Iran

Infos
L’Iran , dont le nom officiel est République islamique d’Iran , est une république islamique d’Asie occidentale (ou centrale). Sa capitale est Téhéran (ou Tehrān), sa langue officielle le persan et sa monnaie le rial. Le calendrier officiel est le calendrier persan. L'Iran était aussi connu par le nom de Perse internationalement jusqu'en 1935. Le pays a une superficie de km² et une population de près de 70 millions d’habitants.
Iran

L’Iran , dont le nom officiel est République islamique d’Iran , est une république islamique d’Asie occidentale (ou centrale). Sa capitale est Téhéran (ou Tehrān), sa langue officielle le persan et sa monnaie le rial. Le calendrier officiel est le calendrier persan. L'Iran était aussi connu par le nom de Perse internationalement jusqu'en 1935. Le pays a une superficie de km² et une population de près de 70 millions d’habitants. Avec un produit national brut de 570 milliards de dollars en 2005, il constitue la deuxième économie de la région. Son produit intérieur brut par habitant s’élève à 8400 dollars. L'Iran est le 4 producteur de pétrole au monde et le 2 exportateur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Il dispose aussi de la deuxième plus grande réserve en gaz naturel, après la Russie, et en est le 6 producteur.

Origine du nom

Pendant la dynastie Achéménide (550-330 av. J.-C.), les Iraniens appelaient leurs territoires Parsa du nom du royaume de Cyrus le Grand, qui appartenait à la tribu perse, et qu’on retrouve encore aujourd’hui sous la forme de Fars ou Pars, correspondant au nom de cette province d’Iran. Cependant, la totalité de l’État était alors appelée Aryanam. Ce mot est apparenté au terme Aryen, qui signifie noble , chap. 1 in The Persians, Gene R. Garthwaite, Blackwell Publishing, 2005, . À l’époque Parthe (248 av. J.-C. - 224 ap. J.-C.) Aryanam a été modifié en Aryan pour évoluer vers Iranshar et Iran à l’époque Sassanide. Les grecs utilisaient les termes Aryana et Persis pour désigner la région qui est aujourd’hui connue comme le plateau iranien , Nikki Keddie, Middle East Review of International Affairs Vol. 2, No. 3, Septembre 1998 . Le terme est passé au latin pour devenir Persia, puis en français Perse, terme qui est encore très utilisé dans les pays occidentaux et qui provoque une confusion avec la province du Fars. Au , une dispute entre intellectuels éclate pour savoir quel devrait être le nom correct du pays. Le 21 mars 1935, jour de Noruz, Reza Shah Pahlavi publie un décret demandant à toutes les relations étrangères du pays de le désigner sous le nom d'Iran dans leur correspondance officielle, en accord avec le fait que Perse est un terme utilisé pour un pays appelé Iran en persan. En 1979, la révolution iranienne a abouti à la création de la République islamique d’Iran, mais les termes Perse et Iran sont toujours largement utilisés.

Géographie

Géographie physique

Carte de l’Iran L'Iran est un pays montagneux et partiellement désertique d'une superficie de km² , 2006. Au nord, il a des frontières communes avec l’Arménie (35 km), l’Azerbaïdjan (611 km) et le Turkménistan (992 km), et a 740 km de côtes sur la mer Caspienne. Les frontières occidentales sont partagées avec la Turquie au nord et l’Irak au sud, finissant au Chatt-el-Arab (en persan : Arvand Rud). Le golfe Persique et le golfe d’Oman forment l’intégralité de sa limite méridionale de 1770 km. L’Iran a un contentieux avec les Émirats arabes unis depuis les années 1970 portant sur les îles Tunbs et Abu Moussa, occupées militairement par l’Iran. À l’est se trouvent l’Afghanistan au nord et le Pakistan au sud. La distance entre l’Azerbaïdjan au nord-ouest et le Sistan et Baloutchistan au sud-est est approximativement de 2330 km. Le paysage iranien est dominé par plusieurs chaînes de montagnes qui séparent divers bassins et plateaux les uns des autres. La partie occidentale - la plus peuplée - est la plus montagneuse, avec des chaînes telles celles du Zagros et de l’Alborz (Elbourz) ; c’est dans cette dernière que se trouve le sommet le plus élevé de l’Iran, le Damāvand qui culmine à 5607 m. Le plateau iranien est la zone située entre les chaînes de montagnes localisées à l’est et à l’ouest du pays. La moitié orientale consiste essentiellement en une série de bassins désertiques inhabités (comme le Dasht-e Kavir) parsemés de rares lacs salés. Paysage dans la province du Fars. Les montagnes entourent plusieurs larges bassins, ou plateaux, sur lesquels sont situés des centres agricoles et urbains majeurs tels qu'Ispahan ou Shiraz. Jusqu’au , lorsque furent construites les principales autoroutes et chemins de fer à travers les chaînes montagneuses, ces bassins avaient tendance à être relativement isolés les uns des autres. Typiquement, une grande ville dominait un bassin, et il existait des relations économiques complexes entre la ville et les centaines de villages à sa périphérie. Dans les hauteurs des chaînes montagneuses délimitant les bassins, des groupes organisés de manière tribale pratiquaient la transhumance, déplaçant leurs troupeaux de moutons et de chèvres entre leurs pâturages traditionnels d’été et d’hiver. Biotopes d’Iran : Il n’y a pas de système fluvial d’importance dans le pays, et historiquement, le transport se faisait au moyen de caravanes qui suivaient les routes traversant les cols des chaînes montagneuses. Celles-ci empêchaient aussi l’accès au golfe Persique et à la mer Caspienne. Le climat de l’Iran est principalement aride ou semi-aride. La plaine côtière caspienne fait exception avec un climat subtropical : les températures y tombent rarement en dessous de 0°C en hiver et le climat reste humide toute l’année. Les températures estivales montent rarement au dessus des 29 °C, et les précipitations annuelles sont de 680 mm à l’est et de 1700 mm à l’ouest. Dans l’ouest du pays, les régions habitées dans les vallées des monts Zagros connaissent des températures moins clémentes, des températures moyennes en dessous de 0°C et de fortes chutes de neige. Les bassins orientaux et centraux sont très arides, avec moins de 200 mm de précipitations annuelles et des températures estivales dépassant les 38°C. Les plaines côtières du golfe Persique ont des hivers tempérés, et des étés très chauds et très humides. Les précipitations y varient entre 135 et 355 mm. L’Iran est dans une zone du globe sismiquement très instable et est régulièrement touchée par des tremblements de terre. Le 26 décembre 2003, un important tremblement de terre a frappé la région de Bam, dans le sud du pays, détruisant ainsi les vestiges de l’Arg-é Bam (citadelle et ville antique).

