Al-Farabi

Infos
Al-Farabi sur un billet du Kazakhstan Muhammad ibn Muhammad ibn Tarkhan ibn Uzalagh al-Farabi (en Persan : محمد فارابی) connu en Occident sous les noms de Alpharabius, Al-Farabi, Farabi, Abunaser ou Alfarabi est un philosophe médiéval d'origine persane. Né en 872 à Wasij, bourgade probablement rattachée au district de Farab, semble-t-il situé au bord du fleuve Iaxartes (l'actuel
Al-Farabi

Al-Farabi sur un billet du Kazakhstan Muhammad ibn Muhammad ibn Tarkhan ibn Uzalagh al-Farabi (en Persan : محمد فارابی) connu en Occident sous les noms de Alpharabius, Al-Farabi, Farabi, Abunaser ou Alfarabi est un philosophe médiéval d'origine persane. Né en 872 à Wasij, bourgade probablement rattachée au district de Farab, semble-t-il situé au bord du fleuve Iaxartes (l'actuel Syr-Daria) et appartenant à la grande oasis d'Otrar aujourd'hui disparue (sur le territoire de l'actuel Kazakhstan), au cœur d'une région appelée Transoxiane par les géographes grecs, puis Turkestan Occidental par les Russes, il meurt à Damas, en Syrie en 950. Il approfondit toutes les sciences et tous les arts de son temps, et est appelé le Second instituteur de l'intelligence Il étudie à Bagdad (Iraq). On lui doit un commentaire de la République de Platon, ainsi qu'un Sommaire des Lois de Platon.

Biographie

Loin d'être un obscur philosophe médiéval, Al-Farabi fut appelé le "Second Maître" par Averroès (Ibn Roschd) et Maïmonide, le "Premier Maître" n'étant autre qu'Aristote, qui, aux yeux d'Averroès, passe pour avoir établi définitivement la gloire de la philosophie. Al-Farabi est l'un des premiers à étudier, à commenter et à répandre parmi les Arabes la connaissance d'Aristote. Fils d'une famille noble, dans laquelle le père aurait exercé un commandement militaire à la cour türk vassale du califat abbasside arabe de Bagdad, Abu Nasr Al-Farabi part se former dans la capitale califale. À Bagdad (actuel Iraq), il étudie la grammaire, la logique, la philosophie, les mathématiques, la musique et les sciences. Al-Farabi y suit les enseignements de Abu Bishr Matta ben Yunus et fréquente les philosophes chrétiens nestoriens héritiers de la translatio studiorum des Grecs vers le monde arabe, du fait de la fermeture des écoles philosophiques païennes d'Athènes par Justinien en 529. Cette fermeture marque, on l'oublie trop souvent, la fin de l'Académie de Platon. Toujours est-il que les philosophes grecs platoniciens se réfugient à Alexandrie, à Harran et à Antioche en Turquie, avant d'essaimer vers Bagdad. L'exode des philosophes grecs donne lieu à d'intenses traductions du grec en syriaque et du syriaque vers l'arabe. Al-Farabi va fréquenter certains de ces traducteurs, comme Yuhanna (Johannes) ben Haylan. Son éloquence, ses talents dans la musique et la poésie lui concilièrent l'estime du sultan de Syrie, Seïf-ed-Daulah, qui voulut l'attacher à sa cour. Mais Al-Farabi s'en excusa et partit : il fut tué par des voleurs en route. Selon une autre version, il passa la plus grande partie de sa vie à la cour de Syrie, pensionné par le prince. Il fut le maître à penser d'Avicenne (indirectement, celui-ci étant né en 980). En 943, Al-Farabi s'installe à Alep, puis voyage en Égypte, pour revenir mourir à Damas en 950.

