Georges Sorel

Infos
225px Georges Eugène Sorel (Cherbourg, 2 novembre 1847 - Boulogne-sur-Seine, 29 août 1922) est un philosophe et sociologue français, connu pour sa théorisation du syndicalisme-révolutionnaire.
Georges Sorel

225px Georges Eugène Sorel (Cherbourg, 2 novembre 1847 - Boulogne-sur-Seine, 29 août 1922) est un philosophe et sociologue français, connu pour sa théorisation du syndicalisme-révolutionnaire.

Biographie

Né d’un père négociant en huiles et eaux gazeuses, dont les affaires périclitèrent, et d’une mère très pieuse, il entre à l’École Polytechnique (Promotion X1865), puis aux Ponts et Chaussées. À 45 ans, il démissionne de son poste d'ingénieur en chef à Perpignan et s’installe à Paris, puis à Boulogne-sur-Seine avec Marie David, ancienne ouvrière, quasi illettrée, qu’il n'épousera jamais à cause, peut-être, de l’opposition de sa mère. Après sa mort en 1897, il lui dédie ses Réflexions sur la violence, « ce livre tout inspiré de son esprit ». À partir de la seconde moitié des années 1880, il publie des études dans différents domaines (météorologie, hydrologie, architecture, physique, histoire politique et religieuse, philosophie). Il paraît alors influencé par la physique d'Aristote et par les études historiques d'Hippolyte Taine et d'Ernest Renan. En 1893, il déclare son engagement socialiste et marxiste. Il s'appuie sur ses lectures de Proudhon, de Karl Marx, de Giambattista Vico, puis de Henri Bergson, dont il suit les cours au Collège de France ; plus tard, il découvre le pragmatisme de William James. Il entretient une dense correspondance avec le philosophe italien Benedetto Croce et avec le sociologue Vilfredo Pareto. Après avoir collaboré aux premières revues marxistes françaises, L'Ere nouvelle et Le Devenir social, il participe au début du XX siècle au débat sur la crise du marxisme en prenant le parti d'Eduard Bernstein contre Karl Kautsky et Antonio Labriola. Il se déclare favorable à la révision du procès de Dreyfus. En collaborant au Mouvement socialiste d'Hubert Lagardelle, il contribue vers 1905 à l'émergence théorique du syndicalisme révolutionnaire. En 1906, il y publie son texte le plus célèbre, les Réflexions sur la violence qui seront suivies par les Illusions du progrès. Déçu par l'évolution de ce courant, il se rapprochera un moment, en 1909-1910, des monarchistes de Charles Maurras, mais sans en partager le nationalisme et la visée politique. Il flirte alors avec les traditionalistes de l’Action Française et collabore de 1911 à 1913 à la revue L'Indépendance qu'il fonde avec Jean Variot, mais qu'il quittera en raison du nationalisme qui s'y exprime. Farouchement opposé à l’Union sacrée de 1914, il condamne la guerre et salue l'avènement de la Révolution russe, en jugeant Lénine comme « le plus grand théoricien que le socialisme ait eu depuis Marx ». Très hostile à Gabriele D'Annunzio qui entreprend de conquérir Fiume, il ne montre pas davantage de sympathie pour la montée du fascisme. À la fois antidémocratique et révolutionnaire, la pensée de Sorel a influencé de nombreux penseurs et hommes politiques du , tant de droite que de gauche. Parmi eux, des gens d'Action française, comme Pierre Lasserre, ou le communiste italien Antonio Gramsci. Benito Mussolini, arrivé au pouvoir, s'en réclamera. Sorel est connu, plus à l'étranger qu'en France, pour son interprétation originale du marxisme, foncièrement anti-déterministe et politiquement anti-étatiste et anti-jacobine, fondée sur l’action directe des syndicats, sur le rôle entraînant du mythe, en particulier celui de la grève générale, et sur la fonction anti-intégratrice de la violence. Il est le cousin de l'historien Albert Sorel.

Œuvres

- Le Procès de Socrate, Examen critique des thèses socratiques, Paris, Alcan, 1889
- Essai sur la philosophie de Proudhon (1re éd. 1892), Paris, Stalker Editeur, 2007
- D'Aristote à Marx (L'Ancienne et la nouvelle métaphysique)(1re éd. 1894), Paris, Marcel Rivière, 1935
- Etude sur Vico (1re éd. 1896), repris in Etude sur Vico et autres écrits Paris, Champion, 2007.
- L'Avenir socialiste des syndicats (1re éd. 1898), Paris, Jacques, 1901
- La Ruine du monde antique, Conception matérialiste de l'histoire (1re éd. s.d. , 2e éd. 1925), 3e éd. Paris, Marcel Rivière, 1933
- Saggi di critica del marxismo, Palerme, Sandron, 1903, retraduits in Essais de critique du marxisme. Oeuvres I, Patrick Gaud (ed.), Paris, L'Harmattan, 2007.
- Introduction à l'économie moderne (1re éd. 1903), Paris, Marcel Rivière, 1922
- Le Système historique de Renan, Paris, G. Jacques, 1906
- Insegnamenti sociali dell'economia contemporanea. Degenerazione capitalista e degenerazione socialista, Palerme, Sandron, 1907
- Réflexions sur la violence, Paris, Pages libres, 1908
- La Décomposition du marxisme (1re éd. 1908), Paris, Marcel Rivière, 1910
- Les Illusions du progrès, Paris, Marcel Rivière, 1908
- La Révolution dreyfusienne (1re éd. 1909), Paris, Marcel Rivière, 1911
- Matériaux d'une théorie du prolétariat (1re éd. 1919), Paris, Marcel Rivière, 1921
- De l'Utilité du pragmatisme, Paris, Marcel Rivière, 1921
- Lettres à Paul Delesalle, 1914-1921, Paris, Grasset, 1947
- Lettere a un amico d'Italia, Bologne, Capelli, 1963
- La Décomposition du marxisme, anthologie éditée par Th. Paquot, Paris, PUF, 1982. De nombreux textes inédits de Sorel ont été publiés dans la revue Cahiers Georges Sorel, puis Mil neuf cent. Les Tables de cette revue, publiée depuis 1983, sont consultables en ligne sur le

Bibliographie

- Shlomo Sand, L'illusion du politique. Georges Sorel et le débat 1900, Paris, La Découverte, 1984.
- Jacques Julliard, Shlomo Sand (eds.), Georges Sorel en son temps, Paris, Le Seuil, 1985,
- Georges Sorel, Cahiers de l'Herne, 1986.
- Willy Gianinazzi, Naissance du mythe moderne. Georges Sorel et la crise de la pensée savante (1889-1914), Paris, Ed. de la Maison des sciences de l'Homme, 2006. ==
Sujets connexes
Affaire Dreyfus   Albert Sorel   Antonio Gramsci   Antonio Labriola   Aristote   Benedetto Croce   Benito Mussolini   Boulogne-Billancourt   Charles Maurras   Collège de France   Eduard Bernstein   Ernest Renan   Gabriele D'Annunzio   Giambattista Vico   Grève générale   Henri Bergson   Hippolyte Taine   Hubert Lagardelle   Karl Kautsky   Karl Marx   Lénine   Marxisme   Nationalisme   Paris   Paul Delesalle   Perpignan   Pierre Lasserre   Régence italienne du Carnaro   Révolution russe   Socialisme   Syndicalisme révolutionnaire   Union sacrée   Vilfredo Pareto   William James  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^