Flashback (cinéma)

Infos
Flashback (cinéma)

Définition du procédé

Dans une narration cinématographique, le flashback (ou flash-back, du terme anglais qui peut se traduire par « retour en arrière ») est un procédé qui, dans la continuité narrative, fait intervenir une scène s'étant déroulée préalablement à l'action en cours ou principale. Ce procédé est la plupart du temps utilisé pour apporter au spectateur des éléments nécessaires à sa compréhension de l'action en cours d'évolution. Mais il peut également être utilisé à des fins poétiques, humoristiques, etc. La principale difficulté pour le réalisateur est de bien faire comprendre au spectateur que la scène se situe dans le passé, mais il dispose de nombreux artifices pour y parvenir : costumes (Le Parrain, 2 partie de Francis Ford Coppola), lieux, présences de personnages, voix du narrateur (voix intérieure dans Le jour se lève, 1939)… Il peut également appuyer l'effet par une transition technique comme l'introduction de flou entre deux plans (Les Ensorcelés de Vincente Minnelli) ou un traitement différent de l'image (Le Grand Meaulnes de Jean-Gabriel Albicocco). En général, le flashback s'articule donc autour d'un élément pivot, raccord d'un instant du temps principal du récit à un instant antérieur, puis grâce à un deuxième élément pivot, qui est le plus souvent une variation du premier, érigé en référence, il est opéré un retour au temps principal du film. Un film entier peut ainsi être construit en un flash-back : séquence d'introduction par un narrateur, par exemple, puis à la fin du film, retour au temps du narrateur qui vient clore le récit. Le réalisateur peut aussi choisir de ne fournir aucun renseignement et de laisser croire à une continuité afin de manipuler le spectateur (Le Voyou de Claude Lelouch).

Un procédé contesté

Le flashback est souvent considéré de nos jours comme un procédé daté, au même titre que le champ-contrechamp. Dans les années 50, Herman en déconseillait déjà l'emploi. Selon lui, ce procédé freine le suspense, en désamorçant la curiosité de ce qui va arriver et pourtant, avouait Herman, il demeure populaire. Plus récemment, Field déconseille également le flashback comme procédé « daté ». Et Claude Chabrol, dans un numéro de Cinématographe le condamne en tant que réalisateur : « Le plus souvent, dit-il, on fait un flash-back quand on a une idée forte de première scène. On attaque le spectateur avec violence, et après on explique comment on y est arrivé ». Depuis les années 1990, des réalisateurs préfèrent déstructurer la continuité chronologique du récit plutôt que de faire appel au traditionnel flashback ; cette déstructuration a été facilitée par l'apparition du montage vidéo sur disque dur (procédé Avid), permettant de faire de nombreux essais par rapport au montage direct sur pellicule. On peut citer le travail de Robert Altman (en particulier Short Cuts ou Kansas City) et Quentin Tarantino (Reservoir Dogs, mais surtout Pulp Fiction), ainsi que de jeunes réalisateurs : dans Memento de Christopher Nolan le procédé suit un but narratif alors que dans Amores Perros ou 21 grams de Alejandro González Iñárritu l'objectif semble plus du domaine esthétique.

