Université de Tartu

Infos
L’Université de Tartu est l’université nationale estonienne, qui a son siège à Tartu. Fondée en 1632 alors que ceux-ci étaient pour l’essentiel sous la domination de la Suède, par Gustave II Adolphe de Suède, c’est la deuxième plus ancienne université des Pays baltes après l'université de Vilnius, laquelle date de 1579. L'enseignement s'y fait alors en latin. Elle a contribué à la renaissance de la nation estonienne à la fin du . Son nom estonien est T
Université de Tartu

L’Université de Tartu est l’université nationale estonienne, qui a son siège à Tartu. Fondée en 1632 alors que ceux-ci étaient pour l’essentiel sous la domination de la Suède, par Gustave II Adolphe de Suède, c’est la deuxième plus ancienne université des Pays baltes après l'université de Vilnius, laquelle date de 1579. L'enseignement s'y fait alors en latin. Elle a contribué à la renaissance de la nation estonienne à la fin du . Son nom estonien est Tartu Ülikool et en allemand Universität Dorpat. Elle a aussi porté pour noms ceux d’Academia Gustaviana, Université de Dorpat, (Kaiserliche) Universität (zu) Dorpat et Université de Yuryev/Jurjev.

Histoire

Fondée par les Suédois comme partie intégrante de leur politique coloniale en Estonie; Academia Gustaviana fut la seconde université fondée en territoire suédois après l'université d'Uppsala. Un lycée jésuite qui exista entre 1583 et 1601 à l'époque ou Tartu (Dorpat) était sous l'autorité polonaise, peut être également considéré comme un précurseur de l'Académie. En difficulté jusqu'en 1710 et déplacée à Pärnu, l'université fur refondée en 1802 sur l'ordre du réformateur Alexandre Ier de Russie à laquelle l'Estonie était alors rattachée. Le premier recteur élu fut Georges-Frédéric Parrot né à Montbéliard en 1767. Entre 1802 et 1893, la langue d'enseignement fut l'allemand. Durant cette période, Dorpat jouissait d'une double nature: université de langue allemande et université russe. Financièrement et administrative, cette dernière était plus importante; intellectuellement et au niveau du corps professoral, la première primait (plus de la moitié des professeurs venaient d'Allemagne, un tiers au moins était balte allemand. En fait, parmi les 30 université de langue allemande, dont 23 à l'intérieur de l'Empire allemande, Dorpat occupait la onzième place en taille. L'université éduquait des leaders germano-baltes, des professionnels, ainsi que du staff administratif et sanitaire pour l'ensemble de la Russie. Entre 1860 et 1880, son âge d'or, l'université était de niveau international. Sa condition d'université à moitié allemande prit fin avec la montée des tendances nationalistes en Russie, qui privilégiaient l'homogénisation par rapport au maintien d'une université à un niveau international. Entre 1882 et 1898, la russification de la langue, des nominations, … fut imposée, à quelques exceptions près. Ainsi la « divinity school » fut autorisée à continuer en allemand jusque 1916 car le clergé orthodoxe considérait qu'elle propageait des vues protestantes dangereuses. En 1898, l'université fur rebaptisée Jurjev. À ce moment-là, tous les savants d'Allemagne avaient quitté. L'université de Jurjev exista jusqu'en 1918. Elle fut même rouverte quelque temps en automne sous l'occupation allemande. Le personnel et les étudiants trouvèrent refuge à Voronezh en Russie, ce qui provoqua la création de l'université d'état de Voronezh, qui se fait remonter son histoire à l'université de Tartu et possède toujours des propriétés de cette dernière. En 1919, l'université de Tartu fut fondée en tant qu'institution estonienne, elle resta ouverte jusqu'en 1940. Après une courte période soviétique en 1940, elle revint sous autorité allemande entre 1941 et 1944 et s'appela à nouveau Dorpat. Depuis 1944, elle s'appelle Université de Tartu. Durant la deuxième occupation soviétique (1944-1991), l'estonien fut la principale langue d'enseignement, même si certains cours étaient donnés en russe et si des curriculum russes existaient. C'est encore vrai aujourd'hui, après que l'Estonie a regagné son indépendance. Le retour d'une autonomie académique totale peut être datée de 1992. La dernière décade fut marquée par des changements organisationnels et structurels sur le modèle de quelques universités (américaines, scandinaves, allemandes) en opposition avec ses antécédents soviétiques et germano-baltes. Plus récemment et encore aujourd'hui, l'université met en place la réforme de Bologne qui amène des grands changements dans les études.