Faune, flore et environnement

Lynx d'Eurasie La faune et la flore d’Iran, étant donnée la grande quantité de biomes et de biotopes, accueille de nombreuses espèces animales et végétales. Les zones semi-désertiques accueillent des félins et des gazelles tels le lynx d’Eurasie, le chat de Pallas, la gazelle indienne, la gazelle à goitre ou encore l’onagre du désert. Certaines sont menacées d’extinction, comme le Guépard d’Iran (Acinonyx jubatus venaticus), dont il ne reste que 50 à 60 individus. D’autres animaux sont endémiques aux régions iraniennes, comme le Tétraogalle de Perse ou le daim de Perse, qui sont aujourd’hui très rares. Les espèces d’oiseaux sont également très nombreuses en Iran : buse féroce, faucon crécerelle, aigle royal, gypaète barbu, ganga unibande dans les steppes, outarde houbara d’Asie dans les déserts. Dans les forêts de montagne se trouvent des sangliers, des ours, des cerfs et des bouquetins. La préservation de l’environnement en Iran a commencé à être prise en compte par l’État dans les années 1950, à la suite des dégradations environnementales et de la surexploitation des ressources naturelles. L’Iran s’est d’abord dotée d’une association iranienne de la vie sauvage en 1956, puis d’une organisation de la chasse et de la pêche en 1967 et enfin d’un ministère de l’environnement en 1971. Le but de ces organisations était la protection de l’environnement. Depuis le début du , les principaux problèmes environnementaux sont les suivants :
- La pollution de l’air, particulièrement dans les zones urbaines. Cette pollution a des causes anthropiques et est liée aux émissions des véhicules, aux opérations de raffinerie et aux effluves industriels.
- La déforestation
- La désertification
- La diminution de la surface des marais à cause de la sécheresse.
- La pollution par le pétrole dans le golfe Persique (due aux opérations d’extraction et de dégazage).
- La pollution de l’eau, causée par les rejets industriels et les rejets non contrôlés d’eau usée. Le plus préoccupant de ces problèmes est peut-être celui de la qualité de l’air, plus particulièrement dans la capitale à Téhéran. Le monoxyde de carbone représente une partie importante des 1, 5 millions de tonnes de produits polluants rejetés à Téhéran en 2002.

Géographie administrative

L’Iran est subdivisé en 30 provinces : Les provinces sont gouvernées par une ville centrale, généralement la plus grande ville de la province. Le gouverneur de province est nommé par le ministre de l’Intérieur. Depuis 2004, la province du Khorassan est divisée en trois provinces, augmentant le nombre des provinces de 28 à 30. Chaque province (Ostān) est divisée en départements (Shahrestān), eux-mêmes divisés en cantons (Bakhsh), qui regroupent une dizaine de villes (Shahr). Les villages (dehestān) sont la plus petite unité administrative ; ils sont rattachés aux villes. La structure administrative de l’Iran change très régulièrement. En 2005, l’Iran comptait 324 départements, 865 cantons, 982 villes et 2378 villages Number of shahrestans, bakhshes, cities and dehestans according to the administrative divisions, , 1383/2005.

Histoire

L’Iran possède l’une des civilisations continues les plus anciennes du monde. L’histoire de l’Iran couvre des milliers d’années, depuis les civilisations antiques du plateau iranien, la civilisation des Mannéens en Azerbaïdjan, de Shahr-i Sokhteh (« Ville brûlée ») dans le Sistan, et l’ancienne civilisation de Jiroft, suivie du royaume d’Élam, de l’empire Achéménide, des Parthes, des Sassanides jusqu’à l’actuelle République islamique d’Iran.

