Collège de Juilly

Infos
Emblème du Collège Le Collège de Juilly est un établissement scolaire situé dans la commune de Juilly, en Seine-et-Marne (France), à une trentaine de kilomètres de Paris. Cet établissement privé sous contrat comprend une école primaire, un collège et un lycée. Il est dirigé par la congrégation des Oratoriens et accueille plus de 1 000 élèves, garçons et filles, en internat, demi-pension et externat. = Historique =
Collège de Juilly

Emblème du Collège Le Collège de Juilly est un établissement scolaire situé dans la commune de Juilly, en Seine-et-Marne (France), à une trentaine de kilomètres de Paris. Cet établissement privé sous contrat comprend une école primaire, un collège et un lycée. Il est dirigé par la congrégation des Oratoriens et accueille plus de 1 000 élèves, garçons et filles, en internat, demi-pension et externat. = Historique =

La légende des origines

En 470, sainte GenevièvePatronnes de Juilly accompagnée de Céline s'arrête dans le village de Juilly. Selon la légende, elle s'y agenouille pour prier, faisant ainsi apparaître une source dont l'eau leur donna la force d'aller jusqu'à Paris. Cette source devient rapidement un lieu de pèlerinage où accourent de nombreux malades. Elle se trouve aujourd'hui au centre du collège.

L'Abbaye

Autour de la source, les comtes de Dammartin créent un domaine qu'ils donnent en fief aux Garlande au début du . En 1150, Agnès de Garlande, dernière héritière de cette famille, apporte le domaine en dot à Foucauld IV de Saint-Denis qui y fait peut-être fait ériger une chapelle en mémoire de leur fils Guillaume. Quelques années plus tard, il fait en tous cas construire un prieuré afin d'y établir des Chanoines réguliers de saint Augustin suivant la règle de Saint Victor. L'acte de formation daté du 8 février 1176 (1177 dans notre calendrier actuel) est établi par Simon, Evêque de Meaux. En 1184, le prieuré est érigé en Abbaye. En 1251, Blanche de Castille, mère de saint Louis, décide d'y installer un orphelinat pour les enfants des chevaliers morts en croisade. En 1358 et en 1418, l'Abbaye fut brûlée et anéantie par, respectivement, la Grande Jacquerie et les batailles entre Anglais, Armagnacs et Bourguignons C'est en 1429 (elle est à Thieux le 13 août) ou 1430, (elle ressuscite un enfant à Lagny cette année-là) que Jeanne d'Arc y aurait séjourné. Cependant, rien n'est certain car l'Abbaye est inoccupée jusqu'en 1436... Nicolas Dangu, abbé de Juilly à partir de 1526, mais aussi conseiller du roi, Maître des requêtes et Chancelier du roi de Navarre Antoine de Bourbon en 1555, fut la raison de la venue de ce dernier, père d'Henri IV, en 1556. Il fit aussi restaurer l'Abbaye grâce à des dons d'Henri II d'Albret (grand-père d'Henri IV), dont le cœur est aujourd'hui encore conservé dans la Chapelle du Collège. Dans cette chapelle se trouve aussi toujours une statue agenouillée de Nicolas Dangu érigée en 1561. En 1637, le dernier abbé de Juilly résigne son Abbaye décadente et en mauvais état en faveur des Oratoriens.

