Constantin V

Infos
Portraits de Léon III (à gauche) et Constantin V (à droite) sur une pièce de monnaie Constantin V dit Copronyme ou Caballinos est né en 718, il fut empereur de Byzance de 741 jusqu'à sa mort le 14 septembre 775. Il est le fils de Léon III l'Isaurien et est associé au pouvoir par son père dès 720.
Constantin V

Portraits de Léon III (à gauche) et Constantin V (à droite) sur une pièce de monnaie Constantin V dit Copronyme ou Caballinos est né en 718, il fut empereur de Byzance de 741 jusqu'à sa mort le 14 septembre 775. Il est le fils de Léon III l'Isaurien et est associé au pouvoir par son père dès 720.

Empereur maudit

Constantin V est l'une des figures les plus noircies par les chroniqueurs et historiens postérieurs ; faute de sources objectives (les critiques de son règne sont iconophiles), il reste une figure mal connue. Constantin reçoit son surnom principal "Copronyme" au cours de son baptême, durant lequel il souille les fonts baptismaux au point d'incommoder l'assistance. Le patriarche Germain, qui présidait la cérémonie, se serait alors écrié : "cet enfant souillera l'Église". En effet "Copronyme" signifie littéralement : "au nom d'excrément" ; surnom qui sera surtout employé par les iconodoules. Plus tard, sa passion pour les chevaux lui vaudra le surnom, plus aimable, de Caballinos.

Restauration de l'Empire

Héritant de son père d'un Empire divisé, Constantin V s'emploie à le réunir et remporte un grand nombre de victoires militaires. Les historiens voient en lui un combattant courageux, brillant tacticien et grand meneur d'hommes, particulièrement aimé de ses soldats. Les débuts de son règne sont consacrés à l'affirmation de sa légitimité, contestée par Artavasde, lui-même gendre de Léon III. En 741, il envahit la Syrie et le nord de l'Euphrate, dont il transporte les habitants en Thrace ; en 750, il reconquiert définitivement Chypre. Le 30 juin 762, il détruit totalement l'armée bulgare du roi Télétzès. Il participe à la bataille d'Akroinon en 740. Il récupère sur l'usurpateur Artavasde, sa capitale et son trône, occupés de 741 à 743. Sa politique se caractérise par une volonté de consolider durablement le centre de l'Empire, écartant de Constantinople les dangers qui pèsent sur elle, quitte à abandonner Rome. L'influence byzantine en Occident se réduisit lorsque Constantin ne put repousser l'attaque des Lombards sur l'exarchat de Ravenne qui est prise en 751 et fut incapable de garder le Nord de l'Italie sous son autorité, obligeant le pape à faire appel aux Francs lorsque Rome fut sous la menace lombarde.

L'iconoclasme

Après la tentative de coup d'État de son beau-frère Artavasde, appuyé par le patriarche Anastase, Constantin éprouve la nécessité de réduire l'influence de la hiérarchie orthodoxe. Profondèment monophysite, décidé à poursuivre la politique de son père Léon III, Constantin réunit le 10 février 754 le concile de Hiéreia, une assemblée oecuménique qui déclare le Christ aperigraptos, c'est-à-dire incernable et donc impossible à représenter dans une image ; les images de la Vierge et des Saints frôlant l'idolatrie païenne devaient donc, également être condamnées. À l'occasion de cette réunion, il nomme au patriarchat oecuménique Constantin de Sylaion. Constantin V confirma donc les décrets iconoclastes de son père, Léon III et fit excommunier les iconodules, multipliant contre eux les persécutions. En 760 ou 763, l'ermite Etienne le Jeune fut arrêté pour refus de ratifier le décret du concile. Emprisonné, puis exilé, il est laissé en vie bien qu'ayant foulé au pied une effigie de l'empereur, ce qui est un crime de lèse-majesté. Néanmoins, il fut mis à mort par la foule. Ce regain d'iconoclasme entraîna la destruction d'un grand nombre d'images, mouvement qui culminera après l'élection, en 766, du nouveau patriarche, Nicétas, lorsque des moines et moniales iconodoules furent forcés de défiler à l'Hippodrome en habits laïcs, main dans la main. Si la disparition des icônes ne pose aucune difficulté dans les églises et les palais officiels, elle s'avère en revanche plus aléatoire dans les palais privés. En province, les décrets impériaux sont souvent mal appliqués par des évêques ou des gouverneurs iconophiles. Certains monastères défendent aussi farouchement les icônes, qui représentent une ressource financière importante.

Divers

Constantin V se maria trois fois : :1) avec une princesse Khazare († 750), dont il aura : :
-:
- Léon IV (749 † 780) :2) avec Maria († 751) :3) avec Eudoxie, dont il aura : :
-:
- Nicéphore :
-:
- Eudoxios :
-:
- Chistophoros :
-:
- Anthime :
-:
- Nicétas :
-:
- Anthousa

Bibliographie

-
-I. Barbe, Irène de Byzance, Perrin Constantin V Constantin V Constantin 05 bg:Константин V Копроним ca:Constantí V cs:Konstantin V. Kopronymos de:Konstantin V. (Byzanz) el:Κωνσταντίνος Ε΄ ο Κοπρώνυμος en:Constantine V es:Constantino V fi:Konstantinos V gl:Constantino V hu:V. Konstantin it:Costantino V di Bisanzio ja:コンスタンティノス5世 ko:콘스탄티누스 5세 nl:Constantijn V Kopronymos no:Konstantin V pl:Konstantyn V Kopronim ro:Constantin al V-lea ru:Константин V sk:Konštantín V. sr:Константин V Копроним sv:Konstantin V
Sujets connexes
Byzance   Chypre   Constantin V   Constantinople   Dynastie isaurienne   Empereur   Euphrate   Francs   Italie   Liste des empereurs byzantins   Lombardie   Léon III (empereur byzantin)   Léon IV (empereur byzantin)   Occident   Pape   Ravenne   Rome   Syrie   Thrace  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^