Œuvre et pensée

La chose qu'il faut garder à l'esprit, lorsque l'on aborde un philosophe de la dimension de Al-Farabi, c'est qu'il est à la fois un philosophe (il travaille sur les textes de Platon et d'Aristote) et en même temps il vit dans un contexte troublé, celui du rapport entre l'Islam et les successeurs politiques du Prophète. Le califat central se morcelle en émirats et en États qui se veulent indépendants. C'est sur ce fond historique et intellectuel qu'il faut prendre en vue les textes de Al-Farabi. Sans doute, pour l'intellectuel occidental nourrit de culture chrétienne est-il difficile de comprendre les détails de la science de la religion et du droit musulman (fiqh), qui structurent les détails et les discussions qui se développent au sein de la vie intellectuelle en pays d'Islam. Naturellement, cette vie ne saurait être monolithique. Al-Farabi, qui est un esprit encyclopédique, s'intéresse particulièrement à la question du régime politique. C'est dans cette voie qu'il va publier un certain nombre de textes qui sont des commentaires, ou des synthèses personnelles sur la philosophie de Platon et d'Aristote. Tout d'abord, on lui doit un ouvrage concernant « L'Accord des Philosophes Platon et Aristote », une énumération des Dialogues de Platon, un ouvrage consacré aux Opinions des habitants de la Cité vertueuse et un Sommaire des Lois de Platon. Bien que parlant d'Aristote (dont au demeurant les Arabes médiévaux semblent totalement ignorer l'ouvrage sur Les Politiques), Al-Farabi consacre tous ses efforts à la philosophie politique de Platon : il commente La République et distingue deux types d'enseignement : l'enseignement de Socrate et l'enseignement de Thrasymaque (le personnage violent mis en scène dans La République). L'enseignement de Socrate est doux et s'adresse aux philosophes; mais Socrate va périr sous l'accusation d'impiété. L'enseignement de Thrasymaque est un enseignement capable de manipuler les opinions et les passions qui couvent dans la Cité. Il peut aussi bien exciter la Cité que la calmer. C'est dans ces qualités que l'on trouve la fibre du législateur. Chose intéressante, le style de Al-Farabi est un style semble t-il ésotérique, ou qui emprunte des motifs ésotériques (conformément à des traditions numérologiques qui sont répandues partout).

Lien externe

-
- Sources, bibliographie dans musicologie.org.

Bibliographie

Les originaux de plusieurs de ses ouvrages sont perdus, mais il en subsiste des versions hébraïques. Ses deux ouvrages majeurs sont :
-une Encyclopédie, qui se trouve manuscrite à l'Escurial,
-un Traité de musique,
-les Opuscula varia, dans lesquels on trouve un Traité sur les sciences et un Traité sur l'entendement où il développe la doctrine d'Aristote sur ce point. Disponibles en français :
-De l'obtention du bonheur (ISBN 284485186X), première partie d'une trilogie Les deux philosophies, le terme bonheur étant pris dans le sens de la perfection humaine, représentée par la philosophie ;
-La Philosophie de Platon (ISBN 2844850979), deuxième partie de la même trilogie, la dernière, La Philosophie d'Aristote, n'étant pas disponible en français ;
-Épître sur l'intellect (ISBN 274751501X);
-Traité des opinions des habitants de la cité idéale (ISBN 2711610365);

Source partielle

Catégorie:Philosophe perseCatégorie:Philosophe du Xe siècle Catégorie:Philosophe musulman Catégorie:Naissance en 872 Catégorie:Décès en 950 ar:أبو نصر محمد الفارابي az:Əl-Fərabi bn:আল ফারাবী bs:Al Farabi ca:Al-Fārābī cs:Al-Fárábí de:Al-Farabi en:Al-Farabi es:Al-Farabi fa:ابونصر فارابی fi:Al-Farabi gl:Al-Farabí hr:Al Farabi hu:Abú Naszr Muhammad al-Fárábí id:Al-Farabi it:Al-Farabi ja:ファーラービー kk:Фараби, Әбу-Насыр ku:El-Farabî la:Alpharabius ms:Abu Al-Nasr Al-Farabi nl:Al-Farabi pl:Al-Farabi ps:فارابي pt:Al-Farabi ru:Аль-Фараби sk:Abú Nasr Muhammad al-Fárábí sl:Al-Farabi sv:Al Farabi tr:Farabi
Sujets connexes
Académie   Alep   Alexandrie   Antioche   Arabe   Aristote   Athènes   Averroès   Avicenne   Bagdad   Bonheur   Califat   Damas   Droit musulman   Escurial   Fiqh   Grammaire   Harran   Hébreu   Irak   Islam   Justinien   Kazakhstan   La République   Logique   Mathématiques   Maïmonide   Musique   Nestorianisme   Numérologie   Otrar   Persan   Philosophe   Philosophie   Platon   Poésie   Prophète   Science   Socrate   Syr-Daria   Syriaque   Syrie   Thrasymaque   Translatio studiorum   Transoxiane   Turkestan   Turquie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^