Mahâbhârata

Infos
Illustration manuscrite de la bataille de Kurukshetra Le Mahâbhârata (en sanskrit Mahābhārata, écrit महाभारत en écriture devanāgarī; littéralement « Grande humanité » traduit en « Grande Inde ») est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue, analogue par sa taille (plus de cent vingt mille strophes) et sa portée religieuse à la Bible des chrétiens. Il est souvent considéré comme le plus grand poème jamais composé. Il compor
Mahâbhârata

Illustration manuscrite de la bataille de Kurukshetra Le Mahâbhârata (en sanskrit Mahābhārata, écrit महाभारत en écriture devanāgarī; littéralement « Grande humanité » traduit en « Grande Inde ») est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue, analogue par sa taille (plus de cent vingt mille strophes) et sa portée religieuse à la Bible des chrétiens. Il est souvent considéré comme le plus grand poème jamais composé. Il comporte pas moins de 250 000 vers — quinze fois plus que l'Iliade — généralement partagés en distiques ou çlôkas de 32 syllabes chacun, formant deux vers de 16, partagés eux-mêmes en deux hémistiches de 8. C'est ainsi qu'étaient composés les vers épiques de la poésie sanscrite ou classique de l'Inde. Le Mahâbhârata est un livre sacré de l'Inde, qui relate la « Grande Geste » des Bhârata, grand poème épique datant des derniers siècles avant l'ère chrétienne. C'est une saga mythico-historique, contant des hauts faits guerriers qui se seraient déroulés environ 2 200 ans avant l'ère chrétienne, entre deux familles royales les Pândava et les Kaurava. Le récit nous raconte les épreuves subies par les cinq frères Pândava et leurs cousins les Kaurava pour la conquête du pays des Arya, au nord du Gange, en Inde. C'est l'un des deux grands poèmes épiques de l'Inde, fondateur de l'Hindouisme avec le Rāmāyana. On peut penser que la date de l'épopée primitive du Mahâbhârata est bien antérieure au Rāmāyana, comme les faits eux-mêmes qui sont la matière de l'un et de l'autre poème.

Origines et contexte historique

L'origine de ces deux grandes épopées indiennes très anciennes, légendes superbes où s’affrontent les hommes et les dieux, est incertaine. Le Mahâbhârata est censé avoir été rédigé par Ganesh sous la dictée du sage Vyâsa. En réalité on ne sait s'il s'agit d'une oeuvre collective, revue et modifiée au fil des siècles (IV siècle av.JC - IV siècle) ou celle d'un unique poète, composée dans un contexte particulièrement précis de l'histoire indienne. Ces deux points de vue opposés, et parfaitement défendables en l'absence de données historiques et scientifiques sûres, ouvrent à une compréhension globale de l'oeuvre radicalement différente. Dans l'hypothèse d'un poète unique, renforcée par l'incroyable unicité du récit et de son intrigue subtile (peut-être beaucoup trop pour un lecteur non-initié), l'épopée constituerait en partie une réponse face à la montée du bouddhisme après l'empire éphémère d'Aśoka (dynastie des Gupta), vers 300 av.JC, dans un contexte socio-politique en crise et bien précis dans le temps. Les prédications du Buddha rejettent en bloc les enseignements védiques et la société brâhmanique, menaçant la suprématie des brâhmanes. L'épopée illustre un drame cosmique, une perturbation du dharma, de l'ordre sociocosmique, que pourrait bien incarner le bouddhisme. Les références y sont constamment implicites tout au long du récit mais les interprétations, toutefois, se tiennent et, vu sous cet angle, sont logiques. Le Mahâbhârata, dont tout Indien connaît l'histoire, reste très actuel, à tel point que pour les Indiens d’aujourd’hui les héros divins restent des exemples. Ainsi, si l’épouse de Râma, Sitâ, est le modèle de la femme fidèle, dans le Mahâbhârata, les femmes sont les égales des hommes, combattent à leurs côtés et ont leur franc parler.