Préhistoire et Antiquité

Vase de la région de Jiroft, avec des bas-reliefs représentant des scorpions. L’Iran possède une des civilisations continues parmi les plus anciennes du monde. Des vestiges d’occupation humaine remontant au Paléolithique inférieur y ont été retrouvés au Balouchistan, dont certains — parmi les plus anciens — ont un âge estimé à ans. Au nord-ouest du pays, dans la région de la mer Caspienne, des vestiges datant du attestent de l’apparition d’une économie de production de biens au Mésolithique. Des sites néolithiques attestent que la pratique de l’agriculture remonte à 6 et 7000 ans dans la vallée de Gorgan, à Tureng Tepe, Yarim Tepe, et au centre du pays à Sialk II (près de Kashan)R. Ghirshman, Fouilles de Sialk près de Kashan, 1933, 1934, 1937, Paris, 1938.. Des objets de cuivre et des céramiques peintes remontant à l’âge du cuivre (il y a 4000 ans), ont été retrouvés en Susiane (province du Khuzestan) et à Sialk. Des recherches archéologiques commencent à peine à faire connaître des civilisations très anciennes comme la civilisation de Jiroft qui bâtit des villes il y a 5000 ans, soit bien avant les civilisations égyptiennes et grecques. Le début du voit apparaître une forme d’écriture, probablement dérivée du système sumérien, à Suse. L’Empire Élamite (précédé par la civilisation proto-élamite) établit un nouveau pouvoir régional dans le sud-ouest de l’Iran, et concurrence les empires voisins de Babylonie et d’Assyrie. C’est au cours du second millénaire avant notre ère qu’arrivent sur le plateau iranien divers peuples iraniens, provenant d’Asie centrale. Au milieu du , les Mèdes, groupes de tribus établis au nord et au nord-ouest du pays, établissent leur pouvoir sur la région. À la fin de ce même siècle, les Mèdes et les Babyloniens se libèrent définitivement du joug assyrien en prenant Ninive en 612 av. J.-C.. C’est à la même période qu’apparaissent les premières sources mentionnant Cyrus I, roi d’Anshan, petit-fils d’Achéménès, fondateur du premier Empire Perse, celui des AchéménidesPierre Briant, Histoire de l’empire Perse, Fayard, Paris, 2003, 1247 p. ISBN 2-213-59667-0 p.39. Les ruines des palais des Achéménides, Persépolis

Achéménides

Despotes éclairés, les Achéménides construisent un immense empire s’étendant de l’Inde à l’Égypte, organisé en satrapies reliées entre elles par un immense réseau routier. Le cylindre de Cyrus est la première trace écrite d’une déclaration des Droits de l’Homme, datant de Cyrus II Shapour Suren-Pahlav Iran Chamber (consulté le 10 octobre 2006). La dynastie achéménide établit des capitales à Pasargades, Persépolis, Suse et Ecbatane. Leur règne est marqué par les Guerres médiques les opposant aux Grecs. L’empire perse décline après le règne de Xerxès I et chute en 330 av. J.-C., conquis par Alexandre le Grand.

Séleucides

Les généraux d’Alexandre établissent la dynastie des Séleucides, qui s’effondre à son tour en 60 av. J.-C., le dernier reliquat de l’empire, en Syrie étant transformé en province romaine par Pompée. L’empire Parthe (aussi appelé Arsacide), fondé par Arsace et Tiridate en 250 av. J.-C., leur succède jusqu’en 224, quand le roi Artaban IV est défait par un de ses vassaux perses. Une nouvelle dynastie naît : les Sassanides, qui donnent naissance au second empire perse (226 - 651).

Sassanides

Les Sassanides furent les premiers à appeler leur empire Iranshahr ou Eranshahr . Il s’agit d’une des périodes les plus importantes de l’histoire de l’Iran : la civilisation perse s’accomplit dans de nombreux domaines, et influence considérablement le monde romain, les deux empires étant perpétuellement en guerreA. Grabar, « Le rayonnement de l’art sassanide dans le monde chrétien », La Persia nel Medioevo, Rome, 1971, pp. 679-707.. L’influence culturelle atteint l’Europe occidentale, l’Afrique, la Chine et l’Inde, et continue durant la période islamique Abdolhossein Zarinkoub, Ruzgaran: tarikh-e Iran az aghz ta saqut saltnat Pahlvi, Sukhan, 1999. ISBN 964-6961-11-8 - p. 305., M. M. Mango, « Byzantine, Sasanian and Central Asian Silver, Kontakt zwischen Iran, Byzanz und der Steppe » in 6-7. Jh., ed. Cs. Balint, Varia Archaeologica Hungarica, IX, Budapest, 2000, pp. 267-284..

Période islamique

La conquête de l’Iran commence en 637, avec Abû Bakr. Après avoir occupé Ctésiphon, capitale de l’empire, les musulmans battent l’armée sassanide à Nahavand en 641-642. L’Iran est ensuite rapidement conquis. La conversion à l’islam est progressive jusqu’au . L’Iran a été islamisé, mais n’a jamais été arabisé, contrairement aux autres régions conquises par le califat , Bernard Lewis, Moshe Dayan Center for Middle Eastern and African Studies, Université de Tel Aviv, 2001. Les persans ont même réussi à se distinguer au sein de l’Islam, et l’apport culturel, politique et même religieux des iraniens à l’Islam est d’une importance fondamentale. Carte de l’Iran vers l’an 1000. Au , le Khorassan se rallie à la doctrine dissidente du chiisme et s’émancipe de la domination arabe. Une révolte renverse la dynastie Omeyyade, installant les Abbassides à Bagdad en 748 , C. E. Bosworth, Encyclopaedia Iranica (consulté le 1/10/2006). Le pouvoir des califes diminue progressivement, et plusieurs dynasties régionales émergent en Iran entre 820 et 1005, dont les Samanides. Ces derniers rivalisent avec Bagdad, et créent d’importants foyers de vie intellectuelle. Outre la culture arabe classique, ils favorisent l’éclosion de la littérature persane et accordent leur protection à des penseurs. En 962, la dynastie Ghaznévides s’installe à Ghazna et régne du Khorasan au Panjâb. C’est sous le patronage de Mahmûd de Ghaznî que Ferdowsi écrit en persan le Shâh Nâmâ (signifiant "Le livre des Rois"), poème épique qui recueille les histoires de la mythologie perse« Ghaznavids », C.E. Bosworth Encyclopaedia Iranica (consulté le 2/10/2006). Un groupe turc, les Seldjoukides, arrive dans la région au . Les Ghaznévides, puis les Samanides, sont défaits. L’Iran connaît une renaissance culturelle et scientifique. L’observatoire d’Esfahan est créé, où Omar Khayyam met au point un nouveau calendrier qui introduit l’année bissextile : le calendrier persan, encore utilisé aujourd’hui. Cette époque voit aussi une production artistique très riche : l’Art des Saljukides d’Iran. Après les Seldjoukides, l’Iran est encore dirigé par des petites dynasties locales avant d’être envahi par les Mongols de Gengis Khan en 1219. Le pays est dévasté et l’invasion est désastreuse pour la population« Mongols », Peter Jackson, nov. 2002, Encyclopaedia Iranica. La destruction de nombreux qanats (un système d’irrigation traditionnel performant) détruit le réseau d’habitat. Les villes sont détruites et remplacées par des oasis isolées, la démographie chute et le pays se tribalise. De petites dynasties locales se mettent en place après la fin de la première période mongole en 1335. Mais rapidement, le pays est de nouveau envahi : Tamerlan (ou Timur, d’origine turque ou mongole), conquiert la totalité de l’Iran, et en devient l’empereur en 1381. L’empire Timouride dure jusqu’en 1507 : les Chaybanides prennent Samarcande tandis que les Safavides reconquièrent une bonne partie du territoire iranien à partir de l’Azerbaïdjan iranien.

