Lobotomie

Infos
La lobotomie est une opération chirurgicale du cerveau qui consiste en une section ou une altération de la substance blanche d'un lobe cérébral. Elle est désormais interdite dans de nombreux pays et n'est plus considérée comme sérieuse du point de vue médical, excepté dans les cas où aucun autre traitement n'est envisageable. Elle était effectuée dans le but d'interrompre certains circuits neuronaux. La lobotomie, développée par Freeman et Watts, avait remplacé
Lobotomie

La lobotomie est une opération chirurgicale du cerveau qui consiste en une section ou une altération de la substance blanche d'un lobe cérébral. Elle est désormais interdite dans de nombreux pays et n'est plus considérée comme sérieuse du point de vue médical, excepté dans les cas où aucun autre traitement n'est envisageable. Elle était effectuée dans le but d'interrompre certains circuits neuronaux. La lobotomie, développée par Freeman et Watts, avait remplacé aux USA la leucotomie laquelle est une intervention moins mutilante :
-la leucotomie, qui concerne le lobe préfontal, aussi appelée cingulotomie et qui consiste à détériorer de façon volontaire une partie du lobe préfontal, parfois jusqu’à la région thalamique du cerveau
-la sympathectomie, laquelle vise à détruire les nerfs sympathiques. Ces différentes opérations ont été utilisées pour traiter les maladies mentales, la schizophrénie, l’épilepsie et même les maux de tête chroniques avant de décliner dans les années 1950 avec l’avènement des premiers neuroleptiques. La cingulotomie est toujours utilisée, surtout aux États-Unis et au Royaume-Uni, dans des cas bien sélectionnés, avec succès.

Origine et évolution

La technique consistant à opérer le cerveau, de façon plus ou moins scientifique et plus ou moins maîtrisée, a visiblement été employée depuis longtemps, puisque des traces remontant à 5000 ans avant notre ère laissent penser que de telles opérations étaient pratiquées, probablement de façon rituelle, alors que n'existaient ni anesthésiques, ni désinfectants. Pourtant il semblerait que certains de ces patients aient survécu, dans un état plus ou moins désastreux. La lobotomie (aussi appelée leucotomie) telle qu'elle fut pratiquée au fut formalisée en 1935 par les neurologues portugais Egas Moniz et Almeida Lima de l'Université de Lisbonne, ce qui leur a valu un Prix Nobel en 1949. Ils affichaient alors 6% de décès suite à l'opération. Entre 1933 et 1944, certains médecins allemands nazis s'essayèrent à la lobotomie, souvent sans anesthésie ni antiseptique, sur les prisonniers des camps de concentration. La lobotomie (procédure avec résection élargie de la substance blanche du lobe frontal) connut son essor après la seconde guerre mondiale, notamment avec l'invention américaine de Walter Freeman : le pic à glace. Freeman parcourait les États-Unis dans les années 50 dans un autocar équipé pour pratiquer des lobotomies "en série", enfonçant ce pic à glace dans le lobe orbitaire des patients après avoir soulevé la paupière (lobotomie trans-orbitale), moyennant parfois une anesthésie locale. Cette pratique reçut alors un grand succès (grand mouvement de "l'hygiène mentale") et on estime que Freeman lui seul lobotomisa quelque 2500 patients. On estime que quelque 100, 000 patients furent lobotomisés dans le monde entre 1945 et 1954 dont la moitié aux États-Unis. Dès les années 50, de sérieux doutes concernant cette pratique commencèrent à se faire entendre et les différents domaines médicaux concernés ont tenté d'établir la viabilité de ce traitement, notamment du fait de sa nature irréversible et barbare. Avec la découverte des produits neuroactifs plus efficaces et moins dangereux, cette pratique déclina des les années 60 (introduction du premier neuroleptique en 1952 en France et 1954 aux Etats-Unis). En 1977, le congrès américain fonda le comité national pour la protection des sujets humains, des biomédecines et de la recherche comportementale (National Committee for the Protection of Human Subjects of Biomedical and Behavioral Research ou NCPHSBBR) afin d'enquêter sur l'efficacité réelle de la lobotomie, aussi bien d'un point de vue éthique que médical. Leur conclusion fut que cette pratique, certes dangereuse, pouvait avoir des effets positifs sur des malades autrement incurables. Cependant, des études plus récentes et l'arrivée de méthodes moins radicales menèrent à une interdiction de la lobotomie dans des pays comme la France, l'Allemagne, le Japon et la plupart des États-Unis. Aujourd'hui un dérivé de la leucotomie est pratiqué en Grande Bretagne à Cardiff et à Dundee. . La cingulotomie, dérivée de la leucotomie, est toujours pratiquée aux États-Unis.

Effets

Le lobe frontal du cerveau qui est le plus souvent concerné par la lobotomie contrôle un certain nombre de fonctions cognitives avancées ainsi qu'une partie du contrôle moteur. Le contrôle moteur, qui se trouve en profondeur, n'est généralement pas affecté par une opération. Le lobe préfrontal gère l'impulsion, le jugement, le langage, la mémoire, une partie des fonctions motrices, une partie des notions mathématiques et du comportement sexuel, la personnalité, la spontanéité et la sociabilité. Les lobes frontaux aident à formaliser, coordonner, contrôler et à exécuter le comportement. Ces parties du cerveau ne sont pas à proprement parler vitales, mais au vu des nombreuses fonctions plus ou moins avancées qu'elles contrôlent, une opération mène toujours à une altération, parfois à un radical changement, de la personnalité. Les effets de la lobotomie, parfois recherchés, sont donc une modification de la personnalité, de la spontanéité, de la libido. Parfois, une lobotomie peut aboutir à un état proche de la schizophrénie, parfois elle peut atténuer les effets de cette maladie. Les patients devenaient généralement asociaux, moins flexibles et perdaient leurs capacités d'adaptation. Cela n'affectait généralement pas le quotient intellectuel des patients, mais limitait leur capacité à résoudre des problèmes abstraits.

Utilisation actuelle

La lobotomie est aujourd'hui considérée comme une pratique barbare et extrêmement dangereuse, et on lui préfère systématiquement un traitement médicamenteux. Elle est employée uniquement dans des cas extrêmes, dans le traitement de maladies de l'ordre du trouble obsessionnel compulsif, pour lesquelles aucun traitement médical médicamenteux n'existe. Faute de preuves concernant son efficacité, on ne l'utilise plus pour traiter la schizophrénie. L'efficacité du traitement est quasi nulle (une amélioration observée sur 5 patients sur 18, Baer et al., 1995). La leucotomie est cependant toujours pratiquée de façon légale dans certains pays, elle est notamment effectuée sous contrôle dans certains états des États-Unis, en Finlande, en Suède, au Royaume-Uni, en Espagne, en Inde, en Belgique et en Hollande. En France, 32 lobotomies furent pratiquées entre 1980 et 1986 d'après un rapport de l'IGAS. La lobotomie est aujourd'hui interdite en France.

Voir aussi

===
Sujets connexes
BBC Radio 4   Belgique   Cerveau   Egas Moniz   Espagne   France   Hollande   Inde   Leucotomie   Lisbonne   Médecine   Neurochirurgie   Neuroleptique   Neurone   Philippe Pignarre   Prix Nobel de physiologie ou médecine   Royaume-Uni   Schizophrénie   Substance blanche   Trouble obsessionnel compulsif  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^