Infrastructure

main building of UT (winter) Ses quatre musées, son jardin des plantes, et son complexe sportif sont, généralement, ouverts à tous les citoyens de Tartu. L'université possède quelque 150 bâtiments, dont 30 à l'extérieur de Tartu. 31 de ces bâtiments décorent la ville en tant que bâtiments architecturaux. Il y a également de nombreux bâtiments récemment construit/rénovés et des cité-universitaires.

Recherche

Plus de publications sont produites chaque année par l'université. Environ la moitié est publiée par des scientifiques Estoniens dans des journaux (ceux couverts par des indexes de citations comme « SCI Expanded », « SSCI » ou « A&HCI ») sont écrites par des auteurs de Tartu. Selon l'université, les recherches les plus remarquables se font dans le domaine de la biologie des molécules et des cellules, de la génétique, de l'immunologie, de la pharmacologie, des médecines lasers, des sciences matérielles, de la spectroscopie laser, de la biochimie, de l'écologie (environment tehcnology), de la linguisitique informatique (computer linguistics), de la psycholgie et de la cryptologie (semiotics). L'université a commencé à coopérer avec des entreprises privée, et à être le noyau du développement d'entreprises spin-off (spin-off firms).

Enseignants et anciens élèves

Corps enseignant

lauréat du prix Nobel

-Wilhelm Ostwald, prix Nobel de chimie

Sciences humaines et sociales

-Jüri Allik, psychologie
-Walter Anderson, folklore
-Karl Bücher, économie and anthropologie
-Vladimir Dahl, lexicographie
-Wolfgang Drechsler, admininistration publique et philosophie politique
-Gustav von Ewers, historien du droit
-Lazar Gulkowitsch, études juives
-Theodosius Harnack, théologie Luthérienne
-Siim Kallas, économie et politique (également ministre des finances et premier ministre estonien)
-Emil Kraepelin, psychologie
-Jaan Kross, écrivain
-Etienne Laspeyres, économie et statistiques
-Wilhelm Lexis, économie, assurances
-Yuri Lotman, semiotique
-Alexander von Oettingen, théologie Luthérienne, théorie des statistiques
-Ludwig Preller, philologie et antiquariat
-Rein Taagepera, sciences politiques
-Grigol Tsereteli, classicisme et papyrologie
-Adolph Wagner, économie et sciences sociales

Sciences naturelles

-Jaan Einasto, astrophysique
-Johann Friedrich von Eschscholtz, biologie et explorateur
-Germain Henri Hess, chimie
-Arthur von Oettingen, physique
-Georg von Oettingen, médicin
-Matthias Jakob Schleiden, botanique
-Friedrich Georg Wilhelm von Struve, astronomie

Etudiants remarquables

-Andrus Ansip, Premier ministre estonien
-Mart Laar, ancien Premier ministre estonien (1992-1994 et 1999-2002)
-Karl Ernst von Baer, zoologiste et père de l’embryologie
-Anton Hansen Tammsaare, écrivain estonien
-Adolf von Harnack, théologie protestante
-Nicolai Hartmann, philosophe
-Paul Keres, joueur d’échecs
-Friedrich Reinhold Kreutzwald, médecin, auteur du Kalevipoeg
-Alberts Kviesis, homme d’État letton
-Heinrich Friedrich Emil Lenz, physicien
-Lennart Meri, ancien Président de la République estonien, écrivain, cinéaste
-Leo Michelson, peintre
-Wilhelm Ostwald, chimie (prix Nobel 1908)
-Juhan Parts, ancien Premier ministre d’Estonie (Res Publica)
-Grigol Robakidze, écrivain géorgien
-Leopold von Schrenck (1826-1894), zoologiste, géographe et ethnographe
-Otto Strandman, ancien Premier ministre et chef de l'État estonien
-Valentin Tomberg, philosophe des religions, penseur, mystique

Doctor honoris causa

- Umberto Eco, écrivain
- Otto Kaiser, théologien Protestant
- Arvo Pärt, compositeur