Mise en place de l’État iranien moderne

L’Iran se convertit au chiisme duodécimain au siècle, sous l’impulsion d’Ismail I, premier souverain Safavide. Cette conversion résulte d’une volonté de s’affirmer face à la domination des Ottomans sunnites et de créer une identité iranienne spécifique. La conversion est obligatoire, sous peine de mort Ehsan Yarshater, , Encyclopædia Iranica, 2006. Intérieur de la mosquée du Sheikh Lutfallah, Ispahan L’apogée des Safavides est atteinte sous Shah Abbas I le Grand. Le pays est pacifié, son territoire étendu et son administration centralisée. Son règne est aussi un âge d’or pour le commerce et les arts (accueil de commerçants et d’artistes étrangers, développement de la production de tapis, construction d’Ispahan, etc.). Une invasion de l’Iran par des tribus afghanes met un terme à la dynastie des Safavides. La suprématie afghane est assez brève. Tahmasp Quli, un chef de tribu Afshar, chasse les Afghans et prend le pouvoir en 1736 sous le nom de Nâdir Shâh. Tout le territoire iranien est repris, depuis la Géorgie et l’Arménie jusqu’à l’Afghanistan. Des campagnes militaires sont même menées jusqu’à Delhi en 1739. Nâdir Shâh est assassiné en 1747 par d’autres chefs Afshars. Carte de l’État Safavide, XVIème, XVIIème, XVIIIème siècles. Le pays est ensuite la proie de luttes tribales pour la conquête du pouvoir : Afshar, Afghans, Qajars et Zands se battent. Karim Khan Zand réussit à réunifier presque tout le pays en 1750. Il refuse de prendre le titre de Shah et préfère se nommer Vakil ar-Ra’aayaa (« Le Régent des paysans »). Sa mort en 1779 est encore suivie de luttes. C’est finalement Agha Mohammad Shah Qajar qui prend le pouvoir en 1794, établissant une dynastie qui dure jusqu’en 1925. Sous les règnes de Fath Ali Shah, Mohammad Shah, et Nasseredin Shah, le pays retrouve ordre, stabilité et unité. Les marchands (bāzāris) et les Oulémas (chefs religieux) deviennent des membres importants de la société iranienne. Cependant, l’autorité centrale est plutôt faible, la classe dirigeante relativement corrompue et le peuple exploité par ses dirigeants. Les puissances coloniales russe et britannique tirent parti de cette situation : grâce à leur supériorité militaire et technologique, elles dominent le commerce de l’Iran et interfèrent dans les affaires internes du pays.