L'Académie Royale et le Collège de Juilly

Sous l'Ancien Régime

Les Pères de l'Oratoire, sous la direction de Charles de CondrenSes cendres reposent aujourd'hui dans la Chapelle du Collège, ainsi, depuis 1955, que celles du Cardinal de Bérulle, fondateur de l'Oratoire. Pierre de Bérulle avait déjà été, en 1616, administrateur de l'Abbaye., fondent alors le Collège en 1638. Louis XIII désirait à cette même période fonder un collège qu'il pourrait visiter régulièrement pour l'éducation des fils de la noblesse française, qui tombait sur les champs de batailles mais n'était selon lui pas toujours assez attachée à son roi (La Fronde le confirmera). Le Collège reçoit donc, vraisemblablement par le biais de lettres patentes, le titre d'Académie Royale. Ainsi, encore aujourd'hui, le blason du collège de Juilly associe les armes de France (fleurs de lys) à celles de l'Oratoire (Iesus Maria entouré d'une couronne d'épines). Dès le commencement, le Collège propose des méthodes d'enseignement innovantes, suivant en ceci l'esprit qui règne dans tous les collèges de l'Oratoire: les élèves sont encouragés à participer en classe, par exemple, on enseigne le Latin à l'aide de grandes cartes imprimées en couleurs (dès 1642)... La devise du Collège (Orior, "je m'élève", en latin) reflète la vision longtemps d'avant-garde de l'Oratoire en matière d'éducation : privilégier l'intelligence sur la simple mémoire, l'interêt sur la coercition, et respecter l'individualité de l'élève, tout en conservant la sévérité et les exigences nécessaires à une bonne éducation.

Sous la Révolution et l'Empire

La Révolution apporte à la vie du Collège un certain nombre de difficultés. L'obligation du serment du clergé, votée par l'Assemblée les 12 juillet et 27 novembre 1790, est la première d'entre elles. Un seul écclésiastique, le Père Élysée Prioleau, accepte de prêter serment le 16 janvier 1791. Il sera le supérieur du Collège jusqu'en 1809. Vient ensuite la Loi du 18 août 1792, qui supprime les congrégations séculières. L'Oratoire n'existe donc plus. En 1793, le Collège sert pour la première fois d'hôpital pour les blessés des armées du Nord et de l'Est. Les quelques élèves qui restent, notamment ceux originaires des colonies d'Amérique, sont congédiés à la suite de la disette de 1794. À la suite de la réaction thermidorienne, le Collège est mis en vente comme bien national. Il faillit alors être acheté par la Bande noire, mais il semble que l'on doive à Fouché, qui avait été brièvement professeur de Mathématiques à Juilly (1787-1788), qu'il n'en fût rien. Les bâtiments, quant à eux, ne furent pas trop atteints et dès 1796 on fit revenir les élèves. De plus, la bienveillance du Premier Consul, qui avait visité au Collège son frère Jérôme du temps où celui-ci y était élève, aida au retour de la fortune de Juilly. Le Collège devient ainsi Institution de Juilly en 1809 et un véritable Lycée en 1813 par un décret signé par Napoléon à Dresde le 29 Août. En 1814, les Cosaques pillent le Collège. La chute de l'Empire marque aussi la fin de l'usage de toute autre appellation que celle d'Institution. Académie Royale et Collège Royal n'ont donc dès lors plus cours.

Depuis le XIXe siècle

= Compléments =
-Bossuet, alors Évêque de Meaux, a séjourné au collège en 1689, 1692, 1696 et 1697.
-Le Collège de Juilly possède une très belle bibliothèque qui comprend notamment une reproduction de la déclaration d'indépendance des États-Unis, qui fut offerte à La Fayette, ainsi que l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert dans son édition originale. = Anciens élèves célèbres Contrairement à une idée répandue parmi les juliaciens, peut-être du fait de l'existence d'un bâtiment portant son nom, Jean de la Fontaine ne fut pas élève au Collège (ses années d'études restent d'ailleurs assez mal connues de ses biographes). Néanmoins, âgé de vingt ans, il y séjourna auprès du père de Verneuil (alors supérieur de l'Académie Royale) pendant l'été 1641, soit peu de temps après être entré à l'Oratoire. Le nom du bâtiment précité est donc dû à son éventuel séjour cette année-là. Une légende pittoresque attribue à l'illustre hôte une chambre au deuxième étage d'où il aurait pris l'habitude de faire descendre le long d'une corde de la mie de pain à destination de la volaille de la basse-cour! =

