   Canton de Boulogne-Billancourt-Nord-Ouest   Canton de Boulogne-Billancourt-Sud   Cantons des Hauts-de-Seine   Caroline Diament   Chambre de commerce et d'industrie de Paris   Chanteur   Chef-lieu   Christophe de Margerie   Commune française   Dany Dan   Edmond de Rothschild   Enceintes de Paris   Florence Arthaud   France   François Hollande   Garde des Sceaux   Gaspard Ulliel   Gentilé   Georges Gorse   Gouvernement Dominique de Villepin   Guillaume Canet   Guillaume Durand   Géographe   Hauts-de-Seine   Henkel   Hôtel de ville   I-Télé   Jacques Veyrat   Jean-Baptiste Clément   Jean-Pierre Fourcade   Jean Brunhes   La Française des jeux   Le Corbusier   Ligne 9 du métro de Paris   Lim   Louis Blériot   Louis Renault (industriel)   Lunatic   Marc Chagall   Mickaël Obadia   Mindscape France   Mo'vez Lang   Monoprix   Monument historique (France)   Musée des Années Trente   Napoléon III   Neuf Cegetel   Nysay   Ophélie Winter   Ours (chanteur)   Paris   Pascal Clément   Paul-Loup Sulitzer   Paul Graziani   Paul Landowski   Philanthropie   Philippe V de France   Pierre-Christophe Baguet   Pierre-Mathieu Duhamel   Pierre Fabre   Renault (Groupe)   Rhodia   Robert Namias   Ronnie Bird   Royal Air Force   Révolution française   SFP   Sages Poètes de la Rue   Saint-Cloud   Salif   Seconde Guerre mondiale   Seine   Studio Éclipse   Studios de Billancourt   Studios de Boulogne   Stéphane Guillon   Sylvain Eugène Raynal   Ségolène Royal   TF1   Thierry Lhermitte   Thomson (entreprise française)   Tony Garnier   Tour TF1   Union pour un mouvement populaire   Ville   Vote électronique   Véronique Sanson   Yves Calvi   Zazie   Zoxea  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^