Révolution constitutionnelle et modernisation de l’Iran

Groupe de révolutionnaires à Tabriz. Au centre : Sattar Khan et Bagher Khan. Les premières tentatives iraniennes de modernisation commencent sous Nasseredin Shah. Le système fiscal est réformé, le contrôle central sur l’administration est renforcé, le commerce et l’industrie sont développés. L’influence du clergé chiite et des puissances étrangères se réduisent. La montée de la colère populaire et une demande de réforme mènent le pays à la révolution constitutionnelle de 1906. L’Iran devient le premier pays moyen-oriental à faire une révolution et à se doter d’une constitution. La Première Guerre mondiale voit grandir l’influence des Britanniques, déjà intéressés par la découverte de pétrole dans le Khuzestan en 1908. Ils essaient d’imposer l’accord anglo-persan en 1919, qui est refusé par le parlement. Reza Khan Mir Panj, devenu Reza Shah Pahlavi. Peu de temps après, un coup d’État fait changer le pouvoir de main, au profit d’un officier, Reza Khan, qui devient quatre ans plus tard Reza Shah Pahlavi. Au moyen d’un gouvernement centralisé et fort, il modernise l’Iran : développement d’industries lourdes, projets majeurs d’infrastructures, construction d’un chemin de fer national, création d’un système public d’éducation nationale, réforme de la justice (jusque là contrôlée par le clergé chiite), création du code civil iranien, amélioration de l’hygiène et du système de santé. Les droits spéciaux accordés aux étrangers pendant l’époque Qajar sont annulés pour diminuer la dépendance vis à vis de la Grande-Bretagne et la Russie. Le 21 mars 1935, la communauté internationale est officiellement sommée de ne plus utiliser le nom Perse mais Iran (nom local depuis les Sassanides). Interdiction du port du voile pour les femmes et obligation de porter un habit « à l’occidentale » pour les hommes sont décrétés la même année. Majles à Téhéran le 19 août 1953. Inquiets de ses rapprochements avec l’Allemagne, les Britanniques forcent Reza Shah à abdiquer en faveur de son fils Mohammad Reza Pahlavi en 1941. Reza Shah est envoyé en exil et meurt en 1944. L’occupation du pays a été d’une importance vitale pour les Alliés. Ayant déclaré la guerre à l’Allemagne en 1943, l’Iran se rapproche des puissances occidentales. La même année, la conférence de Téhéran voit Churchill, Roosevelt et Staline réaffirmer leur engagement sur l’indépendance de l’Iran, qui devient rapidement membre des Nations Unies. En décembre 1945, bénéficiant du soutien de l’Union soviétique, le Gouvernement du peuple d’Azerbaïdjan et la République de Mahabad déclarent leur indépendance dans les régions de l’Azerbaïdjan iranien et du Kurdistan iranien. Des parties du Khorasan, du Gorgan, du Mazandaran et du Gilan sont occupées par les troupes soviétiques : la crise irano-soviétique, première de la guerre froide, se termine en décembre 1946 avec l’effondrement des gouvernements républicains ayant perdu le soutien de l’URSS. Mohammad Mossadegh, figure emblématique de la nationalisation du pétrole. En 1953, le premier ministre Mohammad Mossadegh nationalise le pétrole. Il est alors éloigné du pouvoir à la suite d’un complot orchestré par les services secrets britanniques et américains, opération Ajax. Après sa chute, Mohammad Reza Shah Pahlavi met en place un régime autocratique et dictatorial fondé sur l’appui américain. En 1955, l’Iran appartient au pacte de Bagdad et se trouve alors dans le camp américain pendant la guerre froide. Mohammad Reza Shah modernise l’industrie et la société grâce aux revenus très importants du pétrole et à un programme de réformes nommé la Révolution blanche. L’Iran entre dans une période de prospérité fulgurante et de modernisation accélérée mais la société, bouleversée dans ses racines, souffre du manque de liberté. Mohammad Reza Shah, dernier représentant de la monarchie.

Révolution iranienne et république islamique

Après des mois de protestations populaires et de manifestations contre son régime, Mohammad Reza Pahlavi quitte l’Iran le 16 janvier 1979. Le 1979, Rouhollah Khomeini revient en Iran après un exil de 15 ans. Après la proclamation de la neutralité des forces armées dans la révolution, Khomeini déclare la fin de la monarchie le 11 février et met en place un gouvernement provisoire. Il existait une grande jubilation en Iran autour de la destitution du Shah, mais il existait aussi beaucoup de désaccords sur le futur de l’IranIbrahim, « Jubilation, Anarchy and Sadness Mix as Tehran Erupts in Frenzy », New York Times, 12/02/1979, p. 1. Alors que Khomeini était la figure politique la plus populaire, il existait des douzaines de groupes révolutionnaires, chacun ayant sa propre vue concernant le futur de l’Iran. Il y avait des factions libérales, marxistes, anarchistes et laïques, ainsi qu’un large panorama de groupes religieux cherchant à modeler le futur de l’Iran. Les théologiens sont les premiers à rétablir l’ordre dans le pays, avec l’aide des comités locaux. Connus sous le nom de Gardiens de la Révolution à partir de mai 1979, ces groupes ont vite pris le pouvoir dans les gouvernements locaux dans tout l’Iran, et récupèrent ainsi la plupart des pouvoirs. Les tribunaux révolutionnaires mis en place permettent l’élimination de figures de l’ancien régime et des opposants de tous bords. Finalement, à l'issue d'un référendum organisé le 1979, une république islamique est instaurée, à la tête de laquelle Khomeini devient le guide suprême. Mohammad Khatami. La crise iranienne des otages (occupation de l’ambassade des États-Unis à Téhéran entre le 4 novembre 1979 et le 20 janvier 1981 et prise en otage de ses personnels) pousse l’administration Carter à rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran, puis à imposer des sanctions économiques le 7 avril 1980. Le 22 septembre 1980, profitant de la faiblesse des forces armées iraniennes qui subissent des purges du nouveau régime islamique , Mark Roberts, McNair Paper 48, Institute for National Strategic Studies, janvier 1996, l’Irak envahit l’Iran. La politique officielle des États-Unis cherche à isoler l’Iran. Les États-Unis et leurs alliés fournissent des armes et de la technologie à Saddam Hussein, qui a pour objectif de s’emparer des champs de pétrole du Khuzestan , John R. Bradley, The Washington Quarterly, hiver 2006-2007. Ironiquement, des membres de l’administration Reagan vendent secrètement des armes et des pièces détachées à l’Iran dans ce qui est connu sous le nom de affaire Iran-Contra. L’Iran accepte de respecter le cessez-le-feu exigé par la résolution 598 du conseil de sécurité de l’ONU le 20 juillet 1987. Le 15 août 1990, Saddam Hussein accepte de revenir aux accords d’Alger de 1975 : retour à un statu quo ante. Après la mort de Khomeini le 3 juin 1989, l’assemblée des experts choisit le président sortant, Ali Khamenei comme Guide de la révolution. La constitution est modifiée suite à son arrivée au pouvoir. Pendant la Guerre du Golfe en 1991, le pays reste neutre (il permet toutefois à l’aviation irakienne de se poser en Iran et aux réfugiés irakiens de pénétrer son territoire). La révolution suivie par la guerre avec l’Irak a beaucoup pesé sur l’économie du pays, ce qui conduit des pragmatiques comme Hachemi Rafsandjani à devenir président en 1989 puis 1993. L’échec des politiques économiques et de la modernisation de l’état iranien voit l’élection de Mohammad Khatami, un religieux modéré, en 1997. Celui-ci doit mener le pays entre les exigences d’une société demandeuse de réformes et d’un clergé très conservateur qui souhaite garder la mainmise sur le pouvoir. Ce décalage atteint son paroxysme en juillet 1999, où des protestations massives contre le gouvernement ont lieu dans les rues de Téhéran. Khatami est réélu en juin 2001 mais, après cela, les éléments conservateurs du gouvernement iranien œuvrent pour déstabiliser le mouvement réformateur, bannissant les journaux libéraux et disqualifiant les candidats aux élections parlementaires et présidentielle. L’échec de Khatami à réformer le gouvernement cause une apathie grandissante parmi la jeunesse. Le maire ultra-conservateur de Téhéran, Mahmoud Ahmadinejad est élu président en 2005 (plus de 1000 candidatures sont invalidés par le Conseil des Gardiens). On observe alors un durcissement du discours nationaliste par le président, qui vise ainsi à asseoir la légitimité du programme nucléaire iranien et les décisions de politique étrangère malgré l’opposition américaine. Voir aussi : Liste des dirigeants de l’Iran