Contenu

Le Mahâbhârata narre l'histoire d'une guerre entre les Pândavâs (Pāndavās), les fils du roi Pându (Pāndu), et les Kauravâs (Kauravās), les fils du Roi Dhritarâshtra (Dhritarāshtra), le frère aîné et aveugle de Pându, tous de la caste des guerriers, les kshatriya, dans la région de Delhi. Le texte a probablement tout d'abord été une compilation d'histoires de dieux et de héros transmises oralement, représentées par des troupes de théâtres, contées par les prêtres et les sannyasins, les pèlerins, avant de trouver une forme écrite dans un sanskrit légèrement archaïque, dite « sanskrit épique ». Il a connu ensuite une adaptation dans les langues de l'Inde et s'est propagé dans l'Asie du Sud-Est avec l'expansion indienne du premier millénaire. L'événement majeur du texte est l'apparition de Krishna (Krisna), le huitième avatar de Vishnou (Vishnu). Mais le Mahâbhârata est un formidable recueil de mythes hérités de la tradition védique, insérés dans le récit sous forme de digressions interminables. A ce sujet on peut citer les récits cosmogoniques du "rishi" Markandeya qui préfigureront les Puranas, un "résumé" du Rāmāyana en 18 chapitres (le chiffre 18 occupant une place centrale dans toute l'épopée, elle-même subdivisée en 18 livres) et aussi les exploits du bouvier Krishna qui donneront corps à de nombreux poèmes souvent érotiques sur ses amourettes avec les Gopis . Le Mahâbhârata est composé de dix-huit parva (chapitres ou livres) qui sont les suivants :
- Adiparvan - Le Livre des Commencements
- Sabhaparvan - Le Livre de l'Assemblée
- Aranyakaparvan - Le Livre de la Forêt
- Virataparvan- Le Livre de Virata
- Udyogaparvan - Le Livre des Préparatifs
- Bhismaparvan - Le Livre de Bhîsma
- Dronaparvan - Le Livre de Drona
- Karnaparvan - Le Livre de Karna
- Sargarohanaparvan - Le Livre de Shalya
- Sauptikaparvan - Le Livre de l'Attaque nocturne
- Striparvan - Le Livre des Femmes
- Santiparvan - Le Livre de l'Apaisement
- Anusasanaparvan - Le Livre de l'Enseignement
- Asvamedhikaparvan - Le Livre du Sacrifice royal
- Asramavasikaparvan - Le Livre du Séjour en forêt
- Mausalaparvan - Le Livre des Pilons
- Mahaprasthanikaparvan - Le Livre du Grand départ
- Svargarohanaparvan - Le Livre de la montée au Ciel Au tout début du Mahâbhârata, au Livre I, « Le Livre des Commencements », dans la forêt Naimisha, un brâhmane de grande lignée, Shaunaka, réunit traditionnellement une session sacrificielle tous les douze ans. Un conteur se présente, et il va raconter pour la première fois en entier le grand récit du Mahâbhârata, tel qu'il l'a entendu de la bouche même de Vaishampâyana, le disciple de Vyâsa, lors du Sacrifice des Serpents ordonné par le roi Janamejaya. Il commence par raconter l'histoire des ancêtres de son hôte : Cyavana, l'ascète farouche rajeuni par les dieux, Pramadvarâ, l'Eurydice indienne, mordue par un serpent et sauvée de la mort par son époux Ruru. L'un des épisodes du Mahâbhârata, la Bhagavad-Gîtâ (Le Chant du Seigneur), inclus dans le sixième livre, que l'on pourrait rapprocher de nos traités de chevalerie du Moyen Âge, est à lui seul un traité de la « Voie de l'Action », qui montre que la connaissance doit précéder toute action, et que, sans elle, l'action ne serait que vaine agitation. Chef-d'œuvre de la pensée hindouiste, il raconte les conseils moraux donnés par Krishna à Arjuna, qui se désespère de devoir participer à une bataille où beaucoup de ses amis et parents risquent de perdre la vie. C'est un texte fondamental pour connaître la vie de l'Inde classique et c'est aussi un exposé des idéaux hindouistes.

Influence

Le Mahâbhârata est une source d'inspiration inépuisable, non seulement pour l'art du spectacle indien, le théâtre et le cinéma en particulier, mais aussi pour le théâtre traditionnel en Indonésie, dans les îles de Java et Bali.

Citations

- « Telle est la somme du devoir : ne fais pas aux autres ce qui, à toi, te causerait de la peine » (Mahâbhârata, V ; 15, 17)
- « Tu pleures sur ceux sur lesquels il ne faut pas pleurer, et pourtant tu profères des paroles qui semblent sages. Les sages ne pleurent ni sur les morts, ni sur les vivants » (Mahâbhârata VI, Bhagavad-Gîtâ, II ; 11)
- « Celui qui, abandonnant tous les désirs, vit libre de toute entrave personnelle et de tout égoïsme, celui-là obtient la paix » (Mahâbhârata, VI, Bhagavad-Gîtâ, II ; 71)
- « De l'harmonie naît la Sagesse et du mouvement la cupidité ; la paresse et l'illusion naissent de l'inertie, ainsi que l'ignorance » (Mahâbhârata, VI, Bhagavad-Gîtâ, XIV ; 17)
- « Ceux qui vivent dans l'harmonie, s'élèvent ; les actifs restent dans la région intermédiaire ; les inertes descendent, enveloppés des plus viles qualités » (Mahâbhârata, VI, Bhagavad-Gîtâ, XIV ; 18)
- « Il n'y a jamais eu un temps passé ou nous n'existions pas, il n'y aura jamais un futur ou nous cesserons d'etre » (référence nécessaire)
- « La viande des animaux est comme la chair de nos propres fils » (référence nécessaire:)

Voir aussi

===
Sujets connexes
Arjuna   Arya   Avatar (hindouisme)   Bali   Bhagavad-Gîtâ   Bhârata   Bible   Caste   Christianisme   Culture javanaise   Delhi   Devanāgarī   Ganesh   Gange   Hindouisme   Hémistiche   Inde   Indonésie   Java (île)   Kaurava   Krishna   Langues de l'Inde   Mythologie   Peter Brook   Pândava   Râma   Râmâyana   Sanskrit   Sitâ   Strophe   Veda   Vers   Vishnou   Wayang kulit   Yoga  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^