Types de flashbacks

On peut classer les retours en arrière au cinéma selon différents types d'utilisation, types de récit, types de significations, etc.
-Il y a des flashbacks-puzzles, dans lesquels on cherche à résoudre le mystère entourant un personnage qui, généralement, vient de mourir, et sur lequel se confrontent les témoignages. Les différents témoins qui l'évoquent amènent, par leurs récits, des scènes du passé à revivre devant nos yeux - avec toujours l'ambiguïté, propre au cinéma, sur l'objectivité de ce qui est narré. À ce modèle répondent de nombreux films, comme Citizen Kane d'Orson Welles, La Comtesse aux pieds nus de Joseph L. Mankiewicz, L'Homme de marbre d'Andrzej Wajda, L'Homme qui aimait les femmes de François Truffaut, Lenny, Que le spectacle commence et Star 80 de Bob Fosse, Chaleur et poussière de James Ivory et aussi Lola Montès de Max Ophuls.
-De très nombreux films sont principalement constitués d'un flashback : après une introduction, le film plonge dans le passé, souvent à l'occasion d'une narration, jusqu'à ce que la continuité narrative rejoigne l'époque de l'introduction, avant le dénouement final : Chaînes conjugales de Joseph L. Mankiewicz, La Femme à abattre de Raoul Walsh, Manèges d'Yves Allégret, Le Messager de Joseph Losey, Lawrence d'Arabie de David Lean, Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, Little Big Man d'Arthur Penn, Les Choristes de Christophe Barratier, Fight Club...
-Une autre variante est celle où les versions des différents témoins se contredisent, et se remettent en cause fortement ; notamment quand il s'agit de retrouver la vérité sur un événement dans une enquête... Un des exemples les plus célèbres est celui du Rashōmon d'Akira Kurosawa, où les trois récits d'un même fait divers (un viol suivi d'un meurtre) se succèdent selon trois points de vue différents, laissant planer le doute sur « la » vérité finale. Ce procédé est toujours utilisé, comme dans le film québécois Le Nègre (1997) où un enquêteur tente de démêler les témoignages discordants de trois témoins dans une histoire de meurtre. Ce procédé connaît de multiples variantes. Certains scénarios jouent astucieusement avec le temps de la narration : le temps que l'homme passe à raconter ou à se remémorer son histoire passée est pris en compte dans le déroulement de l'action au présent, il n'y a pas de temps suspendu.
-Il existe également des flash-backs traités de façon plus nostalgique, dans le style « À la recherche du temps perdu », dont le modèle ultime est le film Les Fraises sauvages d'Ingmar Bergman. Le héros, un vieux professeur égoïste, s'y promène en chair et en os dans le temps de sa jeunesse, qu'il observe en se cachant. Le Messager de Joseph Losey, et de nombreux films comme Casablanca de Michael Curtiz dans lequel un bref Flash-back en forme de montage-séquence vient rappeler une idylle ancienne, ou un drame ancien.

Ailleurs qu'au cinéma

Contrairement à une idée répandue, le flashback n'est pas une spécificité cinématographique. Certes, c'est le cinéma qui en fait le plus grand usage. Mais le procédé peut être utilisé au théâtre (cf. Amadeus, Les mains sales, Mort d'un commis voyageur) ou en bande dessinée (cf. Maus, la série Alix, la série El Nino).

Bibliographie

- Yannick Mouren, Le flash-back, analyse et histoire, Armand Colin, 2005.

Voir aussi

-Par analogie et opposition, on appelle flashforward (traduisible par « projection en avant ») le procédé de présenter une scène se plaçant ultérieurement à la continuité en cours.
-À l'origine du flashback, il existe l'analepse, figure de style littéraire dont est issu ce procédé cinématographique. Catégorie: Analyse et esthétique du cinéma da:Flashback de:Rückblende en:Flashback es:Flashback gl:Flashback he:פלשבק it:Analessi nl:Flashback (kunst) pt:Analepse ru:Флешбек simple:Flashback sr:Флешбек sv:Flashback (psykologi)
Sujets connexes
Akira Kurosawa   Alejandro González Iñárritu   Alix   Amadeus   Amours chiennes   Analepse   Andrzej Wajda   Années 1950   Années 1990   Arthur Penn   Avid   Billy Wilder   Bob Fosse   Boulevard du crépuscule   Casablanca (film)   Champ-contrechamp   Chaînes conjugales   Christophe Barratier   Christopher Nolan   Citizen Kane   Claude Lelouch   David Lean   Fight Club (film)   Figure de style   Flashforward   Francis Ford Coppola   François Truffaut   Herman   Ingmar Bergman   James Ivory   Jean-Gabriel Albicocco   Joseph Leo Mankiewicz   Joseph Losey   L'Homme de marbre   L'Homme qui aimait les femmes   La Comtesse aux pieds nus   Lawrence d'Arabie (film)   Le Grand Meaulnes (1967)   Le Messager (film, 1970)   Le Parrain 2   Le Voyou   Le jour se lève   Lenny   Les Choristes   Les Ensorcelés   Les Fraises sauvages   Little Big Man   Lola Montès   Manèges   Maus   Max Ophüls   Memento   Michael Curtiz   Mort d'un commis voyageur   Orson Welles   Pulp Fiction   Que le spectacle commence   Quentin Tarantino   Québec   Raoul Walsh   Rashōmon (film)   Reservoir Dogs   Robert Altman   Réalisateur   Short Cuts   Star 80   Vincente Minnelli   Voix intérieure   Yves Allégret  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^