Le peuple et sa culture

Démographie

Densité de population par province en Iran. FAO, 2005). Population en milliers d’habitants. La démographie iranienne a été complètement bouleversée au cours du . La population est estimée à 70 millions en 2006 alors qu’elle était de 10 millions au début de ce siècle. Cependant, il apparaît que l’Iran a récemment maîtrisé son très fort taux de fécondité grâce à un planning familial efficace, passant de 5 enfants par femme en âge de procréer à la fin des années 1970 à 1, 82 aujourd’hui. , Akbar Aghajanian, Asia-Pacific Population Journal, Vol. 10, No. 1 (1995), pp. 3-20 Toutefois, la population continue à croître à rythme élevé (1% par an) , IRNA cité par payvand.com, 02/08/2004 , , ONU (2000-2005) : en effet, de la faible proportion de personnes âgées — 5% de la population a 65 ans et plus — résulte un faible taux de mortalité (5, 5‰); la forte proportion de personnes en âge de procréer explique le taux de natalité soutenu (17‰). À terme, le vieillissement de la population devrait tendre à faire baisser la natalité, de sorte que la population se stabiliserait au-dessus de 80 millions d’habitants en 2050 , US Census Bureau, 24/08/2006 . Le solde migratoire est faible (-0, 5‰). La répartition géographique de la population a aussi connu un bouleversement : les urbains formaient environ 10% de la population iranienne au début du , ils sont 67% en 2006. L’urbanisation est continue : le taux de croissance démographique des villes est de 1, 8% par an tandis que les zones rurales perdent annuellement 0, 7% de leur population , ONU (2004). Le taux d’alphabétisation est de 80% chez les plus de 15 ans. La durée moyenne de scolarisation est de 12 ans , ONU (2001/2002).