Dans le domaine académique

- Henri de Boulainvilliers (1669-1674)
- MontesquieuUn bâtiment porte son nom (1700-1705)
- Louis-Gabriel de Bonald (1768-1772)
- Claude Sosthène Grasset d'Orcet
- Stanislas Fumet (1900-1907)
- Jean Fourastié (1912-1925)

Militaires

- Claude Louis Hector de Villars, maréchal de France(1664-1668?)
- le duc d'Antin (1677-1681)
- Jacques Fitz-James, duc de Fitz-James et de Berwick & maréchal de France (1677-1682)
- Guy-Victor Duperré(1783-1787)
- Xavier de Mérode (1834-1838)
- Louis-Gaston de Sonis (1838-1841)
- Louis Brière de l'Isle (1839-1841)

Hommes Politiques

- Eusèbe de Salverte
- Jacques Faget de Baure
- Étienne-Denis Pasquier (1778-1781)
- Jérôme BonaparteUne allée du parc porte son nom (1797-1798)
- Pierre-Antoine Berryer (1797-1806)
- Stanislas d'Escayrac Lauture
- Pierre-Victor Malouet (1754-1756)

Scientifiques

- Benoît Paul Émile Clapeyron (1808-1814)

Musiciens

- Alexandre Choron

Contemporains

- Claude Brasseur (1950-1954)
- Philippe Noiret
- Jean-Jacques Debout
- Jean-Paul Goude
- Jacques Mesrine
- Michel Hidalgo
- Michel Polnareff (1958-1959)
- Jean-Pierre Castaldi = Sources et Bibliographie =
-Jacques de Givry, Juilly 1177-1977, Huit siècles d'Histoire , Imprimerie Floch, 1978
-Charles Hamel, Histoire de l'Abbaye et du Collège de Juilly, depuis leurs origines jusqu'à nos jours, Gervais, 1888 =Voir aussi= ==
Sujets connexes
Agnès de Garlande   Alexandre-Étienne Choron   Antoine de Bourbon   Bande noire (Révolution)   Basse-Navarre   Benoît Paul Émile Clapeyron   Blanche de Castille   Chancelier   Chanoines réguliers de saint Augustin   Charles de Condren   Claude Brasseur   Claude Louis Hector de Villars   Claude Sosthène Grasset d'Orcet   Congrégation de l'Oratoire   Conseil du roi   Constitution civile du clergé   Cosaques   Croisade   Dammartin-en-Goële   Eusèbe de Salverte   Fleur de lys   France   Fronde (histoire)   Grande Jacquerie   Guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons   Guerre de Cent Ans   Guy-Victor Duperré   Henri IV de France   Henri de Boulainvilliers   Jacques-Bénigne Bossuet   Jacques Faget de Baure   Jacques Fitz-James de Berwick   Jacques Mesrine   Jean-Jacques Debout   Jean-Paul Goude   Jean-Pierre Castaldi   Jean Fourastié   Jeanne d'Arc   Joseph Fouché   Juilly (Seine-et-Marne)   Jérôme Bonaparte   La Fayette   Lagny-sur-Marne   Latin   Lettre patente   Liste des congrégations catholiques   Louis-Gabriel de Bonald   Louis-Gaston de Sonis   Louis Antoine de Pardaillan de Gondrin   Louis Brière de l'Isle   Louis IX de France   Maréchal de France   Maître des requêtes   Meaux   Michel Hidalgo   Michel Polnareff   Napoléon Ier   Nicolas Dangu   Oratoire   Paris   Philippe Noiret   Pierre-Antoine Berryer   Pierre-Victor Malouet   Pierre de Bérulle   Pèlerinage   Sainte Geneviève   Seine-et-Marne   Stanislas Fumet   Stanislas d'Escayrac Lauture   Terreur blanche   Thieux (Seine-et-Marne)   Xavier de Mérode  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^