Coopération académique

L'université a signé des accord de coopération avec 30 universités et institutions de recherche à l'étranger et 140 contrats pour des échanges internationaux d'étudiants et professeurs au sein de réseau Erasmus de l'Union européenne. Actuellement presque 400 étudiants provenant de 27 pays différents sont l'université. La grande majorité vient de Finlande, Suède, Lettonie, Russie, États-Unis et Allemagne. L'université de Tartu a des accords de coopération avec les universités suivantes. Ces accords peuvent inclure des programmes d'échange d'étudiants Union européenne
- Université d'Amsterdam, Amsterdam, Pays-Bas
- Université de Giessen, Giessen, Allemagne
- Université de Göteborg, Göteborg, Suède
- Université de Grenade, Espagne
- Université Georg-August de Göttingen, Göttingen, Allemagne
- Université de Greifswald, Greifswald, Allemagne
- Université de Hamburg, Hambourg, Allemagne
- Université d'Helsinki, Helsinki, Finlande
- Université de Lettonie, Rīga, Lettonie
- Katholieke Universiteit Leuven, Leuven, Belgique
- Université de Lund, Lund, Suède
- Université de Maastricht, Maastricht, Pays-Bas
- Université de Marbourg, Marbourg, Allemagne
- Université de Münster, Münster, Allemagne
- Université de Saint-Étienne, Saint-Étienne, France
- Université de Turku, Turku, Finlande
- Université d'Uppsala, Uppsala, Suède
- Université de Vaasa, Vaasa, Finlande
- Université de Vilnius, Vilnius, Lituanie Autres
- Université de Toronto, Toronto, Canada
- Université Waseda, Japon
- Université de Saint-Pétersbourg, Saint-Pétersbourg, Russie
- University of Georgia, USA
- University of North Carolina, Greensboro, USA

Bibliographie

-Alma Mater Tartuensis (1632-1982) (1982). Tullio Ilomets and Hillar Palamets, eds. Tallinn: Eesti Raamat.
-Engelhardt, Roderich von (1933). Die deutsche Universität Dorpat in ihrer geistesgeschichtlichen Bedeutung. München: Ernst Reinhardt.
-Mägi, Reet and Wolfgang Drechsler, eds. (2004). Kaiserliche Universität Dorpat 200 – Academia Gustaviana 370 – The Jubilee of the University of Tartu. Tartu: Tartu University Press.
-Semel, Hugo, ed. (1918). Die Universität Dorpat (1802-1918). Dorpat: Laakmann.

Voir aussi

- Estonie
- Tallinn University of Technology
- Ville de Tartu ===
Sujets connexes
Adolf von Harnack   Adolph Wagner   Alberts Kviesis   Alexandre Ier de Russie   Allemagne   Amsterdam   Andrus Ansip   Arvo Pärt   Belgique   Canada   EUA   Embryologie   Emil Kraepelin   Erasmus   Espagne   Estonie   Estonien   Finlande   France   Friedrich Georg Wilhelm von Struve   Friedrich Reinhold Kreutzwald   Germain Henri Hess   Giessen   Greensboro   Greifswald   Groupe de Coïmbre   Gustave II Adolphe de Suède   Göteborg   Göttingen   Hambourg   Heinrich Lenz (physicien)   Helsinki   Jaan Kross   Japon   Johann Friedrich von Eschscholtz   Juhan Parts   Jésuite   Jüri Allik   Kalevipoeg   Karl Ernst von Baer   Katholieke Universiteit Leuven   Latin   Lennart Meri   Leo Michelson   Lettonie   Lituanie   Lund   Maastricht   Marbourg   Mart Laar   Matthias Jakob Schleiden   Montbéliard   Nicolai Hartmann   Otto Strandman   Paul Keres   Pays-Bas   Pays baltes   Premier ministre   Prix Nobel   Président de la République   Pärnu   Res Publica   Russie   Rīga   Saint-Pétersbourg   Saint-Étienne   Siim Kallas   Suède   Tartu   Toronto   Turku   Umberto Eco   Union européenne   Université   Université Waseda   Université d'Helsinki   Université d'Uppsala   Université de Greifswald   Université de Grenade   Université de Lettonie   Université de Lund   Université de Marbourg   Université de Münster   Université de Saint-Étienne   Université de Toronto   Université de Turku   Université de Vilnius   Uppsala   Vaasa   Vilnius   Wilhelm Ostwald  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^