Données synthétiques

| border="0" style="width: 100%" cellpadding=0 cellspacing=0 |+ |- valign="top" | width="33%"| | width="33%"| | width="33%"| Indicateurs sociaux|width=100% | nom= Autres indicateurs sociaux | image1= | image2= | alphabétisation= 79, 4 | hommes= 85, 6 | femmes= 73, 0 | école= 12 | SIDA=
Sujets connexes
Abbas Ier le Grand   Abbas Kiarostami   Abbassides   Abdul Karim Soroush   Abou Bakr   Abstracta Iranica   Abu Bakr Mohammad Ibn Zakariya al-Razi   Abu Moussa   Académie de Gundishapur   Accords d'Alger (1975)   Achoura   Achéménides   Achéménès   Administration publique   Affaire Iran-Contra   Afghanistan   Afsharides   Agence de presse   Agence internationale de l'énergie atomique   Agha Mohammad Shah   Agriculture   Agroalimentaire   Aigle royal   Ail cultivé   Akkās Bāshi   Al-Biruni   Al-Kachi   Alexandre le Grand   Alexandrie   Algèbre   Alhazen   Ali Chariati   Ali Daei   Ali Karimi   Ali Khamenei   Ali ar-Rida   Ali ibn Abi Talib   Allemagne   Alpinisme   Amato-Kennedy   Andranik Teymourian   Années -330   Années -500   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Anshan   Aqueduc   Arabe   Arabes   Arabie saoudite   Arbaïn   Arg-é Bam   Arme   Arme nucléaire   Armée de l'air iranienne   Armée de terre d'Iran   Armée iranienne   Arménie   Arsace Ier   Arsacides   Art   Art des Saljukides d'Iran   Art martial   Artaban V   Artisanat   Aryens   Asie   Asie centrale   Assemblée des experts   Assemblée générale des Nations unies   Association sud-asiatique pour la coopération régionale   Assurance   Assyrie   Assyriens en Iran   Automobile   Aviation   Avicenne   Ayatollah   Azerbaijan-e-gharbi (de l'ouest)   Azerbaijan-e-sharghi (de l'est)   Azerbaïdjan   Azerbaïdjan iranien   Azéri   Azéris   Aïd el-Fitr   Aïd el-Kebir   Baalbek   Babylone (royaume)   Bagdad   Bagher Khan   Bahaïsme   Bahreïn   Balouchistan   Baloutche   Baloutches   Bam   Bank Markazi Iran   Banque   Barrage   Basij   Basket-ball   Bataille de Nahavand   Bayern de Munich   Bazar   Behzad   Belgique   Berlin   Berlinale   Bibliothèque du Congrès   Biome   Biotope   Blog   Bolton Wanderers Football Club   Bonyad   Bouquetin   British Broadcasting Corporation   Buse féroce   Calendrier grégorien   Calendrier musulman   Calendrier persan   Calendrier zoroastrien   Caucase   Caviar   Centre national de la recherche scientifique   Cerf élaphe   Chacal   Chah   Chahar Mahaal et Bakhtiari   Chaldoran   Charia   Chat de Pallas   Chatt-el-Arab   Chaybanides   Chaîne de télévision   Chemin de fer   Chiisme   Chiisme duodécimain   Chimie   Chimie analytique   Chimie organique   Chiraz   Christianisme   Chrétiens d'Iran   Chômage   Cinéma   Civilisation chinoise   Civilisation de Jiroft   Civilisation proto-élamite   Classe Kilo   Clergé   Cocaïne   Code civil (Iran)   Coing   Commerce   Commerce international   Commission des droits de l'homme des Nations unies   Communauté internationale   Conférence de Téhéran   Conquête musulmane de la Perse   Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime   Conseil de sécurité des Nations unies   Conseil des gardiens de la constitution   Constitution   Constitution de l'Iran   Coran   Corée du Nord   Coton   Coupe du monde de football de 2006   Coupe du monde de la FIFA   Cours du pétrole   Crise iranienne des otages   Crise irano-soviétique   Croissance économique   Ctésiphon   Cuisine iranienne   Culture de l'Iran   Culturisme   Cybercafé   Cylindre de Cyrus   Cyrus II   Cyrus Ier   Céréale   DAF   Daim de Perse   Danse   Dasht-e Kavir   Dastgah   Datte   Delhi   Diaspora arménienne   Diaspora iranienne   Dictature   Dirigisme   Dizin   Dollar américain   Droit de grève   Droite (politique)   Droits de l'homme   Droits de l'homme en Iran   Dynastie Kadjar   Dynastie Pahlavi   Dynastie Zand   Défense et sécurité   Déforestation   Démocratie   Démographie   Désertification   Ecbatane   Elbourz   Embargo   Empire ottoman   Emprunt (finance)   Encyclopædia Iranica   Enluminure   Environnement en Iran   Esther (Bible)   Europe   Facteur d'impact   Fars   Fath Ali Shah Qajar   Fatima Zahra   Faucon crécerelle   Faune d'Iran   Femme iranienne   Ferdowsi   Fereydoun Moshiri   Ferme (agriculture)   Festival de Cannes   Finance   Fleur   Flore d'Iran   Football   Fournisseur d'accès à Internet   France   Franklin Delano Roosevelt   Français   Fruit   Furough Farrokhzad   Fédération internationale des droits de l'homme   Ganga unibande   Gardiens de la Révolution islamique   Gauche (politique)   Gaz naturel   Gazella bennettii   Gazelle à goitre   Gengis Khan   Gens du livre   Ghazni (ville)   Ghaznévides   Gholamreza Takhti   Gilan   Golestan   Golf   Golfe Persique   Golfe d'Oman   Gorgan   Gougoush   Gouvernement populaire d'Azerbaïdjan   Gouvernement provisoire de l'Iran   Grande-Bretagne   Grenade (fruit)   Grèce antique   Guerre Iran-Irak   Guerre du Golfe (1990-1991)   Guerre froide   Guerres médiques   Guépard   Gymnastique   Gypaète barbu   Génération   Géométrie   Géorgie (pays)   Hachemi Rafsandjani   Hafez (poète)   Haltérophilie   Hamadan   Hamas   Hambourg SV   Hasan ben Ali   Hashemi Shahroudi   Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés   Helsinki   Hezbollah   Hindouisme   Histoire de la Mongolie   Histoire des Juifs en Iran   Homosexualité   Hormozgan   Hossein Alizadeh   Hossein Reza Zadeh   Hotaki   Hussein ben Ali   Hydrocarbure   Hémione   Hérat   Héroïne   Idéologie   Imam   Impérialisme   Inde   Indo-Européens   Industrie   Infection sexuellement transmissible   Inflation   Insecte   Interventionnisme   Intérêt   Irak   Iran   Iranologie   Irrigation   Islam   Ismail Ier   Isra et Miraj   Israël   Italie   Jabir Ibn Hayyan   Jafar Panahi   Jafar as-Sadiq   Jalal Ud Din Rumi   Javad Nekounam   Jeux Olympiques d'été de 1956   Jeux Olympiques d'été de 1960   Jeux Olympiques d'été de 2004   Jihad islamique palestinien   Jimmy Carter   Joseph Staline   Juifs   Juin   Kachkaïs   Kalîla wa Dimna   Kashan   Khorasan-e-jonubi (du sud)   Khorasan-e-razavi   Khorasan-e-shomali (du Nord)   Khorassan   Khuzestan   Kohkiluyeh et Buyer Ahmad   Kurde   Kurdes   Kurdistan iranien   Langue officielle   Langues indo-iraniennes   Large Hadron Collider   Latin   Laïc   Liban   Libération (journal)   Lion   Liste des dirigeants de l'Iran (la Perse)   Liste des stations de sports d'hiver d'Iran   Lorestan   Lors   Lutte   Lynx d'Eurasie   Légume   Mahmoud Ahmadinejad   Mahmûd de Ghaznî   Mahomet   Mai 2007   Main de Fatima   Majlis d'Iran   Maku   Mandéisme   Mardochée   Marine iranienne   Markazi   Mars 2006   Mashhad   Mathématiques   Mazandaran   Mer   Mer Caspienne   Mine (gisement)   Minorités religieuses en Iran   Mohammad Khatami   Mohammad Mossadegh   Mohammad Reza Lotfi   Mohammad Reza Pahlavi   Mohammad Reza Shadjarian   Mohammad Shah Qajar   Mongolie   Mongols   Monnaie   Monocamérisme   Monopole   Mont Damavand   Mosquée du Sheikh Lutfallah   Mostafa Mo'in   Mostra de Venise   Moyen-Orient   Mozaffaredin Shah   Muhammad Karim Khân   Muhammad al-Mahdi   Muhammad ibn Mūsā al-Khuwārizmī   Musique   Musique d'Iran   Musique de chambre   Mythologie persane   Mèdes   Médecine   Mésolithique   Nadjaf   Nasir ad-Din at-Tusi   Nasseredin Shah   Nassim Hassanpour   Natation   National Iranian Oil Company   Nationalisation   Ninive   Niveau de vie   Nizami   Noix   Norouz   Nucléaire   Nâdir Shâh   Néolithique   Oasis   Oignon   Omar Khayyam   Omeyyades   Opium   Opération Ajax   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Organisation des pays exportateurs de pétrole   Organisation européenne pour la recherche nucléaire   Osasuna Pampelune   Ouléma   Ours   Outarde houbara d'Asie   Pacte de Bagdad   Pakistan   Palais du Golestan   Paléolithique inférieur   Papier   Paris   Parité de pouvoir d'achat   Parthie   Partis d'opposition en Iran   Pasargades   Patrimoine oral et immatériel de l'humanité   Pays en développement   Pehlevi   Penjab   Persan   Persan (habitant de la Perse)   Perse   Perses   Persépolis   Petite et Grande Tunb   Peuples iraniens   Pharmacologie   Philosophie   Pic pétrolier   Pistache   Planning familial en Iran   Plante   Plateau iranien   Poisson   Politique de l'Iran   Pollution de l'air   Pollution de l'eau   Pompée   Population active   Poste   Poulet   Poésie   Première Guerre mondiale   Printemps   Privatisation   Productivité   Produit intérieur brut   Produit national brut   Programme nucléaire iranien   Protestations étudiantes en Iran de juillet 1999   Province   Province d'Ardabil   Province d'Ilam   Province de Bushehr   Province de Hamedan   Province de Kerman   Province de Kermanshah   Province de Qazvin   Province de Qom   Province de Semnan   Province de Téhéran   Province de Yazd   Province de Zanjan   Province iranienne du Kurdistan   Prune (fruit)   Président de l'Iran   Pétrole   Pêche (halieutique)   Qanat   Qom   Racine (botanique)   Radio FM   Radio France internationale   Radiodiffusion   Rahbar   Raisin   Ramadan   Randonnée   Relations entre l'Allemagne et l'Iran   Relations entre l'Inde et l'Iran   Relations entre l'Iran et Israël   Relations entre l'Iran et la Russie   Relations entre la Chine et l'Iran   Relations entre la France et l'Iran   Relations entre les États-Unis et l'Iran   Relations internationales de l'Iran   Reza   Reza Pahlavi   Rial iranien   Riz   Rome   Rouhollah Khomeini   Route   Royaume-Uni   Russie   République   République de Mahabad   République islamique   République populaire de Chine   Réserves de change   Résonance magnétique nucléaire   Révolution blanche   Révolution constitutionnelle de l'Iran   Révolution iranienne   Saadi   Saddam Hussein   Sadegh Hedayat   Samanides   Samarcande   Sanglier   Sanskrit   Sassanides   Satrape (Perse)   Sattar Khan   Secteur économique   Seldjoukides   Sepidan   Services (économie)   Seuil de pauvreté   Shahab-3   Shahr-i Sokhteh   Shahram Nazeri   Shâh Nâmeh   Sialk   Sistan-o-Balouchestan   Sizdah bedar   Sièges réservés (Iran)   Ski   Société iranienne   Solde migratoire   Sorud-é Djomhuri-yé Eslami   Soufisme   Sous-marin   Station de radio   Status quo ante bellum   Suffrage universel   Sunnisme   Suse (Élam)   Syndicat   Syrie   Système judiciaire iranien   Sécheresse   Séfévides   Séleucides   Tabriz   Tambur   Tamerlan   Tapis de Tabriz   Tapis persan   Taux d'alphabétisation   Taux de fécondité   Taux de mortalité   Taux de natalité   Taxe   Tazieh   Tchador   Tennis   Textile   Timourides   Tiridate   Tissu biologique   Tourisme   Tradition   Traité (droit)   Traité de non-prolifération nucléaire   Transhumance   Transport maritime   Travail des enfants   Travestissement   Turkmènes   Turkménistan   Turquie   Téhéran   Télégraphe   Téléphone   Télévision   Union des républiques socialistes soviétiques   Université de Téhéran   Vahid Hashemian   Varzesh-e Pahlavani   Velayat-e faqih   Veto   VfL Bochum   Viande   Viande d'agneau   Vieillissement démographique   Vieux-persan   Voice of America   Volley-ball   Winston Churchill   Xerxès Ier   Zagros   Zoroastriens en Iran   Zoroastrisme   Zulfiqar   Zurkhaneh  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^